Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 13:21

 

 

Lorsque j'étais enfant nous emmenions les génisses et les vaches ne donnant plus de lait passer la belle saison dans des prairies situées dans une petite combe, au creux des bois. Il y avait là deux grands prés dans lesquels elles paissaient tour à tour, tranquilles, sans présence humaine des jours durant, avec une petite cabane où elles pouvaient se réfugier en cas d'intempéries, un petit ruisseau dévalant le bois servait à alimenter un abreuvoir qui ne désemplissait jamais. J'aimais beaucoup descendre dans ces bois car lorsque le soleil cognait trop fort « en surface » les jours de plein été, et que nous allions voir si les vaches allaient bien, je flânais tout le long du chemin : il faisait bon sous les grands chênes et les châtaigniers, par endroits les sous-bois étaient humides et un tout petit cours d'eau s'attardait entre deux fossés, on trouvait même parfois une belle argile bleue sur le bord du sentier et dans laquelle, petite fille, j'aimais bien mettre les mains, c'était tellement tentant. Et à l'automne lorsque nous remontions ce petit troupeau on allait à petite allure pour ne pas rater les cèpes et les girolles qui n'attendaient que d'être cueillis.

Il y a quelques jours j'ai de nouveau emprunté ce chemin dans les bois que je n'avais pas pris depuis bien des années : le sous-bois est toujours aussi frais par temps chaud mais le sentier un peu chaotique a fait place à une vaste piste monotone, les arbres morts et tombés ça et là dans la forêt finissent, inutiles, leur existence, dans un désordre souvent inextricable, quand aux petits rus qui égayaient les bords du chemin ils ont disparu, il reste à peine assez d'humidité pour faire pourrir quelques feuilles mortes et l'abreuvoir est depuis longtemps envahi par les lentilles d'eau.

Sans doute les souvenirs sont plus jolis, surtout ceux de l'enfance, et la réalité du temps qui passe est parfois bien décevante, mais ainsi va la vie.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Misa 30/04/2011 10:49



Je crois que beaucoup d'entre nous peuvent faire ce constat. Lorsque j'étais enfant je passais toutes les vacances scolaires dans un petit village de la Marne, non loin de Reims. Un vrai bonheur.
Une source qui avait creusé son lit dans le calcaire, venait se répandre dans le village en petits ruisseaux où abondait le cresson dont nous pouvions nous régaler et dans lesquels nous allions
traquer les têtards. Au fil du temps, cette source s'est quelque peu tarie (ses eaux captées pour alimenter le village, de gratuites qu'elles étaient, elles sont devenues payantes), le cresson a
disparu et les têtards n'en parlons plus.


Mais comme tu le conclus, ainsi va la vie. Très bonne journée.



Pangloss 30/04/2011 09:46



Même la Nature n'a plus le même goût!



Axel21 29/04/2011 18:38



Mais peut-être aussi que ton univers détruit fera de nouveau rêver un petit citadin de passage.



Florentin 29/04/2011 18:19



Tout change, mais rien n'amende ! Au temps jadis on respectait, naturellement, notre environnement. Aujourd'hui, on s'en moque. Ce qui ne nous sert pas peut aller se faire foutre. J'ai vu aussi
sur les bords d'une petite route bretonne plein d'arbres abattus par je ne sais quelle tempête. Ils sont restés là, tombés ou à demi-tombés, dans le désordre le plus absolu. Et personne ne fait
rien. On laisse tomber, c'est le cas de le dire !



laophi 29/04/2011 15:22



.... mais il le sera, le POS vient juste d'être modifié et le plan d'urbanisme déposé en mairie.


Les rus ont disparu, tinquiète des rues vont apparaître.


Vis le présent avec bonheur, ce sera pire près mais toujours le bonheur ... à ce moment là.


 


 



bellelurette 29/04/2011 15:20



Oh misère...



sirius 29/04/2011 14:51



Je comprends ton désespoir, mais cela aurait pu être pire; en effet, ton chemin aurait pu être réaménagé en bretelle d'accès à une zone commerciale, et ton abreuvoir en "fast-food"...



Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche