Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 13:12

Heureusement qu'il m'arrive d'aller parfois chez ma coiffeuse, sinon comment pourrais-je me tenir au courant des derniers potins de nos amis les people ? J'étais donc hier plongée dans un numéro plus très frais de Paris-Match lorsque je m'attarde sur les photos d'une soirée mondaine quelconque. Parmi les heureux élus de ce gratin je vois Anne Lauvergeon, présidente d'Areva, tenant à son bras un charmant cavalier dont la légende m'apprend qu'il s'agit de son mari... Un certain Olivier FRIC.

 

Je vous assure que c'est vrai, je n'aurais jamais songé à inventer un truc pareil...

 

Partager cet article

Repost 0
Commis par La Ségaline - dans Ça m'énerve!
commenter cet article

commentaires

Le Mousquetaire des Mots 30/01/2011 14:01



Tant qu'il ne s'appelle pas FRICFRAC...



Candy75 30/01/2011 10:20



Il y a des noms prédestinés. L'argent va à l'argent. Mais que dire de tous les "Connard" "Lecul" "Couillard" et j'en passe et des meilleurs. Patronymes bien difficiles à porter.



laophi 29/01/2011 15:11



Oui il y a des noms qui prêtent à sourire dans un certain contexte. Ainsi Alain Pot est un respecté contribuable.



Jean-François Vionnet 29/01/2011 14:55



Il est bien certain que tu liras plus facilement "Pourri match" que le "Canard Enchaîné" chez ton coiffeur. Pourquoi ?



Sirius 29/01/2011 13:54



J'ai la chance d'avoir une coiffeuse suffisamment volubile pour ne pas avoir à me plonger dans de telles lectures. Lorsque je sais que je vais attendre, j'apporte mon bouquin. Evidemment, le
principal risque est de passer à côté de telles perles!



La Griotte 29/01/2011 13:53



En voilà un bien nommé !



Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche