Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 22:08

Le costume et la chemise impeccables, la mèche un peu rebelle, juste ce qu'il faut, le sourire charmeur, la voix et l'oeil de velours, le parfait dandy, ce Ferry  est décidément l'élégance et le chic incarnés.

Évidemment il s'agit de  Bryan, qui d'autre?

 

 

 



Partager cet article
Repost0
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 13:38

Pour le long week-end de l'Ascension, tel Jesus en son temps, nous aussi nous avons pris un peu d'altitude (cétait l'occasion ou jamais) et nous sommes allés passer deux jours dans la région de Montsalvy, comme l'an dernier, pour accompagner nos maris partis défoncer  et polluer les chemins forestiers  se promener avec leur 4x4. Bon les vacances c'était uniquement pour eux parce que faire les repas, le ménage et s'occuper des enfnats, c'était la routine comme à la maison, il n'y a que le paysage qui a changé...

 

Enfin on a tout de même fait de jolies balades pendant que ces messieurs s'amusaient, c'est ainsi que nous avons vu le très beau village de Conques, en Aveyron, qui n'était qu'à une trentaine de kilomètres de Lafeuillade où nous logions. C'est le type même du vieux village médiéval, tout en minéralité avec ses murs de pierres et ses toits de lauzes, un village accroché à sa colline, les pieds dans la vallée profonde mais la tête dans les hauteurs aussi bien géographiques que spirituelles puisque le village, sur le chemin de Compostelle abrite l'abbatiale Sainte-Foy. Le village tire son nom de sa situation, blotti dans une sorte de coquille, de l'occitan conca, et c'est ce site qu'avait choisi l'ermite  Dadon pour se retirer du monde au VIIIe siècle. Mis à part les voies de communcation, j'imagine assez bien que le paysage devait être sensiblement le même qu'aujourd'hui, avec ses forêts  laissant paraître ça et là quelques trouées de rochers.


Conques

 

Conques, vue dans la vallée 1

 

Conques, vue dans la vallée 2

 

Conques, vue sur le village 2

 

Le monument emblématique de Conques est son abbatiale construite entre le XIe et le XIIe siècle, et dont les deux tours de façade datent du XIXe, un étrange mélange de genres et d'époques qui se poursuit avec  des vitraux contemporains de Pierre Soulages réalisés au début des années 90.  Nous n'avons pas eu le temps de visiter l'intérieur qui pourtant recèle des trésors, ce sera peut-être pour l'année prochaine!

 

Conques, abbaye 2

 

Conques, derrière l'abbaye

 

 

Le fameux tympan de cet édifice représente le Jugement dernier, mêlant personnages bibliques et personnages historiques ayant comptés dans le destin de l'abbatiale: c'est ainsi qu'y sont représentés Charlemagne et l'abbé Dadon.


Conques, le tympa de l'abbaye

 

 

En outre le village regorge de petites curiosités typiques des villages médiévaux: petites ruelles pavées, fontaines, portes et encadrements plus récents mais intéressants, sans parler de l'aménagement du village qui fait la part belle aux pierres et au bois afin de respecter l'architecture générale:

 

Conques, ruelle 1

 

Conques, ruelle 2

 

Conques, escalier de pierre

 

Conques, escalier rustique

 

Conques, escalier de pierre 2

 

À Conques même les cabines téléphoniques sont belles...

 

Conques, cabine téléphonique

 

 

Conques, fontaine

 

Conques, vieilles arcades 2

 

Conques, vielles arcades

 

Conques, vieille porte

 

Ce n'est qu'un petit survol de ce village qui mérite vraiment qu'on s'y attarde. Pour en savoir rendez-vous à ces adresses :

 

tourisme-conques. (superbes photos)

art-roman.net/conques

Pour une visite virtuelle de l'abbatiale, c'est ICI

Partager cet article
Repost0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 20:49
Face à l'actualité bien pathétique de ces jours-ci et qui malheureusement n'a pas fini d'étaler sa "glauquitude" grâce notamment à nos chers hommes politiques, faisons un break (c'est plus confortable qu'une limousine) et profitons d'un peu de douceur et d'élégance grâce un vieux tube de derrière les fagots. The police, un des meilleurs groupes que le rock ait jamais enfanté, si ce n'est le meilleur, qui n'a réalisé que cinq (oui seulement 5!) albums mais cinq pépites inégalables et inégalées, particulièrement le dernier avec ce tube de 1983 Every breath you take, qui se passe de commentaire, aussi je me tais et vous laisse écouter et regarder car le clip lui aussi est un petit bijou.

Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 12:21

Luc Ferry, professeur d'université de son état toucherait un salaire de 4000 et quelques euros mensuels pour occuper une chaire de philosophie... alors que depuis septembre il n'aurait pas mis les pieds en cours. Il faut croire qu'il est plus fort pour mettre les pieds dans le plat.

 

Quand je pense qu'il y a quelques années quand j'ai commencé à enseigner j'ai travaillé près de deux mois sans être payée: décidément, le bénévolat, c'est plus ce que c'était...

Partager cet article
Repost0
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 14:43

Il y a bien longtemps que je n'avais été écoeurée par la télé, je crois que ça remonte aux obsèques de Mickaël Jackson dont l'overdose était peut-être même à l'origine de ce blog. Et là c'est reparti avec l'audience de DSK durant laquelle il devait déclarer s'il plaidait coupable ou non-coupable. Sur toutes les chaînes le même topo: une armée de journalistes devant le tribunal de New-York, des journalistes et des invités en studio pour commenter le déroulement des événements. Ou plutôt des non-événements: l'arrivée au tribunal de l'accusé, la description de son costume ainsi que la tenue de sa femme (si si , je vous jure je l'ai entendu!), les caméras braquées sur les portes, des réactions des invités interrompues par une intervention urgente du correspondant à New-York pour dire... que les avocats étaient arrivés. Du blabla en veux-tu en voilà, la sortie de l'accusé, sa montée dans la voiture, son retour quelques minutes plus tard à son domicile devant une autre armée de caméras et de journalistes désoeuvrés. Jusqu'à la lie. Une heure de palabres et de non information pour une audience de quatre minutes et sans surprise.

 

Ce qui m' a énervé dans tout ça ce n'est pas tant le matraquage imbécile et sans aucun intérêt que l'image déplorable qui a pu être donnée des journalistes, car enfin comment Pujadas a-t-il pu poser à un de ses invités une question aussi empreinte d'un anti-américanisme primaire que «Pensez-vous que le juge cherchera à se rendre populaire en faisant condamner un  homme puissant , blanc, et notamment un Français?»? Parano le Pujadas? Jusqu'à présent je n'avais pas été vraiment consciente du parti-pris et du manque d'objectivité qu'il pouvait y avoir ici en France par rapport à toute cette affaire, mais là je dois dire que ça me mets de plus en plus mal à l'aise: en dépit de la présomption d'innocence à laquelle a droit tout accusé je dois dire que les discours ambiants qui tentent de minimiser les choses commencent à me mettre très très mal à l'aise et il me tarde que tout soit terminé, et  peu importe l'issue pourvu qu'on retrouve un peu de décence dans le traitement de l'information.

Mais je crois que je me mets encore le doigt dans l'oeil car l'objectivité et le professionnalisme chez les journalistes a l'air de se faire ausssi rare que l'eau sur le Causse...

 

Et le pompon c'est tout de même le voyeurisme des gens ordinaires qui font de la rue où vit DSK un lieu touristique de New-York, qui se font photographier devant l'entrée de son immeuble... La connerie humaine est vraiment un puits sans fond.

 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 07:23

Hier les élèves du Cycle 3 ont participé à une rencontre sportive avec les 6e du collège où ils vont étudier à la rentrée prochaine, c'est une façon sympathique de faire connaissance, bien plus sympa et tellement moins avilissante que le bizutage des grandes écoles. Entre Sud-Ouest et Auvergne, le rugby s'impose naturellement, sans mêlée  tout de même, ça ce sera pour plus tard.

 

N'empêche, il n'y a que les Anglais pour inventer un jeu où il faut avancer en faisant des passes en arrière...

Partager cet article
Repost0
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 06:36

Allons bon, encore une fête que j'ai failli oublier: la fête des mères bien sûr. Si les enfants ne s'étaient pas réveillés aux aurores, impatients qu'ils étaient de me voir ouvrir la carte qu'ils ont discrètement cachée sous mon oreiller et qui me gêne depuis deux jours, j'aurais sans doute oublié cette célébration créée il y a quelques décennies pour faire remonter la natalité en France. Évidemment rendre hommage et fêter les mamans, c'est bien gentil et tout et tout mais franchement plutôt que d'admirer ces femmes un jour dans l'année mieux vaudrait sans doute revaloriser le travail que cela représente d'élever des enfants. Mais passons, je ne vais pas cracher dans la soupe et je vais verser une larme moi aussi en découvrant le collier de nouille de cette année.

Ça m'énerve toutes ces fêtes officielles et convenues: la fête des pères, des grands-mères, je vois venir d'ici a fête des cousins... On a déjà la journée des entreprises et la fête des secrétaires, à quand celle des animaux domestiques ou des vaches ?  Allez et consommez en paix.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 20:53

Attention à ne pas vous tromper de porte...

Au poil

 

Mais dans les deux cas si les tarifs sont élevés vous risquez de vous faire tondre...

Partager cet article
Repost0
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 07:19

Invitée sur un plateau de télévision Ségolène Royal aurait piqué une colère car les journalistes auraient osé, crime de lèse-majesté, diffuser des commentaires enregistrés sur l'affaire DSK d'autres personnalités du P.S avant ses propres commentaires. Pour se calmer elle aurait exigé une coupe de champagne.

Est-ce son nom qui lui monte à la tête et lui donne envie de tutoyer les hauteurs... de l'orgueil? Personnellement le pannel de candidats pour lesquels je pourrais voter en 2012 semble se réduire comme peau de chagrin.

Partager cet article
Repost0
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 20:39

 

Il y a quelques jours avait lieu à Teyssieu une conférence sur notre patrimoine local : il s'agissait d'une présentation des peintures qui ornent une des salles de la tour du village, ainsi que de leur restauration. La petite salle des fête était comble, et le succès semblait avoir surpris les organisateurs eux-mêmes. Dans l'assistance des passionnés d'architecture et d'histoire, de simples curieux et des gens du village, curieux comme moi d'en apprendre un peu plus sur cette tour tellement familière et pourtant si pleine de mystères encore. Ainsi ces peintures qui ont été découvertes assez récemment et presque par hasard sont à présent l'objet d'attentions particulières du fait de leur présence dans cette tour qui n'était pas un lieu d'habitation, et aussi par leur esthétisme lui-même qui diffère des « canons » de l'époque, ces peintures sont les seules de ce type dans le département. De plus elles ne seraient pas, selon les hypothèses émises par les chercheurs, un reflet fidèle du vicomte de Turenne, suzerain des Bonafos (les seigneurs de Teyssieu) mais plutôt une représentation symbolique destinée à affirmer le pouvoir et la puissance de celui-ci sur les vassaux : en effet, et toujours selon les chercheurs, la salle qui abrite ces peintures était probablement une salle où on rendait justice, c'est à dire que s'y déroulaient, pense-t-on, des cérémonies officielles durant lesquelles les seigneurs rendaient hommage à leur suzerain. La tour elle-même aurait eu elle aussi une vocation symbolique dans les premiers temps : érigée par les frères Bonafos sur ordre du vicomte de Turenne, elle était un autre symbole de sa suprématie et de sa domination sur le pays ; les parties construites ultérieurement et qui l'élevèrent à 40m du sol en firent également une tour de guet.

Après un bref rappel historique sur la construction de la tour, autour de 1230, et du contexte de l'époque, la conservatrice-restauratrice des peintures nous a expliqué que ces peintures avant d'être restaurées devaient avant tout être protégées : elles avaient subi les outrages du temps depuis des siècles car bien qu’elles soient situées à l'intérieur, jusqu'à ce qu'un toit de ciment ne recouvre l'édifice en 1920, elles ont été très abîmées par l'eau de ruissellement qui a par ailleurs dégradé l'ensemble de la tour. Afin que les peintures ne subissent pas d'autres avanies durant les gros travaux qui ont débuté cette année et qui doivent mettre la tour hors d'eau et hors d'air, un important travail a été fait pour les protéger, la restauration proprement dite ne pourra débuter que lorsque plus rien ne viendra troubler le travail. Sur un écran nous avons pu découvrir les peintures telles qu'elles étaient à leur découverte, de simples bribes, recouvertes d'un enduit qu'il a fallu analyser et dégager par endroits. On avait franchement un peu de mal à voir le cheval et le cavalier dont la restauratrice nous assurait qu'ils étaient bien là :  « Là vous voyez le museau, ici vous avez les pattes de devant, on voit très bien un plissé de la housse du cheval » mais on l'a crue sur parole. J'étais d'autant plus déçue qu'elle nous a répété plusieurs fois que dans cette toute petite salle du premier niveau où se trouvaient ces peintures il faisait très sombre : mince alors, on n'allait rien voir ? Quel dommage...

J'étais déjà rentrée dans cette petite salle et c'est vrai qu'il y faisait aussi noir que dans un four, à peine éclairé par la porte sud creusée quelques siècles après la construction de la tour ; il était donc difficile d'y voir ces peintures d'autant plus qu'elles se situent à plus de deux mètres de hauteur si mes souvenirs sont bons. Aussi quelle étrange impression de découvrir cette fresque, enfin ce qu'il en reste, et de se dire que pendant tout ce temps on a ignoré sa présence, on est passé à côté, et que sans le hasard on aurait continué à l'ignorer, peut-être pour toujours. Combien de ces œuvres oubliées, de ces vestiges de temps anciens dorment encore près de nous sans que nous le sachions, et combien resteront à jamais cachées ?...

peintures de Teyssieu 1

 

peintures de Teyssieu 2

Bon évidemment ça ne vous parle peut-être pas beaucoup, mais moi ça m'impressionne toujours de voir des oeuvres, qu'il s'agisse de peintures, de sculptures ou d'architecture, traverser les siècles et se révéler peu à peu, garder encore une part de mystère et nous obliger à une certaine humilité.

 

Pour finir voici quelques clichés de la deuxième étape des travaux, la couverture : les premières lauzes ont été posées et redonneront bientôt à notre tour l'aspect qu'elle devait avoir au XIIIe siècle. Je suis assez partagée car si je suis ravie de voir une belle couverture sur ce monument j'ai peur d'être dépaysée car cela fait tellement longtemps (près d'un siècle) qu'on la voit avec son dôme de béton, c'est ainsi qu'elle est représentée sur tous les documents où elle apparaît, et de mémoire d'homme on ne l'a jamais vue autrement, alors je suppose qu'il va falloir un peu de temps pour que l'on s'habitue à sa nouvelle physionomie.

 

travaux de la tour 2

 

Travaux de la tour 1

 

Partager cet article
Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche