Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2018 6 10 /11 /novembre /2018 08:26
Melonite aigüe

Donald Trump est arrivé en France pour les commémoration du centenaire de l'armistice de 1918. Pour un tel déplacement pas question de faire dans la sobriété, Etats-Unis oblige. Ainsi ce sont près de 1000 personnes qui doivent accompagner le président dont pas moins de 700 pour sa seule sécurité. Une zone de l'hôpital Pompidou est même réservée au cas où Trump en aurait besoin: on ne sait jamais, des fois qu'il s'intoxique avec du bleu d'Auvergne ou qu'il fasse une crise d'angoisse devant trop de journalistes indépendants. Evidemment il a aussi fait venir sa propre voiture blindée, parce qu'avec ces fucking Français, on n'est jamais trop à l'abri.

 

J'en passe, c'est à lire dans cet article.

 

Mais finalement tout cela est assez normal, car enfin quoi, si tant de chefs d'Etat se pressent à paris, c'est bien pour lui, non? En tout cas il en est convaincu d'après cet autre article.

 

Je ne sais même pas pourquoi ça devrait nous étonner de sa part. C'est à son image: bête à pleurer.

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2018 3 07 /11 /novembre /2018 10:39

Les raisons qui font quitter l’Éducation Nationale peuvent être nombreuses, mais comme on le lit dans cet article de blog, ce ne sont pas toujours le fait des élèves et des parents qui en viennent à dégoûter le personnel enseignant. Et c'est d'autant plus grave quand ce dégoût est lié à l'institution elle-même...

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2018 2 06 /11 /novembre /2018 09:39

Après «Un flic à la maternelle», voici la version française: «Un gendarme au lycée». Le lycée M. Utrilo de Stains est désormais doté d’un ancien cadre de la gendarmerie nationale au poste de … proviseur adjoint. Les bras m’en tombent.

Aucune formation en pédagogie ni même sans doute en psychologie, pas la moindre expérience du milieu scolaire et de celui des adolescents, bref une incompétence parfaite qui est ainsi toute à l’image du gouvernement qui applique des rustines sur des jambes de bois. Des violences aux abords du lycée? Rien de tel en effet pour créer un climat d’apaisement et de zénitude que de lâcher des militaires (même en civil) au milieu des lycéens dont on connaît la passion pour l’ordre et les uniformes, n’est-ce pas?

Voilà un bien mauvais remake, pourvu que ce ne soit pas le début d’une série...Bientôt des adjudants-chefs à la place des cadres de santé pour juguler les incivilités dans les hôpitaux?

 

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2018 5 21 /09 /septembre /2018 17:21

Le sinitre de l’Éducation Nationale, toujours à la botte de son maître, a décidé de se lancer dans le management du personnel de sa belle entreprise. En supprimant 1800 postes (on m’a même dit 2600 mais je ne veux pas y croire) il compte faire des économies mais sans pour autant, selon ses dires et je ne sais quel tour de passe-passe, détériorer les conditions de travail des enseignants (il n’a pas parlé des élèves bien sûr, sans doute pas une priorité), le tout sans surcharger les classes. Alors là je dis chapeau.

Ainsi donc les 120 000 élèves prévus en plus dans le secondaire sur les trois prochaines années ne devraient pas souffrir de la suppression de 1400 postes d’enseignants (puisque 400 de ces disparitions concerneraient l’administratif)? Je n’ai jamais été douée pour les maths mais là j’avoue que les bras m’en tombent.

En réponse aux inquiétudes des enseignants Blanquer a dit qu’ils pourraient faire des heures supplémentaires défiscalisées ce qui augmenterait ainsi leur pouvoir d’achat. Ben voyons, ils pourront s’acheter un peu plus d’antidépresseurs.

Répondre aux inquiétudes des profs par une aumône c’est se faire une bien piètre idée de ces fonctionnaires-là, et je trouve ça gravissime de la part d’un ministre. Si la préoccupation première des profs étaient leur salaire il y a belle lurette qu’ils auraient traversé la rue pour trouver un autre métier. Seulement voilà, quand on est prof et qu’on aime son métier, on a en charge des élèves, des êtres en développement, dont la formation intellectuelle et culturelle est capitale, parce que l’éducation c’est la base de tout. On ne peut pas appliquer une logique comptable à des enfants qu’on va entasser à 35 par classe en essayant d’en perdre le moins possible en route : sur l’ensemble une minorité qui n’a pas de difficulté s’en sortira bon an mal an, et une grosse partie pour qui ce sera plus laborieux aura intérêt de bien s’accrocher pour limiter la casse. Pour les autres, ceux qui n’ont pas la chance d’avoir des parents disponibles pour suivre leur travail ou assez aisés pour leur payer du soutien scolaire, ceux qui sont livrés à eux-mêmes, bref les défavorisés… ben ceux-là n’ont rien à espérer de l’école et c’est dramatique. Je crois même que c’est incompatible avec la devise nationale et la valeur d’égalité.

 

À l’heure où l’on se préoccupe tant du bien-être animal il y aura bientôt plus de place dans les élevages de poulets en batterie que dans les salles de classes.

 

 

Partager cet article

Repost0
30 août 2018 4 30 /08 /août /2018 10:43

Philippe Besson vient d’être, ou serait, nommé consul de France à Los Angeles. Moi qui lit surtout des écrivains morts classiques, je dois dire que je ne le connaissais pas. Il faut dire que je ne risquais pas de l’avoir lu étant donné que son principal fait d’armes serait un livre dithyrambique sur Macron. Ah oui, ceci expliquerait donc cela… Je suppose que c’est ce qu’on appelle l’avancement au mérite? Pour un gouvernement qui se targue de nous faire avancer (en marche forcée) vers un monde nouveau, les méthodes restent quand même très très à l’ancienne…

 

A propos de cette nomination, j’ai entendu ce matin le porte-parole du gouvernement dire que c’était tout à fait normal que ce grand écrivain soit nommé à Los Angeles qui est «une grande capitale de la culture». J’ai failli m’étouffer avec ma tartine, mais voilà qui en dit long sur la notion de culture de nos marcheurs…

 

Enfin bon, j’imagine que c’est mon côté Gauloise réfractaire qui me fait parler comme ça, hein?

 

PS : Vous avez vu, ça n’a pas duré longtemps mon petit découragement à écrire ? Il faut avouer que les grands (ou ceux qui croient l'être, c'est-à-dire la majorité) de ce monde ne sont jamais en panne de connerie, c’est très inspirant...

 

Partager cet article

Repost0
28 août 2018 2 28 /08 /août /2018 20:13

Que l’on soit blogueur régulier ou plus occasionnel, je suppose qu’on se pose tous régulièrement la question de l’utilité de notre blog, de son avenir et de l’opportunité de le continuer.

 

Aujourd’hui je dois dire que je me pose à nouveau cette question, je m’interroge sur le bien-fondé de continuer cette expérience. Au début je prenais plaisir à écrire, à raconter n’importe quoi, à faire parfois découvrir des jolis petits coins ou partager des expériences quelconques. Et puis j’ai fait des rencontres virtuelles sympathiques. Et d’autres un peu moins il faut bien le dire.

 

Je ne crois pas avoir jamais eu de commentaires virulents, ou peut-être les ai-je rapidement oubliés et alors c’est tant mieux. Les derniers remontent à il y a peu, et concernent mon dernier article sur le foot et le matraquage dont les non-amateurs ont été victimes : j’ai bien dit « non amateurs » et pas « anti-foot », car il y a nuance. Mais la nuance et les subtilités ne sont pas, il faut le croire, aisément perceptibles par tout le monde, naïve que je suis. C’est pas pour dire mais c’est quand même curieux que les commentaires déplaisants que j’ai reçu l’aient été par des lecteurs, sans doute de passage, de mon article sur le foot : à croire que la tolérance tant revendiquée est chez certains sportifs (du dimanche) toute de surface (de réparation) !

 

Bref ce n’est plus très drôle de tenir un blog si l’on n’arrive plus à rester anonyme (et être ainsi égratigné sur sa personne et non sur ce que l'on a écrit) et si on en vient à envisager l'autocensure pour ne pas heurter et rester dans le politiquement correct. Non vraiment ça n’est plus très drôle.

Partager cet article

Repost0
16 juillet 2018 1 16 /07 /juillet /2018 19:18

Dimanche 15 juillet,

– 14 h : je prévois de prendre l’air et de profiter de la chaise longue sur la terrasse au calme pendant que les enfants et leur père squattent mon canapé favori.

– 14 h et quelques : à peine installée j’entends déjà brailler sous les chapiteaux en bas de chez moi qui ont été loués pour un anniversaire-surprise.

– 14 h et des brouettes : aux déjà agaçants « Happy birthday » se greffent des « Allez les Bleus », et je me rappelle soudain que ces convives par ailleurs footeux ont prévu de regarder la finale du Mondial à 17 h.

– 15-16h : passablement éméchés les footeux braillent de plus belle, l’anniversaire semble ne pas avoir fait long feu.

– 16h30 : les hostilités commencent avec des bribes de Marseillaise massacrée et j’entends quelqu’un s’inquiéter « Et comment on fait pour le gâteau ? » (il y a une formidable réverbération du son sur le mur de la salle des fêtes, j’entends tout comme si j’y étais, la cuite en moins).

– 16h30-17h50 : la liesse va crescendo et mon agacement itou.

– 17h05 : de rage je prends ma voiture et je pars chez des amis dont je sais qu’ils se fichent pas mal du foot. Oui il y en a, visiblement ce détail échappe à la foule de moutons.

– 17h-17h15 : pas âme qui vive sur les routes, c’est avec le recul le meilleur moment de l’après-midi, voire de la journée.

– 17h20 : j’arrive chez mes amis… et pense repartir aussitôt en voyant la télé allumée sur le match, mais on me dit que c’est dans l’espoir de voir gagner ces braves Croates.

– 17h25-18h30 : je bois le café dos à la télé en sourdine mais je sens bien que mes interlocuteurs ont les yeux sur le poste, des fois que les Croates remonteraient au score.

– 18h4 : je repars en faisant un petit détour histoire de ne pas croiser des hordes de supporters avinés qui peuplaient les cafés de part et d’autre de la rue principale de Beaulieu à l’aller. Personne encore sur la route qui longe la Dordogne en passant par Brivezac, deuxième meilleur moment de ma journée.

– 19 h et quelques : ça braille à qui mieux mieux en bas dans le village, la Marseillaise entrecoupée de « A poil ! »…

– 20h-1h : dîner et soirée fenêtres fermées en dépit de la chaleur pour atténuer le bruit de ces supporters qui prônent le respect mais certainement pas celui du voisinage ni du bon goût, et les coups de klaxon.

Conclusion de cette journée de merde : je déteste plus que jamais non pas le football en tant que sport mais ses supporters. Je sais qu’il ne faut pas généraliser mais on m’excusera de céder à la commodité.

Le football grâce à ses fans me semble incarner la beaufitude absolue et l’abrutissement total des masses. Et ce ne sont pas les « incidents » dont les médias disent ce matin qu’ils ont émaillé cette belle victoire (un ou deux morts, un incident en effet, alors que cela aurait été un drame affreux en cas de défaite, les proches apprécieront) qui me feront penser le contraire : je ne me rappelle pas avoir jamais vu de débordements quelconques lors de victoire en basket, au hand ou même au rugby. Il faut dire qu’on n’en fait pas un tel tapage.

Il faudra qu’on m’explique un jour pourquoi ce sport est si médiatisé. Ou plutôt non : qu’on ne me parle surtout plus de football, j’ai eu ma dose. Pour l’heure je boycotte les infos parce que je sais qu’on en a encore pour un bon moment.

 

 

Partager cet article

Repost0
12 juillet 2018 4 12 /07 /juillet /2018 10:13

 

Ou plutôt lundi matin, ou même quelques jours plus tard encore. Parce que là le foot je n’en peux plus. Non content de squatter tous les médias, il faut en plus que cet événement qui devrait être remis à sa place, c’est-à-dire une simple compétition sportive, pollue tous les débats et s’invite un peu partout. Macron a clairement reporté la présentation du plan sur la pauvreté à après le mondial: ça en dit long sur son sens des priorités. Ça me révulse. Et à tous les niveaux c’est pareil: le dernier conseil communautaire sur notre territoire avait lieu le jour de la demi-finale, malgré la cinquantaine de points à l’ordre du jour (79 communes, vous imaginez la liberté de parole et la qualité des débats) le vice-président qui présidait a d’emblée annoncé à l’ouverture à 17h qu’il n’y avait pas d’inquiétude à avoir, tout serait terminé pour 19h40, foot oblige. Une honte.

Je mesure la chance que j’ai d’avoir un conjoint et des enfants qui ne regardent pas le sport à la télé mais je me dis qu’on est quand même bien cons d’être suspendus comme ça à une partie de ballon ridicule. Et ne me parlez pas de patriotisme, de sens du collectif et autres fadaises. Je ne sens pas «mauvaise Française»  parce que je me fous du tiers comme du quart de l’équipe de France de foot. Faudrait déjà qu’on m’explique ce que ça veut dire que bon ou mauvais Français, passons. Quant à l’effet de pseudo-cohésion et de "booster" qu’il pourrait y avoir en cas de victoire, là aussi je suis plus que dubitative: je ne crois pas que la victoire de 1998 ait révolutionné notre économie ou notre civisme, ne nous ait rendus plus solidaires, ni quoi que ce soit d’autre.

Pour moi tout cela n’est qu’une grosse machine à fric et un cirque bling-bling qui montre la superficialité et la vacuité de notre pauvre société.

 

Au fait vous saviez que le Tour de France avait commencé?...

Partager cet article

Repost0
26 avril 2018 4 26 /04 /avril /2018 19:00

Il n’y a pas longtemps je vous parlais des bienfaits des vieux pots dans lesquels on fait les meilleures confitures avec l’évocation de mes poêles en tôle parfaites en tous points.

Aujourd’hui c’est au tour du ministre de l'Éducation Nationale de découvrir que, ô surprise, lire, écrire et compter sont les mamelles de l’éducation de nos chères têtes blondes! Et de donner des leçons aux instituteurs, qui on s’en doute vont beaucoup apprécier, en prônant de faire des dictées quotidiennes, du calcul mental tous les jours également et de privilégier l’écriture cursive en minuscule dans un cahier à réglure adaptée... Fichtre mais que faisaient donc les enseignants avant ? A quels exercices s’évertuent nos petits quand ils sont à l’école ?

Encore un qui (comme son président ici) connaît bien son domaine de compétence: depuis que mes enfants sont scolarisés (le plus grand est en quatrième) j’ai toujours vu leurs maîtresses pratiquer ainsi l’enseignement, c’est tous les jours que la petite dernière (CE2) ramène sa liste de mots à étudier pour la dictée du lendemain, c’est aussi tous les jours qu’elle pratique avec ses camarades des opérations de calcul mental avec l’indémodable ardoise, et pour ce qui est de l’écriture c’est là aussi une pratique quotidienne, alliant graphisme, application et discipline. Et je ne reviendrai pas sur le fait qu’il s’agit d’une de ces petites écoles rurales qu’on veut nous fermer tous les ans, bien sûr.

 

Bref absolument rien de nouveau sous le soleil, si ce n’est un coup de communication, comme d‘habitude. Si vraiment il veut du nouveau, il pourrait commencer par essayer de faire appliquer ces bonnes pratiques...jusqu’au collège où dès la sixième il n’y a plus ni dictées ni calcul mental ou si peu, ce qui fait qu’on arrive au brevet avec un niveau finalement guère meilleur que les meilleurs CM2, ou du moins qui n’est pas toujours, il me semble pour l’avoir constaté de visu, à la hauteur des quatre années qui séparent ces deux classes!

 

Et je constate après avoir écrit ces quelques lignes que les enseignants ne sont pas dupes ainsi que le note cet article.

Partager cet article

Repost0
10 avril 2018 2 10 /04 /avril /2018 18:54

Que vois-je en publiant mon dernier petit gribouillis ? La plateforme annonce que « Dans quelques semaines, votre administration va se moderniser pour devenir plus simple, plus pratique et résolument design. »

Je me rappelle bien le joli merdier que ça a été la dernière fois, alors vous me permettrez de m’inquiéter un peu… En général « plus simple » devient plus complexe et « plus pratique » se révèle alambiqué. Quant au design, alors là…

A suivre donc, mais franchement je suis pas pressée !

Partager cet article

Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche