Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 13:07

Avec la nouvelle contamination via des steaks hachés, ressurgissent les questions qui se posent à chaque fois en pareil cas: les contrôles sanitaires sont-ils suffisants? Sont-ils fiables? Les mesures d'hygiène sont-elles respectées? Les conditions d'abattage des animaux sont-elles conformes aux normes en vigueur? Etc, etc.

 

Normes sanitaires, hygiène, contrôles, voilà les mots qui reviennent sans arrêt. Dans nos villages on continue encore de tuer le cochon dans la cour de la ferme, avec des couteaux et autres ustensiles bien aiguisés mais sûrement pas stérilisés, pas plus que les torchons dans lesquels on enveloppe le jambon pour le "presser" un peu avant de le mettre au sel, les poules et les chiens guettent à trois pas de la bête encore fumante s'il n'y aurait pas quelque viscère ou bout de viande à faucher subrepticement. Croyez-moi personne ne vient s'enquérir de conditions d'abattage ni de normes sanitaires. Croyez-moi aussi si vous le voulez mais je n'ai jamais entendu dire que quiconque ait jamais été malade, excepté peut-être une bonne indigestion en mangeant trop de pâté tout juste sorti du four...

 

Des bactéries, sans doute il devait y en avoir, et pas que des inoffensives, mais sans doute était-on vaccinés dès le berceau du fait de ne pas vivre dans un univers aseptisé. On m'a raconté une fois cette anecdote d'un autre âge, qui ne remonte pourtant pas au-delà d'une cinquantaine d'années: le docteur du village avait été appelé dans une ferme pour visiter un malade et il avait emmené ce jour-là avec lui un de ses jeunes enfants, celui-ci est allé joué avec les enfants des fermiers dans la cour pendant que son père consultait à l'intérieur. En sortant il trouva la mère des enfants catastrophée car le fils du docteur jouait avec les siens à même la terre et au milieu des crottes de poules: « Laissez-les faire, ça les vaccine !» s'était contenté de lui répondre jovialement le médecin.

 

Normes sanitaires, vous dites?

Partager cet article

Repost 0
Commis par La Ségaline - dans Ma vie rurale
commenter cet article

commentaires

Le Mousquetaire des Mots 24/06/2011 06:27



Trop d'hygiène tue l'hygiène. Si l'industrie agro-alimentaire n'existait pas (et la chimie), ces bactéries tueuses ne reviendraient pas en force. On a trop
vacciné, on trop sursoigné. Résultat : notre système immunitaire ne fonctionne pas par lui-même.


Au fait, la chasse aux bactéries, c'est bien joli, mais sans bactéries, pas de vie possible. Antithétique, non ?



Axel21 20/06/2011 17:52



Mais où est le problème, puisqu'il suffit de carboniser son steak haché ! Chez Casino, on trouve des steaks en boîte bleues avec un gros euros jaune pour signaler le premier prix et attirer la
compassion des autres à la caisse. Sur l'étiquetage, il est écrit "viande de boeuf, 60  % - en fait, je me demande si ce n'est pas moins). Le reste, du soja ? des protéines de quoi?...



La Ségaline 20/06/2011 18:32



Diable, je crois que je vais être obligée de me mettre à élever mes poules et mon cochon. Pour ce qui est du steak, j'ai peur de ne pas avoir la place pour une vache...



sirius 19/06/2011 08:33



Les maladies nosocomiales sont parmi les plus dangereuses; pourtant, on les attrappe dans les lieux réputés les plus sûrs: les hôpitaux!


En ce qui concerne les "steaks hachés" de chez Lidl, à force de manger de la merde, on finit par attrapper des maladies de merde. Ajoutons tout
de même que ce genre de denrée n'a qu'un lointain rapport avec le vraie viande hachée du boucher; c'est un amalgame de tendons, de nerfs et de gras d'une couleur blanchâtre qui dégage une odeur
nauséabonde à la cuisson...


Bon appétit!



laophi 19/06/2011 00:35



Et chérie chia coli comme chacun d'entre nous d'ailleurs. Il faut juste éviter les mélanges entre ce qui réside dans le tube digestif et le reste de l'organisme car incompatibilité totale.



Jean-François Vionnet 18/06/2011 22:45



J'ai aussi vu le cochon tué toute mon enfance, et ma grand-mère faire les boudins cuits dans des quantités impressionnantes pour un enfant d'eau bouillante. J'ai surement mangé beaucoup de
saloperies après guerre, mais l'avantage c'était que tout était cuit à plus de 65 °, température qui tue les bactéries. Quant au jambon cru et au saucisson, c'est sec, et aseptisé par le sel et
l'ail pour le saucisson. Donc, pas trop de problèmes, pour la charcuterie, et on avait aussi un garde manger pour garder la viande, pas de réfrigérateur à l'époque, mais une fenêtre donnant sur
la remise où passait le ruisseau qui nous fournissait grâce à une chute un peu d'électricité. L'eau pour se laver était fraiche l'été et chaude (si on veut l'hiver, chauffée au feu de bois et le
bain c'était dans la lessiveuse, et pas tous les jours). Je ne suis pas du tout nostalgique de cette époque.


Amitiés du vieux con de l'Ardèche.



La Ségaline 19/06/2011 20:16



Je ne suis pas non plus une adepte du "c'était mieux avant", je constate, c'est tout, et je m'en amuse.



Florentin 18/06/2011 20:19



Je me souviens d'un vieil oncle qui conservait sa viande (cuite tout de même) dans un garde-manger seulement grillagé, qui ne protégeait que des mouches. On en a mangé souvent et de bon appétit.
Mais, rétropectivement, je me dis qu'on a alors pris de sérieux risques. On meurt aujourd'hui plus vieux qu'hier et je crois que ce n'est pas dû qu'aux seuls progrès de la médecine. C'est aussi
dû à l'amélioration sanitaire de nos aliments. Il y a des accidents , bien sûr, et il y en aura d'autres. Et c'est vrai qu'on est moins "vaccinés", mais ...  



La Ségaline 19/06/2011 20:18



Bien sûr que les progrès en matière sanitaires sont une amélioration indubitable, mais on a parfois tendance à oublier que le risque zéro n'existe pas.



Pangloss 18/06/2011 15:14



L'escherichia coli, quand elle s'énerve, est une vraie saloperie. Et croire qu'on peut s'en prémunir en ne respectant pas des normes d'hygiène dans ces abattoirs industriels est une illusion
criminelle.


Même "au bon vieux temps", les gens mouraient. Et même plus jeunes qu'actuellement. Et pas seulement à force de respirer le bon air ou l'odeur du purin.



La Ségaline 19/06/2011 20:20



Tout cela nous rappelle simplement que malgré toutes les précautions que l'on peut prendre, avec raison, il y aura toujours des risques, d'ailleurs le simple fait de venir au monde n'est-il pas
la plus grosse prise de risque pour un être humain?... Sujet de philo pour l'an prochain.



Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche