Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 13:32
 

Retour sur un petit coin tout près de chez moi que j'aime beaucoup: le Pont du Bois. A chaque fois que je peux m'y arrêter un instant et pousser un peu plus loin mes pas je fais de nouvelles découvertes. À cet endroit passe le Mamoul, un petit cours d'eau qui prend sa source vers 600 mètres d'altitude, sur la commune de Sousceyrac, et qui, au sortir de gorges à Cornac, et après une vingtaine de kilomètres de pérégrinations parmi des bois sauvages et quelques rares prairies se scinde dans la vallée en plusieurs bras dont un va rejoindre la Cère à Bretenoux alors que les autres se réunissent pour finir par confluer avec la Dordogne. 

Mamoul au Pont du Bois

Bref c'est un petit ruisseau bien tranquille, d'ailleurs souvent appelé simplement "le ruisseau" par les gens du coin. Mais pourtant tout petit qu'il est, ce ruisseau possède sur son parcours quelques ouvrages dont certains m'intriguent, comme ici  au pont du Bois:

Au Pont du Bois
Ce petit pont permet de traverser le ruisseau pour aller dans les prairies qui bordent le cours d'eau. On y voit aussi, de l'autre côté cette espèce de petit barrage dont je me demande bien à quoi il pouvait servir.

Installation-sur-le-Mamoul-au-Pont-du-Bois.jpg

Ce qui m'intrigue ce n'est pas tant l'utilité que pouvaient avoir ces ouvrages mais l'obstination des hommes à vouloir domestiquer, exploiter ou laisser une quelconque empreinte sur un ruisseau aussi insignifiant.
Après le pont qui mène aux prairies j'ai découvert, ensevelie sous la végétation et comme emprisonnée par des arbres qui ont repoussé, un petit bâtiment plein de gros tuyaux et de vannes qui montrent qu'il y avait bien une certaine activité, mais laquelle...?
Station du pont du BoisJ'aime bien cette image qui montre à quel point la nature peut parfois rendre vaine les tentatives des hommes de la soumettre; à peine l'homme tourne les talons que la nature reprend ses droits et se remet à coloniser le terrain: murs, toitures, pierre ou ciment rien ne lui résiste. Et voilà comment une petite maisonnette se retrouve enfermée derrière des troncs comme autant de barreaux. Au moins je trouve que comme ça elle s'intègre bien mieux au paysage...

Mais il y aussi de la vie dans le Mamoul, et j'ignore si c'est toujours le cas mais lorsque j'étais enfant mes voisins allaient souvent pêcher dans ce petit coin. J'ai d'ailleurs retrouvé un cadavre qui devait être exquis de son vivant, relief d'un déjeuner sur l'herbe:
Cadavre exquis

Partager cet article

Repost 0
Commis par La Ségaline - dans Mon petit coin
commenter cet article

commentaires

Laurent 14/01/2011 15:20



Ah le pont de bois... moi aussi j'y ai fait quelques truites dans ce coin là, en remontant depuis Cornac. Souvent on y garait nos vélos et on partait de là.


De bons souvenirs qui datent de plus de vingt-cinq ans. Ouh là ça fait mal



La Ségaline 14/01/2011 20:58



Merci de votre visite et de votre commentaire. Décidément, ce Pont du Bois ressemble bien à un petit paradis pour tous ceux qui y sont passés, c'est pourtant un endroit sans prétention, mais
tellement calme, rafrâichissant, serein, et à chaque fois que j'y passe j'ai envie de faire une halte. À bientôt.



griounette 28/04/2010 10:39



un bel article qui me fait penser à un ruisseau appelé ruisseau noir où j'ai appris à me faire pincer les doigts par les écrevisses, dans le lot, sur la crête entre Figeac et Maurs.....j'ai
passé un bon moment sur ton blog, bises à bientôt



Pangloss 21/03/2010 10:39


L'eau qui court dans les petits ruisseaux a quelque chose de magique. On a l'impression en regardant le courant que la Nature nous murmure un secret.


La Nonardaise 21/03/2010 10:06


Il faudra que tu me fasses découvrir ce joli pont de bois à l'occasion...le primpntemps arrive se sera une belle balade pour un Dimanche.A+.


espalieu 21/03/2010 09:43


Bonjour
Sympa le clin d'oeil du Pont du bois. J'affectionne beaucoup ce coin de ruisseau où j'ai fais mes premières truites (il y a quelques temps...). Ce vestige de barrage n'est que ni plus ni moins
l'ancien captage d'eau de la commune de Cornac qui après avoir transité dans le batiment, pour traitement, était acheminé aux robinets des habitants de cette commune. Cette installation n'est plus
en fonction depuis de nombreuses années. Je suis vice-président de l'AAPPMA du canton de Bretenoux (Association Agrée pour la protection des Milieux Aquatiques) et nous avons dans nos cartons le
dossier de libre circulation des poissons sur le Mamoul, car même les saumons arriveraient jusque ici (qui est classé en tant que tel et que l'administration (actuellement Direction Départementale
des Territoires, à part changer d'enseigne c'est toujours l'immobilisme...). Toutes les retenues d'eau de Cornac jusqu'au Pont du bois n'ont plus lieu d'être, et à plusieurs reprises nous avons
contacté la mairie de Cornac pour une démolition de cet ouvrage, mais en vain (si seulement nous étions en Corse...) Ceci dit je passe de temps à autre, tout au long de l'année retirer les embacles
à l'orifice du barrage. En vous baladant un peu plus haut le long du cours d'eau vous trouverez d'autres ponts enjambant la rivière et même un autre petit barrage, mais qui lui a un intérêt
économique puisque il s'agit d'une mini centrale électrique d'un particulier (et là le poisson à part de voler je ne vois pas comment il peut faire pour arriver dans les prairies de Sousceyrac. Bon
dimanche à vous tous.


La Ségaline 25/03/2010 14:50


Merci pour toutes ces précisions sur ce petit cours d'eau que j'aime bien pour sa tranquilité, sa sinuosité  et son aspect tellement modeste. Ceci dit s'il y a déjà des écrevisses et que
viennent un jour les saumons il finira par devenir un cours d'eau de luxe! J'espère pouvoir me promener encore plus loin sur les berges pour découvrir de nouveaux jolis petits coins. A bientôt.
PS: Pour ce qui est faire sauter tous ces barrages inutiles allez donc "emprunter" quelques explosifs à la carrière de Colas, ça se pratique pas mal, avec le siphonnage des réservoirs.


FMouriès 21/03/2010 07:27


Bonjour,

Merci beaucoup pour votre reportage. Outre le côté dépaysant du lieu dans lequel la nature entière nous emplit, il est effectivement très intéressant de songer à ces hommes et ces femmes qui ont
longé ses rives et peut-être exploité ses ressources. La construction de ce pont en est révélateur.
On pourra en reparler très bientôt.
Votre chien est-il complètement remis de son accident de voiture?

Bien cordialement

FMouriès


La Ségaline 25/03/2010 14:54


Merci de votre visite et de vos commentaires. M. Espalieu a apporté quelques précisions fort utiles dans son commentaire sur ce même article.
Quant à ce brave Lucky il va très bien, ne boîte même pas et ne semble pas non plus avoir retenu une quelconque leçon de sa mésaventure puisqu'il continue d'aller et venir, mais je crois qu'il se
méfie quand même un peu de la route. Nous avons acheté la fameuse "clôture invisible", on verra bien ce que ça donne...dès que nous aurons le courage de l'installer. A très bientôt. 


laphi 20/03/2010 21:59



Le petit pont "au" bois


by Yves Duteil
Tu te souviens du pont
Qu'on traversait, naguère,
Pour passer la rivière,
Tout près de la maison,
Le petit pont "au" bois
Qui ne tenait plus guère
Que par un grand mystère
Et deux piquets tout droits,
Le petit pont "au" bois
Qui ne tenait plus guère
Que par un grand mystère
Et deux piquets tout droits.

Si tu reviens par là,
Tu verras la rivière
Et j'ai refait en pierre
Le petit pont "au" bois,
Puis je l'ai recouvert
De rondins de bois vert
Pour rendre à la rivière
Son vieil air d'autrefois,
Puis je l'ai recouvert
De rondins de bois vert
Pour rendre à la rivière
Son vieil air d'autrefois.

Elle suit depuis ce temps
Son cours imaginaire
Car il ne pleut plus guère
Qu'une ou deux fois par an
Mais dans ce coin de terre,
Un petit pont bizarre
Enjambe un nénuphar
Au milieu des fougères,
Mais dans ce coin de terre
Un petit pont bizarre
Enjambe un nénuphar
Au milieu des fougères
Pour aller nulle part,
Et pourtant j'en suis fier...

Je n'ai pas pu résister pour le clin d'oeil avec Yves Duteil.

L'homme a toujours eu besoin de domestiquer l'eau et il est vrai que ces vestiges qui appartiennent au passé et que l'on rencontre parfois en des lieux très étranges font qu'on se pose beaucoup de
questions. Ne t'arrête pas en si bon chemin et traverse le pont pour connaître son histoire, la mairie devrait pouvoir t'aider, ce genre de maison forestière n'est pas là par hasard


Axel21 20/03/2010 17:58


Cela pouvait servir à réguler ce ruisseau impétueux, faire tourner un moulin, produire de l'électricité, élever des poissons, retenir l'eau pour un lavoir... T'en veux encore? Alors maintenant,
enquête (regarde sur des cartes  de l'IGN, des fois les vestiges ont un nom....


Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche