Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2020 6 31 /10 /octobre /2020 00:02

Encore une belle preuve de l'incohérence du moment. Les libraires libres et indépendants doivent fermer leurs portes, pendant que les grandes enseignes et les géants du net peuvent continuer à se gaver. Il y a quinze jours Macron n'avait que "éducation " et "liberté d'expression" à la bouche et aujourd'hui il ferme les endroits qui les diffusent. On est mal...

A lire ICI.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Agatheb2k 31/10/2020 16:14

MdR !
J'ai acheté des grilles de Sudoku et des revues de jeux pour stimuler les neurones qui me restent... au pas supermarket local lors de mes dernières courses alimentaires... et je revois encore le personnel du supermarché du boulevard St Michel mettre avant 22h la bâche qui isolait le rayon des alcools qu'ils n'avaient plus le droit de vendre jusqu'à minuit ! Cela risque de faire désordre à la Fnac !!!

Le Mousquetaire des Mots 31/10/2020 09:04

Le génie ne s'apprend pas (hélas) alors le bons sens... Décidément, ce jeunot est bien décevant (et pourtant, il est à bonne école, si j'ose dire : son épouse était prof...)... A moins que... qu'il ne juge que si trop de citoyens sont cultivés, induirait qu'il aurait moins d'emprise sur eux, ce qui serait fâcheux... Je sais, c'est outrancier, mais j'exprime mon ressenti (pour ne pas dire mon ressentiment) en outrant mes propos (ça soigne un peu...)

Sirius 31/10/2020 08:25

D'ici six mois, car il ne faut pas se leurrer, ce confinement ne sera levé que lorsqu'un vaccin ou un traitement sera trouvé, nous aurons tou(te)s les cheveux sur les épaules et le cerveau liquéfié.

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche