Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 septembre 2020 3 16 /09 /septembre /2020 17:52
La campagne de Macron, de l'intérieur

La campagne de Macron était de l'enfumage: avec le recul, mais il n'en a pas fallu beaucoup, on s'en est bien rendu compte. Elle, elle savait depuis longtemps et a préféré jeter l'éponge.

A lire dans La Dépêche.

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2020 6 12 /09 /septembre /2020 14:36

Les chasseurs, qui n’ont rien à faire les weekends c’est évident, manifestent pour « sauver » la pratique de la chasse à la glu. Les bras m’en tombent. On manifeste pour réclamer des libertés, se battre contre les injustices, revendiquer des droits, que sais-je encore, mais s’émouvoir parce qu’on ne peut plus aller attraper le plus lâchement du monde des oiseaux sans aucun discernement quant aux espèces, c’est une honte sans nom. Leur mouvement d’humeur est une véritable insulte à tous ceux qui battent le pavé, parfois au péril de leur liberté ou même de leur vie, pour réclamer justice ou égalité. Et ces crétins osent parler de respect de leurs libertés : si c’est ça la seule liberté dont ils souhaitent jouir c’est vraiment pathétique.

Et j’ai entendu un de ces abrutis, (je crois même que c’était une femme, comme quoi l’égalité avance si on devient aussi cons les uns que les autres) dire qu’ils étaient là pour défendre leurs « valeurs rurales ». Alors là mon sang n’a fait qu’un tour et j’ai sorti un chapelet d’injures bien senties car s’il y a quelque chose que je déteste c’est que l’on parle en mon nom, et là je me suis sentie concernée : car j’ai beau être rurale je ne partage pas je crois les mêmes valeurs que ces énergumènes !  Encore heureux qu'elle n'ait pas parlé de "tradition". Quelle pitié…

 Je ne suis pas fondamentalement anti-chasse, je peux concevoir le rôle de régulateur des espèces, mais là franchement, est-ce qu'on parle de chasse?

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2020 5 11 /09 /septembre /2020 19:00

RIP Emma Peel, formidable interprète de l'héroïne de cette géniale série des année 60. J'ai adoré toutes les rediffusions de cette série culte, et particulièrement les premières saisons avec Diana Rigg, les actrices qui lui ont succédé m'ont paru tellement fades les pauvres... 

J'ai lu qu'elle n'avait pas aimé cette étiquette de femme fatale et sexy qui lui avait collé à la peau, et c'est souvent ce que l'on retient de son personnage. Mais Emma Peel n'était pas seulement "M(an) Appeal", elle était aussi facétieuse, fulgurante, drôle, élégante, bref "so british"... 

Chapeau melon et bottes de cuir, ça c'était vraiment la classe.

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2020 7 06 /09 /septembre /2020 10:43

Pour compléter un peu la découverte que certains auront fait de Daran grâce à l'article précédent, voici une petite interview de l'artiste tournée au Québec il y a quelques années. On y voit un artiste sincère, humble, travailleur et surtout libre et indépendant. Un artisan passionné. Comme les Blankass, j'y reviens toujours mais il n'y a pas de hasard  car c'est ainsi que je vois la musique (et l'art en général): un art réalisé par des artisans libres, indépendants, intellectuellement honnêtes et engagés. Je pourrais citer également le groupe Eiffel mais je vous réserve ça pour un peu plus tard... 

Partager cet article

Repost0
4 septembre 2020 5 04 /09 /septembre /2020 21:44

Tiré de ma compilation personnelle et sur-mesure qui me suit dans ma voiture, un morceau d'un chanteur français complètement et très injustement méconnu et qui gagnerait pourtant à être plus visible et audible tant est grand son talent. Jean-Jacques Daran a connu un certain succès au début des années 90 avec  des titres comme "Dormir dehors" ou "Aquarium" dans lequel il se moquait bien et à juste titre de la télévision. Un peu comme les Blankass il a toujours refusé de faire partie du système, c'est sans doute pour cela qu'il est parti exercer ses talents ailleurs, en l’occurrence au Québec où apparemment il se sent plus libre. Il a bien raison. 

Ses textes sont souvent empreints de poésie et d'une grande sensibilité, toujours pertinents et engagés, comme ce morceau sur la vanité et la vacuité d'une certaine partie de l'humanité. Ceux qui n'apprécient pas spécialement le rock pourront se contenter des paroles... Mais franchement vous auriez tort de vous priver de sa voix et de la musique...

Regarde la campagne vide,
J’ai aspergé mon champ d’un grand nuage de pesticides,
ça n’a pas pris longtemps oiseaux, insectes et asticots
J’ai buté toutes ces salop'ries d’un ptit tour d’hélico
Et ya plus qu’moi dans la prairie

Regarde la banquise vide,
Ya plus un ours la d’dans on f’ra pousser des arachides
Dès qu’y aura plus tout c’blanc et les indiens les esquimaux
Qui s’plaignent tout l’temps du réchauffement

Qu’ils s'achètent des frigos s’ils veulent tellement claquer des dents


Je peux tout, tout seul
Je veux tout, tout seul
Et si un jour la mort me cueille
J’veux pas de pleurs, j’veux pas de deuil

Je peux tout, tout seul
Je suis tout, tout seul
Et si je claque dans mon fauteuil
J’veux du wifi dans mon cercueil

Regarde les usines vides,
J’ai libéré l’humain d’la vieille activité stupide
Du travail à la main pour ça ya bien assez d’gamins

Qui rêvent d’assembler des smartphones dans des pays lointains
Pour qu’les miens chassent des pokémons

Regardent toutes ces têtes vides
Défoncées à l’info à chaque vague d’attentat suicide
On peut surfer plus haut, montrer des morts, monter des murs
Faut entretn’ir le stress et casser les rêves du futur
La peur c’est bon pour le bizness

Je peux tout, tout seul
Je veux tout, tout seul
Et si un jour la mort me cueille
J’veux pas de pleurs j’veux pas de deuil

Partager cet article

Repost0
31 août 2020 1 31 /08 /août /2020 05:43

L’actualité de ces derniers jours nous rappelle qu’il n’y a pas que le/la Covid qui doive nous préoccuper. La pandémie n’a fait disparaître les migrants que de nos journaux mais le phénomène est toujours présent, et le sera vraisemblablement toujours plus car aux réfugiés politiques et économiques vont désormais s’ajouter les réfugiés climatiques. Ce qui se passe en Méditerranée est épouvantable car il nous ramène à l’échec de l’humanité à vivre ensemble, à créer un monde où chacun aurait sa place, un monde juste et humain.

 

L’humanité c’est toute l’essence de cette chanson de Blankass qui me vient toujours à l’esprit lorsque j’entends parler des migrants. Sortie en 2003 sur l’album L’homme fleur, cette chanson reste obstinément d’actualité, presque vingt ans après. Entre-temps Guillamume Ledoux, le chanteur, a mis en pratique ses convictions, mettant en jeu un peu de sa liberté puisque c’était un crime passible de prison, en hébergeant un petit garçon de six ans sourd sans papiers, soigné en France et menacé d’expulsion, c’était en 2006 je crois. Mais rien n’a vraiment changé.

 

Cette chanson me donne des frissons chaque fois que je l’écoute, la mélodie et le texte en font un pur moment de vraie poésie. Pleine d’empathie sans jamais être misérabiliste, elle parle de tous les exclus, qu’ils soient migrants, SDF ou sans papiers, sans s’apitoyer, en leur donnant une voix et leur rendant simplement leur humanité.

Partager cet article

Repost0
28 août 2020 5 28 /08 /août /2020 16:00

Mes ados me traitent de fossile et me disent que j'écoute de la musique de vieux, alors que les musiciens de Blankass ou Oasis ont à peine mon âge, c'est à dire la cinquantaine rutilante. Des jeunes de mon âge donc et qui font de la musique pour ceux qui n'aiment pas la soupe du jour. Na. Alors je leur répondrai que quand Aya Nakamura ou Katie Perry auront fait ne serait-ce que la moitié de la carrière de Tom Petty, Roy Orbison, George Harrison ou Bob Dylan, on en reparlera: je leur donne rendez-vous dans trente ou quarante ans, et on va bien rigoler.

Bande d'incultes...

Partager cet article

Repost0
26 août 2020 3 26 /08 /août /2020 21:01
"Dix petites personnes de couleur", par Agatha Christie

Mais bon sang jusqu'où va-t-on nous infantiliser et nous croire incapables du moindre jugement? Je lis dans cet article que le roman d'Agatha Christie Dix Petits nègres va être renommé afin de faire disparaître le terme de "nègre", offensant pour la communauté Noire. Que l'on traite une personne de couleur de "nègre" ça oui c'est offensant, insultant et intolérable en 2020. Mais ce roman date de... 1938, époque à laquelle le mot n'avait pas la même connotation et où la notion de racisme était des plus floues! Il faut remettre les choses dans leur contexte et ne pas dénaturer les œuvres. Le titre du roman est une reflet de son époque et doit être considéré pour ce qu'il est, un roman de 1938 écrit par un auteur de cette époque dans une société particulière, un point c'est tout.

Il y en a marre de cette bienpensance qui veut tout lisser, tout aplanir au nom d'une pseudo lutte contre les discriminations. Il y a quelque temps c'était la ridicule écriture inclusive qui voulait à travers une langue artificielle essayer de faire fi des inégalités hommes-femmes: la belle jambe que ça nous fait de voir rajouter des -e- un peu partout si les femmes restent toujours sous-payées face à leurs collègues masculins!

On a déjà fait disparaître les têtes de nègres des pâtisseries, est-ce que la lutte contre le racisme y a gagné quelques chose? Je ne crois pas. Va-t-on devoir rebaptiser également les religieuses aux chocolat  et les pets de nonne au nom de la laïcité? 

Partager cet article

Repost0
26 août 2020 3 26 /08 /août /2020 06:09
Du pain, du vin et du fromage: la vie quoi!

Du pain, du vin et du fromage: la vie quoi!

La seule et unique trinité vraiment sacrée pour la païenne et épicurienne que je suis. L'excellent hebdomadaire "Le 1", qui se déplie et se lit jusqu'au bout dans tous les sens et en réunissant des points de vue divers sur un même sujet, a eu la très bonne idée cet été de sortir cette trilogie que n'aurait pas renié Pagnol. Le pain, le vin, le fromage: quoi de mieux pour passer de bonnes vacances! On y découvre l'histoire de ces trois monuments nationaux, des aspects techniques mais aussi sociaux, voire politiques, bref on en fait le tour de la question sans jamais se lasser.

Cahors et Glanes pour le vin (même si ce ne sont pas mes préférés), Rocamadour pour le fromage (mais aussi tome de chèvre ou de brebis, Cantal...), Croustilot pour le pain: le territoire où j'ai la chance de vivre est vraiment fertile en délices que je dirais simplement... essentiels!

 

Et en guise de conclusion je vous propose de savourer cette version en argot d'une célèbre fable de La Fontaine par Louis Chevaillier, illustrée par Bénédicte Muller.

Ma sainte trinité

Partager cet article

Repost0
24 août 2020 1 24 /08 /août /2020 08:05

Samedi sur la place du village se déroulait un petit spectacle proposé par une troupe théâtrale, « Le Petit théâtre de Sousceyrac », et l’association des "Amis de la tour". Mêlant témoignages filmés des anciens sur diverses activités du temps passé et petites scénettes jouées par les comédiens amateurs, le spectacle évoquait les travaux des champs, les fêtes ou encore la vie à l’école au milieu du siècle dernier.

Je ne suis pas une adepte de la nostalgie, mais voir les anciens parler de leur enfance c’était assez émouvant, même si ça me rappelait bien trop les conversations mille fois entendues chez mes parents et qui avaient le don de m’agacer. Néanmoins ce que j’ai apprécié ce n’est pas tant le spectacle que sa tenue proprement dite.

Une scène improvisée construite sur trois remorques agricoles, un décor cousu main et tout un bricolage mené par des bénévoles enthousiastes et une population solidaire ont fait que le spectacle a pu se dérouler, devant une centaine au moins de personnes, soit plus de la moitié des habitants du village, avec du gel hydroalcoolique et des masques s’il vous plait!

Ah c’est sûr c’est pas le Puy du Fou, mais on se débrouille quand même et au moins les associations font vivre la culture bien mieux que la ministre censée s’en occuper.

 

Le spectacle s'est terminé sur la chanson de Trenet "Que reste-t-il de nos amours". Pour enfoncer le clou de la nostalgie et rester dans le thème moi je vous propose la "Carte postale" de Cabrel. Sortez vos mouchoirs...

Partager cet article

Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche