Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 13:04

Il ne vous aura pas échappé que j’ai été plus que discrète ces derniers temps et que la tenue de ce blog laisse à désirer (et je ne vous parle pas de celle de mon journal personnel qui ne va pas tarder à attirer les mites et autres bestioles papivores). Je remercie au passage ceux de mes lecteurs et lectrices qui ont eu la bonté de s’en inquiéter et de prendre de mes nouvelles, ils et elles se reconnaîtront. La raison de ce silence ? Le travail tout simplement. Je sais ce n’est pas une excuse. Alors sans doute y a-t-il eu à un certain moment un peu de lassitude, un manque d’inspiration, voire peut-être même une franche paresse, je le confesse.

 

Néanmoins je dois reconnaître que j’ai été tout de même un peu occupée ces dernières semaines. J’ai eu l’idée saugrenue, mais il faut bien manger, d’accepter un remplacement dans un collège près de chez moi. « Idée saugrenue » dis-je car je m’étais bien jurée de ne pas retourner dans l’enseignement. Mais vous savez ce que c’est, il ne faut jamais dire « Fontaine… » etc. Bref tout ceci m’a donné pas mal de travail, et encore je n’étais pas à temps plein et la collègue que j’ai remplacée m’avait envoyé toutes ses préparations que je n’avais plus qu’à suivre. Préparations et corrections, adolescents hystériques ou au contraire en état de mort cérébrale en ce mois de juin raccourci pour cause de brevet précédé d’un mois de mai mité, on peut dire que j’ai été gâtée. Heureusement j’ai été très bien accueillie par l’ensemble de l’équipe éducative, malgré mon a priori sur le monde enseignant en général : le fait que les profs n’aient jamais vraiment quitté l’école ne joue pas en leur faveur évidemment. On comprend mieux le fossé qui existe parfois entre les parents d’élèves « de la vraie vie » qui bossent à l’usine et rentrent crevés à pas d’heure et ces enseignants souvent enfants de profs eux-mêmes, le plus souvent encore mariés à des collègues, qui trouvent scandaleux qu’on puisse leur imposer une réunion le mercredi après-midi car « enfin mais comment on fait quand on a des enfants ?! ». Le seul fait de poser cette question est révélateur : certains ne semblent pas se rappeler qu’il y a une vie en dehors de l’école, et que oui c’est vrai il y a des gens qui travaillent les mercredis et qui confient leur progéniture au centre aéré le plus proche, incroyable...

Cette replongée en apnée dans les affres de l’éducation de nos chères têtes blondes m’a inspiré cette conclusion : en revenant dans l’enseignement j’ai bien compris pourquoi j’en étais partie.

 

Mais comme je ne suis pas à une contradiction près et qu’en plus je dois avoir une sacrée dose d’inconscience et/ou de masochisme (et aussi, je me répète, qu’il faut bien manger), voilà que je m’apprête à signer à nouveau dans un autre établissement pour un replacement à l’année avec plein de niveaux et la perspective de ne pas pouvoir sortir le nez du guidon jusqu’en juin prochain, sauf dépression profonde ce qui n’est pas exclu.

 

Du coup, je crois que question assiduité sur le blog, ça risque d’être encore pire maintenant !

Partager cet article

Repost 0
Commis par La Ségaline
commenter cet article

commentaires

Eric 29/07/2015 21:41

Bonsoir,
Je suis désolé que vous n'ayez pas eu votre poste à la prochaine rentrée. Cela ne vous ferme pas la porte de l'EN : peut être qu'un autre poste (de plus ou moins longue durée dans un autre collège) vous sera proposé.
Je passerai de temps en temps lire vos billets d'humeur (j'ai beaucoup apprécié votre billet sur le langage pédago-technocratique de notre ministère).

Eric 28/07/2015 20:36

Je suis tombé par hasard sur votre blog (les joies de la "navigation" sans but). Je souhaite juste apporter une petite précision à votre article : il y a de plus en plus d'enseignants ayant eu une vie professionnelle avant de se diriger vers l'enseignement, j'en suis un exemple et mes parents n'étaient pas enseignants.
Bon courage pour la prochaine rentrée !

La Ségaline 29/07/2015 13:37

Heureusement, je n'énonçais que des généralités histoire de forcer une peu le trait et faire réagir! En effet le métier a bien changé, de nombreux enseignants ont eu une autre carrière auparavant, notamment ceux qui se "recyclent" dans le primaire, et un nombre tout aussi important quitte l'E.N pour aller voir ailleurs si on ne veut pas leur accorder un peu plus de considération... Les choses évoluent, les profs aussi, en bien, en mal, je me garderai bien cette fois de trancher la question...
En tout cas merci de votre visite (n'hésitez pas à revenir!) et de vos encouragements, malheureusement le poste a finalement été pourvu par quelqu'un ayant fait une demande en bonne et due forme. Ainsi va la vie...

Agatheb2k 13/07/2015 12:51

Et moi qui pensais que tu nous concoctais un bulletin municipal d'au moins dix pages !
Merci de mettre les pieds dans le plat... il y a bien longtemps que l'EN est dans sa bulle, coupée de toute réalité...
Les heures de retenue, les cheveux arrachés, les coups de règle sur les doigts et les pages d'écriture imposées par l'instit de T. parce que j'avais appris à écrire dans une autre académie où l'on faisait 2 lettres qui n'avaient pas la même longueur que ce qu'il enseignait... la rédaction en 6ème pour laquelle j'avais eu la primeur de l'annonce de mon zéro pour avoir soit-disant copié directement dans un livre, le sujet en était : "décrivez un métier" et j'avais décrit la forge désaffectée dans laquelle je jouais encore deux ans auparavant, dont le travail nous avait été expliqué par le propriétaire qui nous louait la maison attenante, avec ses bruits et ses odeurs imaginés... sont, pour moi, des souvenirs encore aussi cuisants qu'à l'époque, de l'absence totale d'intérêt des enseignants pour les singularités de leurs élèves, condamnés sans appel !!!

Murielle 11/07/2015 06:53

Je me demandais, en voyant ton silence (ohhh cette phrase !) comment tu allais. Mais comme moi-même je suis plutôt silencieuse en ce moment...
Bon, pour avoir quelques amis et membres de ma famille dans l'EN qui supportent de plus en plus difficilement les difficultés (entre collègues fortement narcissiques et égotiques et administration désagréable, ça plus les élèves et parents d'élèves qui ne sont pas toujours les pires, même si...) je ne peux que te souhaiter plein de courages avec un S majuscule !
Ceci dit, je comprends fort bien : il y a des réalités économiques contre lesquelles il est difficile de lutter...
J'espère que tu vas profiter d'un peu de repos avant, histoire de prendre des forces !

Sirius 10/07/2015 09:26

Serais-tu une "relapse"? Vu ton âge, il y a de fortes chances pour que l'âge de ta retraite ne sonne qu'à 67, 70 ou 75 ans; alors, je pense que tu as bien fait de t'y remettre dès maintenant. Bon courage pour la rentrée!

jfvionnet 09/07/2015 22:19

Bon courage, si tu repiques à l'éducation nationale, ou autre. Mon géniteur était professeur, il a même eu les palmes académiques, à une époque bénie où les professeurs étaient encore respectés, c'est à dire il y a bien longtemps. J'ai une soeur qui a été institutrice en maternelle, et qui est maintenant à la retraite. Heureusement, j'ai choisi l'industrie, pour le travail, je n'aurais jamais pu exercer le métier d'enseignant, alors je te souhaite vraiment bon courage.

Fleurdelys 09/07/2015 16:03

Mon épouse, professeur de collège depuis trente-six ans, entamera sa dernière année en septembre prochain avant une retraite bien méritée. Elle n'en peut plus de supporter les élèves qui sont maintenant d'odieux sauvageons, les parents qui prétendent lui apprendre son métier et des collègues...sans éducation incapables eux-mêmes de se comporter avec civilité et qui viennent travailler dans des tenues défiant l'imagination(un homme en "marcel" et tongs", femmes en mini-jupe et décolletés ne laissant quasiment rien ignorer de leurs charmes, le tout en mâchant du chewing-gum alors que cela est, en principe, interdit aux élèves etc...). Ses collègues la qualifient aimablement de "bourgeoise", c'est tout dire de l'état d'esprit qui règne dans cette administration. Elle a don hâte d'être au mois de juin 2016 tout en souhaitant beaucoup de courage à ceux qui devront mettre en oeuvre la réforme de Mme Vallaud-Belkacem en septembre suivant.

La Ségaline 09/07/2015 17:19

Moi qui n'ai enseigné que quelques années et ai déjà pu constater l'évolution (dans le mauvais sens bien sûr) de l'EN, j'imagine aisément le fossé qui sépare l'enseignement de l'époque où votre épouse a embrassé cette carrière, et celui qu'elle va bientôt quitter! Un fossé, que dis-je, un gouffre insondable...

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche