Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 09:09

Il n’a échappé à personne qu’il fait un temps de chien. Si si, puisque «canicule» vient du latin CANIS qui signifie chien.

 

J’entends donc mes clients à l’agence postale se plaindre, à juste titre, et je me plains avec eux, de cette chaleur insupportable (et encore on a de la chance on est à la campagne et pas dans un milieu urbain où tous les murs et trottoirs sont autant de radiateurs). Mais aussitôt je relativise en pensant à mon mari, et ses collègues, qui travaille dans le BTP. Horaires aménagés avec travail très tôt dans la matinée? Pas question, ils l’ont déjà demandé et cela a été refusé pour je ne sais quelle obscure raison, une décision prise en haut lieu au siège (climatisé) de cette énorme boîte appartenant à Bouygues. On leur fournit tout de même quelques bouteilles d’eau pour s’hydrater et on leur souhaite bon courage quand ils quittent le dépôt le matin.

 

Pourtant les entreprises cotisent à une caisse spéciale qui permet lorsque les conditions climatiques sont extrêmes, de mettre les ouvriers au repos et de les renvoyer chez eux, on dit alors qu’ils sont «en intempéries». C’est ainsi que lorsqu’il pleut à seaux sur un chantier où ils doivent goudronner on les renvoie chez eux car le goudron n’aime pas l’eau et le travail serait à refaire. De la même façon lorsqu’il gèle à pierre fendre là aussi on les dispense de chantier car le goudron ne pourrait s’étaler avec des températures trop basses.

Par contre lorsqu’il fait 40° et que les ouvriers préparent une rue bien coincée entre des maisons et en plein soleil, pas d’intempéries car il n’y aucun problème pour le bitume.

Eh oui car ce système d’intempéries on l’aura compris a été prévu pour ménager les matériaux et la bonne marche du chantier  mais certainement pas les ouvriers: peu importe qu’ils se liquéfient autant que le goudron qu’ils étalent, du moment que la route sera bien faite et tiendra parfaitement! En plus bien entendu pour des raisons de sécurité pas question de porter autre chose que des pantalons, ainsi que des manches longues qui protègent du soleil (il ne faudrait pas des employés se retournent contre l’entreprise si leur cancer de la peau s’avère être causé par leurs conditions de travail), sans oublier le casque qui pèse sur la tête et transforme le ciboulot en cocotte-minute.

 

Alors quand je me plains un peu je me tape sur les doigts et j’arrête. Et quand j’entends des employés de bureau se plaindre de ce que leur climatisation est mal réglée et trop froide, là j’ai bien envie de frapper.

 

A lire sur France-info : Le calvaire de ceux qui travaillent dehors durant la canicule

 

Partager cet article

Repost 0
Commis par La Ségaline
commenter cet article

commentaires

Florentin 27/06/2017 14:59

Je suis le naïf qui pensait qu'on voulait protéger la santé des hommes quand on décidait de renvoyer chez eux les ouvriers du bâtiment empêchés de bosser pour des raisons d'intempéries. Ton explication des véritables raisons de ces arrêts de travail m'ouvre les yeux. Si on ne pense pas à penser à tout, eux le font ...

Le Mousquetaire des Mots 22/06/2017 12:31

Je viens de me payer le capcha... Grrr !!!

Le Mousquetaire des Mots 22/06/2017 12:30

Tu as raison : les gens du BTP se retrouvent dans une fournaise chaque été. Je me demande depuis longtemps comment ils font pour résister et travailler dans de telles conditions. J'ai lu l'article que tu as mis : il est très révélateur de la mentalité patronale (oui, je sais, ça fait gauchiste). Business is business, n'est-ce-pas ? Et tant pis pour ces hommes qui transpirent, usent leur santé pour le plus grand bénéfice du promoteur.
Il y a peu, parce que ma ville est en plein chantier de rénovation, pour ne pas gêner la circulation en pleine journée, ceux qui devaient refaire le macadam ont travaillé de nuit.Il faisait moins chaud que ces jours derniers. Mais, de toute évidence, ce travail nocturne n'était pas un palliatif à la chaleur. j'ai bien dit : circulation. J'ai cru comprendre qu'il avait des équipes de nuit pour certains travaux (j'en ai au moins trouvé un, plus un autre découvert quelques années en arrière : le tracé au sol des passages pour piétons se fait également de nuit). Les outils utilisés sont fort peu silencieux, alors les nuits se font tapageuses. Et quand il fait chaud, pas question d'ouvrir les fenêtres : les noctambules déambulent en chahutant, beuglant, criant, bref, très dérangeants. Je prends mon mal en patience depuis si nombreuses années que, même si je dors mal, de manière entrecoupée, je dors quand même. Et baille toute la journée. Quand je ne pique pas du nez...
Je souhaite à ton mari de trouver un moyen pour ne pas trop souffrir de sa condition.

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche