Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 15:25

Tout au long de mon enquête pour le recensement j'ai pu aller dans des endroits de la commune que je ne connaissais pas, et j'ai pu m'attarder dans d'autres où je ne faisais d'ordinaire que passer, notamment pour répertorier toute les résidences secondaires et les maisons inoccupées depuis longtemps. Sur bon nombre d'entre elles, pour ne pas dire toutes, le linteau au-dessus de la porte mentionne l'année de construction. C'est donc sans surprise que j'ai pris conscience de la richesse de ce patrimoine ordinaire qu'est celui de notre village et de tant d'autres également. Tant de maisons datent du XVIIIe siècle, du XIX, et un habitant m'a même confié que la sienne datait du XVII. Quoiqu'il en soit chaque linteau ne fait pas qu'apporter une indication quant à l'âge d'une demeure, il atteste aussi de la volonté de l'artisan qui l'a construite de ses mains de laisser sa trace à la postérité, et quelle postérité! Combien de maisons bâties aujourd'hui seront encore debout dans trois siècles...?

Dans tous ces linteaux, même les plus simples il m'a semblé pouvoir lire la fierté du maçon, celle du tailleur de pierre, doublée parfois d'une certaine délicatesse dans l'exécution, d'une recherche. On peut y lire souvent le nom du bâtisseur ou du propriétaire, parfois un dessin qui est comme une marque de fabrique, tout cela respire l'amour du travail bien fait. Même si nombre de ces pierres sont des pièces rapportées et ne sont pas forcément en adéquation avec l'âge des maisons qui les supportent elles restent malgré tout le témoignage de tous ces hommes qui ont œuvré à la construction de notre patrimoine architectural. Elles sont aussi un fantastique point de départ pour l'imagination parfois, car lorsque l'on voit un linteau magnifique et visiblement signe d'une certaine richesse sur une maison toute simple on ne peut s'empêcher de se demander d'où il vient, quelle est son histoire, quels sont les aléas qui ont amené cette pierre à voyager ainsi de demeure en demeure, passant, qui sait, du manoir d'une grande famille détruit sous la Révolution à une maisonnette plus rustique voire parfois une simple grange. Et cette histoire n'est peut-être pas finie car on sait aujourd'hui l'essor qu'à pris le commerce des matériaux de construction d'occasion, porte ouverte à tous les pillages.

Bref vous trouverez ici un aperçu loin d'être exhaustif de quelques unes de ces pierres rencontrées ça et là au cours de mes pérégrinations d'agent recenseur. On me reprochera sans doute de ne pas avoir pris en photo l'ensemble porte-linteau mais hélas les portes ne présentaient pas toujours le même intérêt que le linteau, quand il s'agissait de porte d'ailleurs et non d'une simple fenêtre parfois même rebouchée. Bonne visite.

 

 

Linteau 1087

  1087? Je ne peux m'empêcher de penser que le temps en a avalé un morceau et qu'il s'agit seulement de 1687...

 

linteau 1752

 

Linteau 1755

 

 

linteau 1780

 

 

linteau 1784

 

Linteau 1793

 

Linteau 1795

 

linteau 1795 -2

 

linteau 1799

 

Linteau 1800

 

Linteau 1804

 

Linteau 1806

 

Linteau 1869

 

linteau 1812

 

 

 

Une petite originalité pour finir: une date qui n'est pas sur un linteau mlais au bas d'un escalier, la pierre n'était pas assez grande pour contenir la date, qu'à cela ne tienne, on a fait déborder le 4 de 1784 sur l'autre face... on ne va pas se laisser agaçer par des détails.escalier-1784.JPG

Partager cet article

Repost 0
Commis par La Ségaline - dans Mon petit coin
commenter cet article

commentaires

Juntos 04/03/2011 10:15



Des maisons qui durent des siècles, c'est très mauvais pour l'économie ça. Alors que les beaux bâtiments des années 1960 qu'il faut démolir puis reconstruire, c'est bon pour la croissance!



Florentin 03/03/2011 16:45



Bien beau documentaire. C'est vrai qu'on passe souvent à côté de richesses qu'on oublie de voir. En tout cas, je retiens ton idée. Je vais aller voir dans la partie vieille de ma ville si on
trouve aussi des linteaux de la sorte. PS : Tu n'oublieras pas de me donner ton adresse, j'irai, en catimini, jeter un pavé dans l'écran de ton téléviseur ...



Pamphile 03/03/2011 14:32



Un grand merci pour ces photos... notre patrimoine.



La Griotte 02/03/2011 10:48



C'est ainsi que j'ai pu pénétrer dans une cave où un pilier d'église pillé pendant quelque guerre ou destruction, soutenait l'ensemble de l'édifice : comme il était à l'abri de la lumière en
milieu stable, il avait gardé toutes ses couleurs !



laophi 01/03/2011 10:47



Un lien parmi d'autres pour un sujet porteur : http://www.linteaux-de-france.com/


Bonne journée



La Ségaline 01/03/2011 14:14



Déjà vu, et c'est du solide...



Sirius 28/02/2011 08:36



Je remarque que les maçons qui ont daté leurs linteaux entre 1795 et 1804 devaient être de dangereux réactionnaires, car ils auraient logiquemement utiliser le calendrier révolutionnaire
(commençant, je crois, en 1791). En  tous cas, ce sont de belle photos et ça prouve, même s'il n'en est plus besoin, ta passion pour les belles pierres.


J'en profite pour ajouter que l'on réutilisait souvent un linteau ancien (donc déjà daté) dans une construction neuve mais, en 1087, cette coutume n'était pas de mise, on écrivait en général en
chiffres romains et seules les maisons des riches étaient en pierre.



La Ségaline 01/03/2011 14:17



Merci pour tes précisions. Effectivement le linteau de 1087 m'a fortement intriguée et je ne puis croire qu'il remonte réellement à cette date. Je pencherais pour un 1687, ce qui n'est déjà pas
mal, mais on ne voit absolument aucun reste de la partie qui manquerait: le temps a semble-t-il lui aussi fait son oeuvre et façonné à son tour la pierre.



Pangloss 28/02/2011 08:18



Ces maisons sont aussi notre histoire et pas seulement les palais ou les cathédrales. Elles nous renseignent plus sur la "vraie vie" de ceux qui nous ont précédés que les monuments élevés à la
gloire des puissants.



Champ libre 28/02/2011 01:28



Je trouve touchantes ces preuves d'existences qui restent gravées dans la pierre...La maison que nous venons de vendre en Ariège datait de 1797. Pas de date sur le linteau mais sur l'acte de
vente ! La maison que nous louons aujourd'hui dans la Barousse est un ancien moulin du XVIe siècle appartenant toujours à la même famille. J'aime beaucoup mettre mes pas et ma vie dans ce que
beaucoup appellent avec dédain " une vieille baraque ".



Nouchkaya 27/02/2011 21:35



J'habite une vieille maison, enfin la partie la plus vieille car ce sont les parties pour les animaux que nous habitons..Il n'y a aucune date mais c'est ancien...Nous l'avons constaté à chaque
fois que nous nous sommes attaqués aux murs...t j'aimer bien l'idée de continuer à faire vivre des lieux qui auraient pu disparaitre... Car nous sommes à côté de l'habitation proprement dite et
les voisins disaient qu'il fallait raser ces vieilles pierres! On les a un peu chnagées mais l'essentiel est là et elles vivent encore!



Jean-François Vionnet 27/02/2011 18:49



J'ai perdu mon commentaire, alors têtu, je recommence, et pourtant le premier était bien écrit, je suis obligé de m'appliquer pour ce deuxième.


Alors, je disais que les tailleurs de pierre étaient des artisans (voire des artistes) et qu'il n'y avait pas que les pierres tombales à graver. Et quand on construisait une maison, on n' avait
qu'une pelle, une pioche, une truelle et des pierres, du sable et un liant. Aujourd'hui, tout va trop vite, il faut qu'une maison soit construite en 6 mois.


Belles photos, amitiés de l'Ardeche où il y a de nombreuses vieilles maisons.



Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche