Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 décembre 2012 2 25 /12 /décembre /2012 21:43

Tous les ans c’est la même chose à la même époque je ne cesse de le répéter : je déteste, je hais Noël. Pour ceux qui seraient de passage ici pour la première fois je leur conseille la lecture de mes précédents articles sur le sujet, cela m’évitera de ressasser la liste hélas non exhaustive de tous les griefs que je peux avoir contre cette période de l’année.
Et comme je suis une femme de conviction et loin d’être une girouette je peux dire que je suis assez satisfaite car une fois de plus ça n’a pas loupé : j’ai encore détesté ce Noël, peut-être même encore plus que l’année dernière d’ailleurs. Je pense que le niveau de mon agacement est proportionnel au nombre de cadeaux déballés. Déballés non pas par moi vous vous en doutez bien, mais par les enfants évidemment : monticule de papier déchiré jonchant le sol, cartons arrachés et piétinés, minuscules morceaux de jouets détachés et éparpillés à travers la pièce, etc, rien de nouveau c’est tous les ans la même histoire. Tout ça pour les entendre quelques heures après nous dire d’un ton désolé mais hélas sincère : « Je m’ennuie, je sais pas quoi faire». Consternant. Et pourtant ce n’est pas leur faute, je n’ai rien à reprocher aux enfants si ce n’est de croire encore pour certains au Père Noël. Car enfin s’ils n’y croyaient plus ce serait tout de même plus simple, on échapperait aux ridicules simagrées auxquelles j’ai dû assister hier chez nos hôtes : emmener les enfants dans les couloirs de l’immeuble en leur faisant croire qu’on allait essayer de voir si le grand barbu était dans les parages pendant que les complices installaient la montagne de présents dans le salon. Bon sang la petite n’a que 4 ans, on en a encore pour un moment avec ces conneries. Parfois, surtout ce matin, et parce que je suis une mauvaise mère, j’ai envie de prendre les deux plus jeunes entre quatre yeux et leur révéler tous les dessous de l’affaire:  comment on a organisé ce gigantesque mensonge universel juste pour faire tourner à plein régime la machine à consommer. Mais je me retiens, je ne voudrais pas passer pour un bourreau d’enfants. Déjà que je passe pour une vieille rabat-joie quand j’ose, ô sacrilège, déclarer que je n’aime pas Noël...
Cette année encore plus que les années précédentes peut-être Noël m’est apparu comme l’accumulation indigeste de tous les clichés et les poncifs du genre. Le repas par exemple, même s’il a été fort bon, n’a été qu’un long défilé de tous les plats obligés en cette occasion : foie gras, escargots, fruits de mer, chapon aux marrons et bûche se sont succédé sans vraiment d’attrait, comme s’il fallait en passer par là pour que ça fasse vraiment Noël, et parce que ce ne serait pas Noël sans ces victuailles. Les adultes ont eu droit à leurs cadeaux, que chacun a accueilli avec politesse et sans réel enthousiasme, parce que là aussi c’est un passage obligé, tant pis si la chemise offerte est affreuse et restera à tout jamais dans la penderie, on tente d’afficher une mine aussi honnête que possible sans se répandre en commentaires.
Du convenu, des obligations et des contraintes, voilà tout ce que je vois dans cette fête de Noël qui pour moi est d’ailleurs tout sauf une fête. Et surtout une absence totale de ce qui est pour moi une grande source de plaisir : la spontanéité et la liberté.

 

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 22:08

Aujourd'hui au boulot les clients (oui ce ne sont plus des usagers depuis longtemps) étaient plutôt détendus pour cette suppposée dernière journée sur cette terre.  C'est ainsi que j'ai eu droit à un compliment de la part d'une habituée qui ayant visiblement envie de discuter en est venue, je ne sais pas quel détour, à me demander mon âge. Comme elle était fort suprise de ma réponse elle m'a gratifié d'un "Oh mais vous faites vraiment beaucoup plus jeune!" toujours très agréable à entendre.

Mais pourquoi diable a-t-il fallu qu'elle rajoute aussitôt après: "C'est vrai que quand on est un peu ronde on a toujours moins de rides"?!...

Dommage, ça partait bien.

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 19:54

Comme vous le savez, à moins de vivre déjà sur une autre planète, la fin approche, c'est pour demain parait-il. Alors aujourd'hui, en cette veille de fin du monde, je voudrais tout de même exprimer ma colère: personnellement je n'ai rien contre les Mayas mais bon sang de bordel de merde pourquoi donc avoir prévu la fin du monde le jour de la paye?!!

 

PS: et on n'aura même pas pu se gaver de foie gras et de chocolats...

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 20:17

La période des fêtes c'est par excellence le moment de toutes les gourmandises. Et à La Poste on ne déroge pas à la tradition, aussi des collègues bien sympas ont mis sur le chemin de la machine à café quelques douceurs. Difficile de résisiter à la tentation...

100 1652

 

Et encore plus difficile pour certaines de résister à l'envie de faire un peu d'esprit:

100 1653

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 19:44
Sans commentaires: c'est très bien et c'est tout. 
Partager cet article
Repost0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 21:10

La semaine dernière la Tour des frères Bonafos à Teyssieu a été inaugurée en grande pompe : sous-préfet, président du département et autres officiels, il y avait des grosses huiles et des petits fours à volonté. Après le traditionnel coupage de ruban est venu le temps des discours des uns et des autres. C’est donc au milieu de cet aréopage de personnalités et à la faveur de l’entrée dans la salle des fêtes d’un retardataire que s’est introduit un invité inattendu. En effet tandis que le président du Conseil Général de notre département discourrait de sujets qui au gré de son énoncé s’éloignaient de plus en plus du véritable objet de sa visite pour aller chasser sur des terres bien plus politiques, ce cher Kiki, mondialement connu dans notre village en a profité pour aller saluer le sous-préfet, la queue frétillante (oui le chien bien sûr) et plein de bonnes intentions. Je me suis dépêchée de l’appeler aussi discrètement que possible sous les rires étouffés de l’assistance et le regard plein d'acrimonie de quelque grincheuse. Le sous-préfet lui-même a esquissé un sourire, il faut dire que ça lui faisait une jolie distraction pendant qu’il était obligé d’écouter les critiques à peine voilées du président pas vraiment du même bord politique. Bref c’est mortifiée et la mine cramoisie que j’ai quitté l’assistance avec mon chien, et c’est comme ça que j’ai raté les petits fours.

Bref merci Kiki. Pour une fois que ce ne sont pas les enfants qui me font honte...

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 20:18

Les enfants ont un rapport bien plus naturel que nous à leur langue, et c’est sans complexe ni masturbation intellectuelle qu’ils sont capables de créer de nouveaux mots, aussi bien que les plus éminents académiciens, armés de leur bon sens et motivés par la nécessité de se faire simplement comprendre. C’est ainsi que le cadet de mes garçons invente régulièrement des expressions qui fleurent bon la trouvaille utile, il m’a par exemple demandé l’autre jour si je pouvais lui élastiquer son masque en carton pour le faire tenir, et lorsqu’il fait orage il fait bien attention à ne pas trop toucher d’appareils électroniques de peur de se faire électroniquer.

Tout ça est limpide, non ?  

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 13:49

 Après une longue période de disette littéraire, j’ai enfin pu me remettre un peu à la lecture. Et je viens d’achever en quelques jours Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson. Voilà un roman dont le le titre est à l’image du contenu : long, énigmatique et simple à la fois, plein de promesses. Ce roman suédois raconte les péripéties d’un personnage improbable qui à l’orée de ces 100 ans décide de se faire la belle de sa maison de retraite. S’ensuit toute une rocambolesque virée à travers la Suède, ponctuée de rencontres avec des personnages losers mais finalement sympathiques : une bande de bras cassés trafiquants de drogue, un ancien voyou, un chauffeur de taxi à bac + 30 et même un éléphant. Au fur et à mesure de ces quelques semaines d’évasion au propre comme au figuré, des retours en arrière nous font revivre l’existence de ce centenaire pas comme les autres qui a côtoyé Franco, Stalline, Mao ou Truman entre autres personnages historiques. Le tout par le plus grand des hasards à chaque fois bien sûr. Une sorte de Forest Gump en moins naïf et en plus corrosif. Un road movie scandinave drôle, décalé, on ne s’ennuie jamais, on regrette d’en arriver à la dernière page et on en oublie même les invraisemblances et les passages un peu attendus.  

Parce qu'on n'est pas non plus obligé de ne lire que des choses très sérieuses.

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 10:08

Voilà que Copé et Fillon revendiquent tous les deux la paternité de l'UMP, elle est bien bonne celle-là! Pas encore en couple ils se disputent déjà le bébé...

Bon, voilà qui plaira sans doute aux détracteurs du mariage pour tous...

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 13:28

Je ne suis pas spécialement fan de Mathieu Chedid, de ses chansons comme de sa voix trop haut perchée à mon goût. Pourtant je dois dire que je ne me lasse pas d'écouter sa dernière chanson, Mojo. Certes ce n'est pas vraiment une chanson à texte, ou alors c'est trop subtil pour moi, mais du moment qu'elle donne une féroce envie de taper des mains et du pied, ça compense.




Partager cet article
Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche