Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 09:59

En route pour l'Auvergne de (trop) bon matin, le paysage nous fait un peu oublier que la nuit a été courte...

 

100 1640

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 09:14

Le frelon asiatique qui a envahi un gros quart sud-ouest de notre pays est une menace très sérieuse pour les abeilles qu'il dévore sans scrupule.

 

Et voilà encore un exemple du danger des pièces de contrefaçon: mais où s'arrêteront donc les velléités d'envahisseurs des Chinois: après les jouets, les vêtements et même les pièces automobiles, les voilà qui s'attaquent à la nature?!

 

Soyez de bons citoyens, préférez donc le frelon bien de chez nous.

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 07:41

(JPEG)

 

Quand je regardais les jardins des autres, et que je voyais le mien...enfin pas tout à fait, parce qu'en fait le mien je ne le voyais plus, voilà bien le problème: enfoui sous les herbes folles celui-ci ne ressemblait plus qu'à une épaisse et luxuriante jungle où poussaient à foison mauvaises herbes et où évoluaient de gentils monstres cornus et baveux.

 

Bref hier soir, n'écoutant que mon courage (il fallait vraiment qu'il parle très très fort), après une journée harassante à glander dans la belle-famille je me suis décidée à abandonner mes enfants à leur cher père, (et si vous me lisez régulièrement vous pouvez aisément mesurer toute l'étendue de mon sacrifice), pour tenter de remettre un peu d'ordre dans ce fouillis. Il m'a fallu trancher dans le vif des pieds de tomates afin de les retrouver et de les attacher, et ô miracle j'ai découvert qu'il y en avait, des tomates, il n'y avait donc pas que des feuilles, quelle merveille! Puis j'ai dû ramasser des haricots verts avant qu'ils ne deviennent suffisamment gros pour rivaliser avec leurs cousins les fayots du cassoulet. C'est ainsi que j'ai ramené un demi-seau de haricots, un bon mal de dos ainsi qu'une brouettée d'herbes et de végétaux de toutes sortes accrochés à mon peignoir en poil de synthétique véritable... Hé oui j'avais un instant caressé le fol espoir de passer une soirée tranquille dans le canapé, d'où ma tenue peu adéquate.

 

Conclusion, jardinage et procrastination ne font pas bon ménage.

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 06:25

Laurent Blanc le nouveau sélectionneur de l'équipe de France de foot, a décidé qu'il fallait « tout remettre à zéro ».

Ça tombe bien, parce qu'avec zéro victoire, zéro but marqué ou presque, le degré zéro de leur vocabulaire et leur zéro de conduite,  je crois qu'ils vont enfin avoir toutes les compétences requises.

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 06:32

Décidément j'apprends toujours beaucoup de la lecture de vos commentaires, chers lecteurs. Ainsi j'ai reçu des précisions sur Pierre Benoît que j'avais évoqué très superficiellement lors de mon article sur son roman Le déjeuner de Sousceyrac. Merci donc à Agatha dont je vous conseille la lecture du commentaire concernant ledit article et qui en outre donne en lien l'adresse d'une page sur la biographie de Pierre Benoît, dont je vous recommande également la lecture.

 

http://www.quercy.net/hommes/pbenoit.html

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 07:32

 

Ainsi donc tu t'en es allée. Après avoir accompagné tant de personnes et avoir accompli tes bons et loyaux offices, te voilà réduite à l'état de poussière toi aussi. Toi qui a redonné la vie à tant de personnes usées par leur travail, toi qui leur a permis de goûter à une nouvelle vie avant qu'une trop grande vieillesse ne sonne. Et voilà qu'aujourd'hui, par ce bel été 2010, à la faveur des vacances et de quelque affaire mêlant valse des milliards et valse des fauteuils, ton heure a sonné dans l'indifférence presque totale. Nous étions pourtant encore nombreux à compter sur toi pour ne pas nous tuer à la tâche, nous avions encore espoir que tu nous permettrais de tenir encore jusqu’au bout. Mais cet horizon semble s’éloigner de plus en plus hélas.

 

Ainsi donc tu nous quittes et puisqu'il faut nous séparer, alors adieu Retraite à 60 ans.

 

 

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 06:36

     Je crois que le mystère des origines de notre cher Kiki est enfin percé: épagneul breton paraît-il  du côté de sa mère (franchement il n'a donc rien de sa génitrice), le père restait un illustre inconnu, mais au vu de toutes les saletés qu'il nous ramène régulièrement il est sûr qu'il doit y avoir du charognard là-dedans. Rats crevés, ossements divers et variés, vestiges animaux aux relents putrides, voilà tout ce que nous ramène cette brave bête qui néanmoins sait aussi chasser les animaux vivants puisqu'il écrase régulièrement les quelques pauvres fleurs que je réussis à maintenir en vie en poursuivant de manière effrénée les pauvres petits lézards gris autour de la maison.

C'est donc pour répondre à ses instincts de charognard que ce matin ce bon toutou nous a gratifiés, alors que nous prenions le café à la fraîcheur du matin sur la terrasse, d'un lièvre à l'état de décomposition déjà fortement avancée accompagné d'une bonne poignée d'asticots qui y avaient élu domicile. N'ayant plus vraiment goût à finir mon déjeuner c'est armée d'une pelle que je me suis dévouée pour aller jeter l'intrus au fond du bois, chez les voisins (enfin futurs voisins car on n'a pas encore vu les nouveaux propriétaires de la maison), en perdant néanmoins sur le trajet une patte, une oreille et la moitié de la tête.

 

La prochaine fois je prendrai une pelle plus grande. Bon appétit quand même.

 

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 13:29

 

Ce matin c'était le ballet des caravanes et des camions, le va-et-vient des forains qui rangent, démontent, replient matériel et engins. Après deux jours de festivités la place du village et ses vieilles pierres vont retrouver leur placidité et leur sérénité habituelles.

Malgré les années ces fêtes de village me semblent intemporelles tant elles ressemblent toujours à celles de mon enfance : certes les attractions changent quelque peu, se modernisent mais dans l'ensemble il y a des constantes que je retrouve et qui restent fidèles aux souvenirs que j'ai de ces mêmes fêtes d’antan, aussi loin que je me rappelle : la pêche aux canards, les auto-tamponneuses, le manège pour les petits, les stands de barbe-à-papa et autres friandises. La seule chose qui change c'est l'accompagnement sonore de ces attractions qui colle aux tubes de chaque été, mais à part ça... Les flonflons des bals populaires ne varient guère eux non plus, c'est à croire qu'il n'y a pas de création, de nouvelles compositions, dans le domaine de l'accordéon : ce sont toujours les mêmes succès qui font guincher sur le parquet installé pour l'occasion ! Sans doute ça rassure le public, et puis la génération dont fait partie la majorité de ces danseurs aime sans doute se plonger dans une certaine nostalgie et une intemporalité, histoire peut-être d'oublier le temps qui passe.

Cet épisode festif permet d'animer les villages, c'est plutôt une bonne chose même si on peste parfois parce qu'on est obligé de dormir avec les fenêtres fermées à cause du bruit : on devient grincheux en vieillissant ! En tous cas, que l'on participe à la fête ou pas il faut reconnaître que tous ceux qui s'en occupent ne chôment pas et se donnent à fond pour que la fête soit réussie pour chacun, forains et public, et ce sans en retirer la moindre gloire, bref avec une totale abnégation. Enfin presque, parce qu'il faut avouer que toutes ces préparations doivent être autant d'occasions de se retrouver autour d'un apéro et d'un bon repas (pas besoin de Facebook), il ne faut pas exagérer non plus ! Il n'empêche que sans le complet dévouement de toutes ces personnes il y a longtemps que toutes ces petites fêtes auraient disparu et que les campagnes, qui ne revivent souvent qu'en été, seraient encore plus mortes qu'elles ne le sont déjà. Là je ne parle pas de Teyssieu car j'ai toujours trouvé que pour un si petit village il y avait pas mal d'activités organisées tout au long de l'année qui permettent d'en faire un village assez dynamique au vu du peu d'habitants qui y résident en permanence : fête votive, brocante, journée du pain, marché de pays et j'en oublie permettent de ponctuer la vie locale de temps forts empreints de convivialité. D'ailleurs dimanche nous avons eu droit à un apéritif dînatoire offert par le comité des fêtes, occasion de se retrouver même si on ne se mêle pas forcément : à force de vivre sur notre petite colline d'où on domine le village on doit finir par devenir un peu sauvages...

Le dimanche nous avons emmené les petits faire quelques tours de manège et un peu de pêche aux canards, histoire d'entraîner le plus grand pour le concours de pêche (aux vrais poissons cette fois) auquel il doit participer chez ses grands-parents la semaine prochaine...C'est pas gagné !Je dois dire que je me suis un peu forcée parce que je n'ai jamais beaucoup aimé les fêtes foraines, même lorsque j'étais enfant : trop de bruit, de musique mêlées qui font qu'à force d'en entendre plusieurs en même temps on en entend finalement aucune, et sans doute aussi une certaine appréhension de la foule due à mes souvenirs de certaines fêtes, à Bretenoux ou Saint-Céré, où on ne pouvait circuler qu'avec difficultés tant cette foule était dense ; évidemment à Teyssieu rien de tel et c'est très bien comme ça, les enfants s'amusent tout aussi bien sans avoir l'angoisse de ne plus distinguer leurs parents aux milieu de tas d'inconnus. Le soir nous avons invité quelques amis comme chaque années pour dîner mais surtout pour admirer les feux d'artifices qui sont toujours très beaux, illuminant la tour médiévale et toutes les vieilles pierres alentour. J'ai eu une petite pensée pour la pauvre chouette effraie qui loge dans la tour et qui a dû avoir quelques frayeurs, la pauvre bête. De l'avis général de nos convives les feux de Teyssieu sont toujours très beaux et surpassent parfois même certains de communes voisines pourtant plus importantes. Personnellement je n'en ai pas souvent vu d'autres, ce n'est pas ma tasse de thé mais j'apprécie ceux qui se déroulent devant ma porte, d'autant plus que nous avons sans doute la meilleure vue sur ces feux de par la position de notre maison, et tous les ans pas mal de badauds viennent jusqu'au-dessous de chez nous pour être bien placés, sans avoir à trop lever la tête. Et nous depuis notre terrasse non seulement on a la meilleure place mais en plus on a des places assises ! Je ne sais pas comment le comité des fêtes s'y retrouve sur le plan financier car j'imagine que des feux d'artifice ça coûte vraiment très cher, surtout pour une petite commune comme Teyssieu, on apprécie donc d'autant plus le spectacle.

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 12:43

L'autre soir avec des amis, chacun discutait de ses problèmes de boulot. Oui car il faut dire qu'ils font partie des petits veinards qui en ont un de boulot, et pour certains même ce qu'on appelle "une très belle situation", pas un petit contrat kleenex comme le mien, mais  là n'est pas la question. Lorsque ce fut au tour de ma douce moitié, celui-ci se plaignit comme d'habitude de ses conditions de travail pas vraiment faciles il est vrai, mais ce n'est pas tant les conditions proprement dites qui le gênent (chaleur, odeurs et vapeurs de goudron...) mais plutôt l'ambiance délétère qui règne parfois lorsqu'ils ont le malheur de devoir faire un détour par le bureau. Petites guéguerres de petits chefs, ignorance voire mépris des desiderata légitimes des ouvriers, favoritisme et fayotage éhontés, etc.

Quand on lui a demandé si ce n'était tout de même pas mieux depuis qu'ils avaient été rachetés, la réponse négative n'a pas traîné. Il y a quelques années lorsqu'il est arrivé ici la boîte était une petite entreprise familiale, avec à peu près le même petit effectif mais avec une ambiance bien différente. Certes le patron était un peu soupe au lait et vif, la faute à ses origines méditerranéennes sans doute! Mais au moins il connaissait ses employés et avait du respect pour eux. Et pour ce qui est de l'aspect commercial les marchés se concluaient souvent après force ratafia, le patron ne négligeant aucune foire, aucune manifestation dans les villages pour se rappeler au bon souvenir des élus comme des particuliers, sponsorisant une équipe de foot par-ci, une fête votive par-là, n'arrêtant pas ses tractations aux samedis et aux dimanches. Bref un patron à l'ancienne et un carnet de commandes plein à craquer. Mais à l'heure de la retraite il a du vendre cette petite entreprise qui a été rachetée par une grosse boîte dont la succursale était basée à Aurillac et qui voulait s'implanter dans la région, bien sûr cette succursale appartenait à une division encore plus grande, d'une très grosse entreprise, elle-même faisant partie de l'énormissime groupe  à la tête duquel trône l'ami Martin, Bouygues le grand copain de Nicolas qui vient de lui refiler la légion d'honneur pour agrémenter un peu son costume-cravate. Au début bien sûr tout nouveau tout beau tout allait très bien dans le meilleur des mondes, mais rapidement les failles sont apparues et tout ce qui semblait si merveilleux s'est dégonflé comme une baudruche : comité d'entreprise inexistant ou inefficace, délégués du personnel "fictifs" et surtout dialogue inexistant avec les différentes hiérarchies. Avant quand le patron avait quelque chose à dire à un ouvrier ça ne traînait pas, il le prenait entre quat'z-yeux, ça criait un peu et c'était réglé, et pareil dans l'autre sens, on pouvait toujours discuter avec le patron. Maintenant ce ne sont plus que regards fuyants, chacun dans son coin et Dieu pour tous et s'il y quelque chose à dire il n'y a qu'à envoyer un courrier à Aurillac, voire plus haut selon la gravité de la chose tout en sachant pertinemment que cela restera lettre morte.

 

Bref les temps changent et si avant ils étaient considérés, aujourd'hui ils sont plutôt sidérés d'être pris pour des cons.

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 12:44

J'apprends ce midi aux informations qu'un incendie est survenu je ne sais plus dans quelle ville, suite à l'entrée inopinée et fort incongrue d'une fusée de feu d'artifice , jetée paraît-il depuis la rue par quelques jeunes probablement aussi allumés que le pétard incriminé: bilan un incendie et je crois une personne grièvement blessée.

Vous voudrez bien me pardonner toutes ces approximations mais la mi-journée est une heure très critique au niveau des décibels à la maison avec les enfants qui braillent, le chien qui gémit attendant sa pâtée et la vaisselle qui s'entrechoque dans l'évier.

 

Toujours est-il que je n'ai jamais compris le plaisir qu'on pouvait éprouver à faire péter des pétards et tous ces trucs qui ne font que du bruit. Déjà je me bouche au maximum les oreilles pour les feux d'artifice que je ne tolère que parce qu'ils offrent, en général, un beau spectacle. Mais les pétards, là je n'ai jamais compris et je déteste depuis toujours. Je suis toujours horrifiée quand je vois les gamins s'amuser avec ce que je considère, et je ne suis pas la seule, comme quelque chose de potentiellement très dangereux. Oui je sais je dois être une (future) vieille grincheuse, il n'empêche que chaque année quelques doigts voire des mains entières volent en éclats à cause de ces stupides pétards.

 

Bref que nous enseigne tout ceci ? Que la jeunesse est toujours aussi désoeuvrée, et que les  pétards c'est dangereux. C'est peut-être à cause de ma méfiance pour ces pétards-là que je n'ai jamais voulu fumer les autres...

Partager cet article
Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche