Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 12:40

Un de mes fidèles lecteurs m'a laissé en commentaire matière à réflexion, à propos de mon petit billet  Bienvenue en Hollandie!. En effet, se revendiquant royaliste il s'est offusqué à juste titre que ce terme soit usurpé pour qualifier les partisans de Ségolène Royal... qui de toute évidence ne peuvent absolument pas partager les mêmes idées que lui. Quoi de plus incongru en effet que de taxer de Royaliste ceux qui sont tous sauf des royalistes? Vous suivez? La majuscule pourrait suffire à dissiper toute ambiguité entre les deux termes. Certes. Mais hélas en tant qu'écrivain public et correctrice occasionnelle, je suis bien placée pour savoir que les majuscules, et la typographie en général, sont des choses bien malmenées de nos jours. 


Je ne me targue pas d'être une linguiste distinguée, tout au plus je m'efforce de traiter au mieux notre belle langue française. Aussi il me semble que les journalistes, car c'est souvent de chez eux que viennent bien des néologismes, seraient bien inspirés de réfléchir à deux fois avant de se piquer d'être créatifs en matière de langage. À mon sens il semble bien plus clair et juste de parler de «royalien» pour qualifier les fans de «la régente du Poitou» ainsi que le définit non sans ironie mon commentateur.

 

Je dis ça, moi... vous en faites ce que vous voulez.

Partager cet article

Repost 0
Commis par La Ségaline
commenter cet article

commentaires

sirius 26/05/2014 19:20


La régente, ou la biquette?

Florentin 23/05/2014 20:13


Royal, ton billet !

Axel21 21/05/2014 16:57


Bon, tout ça c'est bien joli, mais les véritables Hollandais, qu'est-ce qu'ils t'ont fait?

La Ségaline 21/05/2014 18:04



Oh rien du tout, bien au contraire. J'en ai pour voisins, épisodiquement, et ils sont charmants. On a juste un peu de mal à les suivre quand ils commencent à goûter les alcools locaux, ils ont un
peu plus d'entraînement que nous.



Pangloss 20/05/2014 10:19


Disons "royalâtre" et n'en parlons plus.

La Ségaline 20/05/2014 12:23



Le suffixe -âtre ajoute en effet une certaine connotation tout à fait juste je crois dans ce cas précis!



fleurdelys46 18/05/2014 17:52


Je n'ai pas l'intention de régler des comptes avec quiconque et surtout pas en ravageant votre "blog" que je considère, si vous me permettez cette expression, comme un espace de liberté fleurie
par l'esprit et l'amour de la langue française.


Pour le reste, que tout un chacun soit rassuré : si, dans mon coeur et dans la moëlle de mes os, je demeure fidèle à la seule légitimité des lys de France, je ne milite à aucun parti politique,
je n'ai pas pour projet de renverser l'ordre établi par la force, et je ne mène aucune action subversive visant à la destruction des autorités constituées. J'ai pour premier principe le respect
de la légalité tant que celle-ci ne viole pas les droits humains naturels et fondamentaux, ce qui n'est pas, actuellement, le cas en France. En revanche, j'ai comme tout un chacun, le droit
d'avoir des sentiments et des opinions dont il importe peu qu'ils soient minoritaires et que je n'ai pas la prétention d'obliger qui que ce soit à partager.


Si ce seul fait est encore un crime passible de l'échafaud, qu'on me le dise : mais il n'y a pas loin de la guillotine aux fours crématoires (d'ailleurs déjà utilisés par les armées de la
république en Vendée comme aussi les tanneries de peaux humaines, à moindre échelle il est vrai que dans les territoires du IIIème Reich, la technologie de l'époque ne permettant pas le
développement industriel).


Et vive Condorcet (lui aussi guillotiné pour le seul motif d'avoir été un "ci-devant noble" ce qui est d'ailleurs constitutif d'un crime contre l'humanité puis qu'il a été mis à mort  pour
simplement avoir été ce qu'il était).

fleurdelys46 17/05/2014 21:19


Je viens de prendre avec stupéfaction connaissance du commentaire d'un prétendu "Mousquetaire des mots" qui devrait apprendre les rudiments de la rédaction en langue française et s'intéresser à
un ABC d'Histoire de France  avant de  dénoncer les "incultes". Voilà un béotien doublé d'un ilote parfait qui prétend donner des leçons de civilisation (pour l'intéressé, se reporter à
son dictionnaire habituel pour comprendre la signification de vocables qui lui sont inconnus), ce au nom des égorgeurs dont il se proclame l'héritier spirituel. C'est admirable, surtout qu'il n'a
aucunement compris que nous étions, chère Ségaline, en complet accord sur la sémantique (autre mot certainement ignoré de ce d'Artagnan de carrefour).


A méditer par ce Capitan (mot dont il ne connaît vraisemblablement ni l'origine ni la signification) de la loghorrée insane et verbeuse, cette phrase de l'immense La Bruyère dans "Les Caractères"
: "C'est une grande misère que de n'avoir pas assez d'esprit pour parler ni assez de jugement pour se taire.".

La Ségaline 18/05/2014 13:45



Il semble que le commentaire que vous évoquez, et qui m'a surprise, ne soit que le fruit d'une mauvaise interprêtation de votre commentaire précédent, rien de plus. Ce qui montre une fois de plus
si besoin était que de petites choses peuvent faire une grosse différence, et qu'une lecture trop rapide peut rapidement engendrer des malentendus regrettables. Tout ceci était dit et mis au
clair, je serais vraiment navrée que mon blog devienne le lieu de réglements de comptes! Et tout cela avec comme seul point de départ une simple interrogation sur le vocabulaire!



fleurdelys46 17/05/2014 20:59


Chère Ségaline,


Votre billet me va droit au coeur comme à l'esprit, et je vous en sais gré.


Je sais que nous ne partageons pas forcément les mêmes opinions ou les mêmes inclinations, mais les mêmes principes du respect de l'autre avec sa ou ses différences nous relient. En l'occurrence,
il me semble que nous avons les mêmes vues sur le culte de la langue française et la clarté de son expression. "Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire arrivent
aisément" a écrit le grand Boileau, si méconnu aujourd'hui, dans son "Art Poétique".


A méditer aussi cette maxime du marquis de Condorcet : "Raison, tolérance, humanité." Je vois que vous y avez réfléchi.


Amicalement.


 


 

La Ségaline 18/05/2014 13:39



La maxime de Condorcet est en effet à méditer car pleine de sagesse, et elle devrait être la devise de tous ceux qui se targuent de vouloir diriger. Hélas quelle utopie!



Le Mousquetaire des Mots 17/05/2014 20:09


Bonsoir Ségaline,


Je partage sans complexe ton point de vue. Si nos journaleux du dimanche et des autres jours avaient un langage bien cghâtié, nous n'en serions pas à
ergoter sur tel terme ou à propos de la majuscule, et autres incongruités langagières que les incultes r&futent et se moquent sans complexe. J'ignorais que les royalistes (sans majuscule)
pouvaient se rendre sur ton blog et faire des gorges chaudes quant à tes écrits. Cela dénote une délicatesse imbécile. Sans doute se croient-ils au-dessus du panier (si cela leur fait plaisir,
pourquoi pas, mais qu'ils foutent la paix à ceux qui parlent ou écrivent sans malice) et, en tant que tels, se croient-ils autorisés à ironiser facilement à propos de tout. Apparemment, ils ont
oublié que la Révolution avait eu lieu et que de roi, nous ne voulons plus. J'emploie d'ailleurs le présent de l'indicatif, trahissant la grammaire qui veut que les temps du passé, entraînent le
passé dans la suite logique de la phrase. Mais foin de la concordance des temps. Le présent est ici plus probant que le passé puique révolution il y a eu et que nous en sommes les héritiers. Si
les royalistes (sans majuscule) viennent bousculer tes écrits, ma foi, cela signifie qu'ils accordent une importance à ce qui n'en a pas et qu'ils confondent une expression fort répandue
qualifiant les fans de la Dame du Poitou avec leurs opinions politiques. En conséquence, ils ne comprennent rien à rien et confondent tout. Pas étonnant puisque la royauté a été abolie et qu'ils
s'attardent, ces nostalgiques, sur un passé qui ne reverra jamais le jour (même si d'aucuns évoquaient le  retour à l'ancien régime quand sa majesté S régnait sur nos destinées). Ah, ma
chère, les incultes sont légions et ne feront jamais la différence entre une minuscule et une majuscule. Et pourtant, la différence n'est pas anodine, n'est-ce-pas ?


Bon diamnche à toi et les tiens. Amicalement

La Ségaline 18/05/2014 13:37



Voilà un commentaire qui appelle quelques précisions: en aucun cas le commentaire de mon lecteur royaliste n'était désobligeant à mon égard, il ne s'agissait que critiquer un point de vocabulaire
à propos d'un terme dont je n'étais pas responsable le moins du monde. Certes ce lecteur et moi n'avons pas les mêmes idées politiques, ni les mêmes goûts en matière de musique par exemple mais
nos échanges sont toujours restés très cordiaux et respectueux, ce dont je le remercie d'ailleurs. Nous partageons néanmoins d'autres choses, et heureusement chacun sait respecter les idées de
l'autre. Donc pas de quoi se mettre martel en tête, son commentaire ne me visait pas et sa remarque était par ailleurs justifiée, d'où mon petit billet en retour.


En ce qui concerne les royalistes, si je ne partage pas leur vision de la politique, je respecte néanmoins leur point de vue sur certains aspects. Certes la Révolution est venue du peuple qui
n'en pouvait plus après des siècles d'asservissement, mais le bain de sang qu'elle a provoqué était-il justifié? Voilà une question pour les historiens. Aurait-il été possible de révolutionner le
pays sans cette "boucherie" qu'évoquent certains? Pas sûr, tant les rancoeurs étaient fortes et ancrées. Mais il ne sert à rien de vouloir refaire l'Histoire, et l'actualité plus ou moins récente
nous montre qu'hélas les révolutions se font toujours dans le sang.



Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche