Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 07:22

 

 

Je ne suis pas pour le travail du dimanche. D’ailleurs je serais tentée de ne pas être pour le travail... tout court.

 

Les partisans du travail dominical arguent que ce travail est effectué sur la base du volontariat, et que les travailleurs concernés sont ravis d’être payés plus, que cela permet aux étudiants de travailler sans empiéter sur leurs heures de cours, etc. Et surtout que c’est bon pour leur commerce. Du côté des acheteurs du dimanche, ils sont très contents de pouvoir faire leurs courses le dimanche parce que la semaine ils n’ont pas le temps, et que pour eux c’est un service supplémentaire, etc.

J’entends bien, mais personnellement je ne vois là qu’une vaste hypocrisie, et même deux. La première est celle qui consiste à dire qu’il s’agit uniquement de volontariat pour les salariés. Ben voyons, chacun sait que le climat économique actuel fait qu’il n’y a absolument aucune pression d’aucune sorte qui peut s’exercer, implicitement ou non, sur les travailleurs. Et donc tous les salariés travaillant le dimanche sont ravis de se lever et de laisser conjoints et enfants (bon pour ce qui est des enfants, je peux le comprendre). Sans compter que s’il n’y a pas suffisamment de volontaires pour ouvrir le commerce en question il faudra bien que quelques volontaires supplémentaires soient... désignés.

La seconde hypocrisie est celle qui consiste à dire que cela favorise la croissance en procurant d’une part un meilleur pouvoir d’achat aux salariés, et ensuite en faisant « marcher le commerce », bref c’est bon pour les affaires, c’est bon pour les employés, c’est bon pour les consommateurs, bref la vie est belle dans les rayons de Castorama le dimanche après-midi. Ouais sauf que quand le travail le dimanche (et la nuit) sera généralisé le tarif s’alignera sur le salaire de base, il ne faut pas se leurrer, et là pour faire machine arrière, bernique !

Ce que je vois là-dedans c’est une vie de famille qui se réduit à une peau de chagrin si ce dernier jour chômé ne l’est plus. Avant le dimanche on mettait ses beaux habits pour aller à la messe avant d’aller manger le poulet rôti chez des proches parents, puis après une sieste digestive on allait faire une promenade, digestive elle aussi si la sieste n’avait pas suffi à faire descendre les éclairs au chocolat de la tante Jeannette. Aujourd’hui après une petite grasse matinée on déjeune à moitié en famille parce que les ados dorment jusqu’à midi ou que les plus jeunes sont dans l’autre partie de la famille décomposée, après le repas pris sur un coin de table et avant que Drucker ou Chuck Norris n’ait endormi les rescapés on prend son courage à deux mains et on file en ville voir si des fois il n’y aurait pas un truc essentiel dont on n’a pas besoin qui resterait encore en vitrine. Alors on va faire ses courses comme autrefois on allait faire un peu de tourisme, une balade en forêt ou au bord de la mer, on va au supermarché comme on serait aller visiter une expo ou un vieux château. Oui car consommer (tous les jours et 24h/24h ce serait encore mieux) c’est devenu culturel, c’est pathétique.

Les magasins sont devenus les nouveaux temples, consommer c’est la nouvelle religion. « Je consomme donc je suis », voilà notre nouvelle philosophie.

 

Naïvement je me refuse toujours à faire des courses le dimanche, parce que je me mets à la place des salariés et je me dis que ça m’embêterait de travailler le dimanche, par solidarité, un peu comme quand je reste polie avec les démarcheurs de tous poils qui me harcèlent au téléphone et dont je me dit qu’il faut être sympa avec eux tant leur boulot est ingrat et que je n’aimerais pas qu’on me raccroche au nez si j’étais à leur place. Et jamais je n’ai eu la moindre once de culpabilité en me disant que je mettais un frein à l’économie. Quant à l’argument selon lequel l’ouverture des magasins le dimanche permet de faire les courses qu’on ne peut pas faire la semaine, il ne tient pas à moins de travailler du lundi au samedi de 8h à 19 ou 20h.

 

Ce que je ne comprends pas c’est pourquoi les magasins de bricolage ou de jardinage tiennent tant à ouvrir les dimanches. C’est vrai que le jardinage et le bricolage sont les activités préférées des Français mais il faut avouer que c’est quand même très contre-productif d’aller faire ses achats le dimanche... alors même que c’est le seul jour où on peut pratiquer ces activités. Le week-end c’est le seul moment où on peut refaire ses peintures, poser du parquet dans la chambre du petit ou réaménager ses parterres de fleurs, et on va en passer la moitié à arpenter les rayons du magasins à choisir le papier peint qu’on n’aura de toute façon pas le temps de poser ! C’est con quand même, non ?

 

 

PS : j’ai vu à la télé le porte-parole d’un collectif justement nommé « les bricoleurs du dimanche » (copieurs!), un certain Gérard Fillon, ça ne s’invente pas. Sans doute un partisan du travailler plus pour gagner plus.

Partager cet article

Repost 0
Commis par La Ségaline - dans Ça m'énerve!
commenter cet article

commentaires

juliette 05/12/2013 01:23


Ah, enfin un article où je suis 100 % d'accord avec vous..Pourtant, ça pourrait être contradictoire ce que je dis, ayant eu un mari (et parfois moi-même) qui a travailé tous les dimanches pendant
25 ans..Mais, justement, c'est parce que je connais que je suis contre, ou alors d'accord, ponctuellement comme au moment des soldes ou de Noel...Mais, le bricolage ou la bouffe, je trouve ça
d'un con d'aller le dimanche dans ces magasins.


Et pis, encore mieux, j'habite une jolie ville où tous les commerces sont ouverts le dimanche...


Et, encore mieux, par curiosité, nous avons regardé le week-end dernier le % de nos ventes du dimanche et les mois où il aurait été intéressant d'ouvrir ou de fermer.


Je signe toutes les pétitions contre le travail du dimanche...J'écris d'ailleurs un peu partout là-dessus..

La Ségaline 05/12/2013 09:09



Que des commerçants indépendants et patrons ouvrent le dimanche, comme les petits épiciers ou un libraire je trouve ça tout à fait normal, mais il me semble qu'il n'y a rien de commun entre
pouvoir acheter du pain frais le dimanche matin et aller acheter du papier peint pour refaire ses toilettes le dimanche après-midi. Et qu'on ne me parle pas du volontariat parce que pour que ces
magasins fonctionnent le dimanche il faut un nombre suffisant d'employés: s'ils ne sont pas assez nombreux à être volontaires, on ne me fera pas croire qu'il n'y a aucune "pression" pour arriver
à compléter le quota! Ce genre d'ouverture pour moi doit rester ponctuel et exceptionnel.



Jean-François Vionnet 04/10/2013 10:31


Comme vous, je me refuse à aller dans un supermarché le dimanche, même quand c'est autorisé. Le dimanche, comme beaucoup je m'emmerde mais je n'ai nulle envie d'emmerder les autres, et j'ignorais
qu'il y avait Chuck Norris à la télé. Vous pourrez me rétorquer qu'étant à la retraite, j'ai tout le temps de faire mes courses en semaine, mais j'ai souvenir de tous ces vieux qui allaient à
l'épicier en même temps que moi, (ils n'avaient pas le temps le matin ou l'après midi), juste à midi 30 l'heure où je rentrais chez moi, vite fait pour manger un bout avant de retourner
travailler, alors si je peux éviter de faire comme eux, tant mieux.


Bonne journée, et amicalement.

pierre 04/10/2013 09:39


bien d'avis avec vous !! et argument économique pour moi imparable: si on achète un produit le dimanche , on ne l'achetera pas la semaine, donc ça ne fait pas augmenter le chiffre d'affaire
mensuel !!!!


A+ PIERRE

Sirius 03/10/2013 08:54


Personnellement, je pense qu'il est plus épanouissant de travailler, même gratuitement, comme caissière ou magasinier le dimanche après-midi, que de rester devant Chuck Norris...  A part ce petit détail, ton analyse est excellente!


Ce qui reste difficile à comprendre, c'est le départage entre les branches d'activités autorisées à fonctionner le dimanche (transports, restauration, spectacles, curés, etc...), et ceux qui ne
le sont pas.


Il est diffcle de faire la part des choses et de contenter tout le monde. Ainsi, lorsque je travaillais à la Coopérative voisine, j'étais payé double si je mettais en route mon camion le dimanche
en temps de moisson. Alors, crois-moi, lorsque décision a été prise, probablement pour des raisons d'économie, de ne faire rouler que des sous-traitants le week-end, ça ne m'a pas plus!

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche