Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 septembre 2020 5 04 /09 /septembre /2020 21:44

Tiré de ma compilation personnelle et sur-mesure qui me suit dans ma voiture, un morceau d'un chanteur français complètement et très injustement méconnu et qui gagnerait pourtant à être plus visible et audible tant est grand son talent. Jean-Jacques Daran a connu un certain succès au début des années 90 avec  des titres comme "Dormir dehors" ou "Aquarium" dans lequel il se moquait bien et à juste titre de la télévision. Un peu comme les Blankass il a toujours refusé de faire partie du système, c'est sans doute pour cela qu'il est parti exercer ses talents ailleurs, en l’occurrence au Québec où apparemment il se sent plus libre. Il a bien raison. 

Ses textes sont souvent empreints de poésie et d'une grande sensibilité, toujours pertinents et engagés, comme ce morceau sur la vanité et la vacuité d'une certaine partie de l'humanité. Ceux qui n'apprécient pas spécialement le rock pourront se contenter des paroles... Mais franchement vous auriez tort de vous priver de sa voix et de la musique...

Regarde la campagne vide,
J’ai aspergé mon champ d’un grand nuage de pesticides,
ça n’a pas pris longtemps oiseaux, insectes et asticots
J’ai buté toutes ces salop'ries d’un ptit tour d’hélico
Et ya plus qu’moi dans la prairie

Regarde la banquise vide,
Ya plus un ours la d’dans on f’ra pousser des arachides
Dès qu’y aura plus tout c’blanc et les indiens les esquimaux
Qui s’plaignent tout l’temps du réchauffement

Qu’ils s'achètent des frigos s’ils veulent tellement claquer des dents


Je peux tout, tout seul
Je veux tout, tout seul
Et si un jour la mort me cueille
J’veux pas de pleurs, j’veux pas de deuil

Je peux tout, tout seul
Je suis tout, tout seul
Et si je claque dans mon fauteuil
J’veux du wifi dans mon cercueil

Regarde les usines vides,
J’ai libéré l’humain d’la vieille activité stupide
Du travail à la main pour ça ya bien assez d’gamins

Qui rêvent d’assembler des smartphones dans des pays lointains
Pour qu’les miens chassent des pokémons

Regardent toutes ces têtes vides
Défoncées à l’info à chaque vague d’attentat suicide
On peut surfer plus haut, montrer des morts, monter des murs
Faut entretn’ir le stress et casser les rêves du futur
La peur c’est bon pour le bizness

Je peux tout, tout seul
Je veux tout, tout seul
Et si un jour la mort me cueille
J’veux pas de pleurs j’veux pas de deuil
Partager cet article
Repost0
31 août 2020 1 31 /08 /août /2020 05:43

L’actualité de ces derniers jours nous rappelle qu’il n’y a pas que le/la Covid qui doive nous préoccuper. La pandémie n’a fait disparaître les migrants que de nos journaux mais le phénomène est toujours présent, et le sera vraisemblablement toujours plus car aux réfugiés politiques et économiques vont désormais s’ajouter les réfugiés climatiques. Ce qui se passe en Méditerranée est épouvantable car il nous ramène à l’échec de l’humanité à vivre ensemble, à créer un monde où chacun aurait sa place, un monde juste et humain.

 

L’humanité c’est toute l’essence de cette chanson de Blankass qui me vient toujours à l’esprit lorsque j’entends parler des migrants. Sortie en 2003 sur l’album L’homme fleur, cette chanson reste obstinément d’actualité, presque vingt ans après. Entre-temps Guillamume Ledoux, le chanteur, a mis en pratique ses convictions, mettant en jeu un peu de sa liberté puisque c’était un crime passible de prison, en hébergeant un petit garçon de six ans sourd sans papiers, soigné en France et menacé d’expulsion, c’était en 2006 je crois. Mais rien n’a vraiment changé.

 

Cette chanson me donne des frissons chaque fois que je l’écoute, la mélodie et le texte en font un pur moment de vraie poésie. Pleine d’empathie sans jamais être misérabiliste, elle parle de tous les exclus, qu’ils soient migrants, SDF ou sans papiers, sans s’apitoyer, en leur donnant une voix et leur rendant simplement leur humanité.

Partager cet article
Repost0
28 août 2020 5 28 /08 /août /2020 16:00

Mes ados me traitent de fossile et me disent que j'écoute de la musique de vieux, alors que les musiciens de Blankass ou Oasis ont à peine mon âge, c'est à dire la cinquantaine rutilante. Des jeunes de mon âge donc et qui font de la musique pour ceux qui n'aiment pas la soupe du jour. Na. Alors je leur répondrai que quand Aya Nakamura ou Katie Perry auront fait ne serait-ce que la moitié de la carrière de Tom Petty, Roy Orbison, George Harrison ou Bob Dylan, on en reparlera: je leur donne rendez-vous dans trente ou quarante ans, et on va bien rigoler.

Bande d'incultes...

Partager cet article
Repost0
26 août 2020 3 26 /08 /août /2020 21:01
"Dix petites personnes de couleur", par Agatha Christie

Mais bon sang jusqu'où va-t-on nous infantiliser et nous croire incapables du moindre jugement? Je lis dans cet article que le roman d'Agatha Christie Dix Petits nègres va être renommé afin de faire disparaître le terme de "nègre", offensant pour la communauté Noire. Que l'on traite une personne de couleur de "nègre" ça oui c'est offensant, insultant et intolérable en 2020. Mais ce roman date de... 1938, époque à laquelle le mot n'avait pas la même connotation et où la notion de racisme était des plus floues! Il faut remettre les choses dans leur contexte et ne pas dénaturer les œuvres. Le titre du roman est une reflet de son époque et doit être considéré pour ce qu'il est, un roman de 1938 écrit par un auteur de cette époque dans une société particulière, un point c'est tout.

Il y en a marre de cette bienpensance qui veut tout lisser, tout aplanir au nom d'une pseudo lutte contre les discriminations. Il y a quelque temps c'était la ridicule écriture inclusive qui voulait à travers une langue artificielle essayer de faire fi des inégalités hommes-femmes: la belle jambe que ça nous fait de voir rajouter des -e- un peu partout si les femmes restent toujours sous-payées face à leurs collègues masculins!

On a déjà fait disparaître les têtes de nègres des pâtisseries, est-ce que la lutte contre le racisme y a gagné quelques chose? Je ne crois pas. Va-t-on devoir rebaptiser également les religieuses aux chocolat  et les pets de nonne au nom de la laïcité? 

Partager cet article
Repost0
26 août 2020 3 26 /08 /août /2020 06:09
Du pain, du vin et du fromage: la vie quoi!

Du pain, du vin et du fromage: la vie quoi!

La seule et unique trinité vraiment sacrée pour la païenne et épicurienne que je suis. L'excellent hebdomadaire "Le 1", qui se déplie et se lit jusqu'au bout dans tous les sens et en réunissant des points de vue divers sur un même sujet, a eu la très bonne idée cet été de sortir cette trilogie que n'aurait pas renié Pagnol. Le pain, le vin, le fromage: quoi de mieux pour passer de bonnes vacances! On y découvre l'histoire de ces trois monuments nationaux, des aspects techniques mais aussi sociaux, voire politiques, bref on en fait le tour de la question sans jamais se lasser.

Cahors et Glanes pour le vin (même si ce ne sont pas mes préférés), Rocamadour pour le fromage (mais aussi tome de chèvre ou de brebis, Cantal...), Croustilot pour le pain: le territoire où j'ai la chance de vivre est vraiment fertile en délices que je dirais simplement... essentiels!

 

Et en guise de conclusion je vous propose de savourer cette version en argot d'une célèbre fable de La Fontaine par Louis Chevaillier, illustrée par Bénédicte Muller.

Ma sainte trinité
Partager cet article
Repost0
24 août 2020 1 24 /08 /août /2020 08:05

Samedi sur la place du village se déroulait un petit spectacle proposé par une troupe théâtrale, « Le Petit théâtre de Sousceyrac », et l’association des "Amis de la tour". Mêlant témoignages filmés des anciens sur diverses activités du temps passé et petites scénettes jouées par les comédiens amateurs, le spectacle évoquait les travaux des champs, les fêtes ou encore la vie à l’école au milieu du siècle dernier.

Je ne suis pas une adepte de la nostalgie, mais voir les anciens parler de leur enfance c’était assez émouvant, même si ça me rappelait bien trop les conversations mille fois entendues chez mes parents et qui avaient le don de m’agacer. Néanmoins ce que j’ai apprécié ce n’est pas tant le spectacle que sa tenue proprement dite.

Une scène improvisée construite sur trois remorques agricoles, un décor cousu main et tout un bricolage mené par des bénévoles enthousiastes et une population solidaire ont fait que le spectacle a pu se dérouler, devant une centaine au moins de personnes, soit plus de la moitié des habitants du village, avec du gel hydroalcoolique et des masques s’il vous plait!

Ah c’est sûr c’est pas le Puy du Fou, mais on se débrouille quand même et au moins les associations font vivre la culture bien mieux que la ministre censée s’en occuper.

 

Le spectacle s'est terminé sur la chanson de Trenet "Que reste-t-il de nos amours". Pour enfoncer le clou de la nostalgie et rester dans le thème moi je vous propose la "Carte postale" de Cabrel. Sortez vos mouchoirs...

Partager cet article
Repost0
23 août 2020 7 23 /08 /août /2020 06:42

C'est l'excellent titre d'un ouvrage que je n'ai pas encore lu mais sur lequel j'irai bien jeter un œil et dont parle un article fort intéressant du blog "Français de nos régions", véritable bible des parlers régionaux hexagonaux. 

Il y est question de nos accents qui sont source de discrimination, inconsciente de la part de leurs auteurs mais souvent mal vécue, et c'est bien légitime, de la part des victimes: s'entendre dire d'entrée lorsque l'on passe l'oral d'un concours que l'on a un accent "charmant et chantant" c'est un peu dur à avaler lorsque l'on a planché plusieurs heures sur le fond du sujet. Ce n'est qu'un exemple, il en va de même pour le sourire esquissé par un recruteur lors d'un entretien d'embauche  qui vous demande d'où vous vient ce si joli accent du Sud.

Bref quand on a un accent on peut bien réciter l'annuaire du Gers, plus personne ne fait attention à ce que vous dites. Le Gers c'est justement de là qu'est originaire le nouveau premier ministre et c'est son accent qui a d'abord été évoqué avant même qu'on ait commenté le fond de ses propos (propos que je me garderais bien de commenter car d'où que vienne son accent je ne lui accorde d'emblée pas plus de crédit qu'aux autres membres de la clique à Macron).

Alors oui moi aussi j'ai un accent, comme la totalité des Français car le pays n'est fait que de provinces, car Paris n'est pas la France et sa norme imposée ne fait qu'appauvrir notre "francitude", à l'image des médias si mornes et plats où la diversité, qu'elle soit ethnique ou linguistique, est bien inexistante. D'ailleurs, et je finirai là-dessus, avez-vous déjà remarqué que certains témoignages dans des reportages sont parfois sous-titrés lorsque le locuteur est alsacien, marseillais où d'ailleurs qui n'est pas l’Île-de-France? Si si je l'ai déjà vu et à chaque fois ça me met hors de moi: comme si Strasbourg était à l'étranger...

 

A lire sur le blog "Le français de nos régions"

Partager cet article
Repost0
22 août 2020 6 22 /08 /août /2020 18:30

La jauge des 5 000 personnes pour les rassemblements accueillant du public me laisse perplexe. Ça me semble faire beaucoup mais quelle est la différence de contamination entre un rassemblement en plein air de 5000 personnes et dix concerts de 500 personnes ? Franchement je ne sais pas. D’un point de vue simplement personnel comme je suis du genre à fuir la foule (par nature et indépendamment du Covid) je privilégierai les petites salles et les rencontres intimistes mais là n’est pas la question.

Ce qui m’énerve un peu c’est tout ce qu’a révélé la polémique autour de la cinéscénie du « Puy du Fou » : ils ont d’abord accueilli 12 000 personnes, avant que la jauge ne soit imposée à 5000 personnes pour finalement obtenir une dérogation à 9000. Beaucoup de bruit autour de cette dérogation avec ses soupçons de passe-droit, copinage et compagnie qui ne peuvent surprendre que les naïfs. Quelle hypocrisie de nous faire croire qu’avec quelques masques et du plexiglas ils allaient bien pouvoir faire respecter les règles sanitaires ! Un article du Monde à lire ici nous révèle évidemment le contraire, sans aucune surprise, car comment pouvait-il en être autrement ? À moins que De Villiers avec sa foi inébranlable n’eut été capable de réaliser des miracles.

Ce qui me met en rogne au final c’est de voir que dans le même temps bon nombre de festivals ont dû être annulés, soit en raison de la jauge trop faible pour les rendre viables, soit parce que les mesures sanitaires ne semblaient pas pouvoir être respectées. Musique, théâtre, tout ça ne pèse pas lourd face à des parcs d’attractions et/ou à thème véritables pompes à fric où se bousculent les masses. On me dira qu’il y a toute une économie autour de ces parcs. Certes mais il y a aussi énormément de retombées pour les territoires qui accueillent les Vieilles Charrues et le festival d’Avignon.

 

Quelle culture est-ce que l’on défend, c’est ça la question. La culture qui nourrit l’esprit ou celle des loisirs qui remplit les poches…

Partager cet article
Repost0
21 août 2020 5 21 /08 /août /2020 06:51

Chicago avait les Jackson Five, Bourges a les Wilson 5... La petite fanfare a l'air de parader comme ça mais elle fait swinguer toute la musique, de Pharrel Williams à ACDC. Si si  je vous jure, dans la petite vidéo ci-dessous j'ai bien reconnu "Highway to hell", il faut le faire! Les Wilson 5 l'ont fait, et bien fait! De quoi mettre de bonne humeur et encore taper du pied pour ce weekend!

Partager cet article
Repost0
20 août 2020 4 20 /08 /août /2020 06:14
La disparition des départements

Les départements sont voués à disparaître. Je ne parle pas là d'une décision politique, même si elle est évoquée régulièrement (si c'est pour faire des économies comme avec la fusion des régions c'est loupé, les coûts ont été en général multipliés au lieu d'être divisés).

Non je veux parler de la disparition des noms de départements. Ainsi j'ai entendu ce matin dans un reportage une touriste à Marseille disant qu'elle venait du... 54. Très joli comme nom ça, c'est tellement plus cool  que de dire qu'on descend de la Meurthe-et-Moselle. Tout cela a dû commencer avec le fameux 9-3 dont une partie des habitants n'étaient pas foutus de parler de Seine-Saint-Denis. Alors quoi, ça faisait trop trop réac comme appellation? Ça m'énerve!

A part les postiers (et encore ceux de la vieille école) qui se souvient encore des départements appris à l'école avec leurs préfectures et sous-préfectures (pour les plus studieux)? Les noms de ces petits bouts de France sont pourtant tellement évocateurs et pour peu qu'on ait une vague notion de géographie basique il est facile de situer la Seine-Maritime sur la carte, puisqu'on y évoque la Seine, donc vers Paris, et la mer donc vers la Manche. Allez donc ficher le 76 quelque part! 

 

Le prochain qui me dit que j'habite dans le 4-6 je lui fait avaler son calendrier des PTT. Non mais.

 

Partager cet article
Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche