Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 10:07

Par principe, je serais plutôt pour la parité: après tout rien de plus normal qu'un traitement identique entre les hommes et les femmes. C'est dans le souci, dit-on, de respecter ce principe que l'Europe a jugé discriminatoires les tarifs avantageux consentis aux femmes par les compagnies d'assurances automobiles. 

La parité a bon dos car en fait les vrais gagnants ne sont pas les hommes qui paieront toujours pareil, mais bien les assureurs qui vont engranger encore plus de bénéfices. Et pour ce qui est de l'Europe, elle semble plus prompte à monter sur ses grands chevaux pour rétablir cette justice qui n'en est pas une que pour s'occuper des disparités de salaires entre les hommes et les femmes à compétences égales. Je dis ça, je dis rien...

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 11:30

Chat-eauneuf du Pape


Partager cet article
Repost0
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 20:41

 Il n’y a pas que les maisons anciennes qui aient une histoire. La nôtre n’a qu’une vingtaine d’années et pourtant elle a elle aussi son petit lot d’anecdotes et de souvenirs. Nous ne sommes pas à l’origine de sa construction, bien qu’elle ait l’air neuve, en fait nous l’avons découverte par le plus grand des hasards, et peut-être devrais-je dire par le plus grand des bonheurs. Nous avions l’habitude de venir acheter du pain à Teyssieu le dimanche, alors que nous habitions à quelques kilomètres de là, et je crois bien que c’est lors de la dernière année d’activité du boulanger que j’ai vu une affiche sur la porte de sa cave. Une vieille affiche toute délavée et visiblement là depuis pas mal de temps, pourtant je ne l’avais jamais remarquée. Il y était question de la vente aux enchères d’une maison située à Teyssieu, et comme nous avions le projet d’acheter ou de construire notre maison, j’ai pris les coordonnées du notaire chargé de la vente... qui avait déjà eu lieu depuis plusieurs mois, mais ça ne coûtait rien de se renseigner. Bien m’en a pris car la maison n’avait pas trouvé acquéreur et elle était toujours en vente. Ensuite les choses sont allées assez vite, et nous avons pu venir faire une première visite. Je dois dire que nous étions assez anxieux car il nous a fallu un moment pour réaliser où se trouvait la maison, devant laquelle nous étions pourtant passé un bon nombre de fois sans la distinguer, noyée qu’elle était dans la végétation. En effet la maison était à l’abandon depuis plusieurs années et la nature avait repris ses droits. Nous avions donc peu d’espoir et nous nous sommes dit que ce serait un coup pour rien. Le jour de la visite avec le propriétaire, descendu de Tours, nous n’avons même pas pu nous garer près de la maison, il a fallu rester au bord de la petite route : genêts, fougères, jeunes châtaigniers et bouleaux formaient une forêt récente qui empêchait d’accéder à la propriété autrement qu’à pied et en bottes ! Nous comprîmes du coup parfaitement pourquoi on n’avait jamais remarqué la maison depuis le village.

photo maison 1

photo maison 2

L’histoire de cette maison que le propriétaire nous avait racontée au téléphone brièvement est assez banale et doit ressembler à beaucoup d’autres : tombé amoureux de ce petit village alors qu’il y était de passage, il avait décidé d’y faire construire sa résidence secondaire. Mais comme il venait d’une région sans relief il tenait à faire une maison de plein pied. Première grave erreur : étant donné la déclivité du terrain, c’était un non sens, une hérésie. Le maçon ayant entrepris le gros œuvre fit relever le vide sanitaire au-delà de ce qui était prévu sur les plans mais en totale cohérence avec la nature du terrain. Erreur du maçon qui aurait dû se conformer aux plans, le voilà attaqué en justice par le propriétaire qui ne veut pas payer pour un escalier non prévu mais devenu nécessaire. C’était le début d’une série judiciaire qui allait mener à la vente de la maison. Bon an mal an la maison fut tout de même finie pour ce qui était du gros œuvre : maçonnerie, toiture ainsi que la plomberie, l’électricité et les plâtres. Aux procédures contre le maçon s’ajoutèrent un divorce, des soucis de santé puis d’argent qui firent que le chauffage ne fut pas installé et que tout s’arrêta net. Le propriétaire revint de temps en temps pour y bricoler, caressant sans doute l’espoir de pouvoir y passer quelques épisodes estivaux. Lorsque nous l’avons rencontré il n’y était pas revenu depuis plus de deux ans. Nous nous attendions à trouver une masure, des plâtres par terre et autres délabrements. Pas du tout, nous fûmes surpris (je crois que le propriétaire aussi) du bon état général : les plâtres étaient parfaitement sains et secs, un miracle qui tient sans aucun doute à la bonne idée qu’avait eu le maçon de monter quelques rangs de parpaings de plus, la toiture n’avait pas bougé, pas de trace de dégâts quelconque excepté des crottes d’un loir qui avait visiblement élu domicile dans ces lieux et avait détruit une partie de la laine de verre (même pas finie de poser) qui dégringolait de la mezzanine.

Pour nous qui n’étions pas exigeants, la maison était presque habitable de suite : les carrelages étaient posés, la chambre du bas presque prête avec un superbe parquet massif en chêne, il y avait l’eau et l’électricité, bref presque un palace ! Et surtout ce qui m’avait plu au premier abord c’était toute la place qu’il y avait dehors, l’absence de voisins et tous ces arbres qui faisaient comme un écrin à la maison. Avant de nous installer il fallut toutefois défricher, terrasser le devant, finir les lambris de la mezzanine (qui allait disparaître quelques années plus tard pour faire des chambres supplémentaires) et autres menus aménagements. Aujourd’hui bien sûr tout n’est pas fini et ne le sera sans doute jamais car c’est là le danger lorsque l’on s’installe dans une maison qui n’est pas achevée : on pose les cartons, on pare au plus pressé et on se dit que pour les détails on verra au fur et à mesure... sauf qu’on fini par reporter éternellement certaines choses !

photo maison 4

Quelques mois après notre arrivée, le premier printemps.


Du propriétaire précédent nous avons gardé quelques souvenirs, divers objets abandonnés dans un coin, dont un très beau dessin d’un de ses amis peintre représentant la vue depuis la maison : le petit chemin herbeux entre la tour et l’église, un dessin au fusain que des habitants du village, avec qui il avait juste eu le temps de sympathiser, avaient fait encadrer et offert en guise de bienvenue au propriétaire. Nous avons gardé ce tableau, il trône sur le buffet dans l’entrée, face à la vue qui l’a inspirée. Ça nous fait toujours un truc à raconter à nos visiteurs qui ne manquent pas de le remarquer.

100 1627

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 20:24

Une petite vue prise dimanche dernier depuis Saint-Cernin (15) sur les monts du Cantal, à peine recouverts d'un peu de neige, en attendant les vrais flocons du véritable hiver!

 

100 1614

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 21:32

Des tuiles romaines, du crépi rose, un pin maritime et un palmier encore jeunes: vous croyez être sur la Côte d'Azur? Pas du tout, voici une maison prise entre Ségala et Quercy (du côté de Belmont-Bretenoux pour les locaux qui passeraient par ici). En contrebas de la maison se dressent les tours de Saint-Laurent, vestige médiéval similaire à notre tour de Teyssieu, et tout autour ce ne sont que maisons quercynoises avec mansardes. Enfin il y en a de moins en moins et à leur place poussent comme des champignons ces villas de bord de mer que je trouvent pour le moins... déplacées. Le lendemain de cette prise de vue il neigeait, et ça me fait toujours sourire lorsque j'imagine les plantes exotiques grelotter et les toits si plats recouverts de neige.


100 1608

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 07:43
Ça y est, les derniers touristes sont partis...

DSCF3714.JPG

Pile pour l'heure d'hiver, trop fort!

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 06:26

Il paraît que les jeux d'enfants révèlent leurs fantasmes. Je ne sais pas ce que leur père (qui travaille dans les TP) a bien pu leur faire pour que mes enfants rêvent de ÇA:

DSCF3712.JPG

Sinon à part ça ils sont mignons comme tout...

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 18:35

HLM

      Bien loin des cages à poules des banlieues, voici la petite résidence, toute modeste, où trois rescapées d'un élevage vont couler leurs vieux jours: chambre individuelle, vaste pâture et tranquillité garantie. Bien sûr comme dans tout HLM il y a un loyer, bien modéré: un ou deux oeufs par jour, tout de même.

Elle est pas belle la vie?...

 

100_1603.JPG

 

Et après il y en aura encore pour dire que je n'ai rien à raconter...

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 20:00

 

 

L'efficacité des produits écologiques n'est pas toujours démontrée, c'est vrai. Cependant au vu des derniers événements, concernant la lessive et plus particulièrement le blanchiement il semblerait bien que les Verts lavent plus blanc...

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 21:36

Mais où est donc passé le temps ? Le temps passe, c’est certain mais jamais il ne semble s’arrêter devant chez moi ! Je n’ai plus le temps pour rien, encore moins pour tenir ce blog, ce qui n’aura sans doute pas échappé à mes centaines de quelques lecteurs fidèles.

Terminés les petits comptes rendus de sorties dans les environs avec photos à l’appui ? Pas le temps pour sortir, ou alors un temps de chien.

Terminé les récits palpitants de ma vie rurale ? Je n’ai plus le temps de voir passer ma vie.

Terminé les petits billets d’humeur ou les mots d’humour sur les derniers événements ? L’actualité est trop assommante, et il n’y a même plus de Frédéric Lefebvre pour nous dérider.

Bref c’est le calme plat, c’est Waterloo en Ségala.

Et pourtant j’en aurais des choses à raconter mais c’est là le paradoxe : avant il ne se passait pas grand-chose et j’avais plein de temps pour écrire sur rien, et maintenant que mon existence est plus animée je n’ai pas le temps de la raconter. La vie est bien mal faite tout de même. C’est comme les finances : avant j’étais fauchée et j’avais tout le temps de dépenser avec parcimonie, maintenant je suis plus à l’aise mais je n’ai pas une minute pour dilapider ma fortune.

Pourtant il y a aurait bien des choses à raconter : les mille et une histoires et anecdotes des clients de La Poste, les aventures des collègues dans les méandres de la comptabilité et de la hiérarchie, les bizarreries en tous genres de cet univers hybride qui ressemble à du privé avec les lourdeurs héritées de l’administration, les petites frictions et les grosses parties de rigolades, etc. Et ça ce n’est que pour le travail car il y a bien sûr les inénarrables hontes que nous font subir les enfants, les visites aux urgences et les séances de « regarde ce qu’il y a dans mon caca pour voir si le bout de plastique que j’ai avalé hier est ressorti », j’en passe et des meilleures.

Bref il y aurait bien de quoi publier quelque article régulièrement. Mais quand ? Après le boulot le temps prend une autre dimension et s’accélère furieusement entre les devoirs, le bain, les repas, le ménage, les calottes à distribuer, les enfants, le chien et les poules à border… Bref depuis des mois je ne vois jamais le début d’un film à la télé et si j’en prends un en route c’est avant la fin que je m’endors. Et pour ce qui est de prendre un bouquin, je n’en parle même pas.

 

Ah oui, et je n’ai pas mentionné le fait qu’après avoir fait ma journée de boulot et accompli ma deuxième journée à la maison... j’attaque la troisième en continuant à rédiger mes textes pour des clients, et ponctuellement des articles pour la presse locale. Bon, je me sens un peu débordée. Qui a dit que j’étais mal organisée ?

 

Partager cet article
Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche