Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 11:51

 

Dans ma réponse à un commentaire de Fleur de Lys sur mon article précédent, je me moquais gentiment des approximations de langage qui conduisent parfois à des contresens, voire à des non-sens. Je me dois donc en ma qualité de donneuse de leçons de faire amende honorable et de rectifier ce que je disais dans cet article et étant précise et exacte. Ce n'est donc pas une biche, femelle du cerf, qui nous a saoûlés m'a enchantée de son cri voilà de cela quelques nuits, mais bien d'une chevrette, femelle du chevreuil. Ceci étant dit je ne suis pas assez férue de faune sauvage locale pour faire la différence entre les deux, mais grâce à Internet, qui parfois a du bon, j'ai pu au moins faire la différence entre leurs cris, et j'ai formellement reconnu l'auteur des aboiements de l'autre nuit.

 

Soyons précis, quoi.

Commis par La Ségaline - dans Ma vie rurale
commenter cet article
18 septembre 2016 7 18 /09 /septembre /2016 08:13

Je ne vais pas vous faire le coup des "Nuisances sonores, ter", non car j'aurais trop peur que certains, ne semblant pas toujours le second degré (si si ça existe) ne me conseillent d'aller vivre en ville si je ne supporte pas le chant du grillon le soir au bout de la terrasse ou celui des oiseaux le matin au fond de la haie. Il s'agit donc de nouveau des bruits qui peuplent ma campagne, et que je préfère grandement aux bruits de la ville évidemment.

Cette nuit nous avons eu droit au récital d'une biche qui a stationné un bon moment dans la forêt qui jouxte (et qui va finir par envahir) la maison. Durant trois quarts d'heure nous avons entendu sa complainte qui franchement n'a rien de très mélodieux, je dirais même qu'au bout d'un moment c'est presque crispant. Mais j'ai tenu bon et vous voyez je ne dis presque pas de mal.

 

Finalement les biches c'est un peu comme les mannequins et les footballeurs: c'est joli à regarder mais il ne vaut mieux pas qu'ils ouvrent la bouche.

Commis par La Ségaline - dans Ma vie rurale
commenter cet article
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 08:55

J'apprends l'autre jour que nous sommes dans une année de treize lunes et que c'est pour ça que tout va mal.

 

Treize lunes et pléthore de candidats à la présidentielle, apparemment il n'y a pas que la météo qui soit détraquée...

Commis par La Ségaline
commenter cet article
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 17:45

A la fin du mois d'août nous avons fait une nouvelle tentative pour nous rendre au festival de théâtre de rue d'Aurillac. Je dis « nouvelle tentative» car franchement moi ça me coûtait car je déteste la foule en général, et la faune étrange qui peuple les rues d'Aurillac pour ce festival encore plus: chevelus avinés et enfumés à moitié à poil qui pissent un peu partout, je suis pas du genre coincé mais franchement c'est pas ma tasse de thé. Mais tel n'est pas le sujet de ce billet (pas le temps il y aurait trop à dire et j'ai les devoirs à faire avec les enfants, youpi). En fait de spectacle nous n'avons rien vu, celui que nous voulions voir ayant été annulé après des heurts entre manifestants et policiers juste avant notre arrivée. Le truc le plus sympa que j'aie vu ce soir-là a été le message affiché sur une porte de garage donnant sur la rue à l'attention de ceux qui se garent comme des pieds: la propriétaire agrémente souvent sa porte de garage ou son portail de messages non dénués d'humour comme celui-ci.  Voici celui découvert cette année:

Festival (dans la rue) d'Aurillac

Pour ce qui est du spectacle que nous n'avons pas vu lors de ce festival, j'ai eu la chance de le voir en avant-première tout près de chez moi quelques jours auparavant, je vous  ferai un petit billet car vraiment c'était épatant.

Commis par La Ségaline
commenter cet article
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 15:42

 

Combien de temps vit un grillon ? Si vous me posez la question en ce moment j’aurais tendance à vous répondre : « Bien trop longtemps à mon goût ! » Mais d’où vient une telle animosité envers ce charmant insecte, moi qui aime pourtant beaucoup la nature ?

 

Depuis quelques jours un grillon se met à chanter tous les soirs vers la même heure sous ma fenêtre. Je dis « un » grillon car je pense qu’il doit s’agir du même : même heure, même pot de fleur, quasiment même branche de verveine, même chant toute la nuit. Oui, TOUTE la nuit ! D’où mon interrogation sur la durée de vie de la bestiole. Entendons-nous bien, j’adore les animaux et je ne leur veux pas le moindre mal, je me contenterai donc fort bien de la mort entièrement naturelle de ce grillon, mais si ça pouvait être le plus tôt possible, ça ne serait que mieux.

 

Mais qu’est-ce qui arrive donc à cette pauvre Ségaline, la voilà qui râle après une malheureuse bestiole parfaitement inoffensive qui chante à la campagne ? Il est vrai qu’il y a peu je m’indignais d’une décision de justice qui obligeait des propriétaires à faire combler leur étang car le chant des crapauds deux mois dans l’année dérangeait leurs voisins citadins en villégiature ou néo-ruraux je ne sais plus. Même indignation pour tous les coqs condamnés à la cocotte (-minute) pour cause de chant trop matinal. Le problème c’est qu’à Teyssieu, avec la fin de l’été et le départ des boulistes le soir il n’y a plus un seul bruit, et du coup ce fichu grillon, je n’entends plus que lui !

Quelques soirs après le début de sa carrière lyrique, la curiosité m’a poussée à aller voir à quoi ressemblait mon ténor. Des grillons je ne connaissais que les gros bruns qui font leurs petits trous dans le sol. Je me suis aperçue qu’il ne s’agissait pas du tout de cela : il est petit, tout fin et très clair, presque transparent, son chant provenant du frottement de ses deux petites ailes diaphanes, on a du mal à croire qu’une aussi petite bête puisse faire autant de bruit !

 

Une brève recherche m’a amené sur un site dédié au grillon (si si, ça existe) et m’a permis de découvrir que j’étais harcelée, n’ayons pas peur des mots, par un grillon d’Italie (encore un immigré) : pas étonnant qu’il aime pousser la chansonnette.

Ici et là j’ai glané d’autres infos sur mon ami oecanthus pellucens et j’ai notamment appris que jadis les dames de la cour en enfermaient dans de petites cages dorées disposées dans les chambres afin que leur chant favorise le sommeil.

Bon eh bien il faut croire que je n’ai rien d’une dame de cour, mais ça c’est pas un scoop.

Commis par La Ségaline
commenter cet article
31 août 2016 3 31 /08 /août /2016 13:58

J’aime flâner en voiture, et par-dessus tout j’adore les petites routes dont je sais qu’elles mènent toujours quelque part et par lesquelles je peux rejoindre une plus grande route, car je déteste rebrousser chemin et refaire le trajet à l’envers : on a vraiment l’air très con de repasser devant des gens qui nous ont dévisagés une première fois parce qu’il ne passe jamais d’inconnu sur ces routes, on a l’impression d’être des touristes égarés ! J’ai donc profité en ce début d’après-midi d’une petite course en solitaire pour m’aventurer par ces chemins. Ségéric, Aygueparses, Cantagrel ou Mejanesseres, que de noms vus maintes fois à quelque croisement ou sur les cartes IGN et qui titillaient ma curiosité : aujourd’hui ces lieux pleins de mystère pour moi étaient enfin à portée de roues, je me suis donc lancée à l’aventure. Car c’est bien d’une aventure dont il s’agit : panneaux indicateurs moussus et hors d’âge, routes au revêtement incertain parcourues d’une belle bande verte qui laisse imaginer le peu de circulation qu’il peut y avoir, kilomètres ombragés sous d’épaisses forêts sans rencontrer âme qui vive, serpentant autour de collines et plongeant vers le ruisseau avant de remonter… Je n’ai croisé qu’une voiture, au milieu de trois maisons à la mine abandonnée, un charmant vieux monsieur qui s’est serré tout autant que moi et qui m’a confirmé, hilare un vieux mégot au coin de la bouche, arrivé à ma vitre baissée que « C’est par large hein ?! » auquel j’ai répondu tout sourire que l’important c’était que ça passe !

 

Car oui « ça passe » comme je l’ai déjà écrit par ici il y a quelque temps.

Commis par La Ségaline - dans Ma vie rurale
commenter cet article
20 août 2016 6 20 /08 /août /2016 18:07

Ou « liste des choses à faire », in french. C’est le genre de liste qui rassure les angoissés et les méthodiques hyper organisés. Moi ça me fiche le bourdon car chacune des listes de choses à faire que je pourrais éventuellement dresser se transforme immanquablement en « liste des choses que je n’ai toujours pas réussi à faire ».

 

J’étais pourtant bien décidée à faire quelque chose de ce qui aura été mon été le plus long depuis le 8 juin, jour béni où j’ai vu pour la dernière fois mes élèves de Seconde : reprendre la rédaction de mon blog et celle de mon journal intime, repasser une couche ou deux de lasure sur les volets et la charpente de la terrasse, reprendre un peu l’entretien du jardin histoire de goûter quand même un minimum de ce qu’on avait semé ou planté, etc.

 

Ouais. Au final mon blog est presque à l’abandon, tout comme le jardin dans lequel les oies ont fait une razzia et se sont gavées du peu de haricots verts que nous avions réussi à faire venir, il n’y a qu’une paire de volets peinte, et pour ce qui est de mon journal intime je l’ai retrouvé l’autre jour et je me suis fait peur en constatant que je n’avais pas écrit depuis 2013… avant de m’apercevoir que ce n’était que l’avant-dernier cahier et que finalement mes dernières lignes ne remontaient « que » à la fin 2015. Et je ne parle pas de la liste de livres à lire…

 

Mais qu’ai-je donc fichu de mon été pour l’avoir laissé filer ainsi ? On était pourtant bien partis avec une première paire de volets attaqués dès la fin juin, et puis la chaleur est arrivée, j’ai enfin rangé mon bureau (et ça c’était même pas sur la liste !), puis les enfants ont été en vacances, on a assisté impuissants aux allées et venues desdits enfants et de leurs copains de vacances en nous disant dépités qu’ils avaient une vie sociale bien plus importante que la nôtre, je crois que ça nous a miné le moral… Du coup on n’est pas allés plus loin que ces deux paires de volets et on a largement procrastiné pour tout le reste ! J’ai quand même passé pas mal de temps à bouquiner sur la chaise longue à l’ombre des châtaigniers, voire à regarder simplement le dessous des feuilles et ça c’est quand même chouette. D’autant plus que j’ai lu ce matin que rêvasser était très bénéfique pour la créativité. Étant donné mes aptitudes particulièrement développées en matière de rêvasserie le nez en l’air, je devrais être au top de ma créativité. Comme quoi ils racontent bien n’importe quoi dans les journaux.

 

Commis par La Ségaline
commenter cet article
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 21:26

L'édition originale du Grand Larousse regorge de perles qu'a répertoriées Pierre Enckell et qui constituent un florilège de bêtise et d'ignorance parfois ce qui est un comble pour un ouvrage qui se veut savant, mais c'était une autre époque. Quoi qu'il en soit, parmi les perles qui m'ont bien fait marrer, je vous livre celle-ci:

 

«Le docteur Demeaux affirme que, depuis qu'on fume dans le département du Lot, la santé générale s'est améliorée.»

 

Bon, au cas où, je devrais peut-être m'y remettre...

Commis par La Ségaline - dans Cabinet de lecture
commenter cet article
13 août 2016 6 13 /08 /août /2016 09:00

Ah, enfin une étude qui fait du bien et dont on ne peut mettre en doute les résultats ! Selon des chercheurs, les personnes paresseuses auraient un Q.I supérieur à celles qui sont dans l’activité permanente. Mieux que ça : « La fainéantise n'est pas le seul marqueur d'un QI plus élevé. D'après d'autres études, les personnes intelligentes utilisent plus d'insultes, se couchent tard et sont très désordonnées. »

 

Là, je crois qu’il est vraiment temps que je fasse vérifier mon QI.

 

A lire sur le site du Huffington post.

Commis par La Ségaline
commenter cet article
4 août 2016 4 04 /08 /août /2016 19:10

On sait qu'en province il faut s'armer de patience pour consulter certains spécialistes de santé, il n'est ainsi pas rare de devoir attendre plusieurs mois pour voir un ophtalmo ou quelques semaines pour bénéficier des prouesses de l'imagerie médicale.

Mais là franchement, à Grenoble c'est le pompon...

 

200 millions d'années pour un scanner, ça fait longuet tout de même.

Commis par La Ségaline
commenter cet article

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche