Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2020 3 25 /11 /novembre /2020 16:49

Bon comme apparemment il y a peu de chance qu'on se retrouve bien nombreux autour d'un petit gueuleton en fin d'année, au moins j'aurai le plaisir de la lecture de ces quelques nouvelles. Et en plus j'ai fait une bonne action. Deux si on tient compte du fait que j'ai fait travailler la librairie locale. On fait ce qu'on peut...

A table!...de chevet.
Partager cet article
Repost0
22 novembre 2020 7 22 /11 /novembre /2020 11:28

Ceux qui me suivent savent ma passion pour cette période de l'année. De manière générale je redoute grandement les cadeaux que l'on peut me faire tant cela tombe souvent à côté: c'est normal car ceux qui me connaissent suffisamment pour me faire des cadeaux adéquats savent que je n'aime pas vraiment ça, donc les autres qui me connaissent moins et s'y risquent ont de grande chances de se planter. D'où le fait que je n'aime pas vraiment les cadeaux.

 

Alors le mieux quand on est comme moi (qui a dit "chiante"?) c'est de se faire des cadeaux soi-même, car c'est bien connu on n'est jamais mieux servi etc. Et là ce matin je m'en suis trouvé un pas mal je dois dire (dans mon commerce de proximité qui plus est), qui joint l'utile à l'agréable (le summum du cadeau) et qui va m'accompagner tout au long de l'année qui arrive. Elle est pas belle la vie?

C'est déjà Noël!
Partager cet article
Repost0
10 novembre 2020 2 10 /11 /novembre /2020 10:17

Ce matin je passe chercher mon pain à l'épicerie du village, et que vois-je? Le gentil caniche encore tout poilu dimanche a une nouvelle coupe de cheveux, pardon de poils toute fraîche. Devant mon étonnement la patronne m'avoue consternée qu'en effet les toiletteurs pour chiens peuvent continuer leur activité. C'est vrai que c'est essentiel, on n'en doutera pas.

 

En revanche elle attend avec impatience la réouverture des coiffeurs pour alléger ses bouclettes. J'aurais bien une solution mais bon...

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2020 7 08 /11 /novembre /2020 17:09

Mon fils vient de m'apprendre une expression apparemment très usitée  parmi ses camarades et qu'il m'a sortie à la suite d'une de mes vannes surannée, comprenez impossible à comprendre pour un ado qui n'a pas les mêmes références culturelles. Devant mon incompréhension face à son incompréhension, il m'a dit que c'était une blague "claquée au sol". J'ai bien compris que pour lui ça voulait dire que c'était nul. C'est ce qu'on dit du reste quand on n'a pas compris mais qu'on ne veut pas l'avouer!

 

En fait, au fil de ses réutilisations de cette expression j'ai compris que cela voulait dire plus généralement que c'était simplement d'un très faible niveau, bref "au ras des pâquerettes".

 

Et c'est là que l'on comprend que la langue populaire est bien vivante car à cause du réchauffement climatique et des espèces qui disparaissent, ces pauvres gosses ne savent même plus ce que ce sont les pâquerettes...

Alors est-ce à dire qu'on ne pourra bientôt plus "conter fleurette", ni se balader "nu comme un ver" parce qu'ils auront disparu ?  Quelle tristesse... 

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2020 5 06 /11 /novembre /2020 23:25
L'essentiel. Ou pas.

Ceci dit la qualité de certains ouvrages peut prêter à confusion...

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2020 7 01 /11 /novembre /2020 08:23
Après la disette scénique, le jeûne intellectuel

Ce gouvernement est devenu complètement fou? A moins que ce soit sciemment qu'on veuille priver les gens de toute nourriture intellectuelle, histoire de les rendre bien dociles et malléables? Je n'ose pas y croire, dans ma grande naïveté, et je me me dis que c'est tout bonnement de l'incompétence la plus crasse et un amateurisme politique des plus idiots. Doublé d'un mépris pour les choses de l'esprit (spectacle, cinéma, musique, tout ça dans le même panier avec les livres), normal pour un état dirigé par un banquier parce que je suis naïve mais quand même j'ai de yeux pour voir. Mais avouez quand même que tout cela a des relents des sombres heures de l'Histoire, celle où on brûlait les livres, et pas que dans "Farenheit 451". Je crois qu'un rétropédalage serait le bienvenu.

A ceux qui disent qu'il s'agit là d'un moyen de soutenir les librairies en ne favorisant pas une concurrence déloyale je dirais, comme lu dans l'article du Huffington Post, que dans certaines zones rurales les supermarchés sont parfois les seuls commerces où trouver des livres.

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2020 6 31 /10 /octobre /2020 08:16

A chaque chose malheur est bon: le premier confinement nous avait évité le concours de l'Eurovision, ce deuxième confinement nous épargne les niaiseries de Halloween. Pour un peu on lui dirait merci.

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2020 6 31 /10 /octobre /2020 00:02

Encore une belle preuve de l'incohérence du moment. Les libraires libres et indépendants doivent fermer leurs portes, pendant que les grandes enseignes et les géants du net peuvent continuer à se gaver. Il y a quinze jours Macron n'avait que "éducation " et "liberté d'expression" à la bouche et aujourd'hui il ferme les endroits qui les diffusent. On est mal...

A lire ICI.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2020 4 29 /10 /octobre /2020 07:02

Dans le Berry sûrement, mais peu importe l'endroit car l'arrière-saison que chantent les Blankass c'est celle que nous avons tous au fond de nous, tout au fond. Cet arrière-pays qu'on aime retrouver quand on a été loin des siens, de ses racines, de tout ce et ceux qu'on aime. Cet arrière-pays c'est un lieu, celui de son enfance ou celui que l'on a choisi pour se retrouver, cela peut être aussi simplement les personnes qu'on aime, où qu'elles soient et qui nous font nous sentir bien tout simplement. Cette arrière-saison, elle est ce que chacun peut y voir.

La chanson était déjà belle mais les images ici ajoutent encore à la poésie et à la douceur de la mélodie et des mots. La lumière est tellement douce qu'on a envie de se laisser bercer, se laisser emporter par le courant... Moi ça me chavire.

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2020 3 28 /10 /octobre /2020 06:39

Le temps qui passe s'inscrit sur nos visages, dans nos voix, mais aujourd'hui que nous avançons masqués, il devient plus difficile de lire la vie sur nos traits. Certains veulent s'en débarrasser et faire peau neuve pour habiller leur mensonge et leur déni devant le temps qui passe. Moi j'accepte mes années passées et ce qu'elles ont pu laisser sur mon visage ou mon corps. 

Une très grande et belle actrice a parfaitement exprimé cela. Dans ce milieu de l'image et du paraître qui peut être tellement superficiel, je trouve ces mots d'autant plus forts et émouvants.

 

« Que personne ne me retire les rides de mon front, obtenues à travers l’étonnement face à la beauté de la vie ; ou celles de ma bouche, qui montrent combien j’ai ri et combien j’ai embrassé ; ni les cernes de mes yeux : en elles se trouve le souvenir de combien j’ai pleuré. Elles sont à moi et elles sont belles ».

Meryl Streep

 

Partager cet article
Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche