Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 12:28

Chaque fois que je traverse Cornac je regarde les trompe-l'oeil qui ponctuent les rues et les maisons de ce joli peit village. Et chaque fois je me dis qu'il faut que j'aille faire une vraie balade pour aller découvrir enfin toutes ces peintures. Je viens justement de voir un petit reportage aux informations régionales, alors j'ai de plus en plus envie d'y aller: promis, le prochain dimanche ensoleillé on y va avec les enfants! En attendant voici un avant-goût en vidéo.

 


Partager cet article

Repost 0
Commis par La Ségaline - dans Mon petit coin
commenter cet article

commentaires

Le Mousquetaire des Mots 16/11/2014 20:48


J'aime bien les trompe-l'oeil : ils reflètent des instants de vie et restaurent des temps anciens. Une riche idée que celle-ci. En revanche, je ne ressens aucun enthousiasme face aux
sculpture : j'ai du goût pour l'art grec, la renaissance, le baroque, mais l'art moderne... non, pas ma tasse de thé.

fleurdelys46 15/11/2014 21:13


CORNAC !


Quel lieu mythique pour moi !


La première fois que j'y suis passé, j'avais tout juste dix-huit ans et un permis de conduire tout neuf, en 1970...J'accompagnais ma mère, jeune veuve de quarante-sept ans pour nos premières
vacances ensemble depuis la mort de mon père : elle avait choisi comme destination le Ségala que nous ne connaissions ni l'un ni l'autre sur la recommandation d'un cousin. Nous prenions pension
au "Déjeûner de Sousceyrac" alors tenu par Madame Prunet-Espinadel, fille de Madame Prunet que j'ai encore vue à la caisse et décrite par Pierre Benoît, de l'Académie française, dans son roman
éponyme.
Sur le recommandation de la maîtresse de maison, nous sommes descendus en voiture depuis Sousceyrac en prenant la minuscule route  (D140 je crois) qui un peu avant Frayssinhes descend à
Cornac en passant par le minuscule hameau de Ségéric où se dresse une superbe maison signeuriale du XVIIème siècle qui a, hélàs, fait l'objet d'une restauration malheureuse. Ensuite se deroule, à
travers la forêt de châtaigniers, très sinueuse, la toute petite mais ô combien superbe route qui vous amène à Cornac : pas besoin d'aller en Amazonie ou en Nouvelle-Guinée : ici on est loin du
monde et pour tout dire dans un autre monde. D'ailleurs je me souviens d'avoir installé ma mère dans un fauteuil de camping sur l'accotement herbeux sans qu'absolument aucun véhicule n'ait
troublé notre repos pendant un après-midi entier. Mais à cette époque, le village de Cornac était à l'abandon, déserté par ses habitants et la plupart de ses maisons en ruines. J'ai pu constater,
depuis lors, comment Cornac est peu à peu revenu à la vie, sans doute grêce aux étrangers fortunés qui s'y sont intéressés. A méditer.

Florentin 14/11/2014 20:19


Une bienheureuse initiative ...

Pangloss 13/11/2014 19:05


Belle idée!

Agatheb2k 12/11/2014 20:50


un village qui trompe bien son monde, il y avait plus de jeunes scolarisés au collège de Bretenoux (tout frais bâti) qui
prenaient l'antique bus rouge (des débuts du ramassage scolaire : le car c'était la 2ème année, l'année d'avant c'était une vieille Mercury et on n'allait pas à Cornac) à Teyssieu que dans ce
village à l'époque insignifiant...


Ceci dit c'est une très belle animation pour laquelle je ferai un écart lors de mon prochain passage dans le nord !

Axel21 12/11/2014 13:46


Fais gaffe que c'est peut-être défense d'y voir...

La Ségaline 14/11/2014 08:48



Je n'avais pas pensé à celui-là non plus.



sirius 12/11/2014 13:30


"Trompe" est bien le mot qu'il fallait à Cornac...

La Ségaline 12/11/2014 13:42



Excellent. Je cherchais justement à faire le lien entre Cornac et les éléphants, ton esprit subtil a devancé le mien...



Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche