Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 septembre 2020 5 04 /09 /septembre /2020 21:44

Tiré de ma compilation personnelle et sur-mesure qui me suit dans ma voiture, un morceau d'un chanteur français complètement et très injustement méconnu et qui gagnerait pourtant à être plus visible et audible tant est grand son talent. Jean-Jacques Daran a connu un certain succès au début des années 90 avec  des titres comme "Dormir dehors" ou "Aquarium" dans lequel il se moquait bien et à juste titre de la télévision. Un peu comme les Blankass il a toujours refusé de faire partie du système, c'est sans doute pour cela qu'il est parti exercer ses talents ailleurs, en l’occurrence au Québec où apparemment il se sent plus libre. Il a bien raison. 

Ses textes sont souvent empreints de poésie et d'une grande sensibilité, toujours pertinents et engagés, comme ce morceau sur la vanité et la vacuité d'une certaine partie de l'humanité. Ceux qui n'apprécient pas spécialement le rock pourront se contenter des paroles... Mais franchement vous auriez tort de vous priver de sa voix et de la musique...

Regarde la campagne vide,
J’ai aspergé mon champ d’un grand nuage de pesticides,
ça n’a pas pris longtemps oiseaux, insectes et asticots
J’ai buté toutes ces salop'ries d’un ptit tour d’hélico
Et ya plus qu’moi dans la prairie

Regarde la banquise vide,
Ya plus un ours la d’dans on f’ra pousser des arachides
Dès qu’y aura plus tout c’blanc et les indiens les esquimaux
Qui s’plaignent tout l’temps du réchauffement

Qu’ils s'achètent des frigos s’ils veulent tellement claquer des dents


Je peux tout, tout seul
Je veux tout, tout seul
Et si un jour la mort me cueille
J’veux pas de pleurs, j’veux pas de deuil

Je peux tout, tout seul
Je suis tout, tout seul
Et si je claque dans mon fauteuil
J’veux du wifi dans mon cercueil

Regarde les usines vides,
J’ai libéré l’humain d’la vieille activité stupide
Du travail à la main pour ça ya bien assez d’gamins

Qui rêvent d’assembler des smartphones dans des pays lointains
Pour qu’les miens chassent des pokémons

Regardent toutes ces têtes vides
Défoncées à l’info à chaque vague d’attentat suicide
On peut surfer plus haut, montrer des morts, monter des murs
Faut entretn’ir le stress et casser les rêves du futur
La peur c’est bon pour le bizness

Je peux tout, tout seul
Je veux tout, tout seul
Et si un jour la mort me cueille
J’veux pas de pleurs j’veux pas de deuil
Partager cet article
Repost0

commentaires

les Caphys 08/09/2020 10:10

mordant et excellent, tout ce que j'aime !

florentin978 06/09/2020 18:07

Tout le monde dort et nos responsables font tout pour qu'on ne se réveille pas. Et pendant ce temps la terre meurt. Le réveil risque d'être brutal ! Des gens comme ce Daran nous tirent l'oreille, mais les écoute-t-on ?

Le Mousquetaire des Mots 05/09/2020 11:49

Une sacrée voix et un sacré texte. Très moderne, comme une vision avant-gardiste de l'endormissement des populations qui ne pensent plus qu'à leur petit confort. Un visionnaire méconnu pour lequel je te remercie de me le faire connaître. Si tu as d'autres textes de cette qualité, je suis preneur.

La Ségaline 06/09/2020 11:33

Je suis vraiment ravie que tu aies pu découvrir cet artiste si intéressant. Rien que pour toi un petit article à venir avec une interview de Daran qui te permettra de l'apprécier encore plus j'en suis sûre...

Sirius 05/09/2020 08:01

Dans un monde pareil, pas étonnant que l'aiguille de l'"endorphinomètre" ne décolle pas!

La Ségaline 06/09/2020 11:34

Et elle n'est pas près de décoller la pauvre. Enfin pauvre de nous surtout mais l'humanité n'aura finalement que ce qu'elle aura mérité... dommage qu'on soit dans le lot (mais non pas dans le Lot)...

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche