Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 12:03

Les têtes pensantes de nos gouvernements successifs ne finissent décidément pas de nous surprendre, ils sont près à toutes les masturbations intellectuelles pour nous asséner leur jargon. C’est d’autant plus vrai dans le milieu de l’Éducation Nationale qui ne cesse d’essayer de se réformer et qui n’en peut plus de sa terminologie pseudo-intellectuelle et tout à fait risible. Ainsi dans la dernière appréciation de ma fille en grande section de maternelle, j’ai appris que la pauvre petite avait un peu de mal avec « la tenue correcte de l’outil scripteur » : heureusement mon précieux DEA de Sciences du langage m’a permis de comprendre de quoi il s’agissait. Et ce matin sur France Inter j’entends parler de la nouvelle et énième réforme du collège. Celle-ci fait vivement débat et ça sent la grève des profs à plein nez. Et comment blâmer leur colère et leur incompréhension, alors qu’on cherche encore à pondre quelque chose de complètement saugrenu qui va un peu plus niveler par le bas ?

Comme les gouvernants, quels qu’ils soient, ne sont pas à une incohérence près, au moment où on parle de supprimer les options de langues anciennes qu’on accuse d’être élitistes, on concocte des nouveaux programmes aux énoncés pour le moins sibyllins et qui nécessitent d’avoir fait Bac+10 pour en saisir le sens… En effet prochainement nos charmants adolescents devraient par exemple évoluer en « milieu aquatique profond standardisé ».

 

C’est quand même plus classe que d’aller à la piscine, hein ?

Partager cet article

Repost 0
Commis par La Ségaline
commenter cet article

commentaires

jean-claude thibault 09/06/2015 17:36

Comment écrit-on "cuistrerie" ?

Fleurdelys 03/06/2015 11:13

Jargon technocratique profondément Tatin, c'est-à-dire complètement tarte, oserai-je dire.
Il est quand même hallucinant que le ministre de la Justice demande aux juges de simplifier le langage judiciaire qui n'est pourtant que l'expression très précise d'une technique juridique délicate, et que dans le même temps sa collègue de l'Education dite Nationale s'ingénie à gouverner en employant une "novlangue" aussi absconse qu'absurde et ne reposant sur aucune base concrète car apparemment pour les Trissotin du "Mammouth" le comble de l'horreur et de l'ignorance c'est d'appeler un chat un chat. Molière et Boileau en leur temps ont déjà moqué cruellement la futilité de tels esprits "entièrement occupés d'eux-mêmes jusqu'à l'enflure" comme disait le duc de Saint-Simon aussi immense par son génie qu'il était petit par sa taille. La vanité de ces personnages passera ("Vanitas vanitatum et omnia vanitas" comme il est désormais interdit de l'apprendre) : on ne dit toujours pas "voiturez-nous ici les commodités de la conversation", mais "apportez-nous des fauteuils". Ce n'est donc pas demain la veille que les panneaux indicateurs de nos villes porteront la mention "milieu aquatique standardisé" au lieu de se borner à énoncer "piscine". En attendant, la machine à décerveler tourne à plein régime. C'est cela qui est dramatique.

Fleurdelys 03/06/2015 21:48

Quels sont les jolis noms qui bientôt nous resteront ? Qui se souviendra de Rabelais, qui l'aura lu et sera capable, de le lire dans "son jus" ( c'est-à-dire sans transposition en français moderne où tout le sel du texte est, en quelque sorte "pasteurisé"). Qui comprendra l'expression "substantificque moëlle" que vous reprenez en l'édulcorant, employée par ce père de la littérature française, qui saura lire Robert de Clary, Joinville, Villehardouin ou Commynes, en un mot comprendre et appréhender ce qu'est la France et sa longue civilisation, sa prestigieuse histoire, son immense grandeur qui n'est pas allée sans dévoiements mais qui fait d'elle l'une des grandes Nations sur le globe. Et il faudrait maintenant, à POITIERS, là-même où Charles Martel a arrêté en 732 la barbarie tribale et primitive qui voulait nous soumettre à son joug sanguinaire et impitoyable que des démagogues nous imposent une invasion pernicieuse parce que lentement perceptible ? Ce que les Francs ont refusé en 732, les Français de 2015 ne sont pas davantage disposés à l'admettre, quand bien même les moyens d'invasion de l'ennemi ont changé, du moins en apparence : il est vrai qu'il a renoncé au cimeterre pour adopter la kalaschnikov, mais le principe reste le même : "là où un musulman a posé le pied, le pays est musulman". Nous avons dit non, il y a quatorze siècles et nous devons maintenir ce refus sans aucune concession, quel qu'en soit le prix car il vaut mieux vivre libre que mourir à genoux. N'ayant pas une mentalité d'esclave (car au-delà des turpitudes de la traite négrière européenne des XVIIe et XVIIIe siècles, les arabes et les africains ont très largement dominé le commerce des esclaves jusqu'à l'extrême fin du XXème siècle), je n'entends pas me soumettre aux décrets et autres "fatwas" pour ne pas dire "fatras" du premier enturbanné venu qui serait fortement bien inspiré d'utiliser le tissu dont il entoure son chef pour assurer son hygiène anale après d'indispensables évacuations.

La Ségaline 03/06/2015 14:04

En effet on met beaucoup d'application à trouver des noms incongrus aux disciplines scolaires, pour que chaque ministre puisse se faire mousser, tout en mettant autant de zèle à les vider de leur substantifique moelle. Quand il n'y aura plus que du vide au moins il nous restera de jolis noms, voilà qui nous fera sans doute une belle jambe.

Le Mousquetaire des Mots 03/06/2015 10:49

Mon bonjour DameSégaline,
Vous vous faites discrète ces dereniers temps. Serait-ce que vous avez cessé votre activité ? Que votre dernier article dans lequel vous fulminiez contre une phraséologie absurde est l'ultime ?
Je soupire parce que je ne reçois aucune alerte, mais venant vous voir pour dénicher votre ponte, je ne vois rien de plus que la dernière fois. Presque un mois déjà que vous avez plongé dans la discrétion la plus totale. J'espère que vous n'êtes pas malade. et que vos occupations au quotidien vous empêchent seules de nous régaler de votre prose.
Amicalement

La Ségaline 03/06/2015 14:01

Tout juste Auguste! Je suis simplement dé-bor-dée! J'ai accepté une remplacement en collège (en latin avant qu'il ne disparaisse!), j'ai reçu en même temps pas mal de travail pour mon activité de rédactrice, ajouté à cela des entretiens avec une centenaire épatante pour raconter ses souvenirs de jeunesse: n'en jetez plus la cour est pleine! Voilà qui explique ma discrétion, à tout cela n'oublions pas d'ajouter mon (in-)activité au conseil municipal, mes aventures domestiques multiples et variées. Bon j'arrête là car c'est finalement la vie assez ordinaire des femmes actives, mais je me dis que quand j'aurai 5 minutes j'aurai de quoi écrire quelques petits billets!

Le Mousquetaire des Mots 16/05/2015 01:32

Comment se fait-il que je ne reçoive plus l'annonce de tes articles ? C'est franchement casse-pieds. Si je n'avais pas l'idée de te rendre visite je ne saurais rien et n'aurais pas le plaisir de te lire. Tu résumes tes pensées de manière très personnelle et je me régale quand tu brocardes les "réformes". L'E.N. a la fâcheuse manie de changer très souvent de ministre, d'où des réformes de plus en plus absurdes qui ne vont jamais au bout du bout. Pour ce qui est de la terminologie en vogue, ça ne date pas d'hier : à chaque époque son langage, juste histoire de se démarquer des prédécesseurs. A quand une vraie réforme qui permettra aux enfants de ne pas décrocher et de sortir du système scolaire en sachant tout juste lire et compter ? Avec l'informatisation galopante, rien ne s'arrange, bien au contraire. Quand les élèves sortent du bac, la plupart se joue de l'orthographe et de la grammaire. On a tellement dévalorisé les "petits" métiers qu'on ne trouve pas assez de plombiers ou d'électriciens. Et que dire des cordonniers ? Certes le monde change, mais est-ce une raison suffisante pour prétendre amener jusqu'en terminale pour obtenir 80 % de bacheliers qui traîneront leurs guêtres sur les bancs de la fac alors que leur niveau est en-dessous de la moyenne ? Ce sont sans doute les dégâts collatéraux qui permettent l'existence d'une élite (et la France est loin d'être égalitaire). Quel gâchis ! Outil scripteur ou pas, si l'enseignement se dégrade, ce n'est pas la faute des profs, mais des dirigeants qui se masturbent le cerveau en créant de plus en plus de réformes insensées. Quant au jargon concernant la piscine, je préfère en rire. Ce sont les éléments de langage de la communication, faits seulement pour noyer le poisson. Et en fait de poissons, ce sont des enfants. Mais les communicants n'en sont pas à une absurdité près. Pas étonnant qu'à chaque métier correspond un jargon de spécialistes... Et nos chers politiques ne savent même plus appeler un chat un chat. Ils ont besoin de ces communicants pour étayer les théories les plus farfelues auxquelles nous ne comprenons rien (ce qui les arrange). Ils nous prennent pour des idiots.

Murielle 14/05/2015 05:47

En te lisant je me suis souvenue de cette découverte en Guadeloupe : les piscines scolaires qui sont un petit morceau d'Atlantique ou de mer des Caraïbes délimitée par des bouées. Je suppose que ça se fait dans d'autres territoires d'ailleurs.Mais du coup,c'est pas vraiment "standardisé" ça...
Et puis, comme ils veulent introduire massivement les tablettes à l'école, je me demande comment justement ils nomment ces dernières ? Des "Outils technologiques plats" ?
Le problème n'est pas tant de réformer, le problème semble être de pouvoir se mettre à la place des personnes qui font et vivent l'école au quotidien lorsque l'on fait partie de l'élite...

Sirius 12/05/2015 08:22

Peut-être ta fille est-elle plus à l'aise avec le référentiel bondissant qu'avec l'outil scripteur?

Je vois que tu as droit à une régime préférentiel de la part d'Over-blog, puisque tes commentaires sont visibles. De mon côté, après une incursion très décevante sur une autre plateforme, je reviens à la formule connue, en espérant que les choses s'arrangeront un jour...

jfvionnet 11/05/2015 15:30

En fait, c'est se mettre en position horizontale dans un milieu aquatique profond et standardisé, et bouger les bras et les jambes de façon non synchrone, avec une phase de respiration adaptée, dans le but d'avancer plus ou moins vite. Je me souviens de mon enfance de maître-nageur, il y a 50 ans maintenant. Quant à la tenue correcte de l'outil scripteur, je subodore qu'il s'agit du stylo, ou du crayon, mais je ne vais pas tarder à avoir besoin d'un traducteur, comme quand je vais chez le médecin, ou comme quand j'ai commencé à étudier les maths modernes, une vraie question de langage incompréhensible pour les non-initiés.

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche