Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 11:15
 

En faisant enfin le ménage correctement dans la chambre, c'est-à-dire en dépoussiérant, j'ai retrouvé le cahier qui me sert de journal intime. J'entends déjà la réflexion: « Ben dis-donc, faudrait peut-être y passer plus souvent! » Oui c'est vrai j'avoue et je fais mon MEA CULPA.

Quand je dis que je l'ai « retrouvé » il faut tout de même pas croire que la couche de poussière était telle que le cahier avait disparu! En fait je le vois tous les soirs en me couchant, et tous les soirs je me dis « Mince il faudrait bien que je le tienne un peu à jour ». En effet ce ne serait pas du luxe puisque la dernière fois que j'ai griffonné quelques pages, c'était il y aura bientôt un an... UN an, bon sang, comment c'est possible? Moi qui parvenais à écrire très régulièrement des pages et des pages...Ah oui mais ça c'était avant d'avoir des enfants et du boulot! Je suis un peu injuste envers le travail car lorsque j'étais prof je parvenais quand même à écrire de temps en temps, en tous cas jamais avec de telles interruptions. Quant aux enfants c'est vrai que depuis qu'ils sont là j'écris moins, paradoxalement d'ailleurs car j'ai avec eux de plus en plus de choses à raconter, et surtout les intervalles entre deux sessions sont de plus en plus longues au fur et à mesure que le nombre d'enfants augmente! Vu qu'il n'est pas envisagé qu'un 4e vienne pointer le bout de son nez, mon activité manuscrite devrait pouvoir reprendre.


A moins que le véritable fautif ne soit Internet, car il est vrai que depuis que nous avons Internet je passe plus de temps à correspondre par mail avec mes amis que par courrier manuscrit...Il faut dire que du coup ils me répondent beaucoup plus vite également! Et puis tout à empiré depuis que je tiens mon blog, car même s'il n'a rien à voir avec mon journal intime, j'y raconte parfois des choses qui pourraient y figurer, des tranches de vie quotidienne ou des anecdotes tout à fait du genre de celles que je griffonnais dans mon cahier. La différence c'est que comme j'ai eu la mauvaise idée de donner l'adresse de mon blog à certaines personnes je suis obligée de me censurer parfois de peur de blesser. Alors que dans mon cahier d'écolier point de censure, car celui-là est vraiment privé. Vous me direz « Pourquoi avoir donné l'adresse du blog, puisqu'Internet permet justement cet anonymat qui autorise à se lâcher? ». Mais par vanité bien sûr, car j'avais envie d'écrire pour être lue, pensant, naïve ou/et présomptueuse, que j'avais des choses intéressantes à dire, ou un joli brin de plume...Vanité des vanités.

Partager cet article

Repost 0
Commis par La Ségaline
commenter cet article

commentaires

Florentin 15/11/2009 16:27


Les gens qui me côtoient savent que je tiens un blog.Ils viennent y voir ce que je fais. Y compris mes enfants. Mais, je ne me contrôle pas pour autant. Je me dis que c'est pour eux une autre
manière de me connaître. Je n'ai rien à cacher de vraiment important.Comment peut-on, d'ailleurs et même sur un blog, cacher très longtemps ce qu'on est vraiment ?


Axel21 13/11/2009 18:25


Côté brin de plume, je te rassure. Côté ego, tu sais bien que les ego et les couleurs ne se discutent pas. Maintenant, faut t'assumer: des noms!


La Ségaline 14/11/2009 08:05


La délation très peu pour moi, je laisse ça à un certain E. B....


La nonardaise 13/11/2009 16:15


Ségaline,c'est le ménage de printemps...Mais je crois que la faute est bien celle d'internet,on entend partout "LES JEUNES"ne se parlent plus que par internet mais je crois bien que nous sommes
contaminées il existe peut etre un vaccin contre ce virus...


Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche