Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 07:32

Ça faisait bien longtemps qu'avec mon mari on s'était dit « Plus jamais on ne montera à Aurillac pour le  festival de théâtre de rue ». Et du coup on avait tenu bon plusieurs années. Mais cette année on s'est un peu fait avoir, on est monté à Aurillac au troisième jour dudit festival. Obligés d'aller faire un tour en ville on a quand même vu des trucs sympas notamment un duo de musiciens dont je n'ai pas retenu le nom mais qui ont mis le feu à la rue en faisant chauffer une simple guitare sèche et un accordéon qui avait l'air complètement possédé et survolté : putain ça nous a changé des éternels airs de musette infligés par la nièce de mon mari à chaque fois qu'on va chez elle ! Il y avait une bonhommie et un enthousiasme qui faisait furieusement taper des pieds et des mains et qui fleuraient bon l'influence probable de groupes comme les Berrichons de Blankass ou les Bretons d'Armens. Qu'est-ce que ça m'a fait du bien, et les enfants étaient ravis.

 

Franchement c'est ce qu'on a vu de mieux, à mon sens, le peu de temps qu'on a passé en centre-ville, mais évidemment tout ça c'est affaire de goût. Ceci dit il faut faire le tri parce qu'il y a des spectacles qui valent le coup et d'autres pour lesquels on a l'impression que n'importe qui peut s'improviser acteur d'un jour et proposer n'importe quoi... parce que vraiment parfois C'EST n'importe quoi. Mais ce qu'il y a de bien c'est qu'on part quand on veut, dès qu'on en a assez, et c'est ce qui oblige les comédiens à se surpasser : défier le spectateur pour qu'il reste jusqu'au bout. Heureusement que nous avons eu ce moment de pêche avec les musiciens parce que le reste de nos pérégrinations en cette fin d'après-midi chaude à tous les niveaux a consisté à essayer de se frayer un passage, « emportés par la foule qui nous traîne, nous entraîne » comme disait la Môme, au milieu de la faune habituelle du festival : jeunesse chevelue, poilue, dévêtue, affublée généralement de chiens et de fringues amples et ternes ayant passablement vécu...Comment vous les décrire de façon plus synthétique ? On dirait des babas-cools qui auraient perdu toutes leurs couleurs. Dernier détails, ils ont en général tous dans les mains une canette de bière, ou une bouteille d'eau minérale dans laquelle il est inutile de chercher la Volvic auvergnate mais pleines de liquides aux couleurs variées et fortement alcoolisés... Il paraît que le mélange local préféré est le « White-Coca », confectionné à base de Coca et de ...White Spirit. Si si , c'est ce qui se dit. Quoiqu'il en soit, on peut dire ce qu'on veut sur cette jeunesse, ils sont bien plus enclins à dire "pardon" quand ils vous bousculent que certaines pétasses embourgeoisées: alors que mon mari peinait avec la poussette de la petite à essayer de fendre la foule et presque coincé contre un poteau, voilà que deux pouffiasses, oui oui, c'est le mot qui me vient avant que je puisse en trouver un de pire, deux petites « bobos » d'une cinquantaine d'années venues s'encanailler dans la foule exubérante histoire d'avoir des trucs à raconter à leurs copines lors de leurs prochains dîners mondains,  nous ont carrément doublés en forçant le passage comme les petites vieilles qui vous doublent à la caisse l'air de rien, et encore elles se sont retournées en nous lançant un regard méprisant et hautain quand a râlé...Non mais je vous jure, et après on critique les jeunes...!

 

Enfin heureusement tout ça a été vite oublié le soir lorsqu'après dîner on a emmené les enfants voir un spectacle d'une beauté et d'une poésie merveilleuses : c'était une véritable féérie faite de sons et de lumières projetées sur la façade d'un bâtiment aux nompbreuses fenêtres qui faisaient partie intégrante du décor projeté. C'est impossible à décrire tellement c'était beau : sur un mur perpandiculaire à la façade illuminée était projetée l'image d'un petit garçon en train de dormir, et sur le mur en face de nous était projeté son rêve.

J'ai bien tenté quelques photos mais ça n'est vraiment pas terrible, et j'ai essayé de filmer un petit bout avec mon APN mais ça n'est pas terrible non plus.

100_1764.JPG

 

 Je vous mets en lien l'adresse du site de la compagnie Spectaculaires, créatrice de ce spectacle, vous pourrez ainsi avoir un aperçu de leurs talents, et j'espère que quelqu'un mettra en ligne le spectacle d'Aurillac parce que vraiment c'était enchanteur.

 

http://www.spectaculaires.fr/

Partager cet article

Repost 0
Commis par La Ségaline - dans Promenades ici et là
commenter cet article

commentaires

Marilys 08/09/2010 18:15



Coucou Ségaline ! je profite d'un petit moment de calme depuis la rentrée  pour enfin faire le tour de mes blogs !


Et oui le festival d'Aurillac, on aime pas forcément ! Beaucoup de gens trouvent qu'il y a trop de zonards, pourtant, depuis une quinzaine d'années, c'est plutôt soft ! Jusqu'au  milieu des
années 90, c'était bien pire ! certaines rues du centre ville étaient envahies de vrais marginaux (alcool, drogue...) plutôt agressifs, il y avait meme un "camp" accueillant cette population, qui
souvent ne mettait pas les pieds au centre ville !


On n'est pas vraiment accros au théatre de rue, mais on aime bien aller y faire un petit tour, et puis, voir tout ce monde à Aurillac, ça change !!



sarah46.over-blog.com 27/08/2010 13:07



oui il y a de tout et je me suis beaucoup plu ! j'y suis même allée mercredi et vendredi ! et en plus d edire pardon ces jeunes mettent bien plus souvent que leurs aînés les papiers dans les
poubelles....


on s'est peut-être croisées;;;;



Axel21 24/08/2010 18:45



Ca semble être un peu comme le Off d'Avignon, il faut se taper beaucoup de gangue pour trouver un diamant. Quant au Whitecoca, je pense que c'est à boire avec modération, sinon, ça doit nettoyer
super.



La Ségaline 25/08/2010 14:19



« Modération » tu dis? Je ne crois pas que ça fasse partie du vocabulaire des buveurs de White-Coca...



laophi 24/08/2010 03:12



En lisant ton article je me suis dit il faut faire quelque chose, ne pas la laisser ainsi abandonnée à son triste sort. J'ai donc contacté la nièce de ton mari qui s'est montrée très
compréhensive. Elle vient de s'acheter la dernière compilation Aimable - Verchuren - Horner remasterisé Trance, Trash ou Groove. Tu vas adorer, dépêche toi, elle t'attend. Moi en attendant
j'écoute Merzhin un autre groupe celtic rock.


Dis, tu me raconteras ?



La Ségaline 24/08/2010 10:09



Je te remercie d'ouvrir ainsi un peu  plus le répertoire musical de notre nièce: je crois qu'elle n'avait pas encore le dernier Verchuren et ça lui manquait...mais pas à nous.


Curieuse comme je suis tu te doutes bien que je suis allée faire un tour sur le site du groupe que tu cites et j'aime beaucoup, je vais aller m'y attarder un peu plus longtemps dès que
j'aurais 5 minutes...



Candy75 22/08/2010 11:33



Cette année nous sommes partis de Montsalvy juste avant le théâtre des rues d'Aurillac. Nous avons connu l'époque pas très réjouissante où il y avait plus de mendigots et de gens pas très
fréquentables, imbibés de coca+excipient. Cela les rendait très aggressif au point que certains commerçants préféraient fermer boutique pour ne pas être importunés. Mais je crois, d'après les
gens du coin, que cela a bien changé et que les spectacles sont de très bonne qualité. On verra l'année prochaine si nos vacances correspondent avec ces 3 jours de fête.



La Ségaline 24/08/2010 09:59



Je me souviens moi aussi de cette époque où le festival avait sale réputation et où il n'était pas rare de ramasser un ou deux morts à chaque session, mais en effet je crois que les choses
ont bien changé, fort heureusement.



agnesp 21/08/2010 21:36



Conclusion: ce fut une belle journée alors!


PS: j'vais ptetre essayer le White dans mon coca les jours de migraine moi!



La Ségaline 24/08/2010 09:56



Vu que ça doit détruire la cervelle, ça risque bien de faire disparaître la migraine en effet...



Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche