Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 20:02

30 cm x 15 cmL’année dernière l’école de mes plus jeunes enfants a été menacée de fermeture : pas assez d’élèves, il fallait supprimer ce poste pour pouvoir subvenir aux besoins de zones urbaines surpeuplées, bref déshabiller Jacques pour habiller Paul, un vieux truc. Par bonheur et grâce à la volonté des élus et de parents d’élèves le poste, et donc l’école puisqu’il n’y a qu’une classe à trois niveaux, a été maintenu.  Il y a quelques semaines à peine rebelote, voilà que le DASEN menace à nouveau l’école de fermeture, pour les mêmes motifs. Certes les effectifs ne sont pas en hausse, nous sommes dans un territoire ultra-rural et qui plus est en zone de montagne, mais l’argument qui avait apparemment fait reculer l’inspecteur l’année dernière, à savoir le temps de trajet des enfants les plus éloignés (en l’occurrence les miens à Teyssieu) n’a pourtant pas varié d’une minute.

Fort heureusement l’inspecteur a revu sa copie et l’école sera maintenue à la rentrée prochaine, mais le plan de « remaillage scolaire » devant aboutir l’année suivante je ne serais pas étonnée que l’inspecteur souhaite frapper un grand coup et quitter le département sur un coup d’éclat.

En attendant des collectifs se mettent en place et les écoles menacées se défendent comme elles peuvent. Et leur colère est légitime. Je vous invite à regarder le blog d’un collectif de défense des petites écoles, les chiffres sont édifiants, on se demande ce qui préside aux décisions de cette administration, certainement pas le bien-être des enfants ça c’est sûr.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Fleurdelys 05/03/2017 10:39

Et on se lamente sur la désertification des campagnes dans les régions reculées comme la nôtre, le Haut-Quercy. Nous avons les mêmes problèmes chez nous à Saint-Cirgues, Lauresse, Gorse etc...
Si on supprime l'école, la poste et les autres services publics, il ne restera bientôt plus que quelques vieillards qui disparaîtront à leur tour. L'hôpital de Figeac se meurt : il n' y a plus de service maternité et les parturientes doivent aller accoucher à Brive ou à Villefranche de Rouergue : du délire !

La Ségaline 01/04/2017 12:46

D'ici une petite cinquantaine d'années les campagnes comme les nôtres ne seront plus que des villages de vacances pour citadins épris de tranquillité. Ah ça de la tranquillité, ils en auront... car il n'y aura plus que ça.

Axel 21 02/03/2017 18:38

J'ai travaillé quelques années dans une inspection de l'EN. Il est vrai que l'inspecteur est pris entre le marteau et l'enclume. D'un côté les élus locaux et les parents, de l'autre sa hiérarchie et les instructions ministérielles. Sa marge de manœuvre est infime.

Florentin 25/02/2017 16:32

Bonjour. Je n'arrivais plus à te joindre. Au point que je me suis un moment demandé si tu n'avais pas fermé ton site. J'ai vu ton dernier message chez le Mousquetaire et j'ai eu la curiosité de regarder avec un peu plus d'attention tes coordonnées : il me manquait un trait d'union ! Garder kes écoles rurales là où elles sont ? Je suis totalement d'accord. Comment peut-on, par exemple, obliger les enfants à se lever aux aurores pour aller à l'école ? J'imagine la forme qu'ils ont quand ils sont enfin assis sur leur banc. Mais le gouvernement s'en fout, il lui faut des sous et peut lui chaut la santé et le bien-être des enfants.

La Ségaline 01/04/2017 12:07

Je m'aperçois en revenant par ici que je n'avais pas eu de notification pour un certain nombre de commentaires, je le déplore mais ça y est je suis de retour... jusqu'à quand ça je ne sais pas!
Les temps de trajet s'allongent pour les enfants au fur et à mesure que les écoles disparaissent et qu'on les regroupe dans des centre plus grands, c'est évident mais le bien-être des enfants n'est plus la préoccupation des ministres de l'E.N depuis longtemps. Sans parler du retour du mercredi matin qui a certes écourté la journée de classe sur la semaine mais n'a rien changé sur le temps passé par les enfants en dehors de la maison: combien de parents peuvent aller chercher leur progéniture à 15h30 heure de fin de la classe? Pas ceux qui habitent à la campagne en tous cas et qui se lèvent déjà de bonne heure pour aller prendre le bus. Pour info mes enfants prennent le bus à 7h45 pour débuter les cours à 9h, et on voudrait les envoyer encore un peu plus loin, "pour leur bien" paraît-il..

Le Mousquetaire des Mots 25/02/2017 10:47

L'école à deux vitesses. Où est l'égalité prônée par la devise nationale ? Pourquoi les régions rurales seraient-elles indexées à partir d'un petit nombre d'élèves ? Une drôle d'idée qui ne fera rien économiser à un état déjà surendetté. C'est quand même terrible de constater qu'il faut toujours se battre pour que le seul bon sens soit la norme. La logique comptable n'a jamais donné de bons résultats, sauf en tant que comptabilité. Pour ce qui est de l'humain, il est bien plus facile d'envisager de priver de droits fondamentaux des zones "reculées" quand on privilégié les grandes métropoles (notamment les ZEP). Un mauvais calcul dont l'Etat est "comptable". Surtout quand on sait que ces écoles à plusieurs niveaux donnent d'excellents résultats.

La Ségaline 01/04/2017 11:58

On raisonne en économie alors que les écoles rurales ne coûtent pas plus cher que les autres, au contraire puisque de nombreuses études ont prouvé leurs vertus et leurs résultats sont bien meilleurs que les écoles à un seul niveau par exemple. Au lieu de copier ce qui marche bien et de recréer des classes à deux niveaux dans toutes les écoles (émulation des plus petits + autonomie des plus grands + solidarité entre les classes d'âges, etc.) on nivelle par le bas en regroupant et en appliquant ce qui foire depuis des décennies à un modèle qui marchait bien. Ou comment casser l'éducation...

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche