Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 06:53

La polémique enfle à propos de l'exposition de photos de Larry Clark présentée ce week-end à la mairie de Paris: Bertrand Delanoë l'a fait interdire aux moins de 18 ans, avant même l'ouverture au public, à cause de certains clichés à caractère pornographique, et du coup les tenants de la liberté d'expression s'insurgent contre le retour de la censure.

Dans un article de Rue 89 dont voici le lien ICI  on peut voir quelques clichés d'une exposition précédente et qui sont de la même veine que ceux présentés à Paris. Corps dénudés et postures déglinguées, ados se piquant ou tenant un revolver, voilà des images apparemment crues d'une jeunesse à la dérive, la grande spécialité de Larry Clark d'après ce que j'ai pu lire sur lui. On peut déblatérer des lustres sur l'interdiction aux moins de 18 ans sachant qu'ils peuvent voir bien pire et en toute légalité sur Internet, ça c'est la polémique du moment.

Au-delà de cela il y a l'éternel problème de la nature de l'art: est-ce que l'art doit être du « beau », et à ce moment-là il n'y a rien de plus subjectif , où bien est-ce que l'adjectif artistique que l'on attribue à quelque chose qui alors devient une oeuvre doit-il découler d'une réflexion plus profonde sur les motivations et la démarche de celui qui est ainsi un artiste?

 

Ne comptez pas sur moi pour répondre à cette question qui à mon avis doit avoir autant de réponses qu'il y a de regards sur les oeuvres. Bref la question semble insoluble, et c'est bien là un des intérêts de l'art: faire réfléchir et pas seulement sur les oeuvres elles-mêmes mais aussi sur notre propre regard, et finalement sur notre être profond.

Néanmoins je peux toujours donner mon avis: personnellement je ne trouve rien de beau dans les photos de Larry Clark que j'ai pu voir, et s'il ne s'agit que de montrer le désoeuvrement et la dérive d'une jeunesse, il n'y a qu'à regarder «Secret Story» et autres émissions abrutissantes de TF1. Ou le journal télévisé et certains de ses faits divers. Je ne suis pas une spécialiste en photographie mais je suppose que les clichés de Clark ont au moins quelque chose de particulier dans leur composition pour qu'on les affuble du nom d'oeuvres d'art.

Quand je regarde une photo, un tableau, j'aime bien y trouver quelque chose de beau ou d'inattendu que l'artiste aura su dénicher dans un sujet qui a priori ne le laissait pas soupçonner, j'aime bien être surprise, et de préférence agréablement. Ou bien j'aime pouvoir y retrouver ce que l'artiste a voulu montrer. Par contre je suis totalement désemparée lorsque je me retrouve devant ce type de cliché qui ne me semble montrer rien d'autre qu'une réalité banale et triste. Ce n'est pas ce que j'attend de l'art.

 

Mais tout cela suscite une émotion, quelle qu'elle soit, c'est déjà un des finalités de l'art, non?

Partager cet article

Repost 0
Commis par La Ségaline - dans Le mot du jour
commenter cet article

commentaires

laophi 21/10/2010 21:56



Je suis allé voir l'expo de Madame Michu, j'ai adoré. Dommage pour certaines photos elle avait laissé le cache sur l'objectif ou oublié de retirer son doigt du champ de vision ou bien masqué le
flash.


J'ai eu le privilège de rencontrer l'artiste, elle m'a dit que l'année prochaine elle passait au numérique car la pellicule est moins chère et que colorier les photos au feutre çà l'ennuie.



La Ségaline 23/10/2010 21:48



J'ai moi-même déjà vécu le drame de Mme Michu, mais mes oeuvres sont restées dans le cercle familial, c'est un moindre mal. Sinon dis-lui de m'envoyer ses clichés: mon fils de 6 ans est un as du
coloriage et on a un bon stock de feutres.



Candy75 10/10/2010 10:27



Je ne suis pas tentée par cette expo. Photographier la débauche n'apporte rien à l'art proprement dit. Et puis, on en parle de trop. Je fuis cela à grands pas.



Axel21 10/10/2010 10:26



L'Art n'a pas à être beau, la beauté étant une notion relative d'une société à l'autre, et subjective à l'intérieur d'une même société. L'art doit interpeler, faire "voir" plus loin, ouvrir de
nouvelles pistes. Dans le cas de Larry Clark, on est plus proche me semble-til du témoinage de société que d'une recherche artistique. Enfin grâce à Delanoë, voilà sa publicité assurée.



La femme des steppes 10/10/2010 00:06



Et bien.. l'interdiction ne me choque pas plus qu'une interdiction qui touche certains films. Bien sûr, les censeurs sont très subjectifs et c'est leur subjectivité qui est mise sur la sellette.


Ceci dit, quoi de mieux pour faire parler qu'une polémique ? Voir l'expo Bodies, ou l'esclandre (a priori non justifié) du Musée Rodin à Saint Dié des Vosges... Tout bénéf pour les organisateurs
et l'"artiste".


Les photos que j'ai vues ne me semblent pas malsaines. De mauvais goût, oui, tristes à mourir, certainement, à dégoûter de certaines choses, assurément. Faut-il les interdire, je ne sais pas non
plus. A priori les visiteurs vont voir cette expo dans une optique artistique. Les voyeurs trouvent mieux ailleurs...



Pangloss 09/10/2010 18:43



On peut se poser la question non pas de l'art que serait ou ne serait pas le travail de Larry Clark mais la question de l'exposition qui en tant que telle donne à la chose exposée un statut
particulier, la reconnaissance officielle d'une certaine valeur qui se veut à la fois esthétique et sociologique. L'argument contre l'interdiction développé hier sur Canal par un "comique", (dès
qu'on apparaît sur un écran on devient spécialiste de tout) est qu'un enfant peut en voir de pires sur internet. La différence, c'est qu'il voit cela en
cachette et non pas avec l'assentiment ou mieux: les encouragement de la Ville de Paris. IL y a donc un aspect moral dans la fréquentation ou l'interdiction de cette exposition, c'est à
dire la référnce à une norme admise par la société; même si en l'espèce les organisteurs font référenc pour expliquer leur décision à un texte de loi.



Le Mousquetaire des Mots 09/10/2010 16:39



C'est si facile de taxer d'art tout et n'importe quoi. Que la photographie soit un art, certes, mais ce n'est parce que les photos sont en noir et blanc, en
couleurs, qu'elles relèvent de l'art. A ce moment-là, Madame Michu est une artiste. Bon, il est évident que ces expos ne sont que racoleuses car destinées à une "élite" seule susceptible de les
comprendre. Quant à l'interdiction aux mineurs, comme tu le dénonces dans ton article, il y a pire à l'intérieur de chaque foyer français tant on transfère chez nous une culture abrutissante
venue tout droit des Amériques. Un ou une ado à moitié (ou complètement) nu(e), ma foi, on en voit à la pelle sur le petit écran. Quelle différence avec une photo ? Parce que
c'est figé ? Donc cela susciterait un je ne sais quoi de malsain ? Pour moi, il n'existe aucune frontière entre la vision d'une photo et d'un film. L'image non figée passe vite, c'est vrai, mais
elle imprime la pupille tout autant. Et comme peut s'y ajouter une forte dose de violence, c'est peut-être même pire qu'une photo. Je résume
: la pudibonderie affichée est nulle. A moins qu'elle ne soit là que pour inciter à se rendre à cette expo...



sirius 09/10/2010 09:05



Personnellement, mais je suis peut-être "vieux jeu", j'associe l'art à la notion de "beau", même si c'est très subjectif. J'ai vu un reportage à la TV sur cette expo et, même si elle se tenait à
deux pas de chez moi, je n'irais pas la voir.


 


Comme tu le dis si bien, et comme l'ont répété toutes les personnes interrogées lors de ce reportage, il suffit de regarder les séries TV et les "reality-shows" pour voit la même chose.


 


Ceci dit, nous somme heureusement dans un pays libre, et laissons ceux qui en ont envie aller voir l'expo de Mr Clark...



Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche