Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 12:22

Trouvaille d'un de mes derniers vide-greniers, je me suis plongée ces jours-ci dans Michaël, chien de cirque de Jack London. J'étais un peu sceptique car pour moi cet auteur évoquait surtout la littérature de jeunesse (quand "littérature" avait il me semble davantage de sens dans cette expression), d'ailleurs c'est une vieille édition de la bibliothèque verte que j'ai trouvé.

Moi qui aime les animaux je dois dire  que j'ai souffert à la lecture de ce roman qui pourtant commence assez bien: Michaël est recueilli, enfin volé serait plus juste, par un marin finalement sympathique, qui l'emmène voguer sur toutes les mers et les océans du monde, et qui surtout profite des aptitudes du chien pour lui enseigner quelques tours. Hélas c'est à cause de ces dons que le pauvre cabot sera volé de nouveau mais cette fois pour entrer dans une école de cirque où on forme les animaux à coups de matraque, de fouet, où on leur enseigne la crainte, la terreur et la souffrance perpétuelle pour aller régaler un public naïf qui s'extasie bêtement.

Tout le roman se déroule à travers les yeux du chien, si bien que le lecteur ne peut que s'identifier à lui et non aux hommes qui sont tous plus monstrueux et inhumains les uns que les autres. Les dresseurs bien sûr sont particulièrement ignobles, réduisant les animaux à l'état d'objets interchangeables, mais le public également, car ce n'est pas la beauté du numéro qui motive le dresseur mais simplement le gain qu'il pourra retirer de ses tournées, et le public se presse pour aller voir les animaux les plus divers accomplir des tours parfaitement contre nature. Et c'est avec la plus grande naïveté que ces braves gens croient que c'est par amour pour leurs maîtres que les animaux accomplissent toutes ces prouesses alors que tout  n'est que supercherie, crainte, douleur et souffrance.

Je n'ai jamais beaucoup aimé le cirque, et particulièrement les numéros d'animaux dressés, ça m'a toujours mise mal à l'aise sans que je sache pourquoi, car je ne m'étais jamais penchée sur la question. Grâce à la lecture de ce petit roman je sais à présent que ce que je n'aime pas c'est le fait de forcer des animaux, même sans méthodes cruelles (car j'ai moi aussi la naïveté de croire que les pratiques ont changé), à faire des choses dont ils n'ont pas la moindre envie et qui sont surtout contre nature: obliger un quadrupède à marcher sur deux pattes, faire chanter un chien, bref essayer de les faire ressembler à des humains, voilà ce qui me chiffonne. C'est sûrement pour  la même raison que je trouve parfaitement immonde d'affubler des chiens de manteaux et de coiffures aussi ridicules que ceux de leurs maîtresses ou de leur vernir les griffes.

Il paraît qu'après le succès du roman aux États-Unis dans les années 20 les pratiques ont beaucoup changé dans les cirques et que leur fréquentation a même baissé. La littérature aurait-elle donc un pouvoir?...

Partager cet article

Repost 0
Commis par La Ségaline - dans Cabinet de lecture
commenter cet article

commentaires

"Jack London Society" 09/12/2011 05:40


En Europe aussi ce livre avait fait grand bruit. Des gens manifestaient devant les cirques européens sous la bannière de la "Jack London Society" contre la présence des animaux dans les cirques
(cf. le livre de l'Histoire du grand cirque allemand Krone sur plusieurs pages il est fait mention de ces manifestations devant le chapiteau dans les années 20 et les années 30). Incroyable de
voir que presque 100 ans après rien à changé ! Les manifestants se revendiquent "animalistes / végétaliens" mais il s'agit du même combat et du même problème ! Cravache, Fouet, Chambrière,
Eperons, Ankus, etc ... TOUS ces "accessoires" sont toujours d'actualité ...

Le Mousquetaire des Mots 24/06/2011 06:21



Les maîtres de chiens désirent tous qu'ils leur obéissent au doigt et à l'oeil. Au fond, le "cirque" est général. Pauvres bêtes.



laophi 19/06/2011 00:59



Le dressage sous toutes ses formes m'indispose. J'ai même vu qu'on essayait de rendre des cons intelligents suite à la décision d'un plus con ou pour faire soft d'un moins intelligent.



La Ségaline 19/06/2011 20:17



Le dressage des cons est une cause perdue...



sirius 18/06/2011 09:44



Je partage ton avis. Pire encore est la corrida, que l'on ose élever au rang d"art"; il existe même des "critiques taurins", qui n'ont pas peur du ridicule
conféré par leur titre... Pour moi, la Bibliothèque Verte évoque immanquablement la série du Club des Cinq, qui nous régalait étant petits!



Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche