Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 07:09

http://annmah.net/wp-content/uploads/2008/10/aligot.jpgHier nous nous sommes retrouvés entre amis à la bonne franquette autour d’un plat convivial et qui nous a réchauffé : l’aligot. Pour ceux, les malheureux, qui ne connaitraient pas ce plat non pas de chez nous mais de chez nos chers voisins auvergnats, il s’agit de pommes de terre cuites à l’eau et réduites en purée sur lesquelles on fait fondre une quantité égale de tome fraîche, c’est-à-dire de cantal non encore affiné. Simple en apparence, c’est un plat très versatile que l’on peut rapidement « rater » si on le prépare trop à l’avance, si la tome n’est plus assez fraîche, si la cuisinière est de mauvaise humeur ou que sais-je encore. L’aligot est réussi lorsque le mélange colle à la cuillère et qu’en levant celle-ci « ça file ». D’ailleurs je me rappelle que lorsque je suis entrée en pension à Aurillac j’ai été surprise à la cantine de voir mes camarades s’extasier devant un simple plat de purée qui arrivait sur la table au moment où le premier d’entre eux levait la cuillère et que s’étirait le long ruban crémeux...

Bon l’aligot c’est délicieux et avec de belles saucisses ça cale bien pour la soirée. Mais jamais je ne m’étais interrogée sur l’origine du mot et du plat. Je dois à mon ami Jean-Paul présent parmi nous à cette soirée quelques unes de ces explications.

Jadis les moines traversaient l’Aubrac pour aller à Compostelle en empruntant le Via Podiensis, et arrivés sur ce rude plateau ils faisaient halte au village d’Aubrac (ALTO BRACO, lieu élevé) pour se restaurer. Il y avait là une petite abbaye fondée en 1120 afin de guider et recueillir les pèlerins qui avaient tendance à s’égarer sur ce plateau balayé par les vents, la neige... et les brigands. Les moines d’Aubrac y pratiquaient l’élevage d’une race bovine rustique et résistante, la vache Aubrac, si jolie avec ses yeux langoureux cerclés de noir et sa jolie robe fauve. La tome issue du lait de leurs vaches leur servait à fabriquer un plat calant bien les estomacs, un mélange de pain et de tome appelé « patranque » qui devint l’aligot que nous connaissons aujourd’hui lorsque Parmentier eut la bonne idée de ramener la pomme de terre et qu’elle remplaçât alors le pain.

Mais me direz-vous, d’où vient donc ce mot d’ « aligot » ? Les pèlerins arrivés à Aubrac cherchant à se restaurer demandaient juste un petit ALIQUOD (quelque chose en latin) à manger. L’évolution phonologique faisant le reste, le mot devint « aligot ».

Voilà au moins un mystère résolu, mais reste un autre et non des moindres : faut-il mettre de l’ail ou non dans l’aligot ?...

Partager cet article

Repost 0
Commis par La Ségaline - dans Chroniques ménagères
commenter cet article

commentaires

LILIRADAR 05/06/2012 11:32


Merci pour cet article en bonne petite Cantalienne que je suis (enfin devenue Marseillaise quand même après avoir séjourné plus qu'il ne faut en terre bourguignonne) j'apprécie ! Je mets
toujours de l'ail dans l'aligot comme le fait ma môman et comme faisait ma grand-mère. Je préfère cuisiner la Truffade que je suis sûre de ne pas rater ! Mais l'aligot c'est délicieux tu as
raison avec des saucisses ! REGAL assuré.

LILIRADAR 05/06/2012 11:31


Merci pour cet article en bonne petite Cantalienne que je suis (enfin devenue Marseillaise quand même après avoir séjourné plus qu'il ne faut en terre bourguignonne) j'apprécie ! Je mets
toujours de l'ail dans l'aligot comme le fait ma môman et comme faisait ma grand-mère. Je préfère cuisiner la Truffade que je suis sûre de ne pas rater ! Mais l'aligot c'est délicieux tu as
raison avec des saucisses ! REGAL assuré.

fleurdelys46 29/04/2012 22:59


Bonsoir, chère Ségaline,


Me voici de retour après un séjour de deux semaines... en Ségala où il a fait un temps déplorable.
Deux semaines passées au cantou où j'ai brûlé une quantité de bois phénoménale qui a tenu l'oustalou bien au chaud.
Votre explication éthymologique sur l'origine du mot "aligot" me paraît assez douteuse, malgré toute l'estime que je vous porte. Les moines du XII ème siècle n'ont jamais eu l'occasion non
seulement de déguster mais simplement d'examiner une pomme de terre. Si Parmentier a introduit le tubercule en France avec l'appui de Louis XVI (faut-il le rappeler?), la culture de ce légume ne
s'est vraiment développée dans le pays qu'un siècle plus tard, en particulier dans nos régions où les paysans sont restés très longtemps extrêmement méfiants à l'égard de cette plante venue
d'ailleurs.

La Ségaline 29/04/2012 23:55



Bonsoir,


certes les moines du Moyen-Âge n'ont jamais pu déguster l'aligot tel que nous le connaissons aujourd'hui, et je ne dis pas autre chose dans ce petit article puisqu'il est dit qu'à leur époque la
tome accompagnait non pas des pommes de terre mais du pain. D'ailleurs ça ne devait pas être mauvais non plus, ma foi avec du pain de seigle et un tourin à l'oignon...



Marilys 27/04/2012 08:28


Normalement, il faut frotter le récipient où tu vas faire l'aligot avec une gousse d'ail, pour parfumer.  Après, chacun fait bien comme il veut, et selon ses goûts !


Bon week-end !

Le Mousquetaire des Mots 22/04/2012 16:00


J'avais ouï dire de ce plat, mais je ne l'ai jamais goûté. Ni cuisiné. Ma foi, ton interrogation méritant réponse, je te dis tout simplement : fais avec
seulement la recette. Point besoin d'y ajouter ceci ou cela, ça n'en sera que meilleur.


Merci pour l'origine du mot aligot. C'est vrai que les substrats locaux influencent l'évolution des langues.

Agatheb2k 22/04/2012 12:42


quel dommage que les traditions se perdent... celle-là avait du bon


Juste pour le plaisir, la recette en vidéo :


http://videos.tf1.fr/jt-13h/l-aligot-plat-emblematique-de-l-aubrac-6956397.html


Profitez-en tant que c'est encore en ligne, ça fait vraiment envie

Agatheb2k 22/04/2012 09:54


Dieu que c'est bon... il s'en servait tous les jeudis à la maison de l'Aveyron dans la capitale, réservation
obligatoire, la salle étant petite... en plus des conditions énoncées dans le billet... l'aligot y est aéré régulièrement par les bras musclés des messieurs de corvée en cuisine ce jour-là et
donc l'humeur de la cuisinière importe peu... elle peut éplucher les pommes de terre, le reste est l'affaire des hommes !

La Ségaline 22/04/2012 10:46



Hélas les bras musclés de ces messieurs l'autre soir ne leur servaient qu'à lever le calice pendant l'apéro... tout fout le camp ma pôv' dam!



Florentin 20/04/2012 20:50


Un plat qu'on ne connaît évidemment pas en Normandie, où les plats à base de fromage sont plutôt arrosés de Camembert ! Mais, tu me mets l'eau à la bouche, c'est sûrement bourratif, mais ça doit
être diablement bon ! Faudra que j'en parle à mpa mie. Mais, ce sera vain sûrement, car je me demande où on pourrait ici trouver de a tome fraîche. Bon, tant pis ! A plus et bon week-end.
Florentin.

La Ségaline 22/04/2012 10:50



Pour être bourratif, je te le confirme, ça l'est! mais il faut bien ça pour supporter le climat montagnard! 



Pangloss 20/04/2012 19:09


L'ail réjouit le coeur d'un honnête homme. On dit qu'il contient certaines substances euphorisantes. Pour l'honnête femme, je ne sais pas.

laophi 20/04/2012 10:00


Une origine orientale correspondrait à la capture d'un émir : Ali ligoté dans le palais. Et le temps a fait son oeuvre ainsi que mon imagination.


Les arcanes de la phonétique et de son évolution sont tels ... alidiot il ne connait pas l'aligot ! Ceci dit c'est délicieux et je ne vous dis pas ... l'aligoté dans le palais (et on en revient à
l'émir une fois de plus).

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche