Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 08:16

J'adore l'actalité et ses soubressauts, cette façon que les médias ont d'encenser quelqu'un pour le mettre à terre quelques temps plus tard. Dans l'affaire DSK on nous a présenté la victime comme une jeune femme parfaite, une vraie héroïne de conte de fée moderne, une pauvre petite chose qui avait réussi à rameuter autour d'elle sa communauté, les exilés de tous poils, les féministes, les syndicats de femmes de chambre, bref la terre entière. Et voilà qu'on nous apprend aujourd'hui qu'en fait d'héroïne il n'y a guère que celle que ses copains consomment et trafiquent allègrement, qu'elle a menti et que ce serait même une prostituée. Bref c'est tout l'un ou tout l'autre.

Vous comprendrez aisément qu'il y a des raisons de rester circonspect dans ce genre d'affaire où les réflexions à l'emporte pièce vont bon train. Que l'emballement puisse saisir le pékin moyen je le comprends, c'est humain, mais que cette frénésie et ces raccoucis soient le fait de certains journalistes cela donne à réfléchir sur le crédit qu'on peut accorder aux médias lorsqu'ils se jettent sur ces événements avant de faire leur travail d'investigation avec objectivité et prudence.

 

Bon ben du coup moi je vais attendre les prochains développements avant de tirer des conclusions, car on ne sait jamais: d'ici qu'on découvre que le procureur était un client de la victime présumée ou que l'avocat noir de celle-ci est en fait marron...

 

 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 20:06

Il paraît  que ce week-end ça va chauffer sous le soleil, alors voilà une viellerie de circonstance. Les Négresses Vertes, une dizaine de personnes sur scène, avec autant d'egos à gérer pas étonnant que ça n'ait pas tenu, dommage...

 

 

Partager cet article
Repost0
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 06:52

On en perdrait son latin (si ce n'était déjà fait) : les communistes viennent de choisir JL Mélenchon pour les représenter aux prochaines présidentielles, un homme qui n'est même pas de leur parti! Un peu comme si les socialistes avaient choisi un homme de droite, genre DSK, comme candidat, incroyable non? Manquerait plus que l'UMP élise un socialiste comme Besson. ??? Ah ben non, lui c'est normal, il est vraiment de droite.

Partager cet article
Repost0
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 13:07

Avec la nouvelle contamination via des steaks hachés, ressurgissent les questions qui se posent à chaque fois en pareil cas: les contrôles sanitaires sont-ils suffisants? Sont-ils fiables? Les mesures d'hygiène sont-elles respectées? Les conditions d'abattage des animaux sont-elles conformes aux normes en vigueur? Etc, etc.

 

Normes sanitaires, hygiène, contrôles, voilà les mots qui reviennent sans arrêt. Dans nos villages on continue encore de tuer le cochon dans la cour de la ferme, avec des couteaux et autres ustensiles bien aiguisés mais sûrement pas stérilisés, pas plus que les torchons dans lesquels on enveloppe le jambon pour le "presser" un peu avant de le mettre au sel, les poules et les chiens guettent à trois pas de la bête encore fumante s'il n'y aurait pas quelque viscère ou bout de viande à faucher subrepticement. Croyez-moi personne ne vient s'enquérir de conditions d'abattage ni de normes sanitaires. Croyez-moi aussi si vous le voulez mais je n'ai jamais entendu dire que quiconque ait jamais été malade, excepté peut-être une bonne indigestion en mangeant trop de pâté tout juste sorti du four...

 

Des bactéries, sans doute il devait y en avoir, et pas que des inoffensives, mais sans doute était-on vaccinés dès le berceau du fait de ne pas vivre dans un univers aseptisé. On m'a raconté une fois cette anecdote d'un autre âge, qui ne remonte pourtant pas au-delà d'une cinquantaine d'années: le docteur du village avait été appelé dans une ferme pour visiter un malade et il avait emmené ce jour-là avec lui un de ses jeunes enfants, celui-ci est allé joué avec les enfants des fermiers dans la cour pendant que son père consultait à l'intérieur. En sortant il trouva la mère des enfants catastrophée car le fils du docteur jouait avec les siens à même la terre et au milieu des crottes de poules: « Laissez-les faire, ça les vaccine !» s'était contenté de lui répondre jovialement le médecin.

 

Normes sanitaires, vous dites?

Partager cet article
Repost0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 12:22

Trouvaille d'un de mes derniers vide-greniers, je me suis plongée ces jours-ci dans Michaël, chien de cirque de Jack London. J'étais un peu sceptique car pour moi cet auteur évoquait surtout la littérature de jeunesse (quand "littérature" avait il me semble davantage de sens dans cette expression), d'ailleurs c'est une vieille édition de la bibliothèque verte que j'ai trouvé.

Moi qui aime les animaux je dois dire  que j'ai souffert à la lecture de ce roman qui pourtant commence assez bien: Michaël est recueilli, enfin volé serait plus juste, par un marin finalement sympathique, qui l'emmène voguer sur toutes les mers et les océans du monde, et qui surtout profite des aptitudes du chien pour lui enseigner quelques tours. Hélas c'est à cause de ces dons que le pauvre cabot sera volé de nouveau mais cette fois pour entrer dans une école de cirque où on forme les animaux à coups de matraque, de fouet, où on leur enseigne la crainte, la terreur et la souffrance perpétuelle pour aller régaler un public naïf qui s'extasie bêtement.

Tout le roman se déroule à travers les yeux du chien, si bien que le lecteur ne peut que s'identifier à lui et non aux hommes qui sont tous plus monstrueux et inhumains les uns que les autres. Les dresseurs bien sûr sont particulièrement ignobles, réduisant les animaux à l'état d'objets interchangeables, mais le public également, car ce n'est pas la beauté du numéro qui motive le dresseur mais simplement le gain qu'il pourra retirer de ses tournées, et le public se presse pour aller voir les animaux les plus divers accomplir des tours parfaitement contre nature. Et c'est avec la plus grande naïveté que ces braves gens croient que c'est par amour pour leurs maîtres que les animaux accomplissent toutes ces prouesses alors que tout  n'est que supercherie, crainte, douleur et souffrance.

Je n'ai jamais beaucoup aimé le cirque, et particulièrement les numéros d'animaux dressés, ça m'a toujours mise mal à l'aise sans que je sache pourquoi, car je ne m'étais jamais penchée sur la question. Grâce à la lecture de ce petit roman je sais à présent que ce que je n'aime pas c'est le fait de forcer des animaux, même sans méthodes cruelles (car j'ai moi aussi la naïveté de croire que les pratiques ont changé), à faire des choses dont ils n'ont pas la moindre envie et qui sont surtout contre nature: obliger un quadrupède à marcher sur deux pattes, faire chanter un chien, bref essayer de les faire ressembler à des humains, voilà ce qui me chiffonne. C'est sûrement pour  la même raison que je trouve parfaitement immonde d'affubler des chiens de manteaux et de coiffures aussi ridicules que ceux de leurs maîtresses ou de leur vernir les griffes.

Il paraît qu'après le succès du roman aux États-Unis dans les années 20 les pratiques ont beaucoup changé dans les cirques et que leur fréquentation a même baissé. La littérature aurait-elle donc un pouvoir?...

Partager cet article
Repost0
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 21:13

Voici ce que j'ai trouvé dans un mail d'un syndicat arrivé sur la boîte mail de l'école. D'habitude je les lis en diagonale afin d'en prélever la substantifique moelle et éviter ainsi à la maîtresse un peu de lecture. Là je dois dire que je me suis amusée à la vue de cette parodie. Enfin j'ai quand même ri un peu jaune, je dois bien l'avouer...

 

image006.jpg

Partager cet article
Repost0
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 22:08

Le costume et la chemise impeccables, la mèche un peu rebelle, juste ce qu'il faut, le sourire charmeur, la voix et l'oeil de velours, le parfait dandy, ce Ferry  est décidément l'élégance et le chic incarnés.

Évidemment il s'agit de  Bryan, qui d'autre?

 

 

 



Partager cet article
Repost0
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 13:38

Pour le long week-end de l'Ascension, tel Jesus en son temps, nous aussi nous avons pris un peu d'altitude (cétait l'occasion ou jamais) et nous sommes allés passer deux jours dans la région de Montsalvy, comme l'an dernier, pour accompagner nos maris partis défoncer  et polluer les chemins forestiers  se promener avec leur 4x4. Bon les vacances c'était uniquement pour eux parce que faire les repas, le ménage et s'occuper des enfnats, c'était la routine comme à la maison, il n'y a que le paysage qui a changé...

 

Enfin on a tout de même fait de jolies balades pendant que ces messieurs s'amusaient, c'est ainsi que nous avons vu le très beau village de Conques, en Aveyron, qui n'était qu'à une trentaine de kilomètres de Lafeuillade où nous logions. C'est le type même du vieux village médiéval, tout en minéralité avec ses murs de pierres et ses toits de lauzes, un village accroché à sa colline, les pieds dans la vallée profonde mais la tête dans les hauteurs aussi bien géographiques que spirituelles puisque le village, sur le chemin de Compostelle abrite l'abbatiale Sainte-Foy. Le village tire son nom de sa situation, blotti dans une sorte de coquille, de l'occitan conca, et c'est ce site qu'avait choisi l'ermite  Dadon pour se retirer du monde au VIIIe siècle. Mis à part les voies de communcation, j'imagine assez bien que le paysage devait être sensiblement le même qu'aujourd'hui, avec ses forêts  laissant paraître ça et là quelques trouées de rochers.


Conques

 

Conques, vue dans la vallée 1

 

Conques, vue dans la vallée 2

 

Conques, vue sur le village 2

 

Le monument emblématique de Conques est son abbatiale construite entre le XIe et le XIIe siècle, et dont les deux tours de façade datent du XIXe, un étrange mélange de genres et d'époques qui se poursuit avec  des vitraux contemporains de Pierre Soulages réalisés au début des années 90.  Nous n'avons pas eu le temps de visiter l'intérieur qui pourtant recèle des trésors, ce sera peut-être pour l'année prochaine!

 

Conques, abbaye 2

 

Conques, derrière l'abbaye

 

 

Le fameux tympan de cet édifice représente le Jugement dernier, mêlant personnages bibliques et personnages historiques ayant comptés dans le destin de l'abbatiale: c'est ainsi qu'y sont représentés Charlemagne et l'abbé Dadon.


Conques, le tympa de l'abbaye

 

 

En outre le village regorge de petites curiosités typiques des villages médiévaux: petites ruelles pavées, fontaines, portes et encadrements plus récents mais intéressants, sans parler de l'aménagement du village qui fait la part belle aux pierres et au bois afin de respecter l'architecture générale:

 

Conques, ruelle 1

 

Conques, ruelle 2

 

Conques, escalier de pierre

 

Conques, escalier rustique

 

Conques, escalier de pierre 2

 

À Conques même les cabines téléphoniques sont belles...

 

Conques, cabine téléphonique

 

 

Conques, fontaine

 

Conques, vieilles arcades 2

 

Conques, vielles arcades

 

Conques, vieille porte

 

Ce n'est qu'un petit survol de ce village qui mérite vraiment qu'on s'y attarde. Pour en savoir rendez-vous à ces adresses :

 

tourisme-conques. (superbes photos)

art-roman.net/conques

Pour une visite virtuelle de l'abbatiale, c'est ICI

Partager cet article
Repost0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 20:49
Face à l'actualité bien pathétique de ces jours-ci et qui malheureusement n'a pas fini d'étaler sa "glauquitude" grâce notamment à nos chers hommes politiques, faisons un break (c'est plus confortable qu'une limousine) et profitons d'un peu de douceur et d'élégance grâce un vieux tube de derrière les fagots. The police, un des meilleurs groupes que le rock ait jamais enfanté, si ce n'est le meilleur, qui n'a réalisé que cinq (oui seulement 5!) albums mais cinq pépites inégalables et inégalées, particulièrement le dernier avec ce tube de 1983 Every breath you take, qui se passe de commentaire, aussi je me tais et vous laisse écouter et regarder car le clip lui aussi est un petit bijou.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 12:21

Luc Ferry, professeur d'université de son état toucherait un salaire de 4000 et quelques euros mensuels pour occuper une chaire de philosophie... alors que depuis septembre il n'aurait pas mis les pieds en cours. Il faut croire qu'il est plus fort pour mettre les pieds dans le plat.

 

Quand je pense qu'il y a quelques années quand j'ai commencé à enseigner j'ai travaillé près de deux mois sans être payée: décidément, le bénévolat, c'est plus ce que c'était...

Partager cet article
Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche