Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 14:44

 

Quelle mauvaise idée que d'avoir suivi le JT de 13h sur la 2 aujourd'hui, car j'ai bien failli m'arracher les cheveux à force de m'agacer. Intérieurement bien sûr car j'étais seule ou presque... Je n'allais tout de même pas discuter avec mon chien d'un sujet aussi agaçant que ce serpent de mer qui revient régulièrement, presque comme un marronnier journalistique à l'époque des rentrées universitaires, je veux parler de la méconnaissance de l'orthographe par un nombre croissant d'étudiants. Et quand je parle de méconnaissance, d'après les exemples qui ont été cités au cours du reportage, c'est carrément de l'incurie. Participes passés non accordés, conjugaisons aléatoires, j'en passe et des meilleures. Donc nos jeunes (et moins jeunes aussi car le problème est loin d'être nouveau) sont nuls en orthographe, ils sont sans doute très brillants dans des démonstrations scientifiques ou des gloses diverses et variées mais ils ne savent plus écrire en bon français. Et puis d'abord c'est quoi le «bon français» (enfin la «bonne orthographe» disons parce que sinon on va confondre avec celui de Besson)? Par bon français j'entends la langue telle qu'elle se parle et s'écrit dans les manuels scolaires dédiés à cette belle discipline notamment, telle qu'on me l'a apprise et telle que j'ai appris à l'enseigner. Je ne sais pas pourquoi mais cet apprentissage ne m'a jamais semblé insurmontable, tout juste ai-je trouvé que notre bel idiome était parsemé de nombreuses bizarreries et exceptions confirmant des règles tout aussi nombreuses ; de même cela n'a pas semblé gêner des générations et des générations de locuteurs et de scripteurs qui n'en ont jamais fait tout un fromage. Évidemment la langue a toujours évolué au cours des siècles, parfois par des réformes bien fondées, parfois par l'usage, parfois par de simples erreurs de copistes, tout cela fait l'histoire et la singularité de chaque langue.

Or donc au cours de ce journal télévisé j'ai entendu un historien de l'éducation je crois, proposer par exemple de supprimer toutes les consonnes doubles qui ne s’entendaient pas, et de citer le mot honnête qui donc pourrait s'écrire honête*. Pourquoi ne pas aussi remplacer l'accent circonflexe par un accent grave, ce qui donnerait honète*, et oublier ainsi que celui-ci témoigne d'un ancien -s- qui lui-même nous ramène aux origines latines du mot, etc etc. Je serai tentée de dire qu'il ne faut rien changer mais je risque de passer pour une réactionnaire, conservatrice ou autre, ce que je ne suis bien sûr pas. Ce qui me défrise ce n'est pas que l'on puisse vouloir réformer l'orthographe française, puisque depuis des siècles les académiciens s'attellent à cette tâche et la font évoluer, non ce qui m'énerve c'est la motivation: si l'orthographe est trop compliquée pour nos étudiants la solution réside dans le fait de simplifier l'orthographe, cette vilaine, plutôt que de dire aux étudiants de retourner à l'école et de se fourrer dans le crâne quelques règles élémentaires de conjugaison ou d’orthographe lexicale. C'est tellement plus facile. Et s'ils sont capables d'être des cadors en physique nucléaire ou en bio-chimie pourquoi ils ne seraient pas capables d'apprendre quelques malheureuses règles d'accord des participes passés? Comment est donc constitué le cerveau de l'étudiant d'aujourd'hui qu'il ne puisse y faire rentrer les mêmes choses que celui des générations précédentes? En voilà un mystère... Si au moins ils étaient infiniment plus doués pour le reste des connaissances, autre que cette stupide orthographe, on comprendrait à la limite, mais leur niveau n'est pas, que je sache, extraordinaire non plus. Alors c'est quoi le problème? S'agirait-il d'une génération à la quelle on a toujours répété depuis le plus jeune âge des choses du genre "Oh mon pauvre petit, tu n'arrives pas à retenir la leçon, ce n'est pas grave mon chéri, ta maîtresse te donne vraiment trop de travail, c'est trop difficile pour ton petit cerveau délicat, je vais aller lui dire deux mots après les cours, ne t'en fais pas mon chéri et va jouer avec ta console"?

 

Mais l'exemple vient d'en haut et il faut bien avouer que lorsqu'on voit le peu de cas que le ministre de l'enseignement lui-même fait de l'orthographe, au vu des fautes et boulettes dont il parsème allègrement ses propres écrits, on en reste pantois et on comprend mieux les choses. N'empêche, ce n'est pas un excuse!

 

Ne soyons donc pas aussi conservateurs, devenons"djeuns" et cool, et laissons donc aller à vau-l'eau ce français qui sent la naphtaline: je croa kon a k tous adopT le styl SMS é pui op...

 

NB: Moi par contre il va falloir que je prenne des cours de langage SMS...

Partager cet article

Repost 0
Commis par La Ségaline - dans Ça m'énerve!
commenter cet article

commentaires

Olivier de Vaux 11/10/2010 13:50



Une faute d'orthographe par-ci, par-là, c'est inévitable, un texte truffé de fautes, c'est inadmissible. Au delà de la simple orthographe, ce qui est en jeu, c'est la structure de la phrase donc
c'est un peu la pensée. Les premières générations d'enseignants à l'orthographe incertaine sont en place ; leurs victimes se comptent par milliers. Comment rattraper le retard quand on ne lit
quasiment pas ? Impossible ! Et je ne parle pas des conséquences d'une simple faute d'orthographe sur un cahier de transmission à l'hôpital : donner 2 comprimés de XXYZZ (la dose
dangereuse est à 4) à Mme Michu, au lieu de donné 2 comprimés ...


 


 


 


 


 


 



VALERIE94 07/10/2010 13:10



Je suis régulièrement sur un forum et je suis énervée lorsque je vois les plus jeunes écrire une simple phrase avec au moins 10 fautes. On refuse le langage SMS sur le forum. Je me souviens de
mon prof de compta lorsque je faisais mes études. Il ne supportait pas les fautes d'orthographe. Et pour une question où l'on devait rédiger un petit raisonnement, s'il y avait trop de fautes, il
mettait zéro à la question (même si la réponse était bonne) et à la note finale, il retirait deux points pour l'orthographe. A la fin de l'année, il n'y avait presque plus de fautes dans les
copies. C'était une bonne méthode.


Bonne semaine.



La femme des steppes 07/10/2010 09:39



Argh... la méthode globale n'est-elle pas sensée être abandonnée depuis quelques années ?


Mes 4 ont appris à lire de cette manière là et j'ai toujours trouvé ça débile. Bien sûr que la lecture globale, nous la pratiquons tous. Mais notre cerveau ne la met en oeuvre que très
progressivement, après être passé par la case b+a = ba. C'est lui et lui seul qui décide quand il est assez mûr pour pouvoir passer à cette méthode de lecture plus rapide. Vouloir COMMENCER la
lecture par ce qui relève de l'aboutissement est une hérésie sans nom. Et les orthophonistes le disent bien... la plupart des enfants, retombent sur leurs pattes, mais pour certains, ça ne fait
que mettre le bazar dans leur tête. Et on leur trouve toutes sortes d'"affections" qui seraient peut-être toujours restées en sommeil si la méthode globale ne les avait pas réveillées...


De toutes manières, cela habitue le lecteur dès le début à ne pas s'appesantir sur les mots, à ne pas les décortiquer, à considérer juste un amalgame de lettres qui fait un mot. C'est ainsi que
mon aîné (17 ans), grand lecteur, nous sort parfois des mots à l'écoute desquels nous sommes pantois : pilori pour pilotis, boroborygme pour borborygme, etc. Il connaît vaguement le mot, mais
quand il faut le réutiliser, la photo est floue. Typique de cette méthode...



La femme des steppes 06/10/2010 22:07



Bien sûr, je suis totalement d'accord sur le fond de ton billet. Je suis très attachée au respect de l'orthographe. Une faute dans un livre me donne envie de thermonucléariser la maison
d'édition. Sur les forums internet, je fais des bonds. J'ai beaucoup de mal à considérer le sérieux d'un interlocuteur qui écrit avec des fautes. C'est plus fort que moi.


Ceci dit, sur mes 4 enfants, 3 ont une orthographe correcte (les fautes sont souvent des fautes d'inattention qu'ils savent éviter quand ils se concentrent -tout n'est pas perdu) et la
dernière... catastrophique. Les bilans d'orthophonie ont montré un problème, certes, mais je m'arrache les cheveux. Ca me tue, depuis des années, lors des devoirs, je répète et répète les règles
de l'accord du PP, et toutes les règles de base. En vain.


Et, comme toi, je me demande comment faisaient les enfants qui avaient ce genre de problème, autrefois ? Les instituteurs avaient-il une manière d'enseigner qui venaient à bout même de ces
problèmes reconnus ? Ou ces enfants-là étaient-ils systématiquement mis de côté avant l'entrée au collège, considérés comme trop "bêtes" pour aller plus loin ?


La question mérite d'être posée. En effet, on accepte très facilement de quelqu'un qu'il soit nul en maths, nul en langue, nul en sport... mais le "nul en orthographe" est considéré comme une
vraie tare (même par moi, je l'avoue), comme un échec à tout le reste, par défaut.


J'aimerais avoir les mêmes certitudes que toi, mais c'est bien connu, on ne connaît vraiment un problème que lorsqu'on le subit soi-même, et mes certitudes ont vacillé depuis que ma fille est
entrée en CE1. Depuis, je suis absolument désemparée en ce qui concerne ce sujet...



La Ségaline 07/10/2010 07:23



Évidemment je n'ai pas évoqué les cas de problèmes d'apprentissage liés à des causes diverses et variées telles la dyslexie et autres troubles: il ne s'agissait que d'une réflexion très
générale. Mon aîné vient d'entrer au CP donc pour l'instant je ne suis pas encore confrontée au problème mais on ne m'empêchera pas de penser que les méthodes modernes de lecture sont bien pour
quelque chose dans le déclin de cette discipline qu'est l'orthographe dont on disait pourtant jadis qu'elle était "la science des ânes"! Mon fils est en train de lire et de relire depuis la
rentrée un même texte dont il reconnaît les mots, certes, mais il ne sait pas déchiffrer des combinaisons simples de lettres qu'il connaît: b+a=ba, ça me semble tellement plus simple et logique
que d'apprendre des mots par coeur...



Florentin 06/10/2010 16:10



Je suie comme toit. Les fauttes d'ortografe m'écorche lait yeux. Ausi, je fait vachemment gafe ! Blague dans le coin, je me suis dit que dans un texte aussi long que le tien, tu en avais bien
laissé une. Eh bien, j'ai trouvé : tu arrive (vers la fin). Je fais aussi très attention, mais on est toujours à la merci d'une étourderie, d'une faute de frappe, d'un manque
de concentration.



La Ségaline 07/10/2010 07:27



Oups! Ça la fout mal... Ce doit être pour ça que je préfère les courts billets, mais là j'étais vraiment trop énervée, et tu vois on ne fait rien de bon sous le coup de la colère. Merci de ta
vigilance.



laophi 05/10/2010 20:10



J'ai moi aussi écrit sur le sujet mais bon j'allais presque dire qui ne l'a pas fait ? Ou plutôt qui l'a fait en fait ? Beaucoup d'ex de l'Education nationale ou encore en service, des amoureux
de cette belle langue de France, des pointilleux de la virgule correctement placé et du mot rare, ......


Pour ma part je ne me reconnais dans aucun des ces profils, la littérature m'a ennuyée toutes époques confondues et lire était un calvaire. Alors disons que j'ai eu de la chance de bien retenir
ce que l'on me disait ou d'avoir eu des profs à la hauteur qui utilisaient en ce qui me concerne la bonne méthode. J'aime les mots, je joue avec leur orthographe et leur signification sans
absolument aucune référence littéraire si ce n'est l'almanach Vermot ou les catalogues de vente par correspondance. Oui je sais c'est un peu "provoc" mais c'est ma réalité et maintenir pour le
commun des mortels des temps que plus personne n'utilise plus me laisse dubitatif. La profusion nuit et réduit la qualité alors qu'une grammaire "basique" est aujourd'hui une réalité nécessaire
quand on voit comment certains utilisent ne serait ce que le présent ou l'imparfait.


J'en vois déjà qui froncent le sourcil en se disant que je vais déverser mon fiel sur les profs et méthodes d'aujourd'hui. Oui c'est déjà fait et je ne recommencerai pas ici mais je soulignerais
toutefois qu'heureusement certains d'entre eux se sentent impliqués non pas pour assurer l'apprentissage de la langue mais plus pour la faire survivre en se concentrant sur les bases.


Le SMS en soi n'est qu'une mode technologique pas plus, voire moins dangereuse que l'argot ou certains patois car ayant une espérance de vie très limitée en raison des nouvelles inventions que
nous pondent nos chers professeurs Nimbus. C'est de la consommation à l'état pur, il faut de nos jours être polyglotte pour avoir une situation correcte alors qu'une seule langue suffisait encore
il y a quelques années en arrière. On ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs alors qu'on se mette d'accord d'abord sur le menu et les recettes avant de dénigrer les plats et ceux qui les
consomment. 



âne debout 05/10/2010 18:44



Bonjour. En errant sur les blogs à la recherche de quelque communauté où m'inscrire, je suis tombé sur ce billet. Je m'aperçois, en lisant les commentaires, que beaucoup de blogueurs sont, comme
moi, attachés à l'orthographe et ça me rassure. J'ai plusieurs billets consacrés à ce sujet. Bravo.


J'aimerais, sans vouloir vous déranger, avoir votre avis sur mon blog et savoir s'il pourrait correspondre à certaines de vos communautés. Je pense notamment au vinaigre pour désinfecter.
Merci d'avance.



Kiara 05/10/2010 09:27



Ah oui, justement, ce "bonhomme" m'a bien fait rire, il ne doit pas côtoyer beaucoup de jeunes! Il a dit qu'il fallait simplifier l'orthographe en supprimant les
doubles consonnes non nécessaires à la prononciation, comme "honnête" qui s'écrirait honète, et même pourquoi pas onète pendant qu'on y est!


D'abord, ce n'est pas aux doubles consonnes que l'on fait le plus de fautes (pour avoir corrigé ce week-end 80 copies de BTS, je peux affirmer que les accords des
participes passés ont bien plus souffert que les doubles consonnes!), et puis les élèves n'en ont rien à faire des doubles consonnes qui servent à la prononciation! En sixième on revoit ça et
franchement, ça ne leur fait rien que "e" devant deux "m" ou deux "p" se prononce "è"... ils écrivent "une envelloppe" sans penser que ça se prononce "envèloppe"! Et ça ne les choque pas le moins
du monde!


Je suis prof depuis quatre ans (remplaçante comme tu le sais ;-) ) et bien plus que la difficulté de la langue, c'est la fainéantise des élèves qui nous ammène à ce
triste constat orthographique! ils n'apprennent pas les règles! Que peut-on y faire? On ne va pas apprendre à leur place?



sirius 05/10/2010 08:14



Je vois que tu m'as devancé... J'ai moi aussi regardé le JT de France 2 hier, et suivi ce consternant reportage, dans lequel on voyait un bonhomme (j'ai oublié qui il était, mais il se sentait
très important) affirmer qu'on pouvait très bien écrire "honète" en place de "honnête".


Je te suis à plus de 100% dans l'ensemble de ta vision de ce problème! Notre langue, avec ses richesses, ses subtilités et aussi ses difficultés, fait pour moi plus partie de notre patrimoine et
de notre identité que ce que veut nous imposer le sinistre Eric Besson!



Kiara 05/10/2010 08:12



Tu connais, je pense, ma position sur le sujet... Mon blog est plein d'articles sur l'orthographe!


Moi aussi j'ai regardé ce sujet de france 2! J'ai des élèves de BTS qui ont le même âge que les étudiants à la fac. Et eux, ils font du français, ils ont une épreuve
au BTS. Leur orthographe n'est pas merveilleuse, mais comme on y travaille, j'espère que ça s'arrangera!


Mais le problème a une plus grande ampleur : il n'y a pas qu'en France que ça pose question, arrêtons de dire ça! Dans la plupart des pays européens le langage SMS
fait des ravages! 



Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche