Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 13:43

 

nullJ'ai toujours aimé les langues. D'abord ce furent les langues étrangères : en découvrant l'anglais au collège j'ai enfin pu commencer à saisir le sens de toutes ces chansons anglo-saxonnes que j'écoutais sans arrêt. Puis il y eut l'espagnol découvert en classe de 4e, que j'ai beaucoup aimé par ses sonorités qui me semblaient si familières, à moi qui suis née dans le sud, au sud de la Loire s'entend.

Et puis en terminale j'ai découvert par la biais d'une option l'occitan. Et là vous me direz que ce n'est pas une langue étrangère. Oui et non. Certes ce n'est pas une langue étrangère et ce à plusieurs niveaux : elle n'est pas étrangère car elle est parlée à l'intérieur du territoire français, mais surtout elle ne m'était pas étrangère à moi. En effet je suis naturellement bilingue puisque depuis ma plus tendre enfance j'entends cohabiter l'occitan et le français.

Mes parents font partie de cette génération à laquelle on a interdit l'usage de leur langue maternelle, le seule qu'ils connaissaient, et à laquelle on a imposé l'emploi du français. À la maison nos parents discutaient entre eux exclusivement en occitan, et s'adressaient à nous en français, tout aussi exclusivement. Ils m'ont souvent raconté qu'à l'école ils étaient sévèrement punis (et on sait bien qu'à cette époque il ne s'agissait pas d'un simple avertissement sur le carnet...) si le maître, intransigeant et garant de cette belle unité républicaine, les surprenaient en train de parler occitan, enfin « patois » comme on disait avec mépris, à la récréation avec leurs camarades. À force de voir leur langue méprisée ils en ont conçu eux-mêmes un certain mépris, preuve que le travail de sape a bien porté ses fruits, et lorsque je leur ai dit que je prenais l'option occitan pour le Bac ils ont été très surpris et je crois bien qu'ils n'ont pas compris les raisons qui m'y poussaient. Raisons multiples dont je n'étais moi-même pas totalement consciente à ce moment-là sans doute. Pour eux l'occitan c'était une langue méprisée et sans doute méprisable puisqu'on la leur avait interdite, elle n'était à leurs yeux qu'un patois parlé par les paysans et les anciens, deux catégories déjà quelque peu méprisées par ailleurs. Je crois bien que leur première réaction a dû être :  « Mais à quoi ça va te servir ? ». J'ai probablement dû les rassurer en leur disant que cela m'apporterait des points facilement pour ce sacro-saint Baccalauréat.

En Terminale on nous a donc fait étudier des textes, ce qui m'a permis de découvrir qu'on ne faisait pas que parler occitan, on pouvait aussi l'écrire, ce que je n’imaginais même pas alors. Mais je dois dire qu'on en est tout de même resté à quelque chose de relativement folklorique, toujours plus ou moins centré autour de la ruralité et du monde paysan. J'étais un peu frustrée.

À la fac j'ai persisté et je me suis dit que c'était là le lieu et l'occasion d'en savoir un peu plus sur cette langue. Et là ce fut le choc : je découvris que c'était une langue écrite dès le Moyen-Âge, qu'elle servait à des textes du commerce et de la vie quotidienne comme aux textes littéraires, et quelle littérature ! Poésie des troubadours, pièces de théâtre et œuvres satiriques, ça foisonnait ! C'était donc bien une langue à part entière, pas un quelconque patois parlé uniquement pas de vieux paysans incultes.

Par la même occasion j'ai découvert les langues régionales dans leur ensemble, avec pour toutes la même histoire à peu près : de belles langues parlées et écrites sur différents territoires, plus ou moins vastes, et toutes devant leur déclin à une décision politique, la volonté du roi d'imposer à tout le pays sa langue à lui. À partir de l'ordonnance de Villers-Cotterêts voulue par François Ier en 1539, plus aucun texte ne devait être rédigé en un autre langue que le français : exit le latin et indirectement les langues régionales, au moins à l'écrit. Ainsi voilà le francilien plaqué brutalement par dessus toutes ces langues, dans le but officiel de simplifier l’administration du pays (on voit bien que même en parlant tous la même langue aujourd'hui l'administration n'en est pas pour autant plus simple, mais ceci est un autre débat). N'étant plus écrites ces langues connurent un rapide déclin et furent reléguées à un usage presque honteux avec le temps : les édiles et la noble société de l'époque ne se sentaient pas la bassesse de parler le même idiome que leurs paysans ou leurs soubrettes ; utiliser la langue officielle, celle du roi et de la cour, c'était se donner des airs de courtisan et de prince dans les moindres recoins de sa province. Peu de siècles ont suffi à reléguer touts les langues régionales au rang de méprisable « patois ».

Encore aujourd'hui mes parents, leurs voisins, tous ceux de leur génération qui ont dû subir l'apprentissage du français, ne disent jamais qu'ils parlent occitan mais ils avouent tout juste contraints et forcés qu'ils ne parlent « que patois ». Ils n'ont pas conscience de la richesse que constitue leur bilinguisme et combien ils sont porteurs d'un bel héritage, mais comment pourrait-il en être autrement : des décennies de destruction consciencieuse à l'école de la République ont fait leur œuvre.

Après mon diplôme universitaire en langue et culture occitane en Licence je persistais dans cette voie et mon mémoire de Maîtrise était intitulé « Le lexique agricole du Haut-Quercy », ce qui me valut une double incompréhension de la part de mon entourage car je réunissais là deux domaines qui leur semblaient peu dignes d'intérêt : le monde paysan —c'était pourtant le leur— et l'occitan —c'était pourtant leur langue.

Mais durant ces années à l'Université j'ai aussi découvert, à travers l'étude de l'ancien-français notamment, l'infinie richesse des autres langues régionales, une variété que je ne soupçonnais pas : breton, basque, corse, occitan, mais aussi picard, normand, provençal, berrichon, niçois, franco-provençal et tant d'autres, autant de langues que de régions de France, avec chacune leur grammaire, leurs mots, leurs sonorités propres et leur musique, je découvrais des pays étrangers au sein même de mon propre pays. Du coup cet idiome parlé dans ce tout petit coin de France et qui avait réussi à s'imposer artificiellement par la seule volonté d'un seul homme me sembla bien dérisoire.

Paradoxalement c'est la découverte de ces multiples visages linguistiques de la France qui me fit aimer le français, car cette langue qui s'est imposée à ce territoire unifié a tout de même su s'enrichir de vocables hérités des langues régionales, selon le même phénomène que les emprunts aux langues étrangères : nombre d'expressions survivent et portent les traces de cet héritage, comme un pied de nez à cette langue qui a voulu les évincer.

Mais surtout ce qu'il reste de plus beau ce sont tous ces accents, ces intonations et ces phrasés qui font que de Rennes à Montpellier en passant par Bourges ou Dunkerque on parle tous la même langue sans jamais la prononcer de la même façon, et ça, ça me semble être une richesse incroyable. Et c'est pour cette raison que je trouve ridicule ce « parler pointu » qu'on impose aux journalistes et aux présentateurs TV, une langue tellement formatée et lisse : plusieurs fois j'ai surpris une présentatrice s'excuser presque de prononcer « côte » avec un o ouvert parce qu'elle était d'origine bordelaise... J'ai trouvé ça tellement navrant.

On nous parle aujourd'hui de diversité et on souhaite avec raison voir davantage de personnes qu'on dit poliment « issues de l'immigration » sur nos écrans, c'est parfait mais n'aurait-on pas pu commencer par laisser parler les présentateurs avec leur accent ? Est-ce qu'on n'aurait pas été capables de comprendre les informations du JT si le présentateur énonçait un parfait français avec un parfait accent méridional ou alsacien ? Je ne crois pas qu'en pareil cas il soit nécessaire de mettre des sous-titres comme on le voit parfois lorsque des Québécois s'expriment. Et d'ailleurs le Québec, ce n'est presque qu'une autre région de France, au moins linguistiquement parlant.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Commis par La Ségaline
commenter cet article

commentaires

Le Mousquetaire des Mots 15/04/2011 23:58



J'aime beaucoup ton article car moi aussi j'aime les langues et pendant mon enfance, je vivais dans une petite ville, les enfants des hameaux environnants
fréquentaient la même école que moi et parlaient "patois". Il ne faut jamais longtemps à une jeune oreille pour s'adapter au langage et l'acquérir. Ce bain culturel régional m'a sans doute donné
ce goût pour les langues, mais l'université ne donnait pas de cours de ce type quand je l'ai fréquentée. Toi au moins tu as eu la chance de pouvoir, même si ce fut "léger", de passer des diplômes
dans une langue qui t'était propre. Je ne peux que t'approuver dans ton choix, tu sauras transmettre cet héritage à tes enfants.



Agatheb2k 12/04/2011 20:47



Ah ces langues interdites !...   et les malentendus que cela engendre



Candy75 12/04/2011 11:10



Ton article est très intéressant et je l'ai lu jusqu'au bout. Il y a plus de 43 ans, lorsque mon mari (nous étions seulement fiancés) m'a amenée chez ses parents dans le Cantal, j'ai découvert le
patois. C'est vrai qu'au début je me sentais un peu isolée mais au fil des années, j'ai fini par comprendre et saisir quelques bribes de conversation. Les aïeux ne sont plus de ce monde mais il
reste ma belle-mère qui continue à dialoguer avec mon mari qui parle couramment la langue d'Oc. 



Pangloss 12/04/2011 10:21



Bel article!



bellelurette 12/04/2011 10:14



voilà qui devrait te plaire :


http://youtu.be/gjW_xRdVru0



sirius 12/04/2011 09:12



Imagine, dans un premier temps, l'émerveillement des jeunes Anglo-Saxons qui, en assimilant la langue de Molière, découvrent la subtilité des paroles des chansons de Claude François, C. Jérôme ou
Chantal Goya!


 


Je serai plus nuancé que toi à propos du bilan de l'ordonnance de Villers-Cotterêts; pour s'en convaincre, il suffit de regarder ce qui se passe en Belgique! Cette répression de l'usage des
langues locales est à mettre au compte de l'uniformisation, de la standardisatio et du refus des différences. Combien de gamins de ma génération, sinon de la tienne, se sont vus contraints de
devenir des droitiers malgré eux, engendrant ainsi parfois de graves désordres mentaux!


 


Quant au parler berrichon, les tentatives de résurrection dont il fait l'objet aujourd'hui m'agacent. Non que je sois partisan de l'uniformisation, mais simplement parce que cette démarche n'a
rien de spontané ou de naturel. Les soirées "contes berrichons" se multiplient, et on voit des gens assister à ce genre de divertissement sans comprendre un mot, juste pour avoir la sensation
d'appartenir à un clan. Irlandais par mon père et Français par ma mère, je parle Français et Anglais, et ça me suffit!


 


L'usage de ces langues locales peut également être un moyen d'exclure celui qui ne la parle pas. Ainsi, plusieurs connaissances à moi qui avaient travaillé en Alsace m'ont raconté que des
collègues parlant normalement le Français passaient à l'Alsacien dès qu'ils étaient en leur compagnie. Une manière radicale de leur faire comprendre qu"ils n'étaient pas des leurs"!



Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche