Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 13:41

Voici le spectacle auquel nous avons pu assister sur la route, de retour du Cantal. Alors que certains se contentent de se rouler des pelles, ces deux couleuvres senroulent carrément lune autour de lautre. Je navais jamais vu daccouplement de serpents, il faut dire que lorsque jen vois ne serait-ce quun seul je ne mattarde pas vraiment! Mais là cétait sans risque puisque nous étions dans la voiture, heureusement il ny avait personne sur la route, nous avons donc pu profiter pleinement de cet instant dintimité. En même temps on n’avait pas trop le choix parce que ni le bruit du moteur ni celui du klaxon ne les a interrompus. Ah, l’amour...


couple serpents

Partager cet article
Repost0
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 11:37

 

Depuis l'essor de la vidéo surveillance, quels qu'en soient les motifs, on savait qu'on était épiés partout. Mais on pouvait essayer d'en faire abstraction: soit on n'y pensait pas , soit on evitait de mettre le doigt dans son nez et de rajuster sa culotte hors de chez soi. Mais au final même chez soi on n'est plus à l'abri. En effet un article de Rue 89 nous apprends que des tas d'objets connectés sont accessibles sans aucun mot de passe, et donc contrôlables par n'importe qui. Pire, il existe même un moteur de recherche qui permet d'accéder le plus simplement du monde à tous ces objets et d'en prendre le contrôle. Tout ceci est expliqué notamment dans la vidéo de l'article.

 

On en rêvait (heu pas moi), Internet l'a fait. Personnellement, je trouve que ma connexion Internet est déjà siuffiamment risquée comme ça, je ne vais pas y ajouter le smartphone, l'imprimante ou le frigo. Et si j'étais vous je me dépêcherais de déconnecter tout ce qui peut encore l'être. 

 

À lire également, le premier volet de l'article ICI. Franchement ça fait froid dans le dos...

Partager cet article
Repost0
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 08:51

Fichtre! Tout fout le camp! Je viens d'apprendre  dans la Dépêche du Midi que l'animateur de TF1 Arthur avait décidé de s'exiler en Belgique pour la douceur de sa fiscalité de son climat. Comme le soulignait Axel 21, après Johnny Halliday et Gérard Depardieu, « c'est la fuite des cerveaux ».


Honnêtement, même si ce genre d'attitude me donne des envies de meurtre et/ou des nausées, qu'il disparaisse du sol français ne me gêne pas vraiment. Maintenant s'il pouvait surtout disparaître de nos écrans, ça ce serait plutôt pas mal. Et idem pour les deux autres. Autant ne pas faire les choses à moitié.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 06:00

 

Au hasard de mes lectures je suis tombée sur l’article d’une libraire déplorant la simplification des œuvres pour la jeunesse. Lisez vous aussi, c’est édifiant: « On prend les enfants pour des imbéciles »

 

Enfant je me rappelle bien avoir lu des livres de la Bibliothèque Verte, moins de la Bibliothèque Rose car j’étais un peu garçon manqué et je préférais l’aventure aux histoires de filles. Puis j’ai découvert une nouvelle littérature de jeunesse lorsque j’ai exercé en tant que professeur. J’ai ainsi découvert des ouvrages écrits pour les jeunes adolescents, les collégiens, avec comme toile de fond l’aventure, les relations sentimentales ou des problématiques actuelles comme les familles recomposées par exemple. Tout ça c’est bien joli, cela « parle » aux enfants et ils sont censés s’identifier plus facilement aux personnages, leur lecture en serait ainsi facilitée. OK tout ça c’est toujours bien joli mais au final la très grande majorité de cette littérature de jeunesse possède un gros défaut : la qualité de la langue. Certes tout cela est la plupart du temps bien écrit mais pour en avoir lu un certain nombre, j’ai toujours trouvé que tout cela restait finalement très pauvre du point de vue linguistique : l’usage des temps est trop souvent limité au présent et à l’imparfait, le vocabulaire est simplifié au possible, tout cela est plat et semble être écrit « au kilomètre ». Bref la littérature de jeunesse d’aujourd’hui est bien trop souvent ce que la collection « Harlequin » est au roman classique.

Pourquoi lorsque l’on s’adresse aux enfants on devrait tout leur simplifier ? Des collégiens ne sont-ils pas censés connaître le passé simple ou le subjonctif ? Ne disposent-ils pas d’un vocabulaire suffisamment riche pour lire une grande variété de textes ? Et dans le cas contraire ne sont-ils pas familiarisés avec l’usage d’un dictionnaire ? Hélas mon expérience me pousse à dire que la réponse à ces questions est bien trop souvent négative : l’apprentissage de la conjugaison (et de la grammaire) n’est plus une priorité, l’acquisition du vocabulaire non plus, quant à l’utilisation du dictionnaire s’il en est bien question dès le primaire en théorie, dans les faits c’est loin d’être un réflexe pour les enfants. Et ce n’est pas en leur proposant des textes édulcorés et plats que cela va changer.

 

Je ne suis pas une adepte du « c’était mieux avant » mais lorsque je me rappelle de mes lectures de jeunesse des noms me viennent : Victor Hugo, Jules Verne, la comtesse de Ségur… Une langue parfaite et riche, des mots choisis même si certains étaient parfois un peu désuets, je n’ai pas le souvenir de m’être jamais sentie face à une langue étrangère. Et ce n’est pas non plus parce que les histoires se déroulaient au siècle précédent (voire encore avant) que je ne parvenais pas à m’identifier aux héros. Comme c’est en forgeant qu’on devient forgeron, il est évident que mon amour de la belle langue vient de ces lectures, et de celles qui ont suivi. C’est pour cela que je déplore moi aussi que l’on donne trop souvent à lire cette bouillie sans goût aux enfants. D’ailleurs la comparaison est tout à fait parlante avec la nourriture : éduquer à la variété et au goût les petits est la meilleure façon d’en faire des gastronomes plus tard, en langue c’est la même chose : donnons-leur à lire de bons textes, car de bons lecteurs seront de bons locuteurs et de bons « écrivants », et leur maîtrise d’une langue riche est le meilleur moyen d’en faire des individus sachant exprimer clairement et justement leurs idées. Cela contribuera à forger leur sens critique, et donc les rendra moins susceptibles d’être manipulés par le discours des autres. Non ?

Partager cet article
Repost0
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 12:54

Cela faisait un bon moment que je n'avais pas acheté le Canard enchaîné, pourtant c'est un remède à la morosité qui devrait être remboursé par la Sécu. J'y trouve toujours de quoi rigoler, mais bien souvent on rit jaune et on y trouve aussi des raisons de s'agacer. C'est ainsi que ce matin j'ai failli faire un ulcère en lisant ce petit article très drôle, et si pathétique à la fois. C'est avec des propos comme ceux rapportés ici qu'on prend la mesure du monde qui sépare les riches (mais pour le coup les très très riches hein) des gens normaux. S'ils ne nous donnaient pas des envies de meutre, on les excuserait presque d'être nés avec une cuillère en argent dans la bouche et de ne jamais avoir connu autre chose. Je vous laisse juger par vous-mêmes.


Les Rothschild ont des soucis aussi

J'aime tout particulièrement la complainte sur la valeur d'un hôtel particulier: je ne suis pas très douée pour les chiffres mais il me semble qu'en passant du franc à l'euro on a multiplié les prix par six et des brouettes, non?

Je ne sais plus si je dois rire ou pleurer (devant tant de bêtise).

Partager cet article
Repost0
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 10:28

J’ai participé dernièrement à une « Fête du livre » : moins de la moitié des auteurs avaient finalement répondu à l’invitation, quant au public, il a visiblement préféré se prélasser dehors par cette belle journée ensoleillée. Mais qu’importe, que la journée soit réussie ou pas, pour moi qui n’ai rien à vendre c’est toujours une occasion de rencontrer des gens intéressants : des auteurs, illustrateurs, éditeurs, des associations et bien sûr du public. Les personnes qui viennent à ma rencontre ne sont pas toujours des clients potentiels, ce sont souvent des curieux intrigués par cette activité (et ma table où ne trône aucun livre), mais aussi parfois des personnes intéressés par mon activité et souhaitant devenir elles aussi écrivains publics.

N’importe, ce que je me plais à vérifier à chaque fois que je participe à ce genre de manifestation, c’est la vitalité intellectuelle qui peut animer nos campagnes. Que dans des petits coins aussi reculés que le Causse ou le Ségala, dans des petits villages de quelques dizaines d’âmes parfois, puissent se retrouver des esprits curieux, qu’on puisse s’y entretenir de la vie du livre ou de projets culturels très divers, je trouve ça très rafraîchissant et rassurant. Je parle d’ici mais partout les campagnes sont vivantes : loin des centres urbains et des lieux hautement culturels (pas toujours les mêmes d’ailleurs) il y a toute une vie intellectuelle foisonnante et trop souvent insoupçonnée. c’est notamment dans ces foires et fêtes du livre que l’on peut juger de son dynamisme et de ses multiples facettes : auteurs régionaux mais aussi auteurs de BD, presse engagée et associations diverses redynamisent les territoires en permanence. Ça fait du bien.

Partager cet article
Repost0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 07:20

Les bras m'en tombent. Aucun commentaire sensé ne me venant à l'esprit ce matin, le choc sans doute, je me limiterai à cette réflexion. Je ne reconnais plus mon pays, cette terre de libertés, d'accueil et de progrès. Mais visiblement, ça c'était avant.

Partager cet article
Repost0
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 12:53

Une politique de rigueur est forcément moyennement appréciée, et a des conséquences immédiates. Même à la maison.

En effet j'ai eu beau expliquer à mes chats qu'en raison des nouvelles mesures de rigueur budgétaire ils allaient devoir se contenter dorénavant de croquettes de marque distributeur à la place de leur grande marqué préférée... ben j'ai bien senti qu'ils faisaient quand même la gueule, et que ça risquait d'être le recul de la croissance des câlins. Et à défaut de baisser dans les sondages j'ai bien peur de baisser dans leur estime.

 

Illustration Lematt-Leblog

Partager cet article
Repost0
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 12:44

Vu à la télé. Dans le dernier 13h de France 2, Élise Lucet recevait comme invitée une blogueuse et auteur pour évoquer les difficultés des mamans qui travaillent. La façon dont elle l'a présentée est très symptomatique du poids culturel qui pèse toujours sur les mères, à l'heure où on nous rebat les oreilles avec la pseudo (et illusoire) égalité homme-femme. En effet elle a indiqué que son invitée dans ses livres et son blog apprenait aux mamans «à ne pas culpabiliser».

À quand un livre, un film ou une émission où l'on demanderait enfin aux pères comment ils font pour concilier boulot et famille, et s'ils culpabilisent quand ils laissent leurs enfants chez la nounou?

Partager cet article
Repost0
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 11:07

Vite vite, allez voir le replay de cette émission bien nommée «Les 100 lieux qu'il faut voir», dans quelques jours il sera trop tard. Vous y découvrirez Rocamadour avec pour guide Ronan de Gouvello, un curé pas comme les autres que j'ai pu un peu fréquenter durant quelques années lorsqu'il était en charge des jeunes de Gramat. Vous visiterez aussi Saint-Cirq-Lapopie et finirez par une promenade autour du majestueux château de Castelnau-Bretenoux, tout près de chez moi. C'est un peu le dernier rempart entre le Quercy qui s'éloigne et le Ségala puis l'Auvergne. Si vous ne savez pas où venir en vacances cet été c'est vraiment que vous y mettez de la mauvaise volonté.

 

CLIQUEZ ICI

 

Une rediffusion est prévue le 2 juin à 16h30. Bonne promenade!

Partager cet article
Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche