Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 14:19

J’attaque mon troisième livre en moins de deux semaines, un record depuis des mois, que dis-je des années.

Pour la fin de mon intérim au lycée, les collègues de l’amicale m’ont offert une plante et un bouquin. Pour la plante je ne sais pas mais pour le livre je gage que mes collègues de littérature n’ont pas participé au choix ! La quatrième de couverture de Mémé dans les orties, court roman d’Aurélie Valognes, paraissait alléchante avec cette histoire d’un vieux bougon désagréable, sorte de « Tatie Danielle » au masculin. J’ai lu en quelques heures seulement mais sans enthousiasme particulier. Il faut dire que tout ça ne cassait pas trois pattes à un canard, et qu’à chaque fois que j’interrompais ma lecture je me disais, sans doute prétentieusement, que j’aurais parfaitement pu écrire ce que je venais de lire : je ne connais pas d’expérience de lecture plus désagréable je crois.

Bref le livre, sympathique mais sans plus, ne restera pas bien longtemps dans ma mémoire qui au demeurant ne garde plus grand-chose de mes lectures… aïe.

 

Un petit tour sur Internet m’a appris que cette Aurélie Valognes s’était d’abord fait connaître sur le web où ce dernier roman a été un best-seller : j’aurais dû me méfier. J’éprouve toujours un mouvement de recul dès qu’on essaie de me convaincre de lire un de ces succès de librairie, idem pour les Goncourt et autres prix, l’esprit de contradiction sans doute ou une méfiance bien naturelle vers tout ce qui ne semble appeler aucune critique. Bref après le succès numérique l’édition classique s’est penché sur ce phénomène et l’a édité en version papier, histoire d’en remettre une couche en touchant un autre public.

Voilà qui en dit long sur le métier d’éditeur aujourd’hui. Si autrefois l’éditeur était celui qui était capable de dénicher des talents, des auteurs originaux qui pouvaient révéler des choses nouvelles tant du point de vue du fond que du style, aujourd’hui il s’agit de repiquer ce qu’offre la toile et qui est déjà un succès, histoire de ne prendre aucun risque et d’offrir aux lecteurs ce que tout le monde a aimé ou qui du moins semble avoir déjà fait ses preuves, autant dire que la prise de risque est limitée.

Pour ce qui est de Mémé dans les orties, en ce qui concerne la qualité littéraire on repassera, on reste sur sa fin, c’est assez convenu et sans surprise : pas de style, rien de particulier, c’est pas mal écrit mais c’est un peu comme le fast-food, aussitôt avalé, aussitôt oublié !

 

Sinon, juste après j’ai lu, en une après-midi, Adieu, de Danielle Sallenave, autrement plus intéressant bien que très bref. Découpé en autant de très courts chapitres que de rencontres, ce sont les quelques conversations entre un neveu photographe et son grand-oncle. Tout en délicatesse, pudeur et subtilité, l’auteur dévoile les rapports entre les deux hommes, l’un un brin nostalgique, l’autre très respectueux de son aîné. Il ne se passe rien d’autre que ces rencontres quasi quotidiennes, prétexte à des allées et venues entre un passé révolu et un présent auquel s’adaptent plus ou moins bien les personnages.

 

Évidemment il ne s’agit pas là je crois d’un best-seller (des années 80) mais j’ai trouvé ça fichtrement plus consistant. J’ai aussi terminé en quelques jours Le Lièvre de Vatanen, de Arto Passilinna, jubilatoire, et et je vais me replonger avec délice dans les classiques avec les Contes de Charles Nodier. Quel festival, ça fait du bien.

 

Partager cet article

Repost 0
Commis par La Ségaline
commenter cet article

commentaires

Fleurdelys 31/08/2016 22:25

On reste sur sa faim voulez-vous dire et non sur sa fin, ce qui n'a aucun sens.
Je viens de lire avec beaucoup d'intérêt le "Journal" de Maurice Garçon écrit au jour le jour de 1939 à 1945. Maurice Garçon fut l'un des plus célèbres avocats de son temps, il était membre de l'Académie Française et fréquentant le grand monde il était placé à un poste d'observation qui lui a permis de dresser un tableau saisissant de cette époque troublée. Je vous recommande cet ouvrage propice à beaucoup de réflexions sur la nature humaine hier comme aujourd'hui.

La Ségaline 01/09/2016 12:53

On reste sur sa "faim" évidemment, vous avez corrigé de vous-même. Cependant on reste aussi sur sa "fin" car, déçu, on en attendait une meilleure ou plus surprenante!

Agatheb2k 22/07/2016 21:05

Veinarde, je suis fan de littérature nordique, mais à moins de commander c'est introuvable dans le sud, le mieux que j'ai eu c'est 2 livres assez jubilatoires de Jonas Jonasson au supermarché dont j'ai aussi épuisé le stock de policiers... il ne leur reste plus que la collection Marc Levy qui ne m'inspire pas du tout, et comme personne ne veut se dévouer pour les acheter, le rayon n'est réapprovisionné qu'en romans en anglais et en flamand.

Le Mousquetaire des Mots 20/07/2016 18:54

Bonjour Ségaline, on dirait bien que nous en avons en commun une vision identique quant aux succès de librairie ou prix littéraires. Ça fait du bien de lire ta façon de voir, on se sent moins seul. Je lis beaucoup en ce moment, mais pas de la littérature française. Et dans le texte, ce qui me ravit. S'il est un auteur que j'aurais aimé rencontrer, c'est Umberto Eco. Un phénomène, un écrivain hors pair, une culture qui n'est pas surfaite, une écriture qui coule de source alors qu'elle est très travaillée, des écrits bien sentis à l'esprit mordant et en même temps délicat, un visionnaire au meilleur sens du terme : il revisite notre époque et émet des critiques méritées. Je me régale.

Sirius 18/07/2016 18:24

Eh bien, contrairement à toi et dans un tout autre genre, je viens de terminer un livre que je n'aurais pas pu écrire moi-même, et pour cause! Il s'agit de l'autobiographie de Jacques Mesrine. Facile à lire et instructif, même s'il m'a fallu 2 semaines pour arriver à bout des 385 pages écrit gros (oui, pour les vieux). Son seul regret fut de ne pas avoir pu élever sa fille.

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche