Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 19:21

Nicolas Sarkozy a dit qu'il ne reviendrait pas sur le bouclier fiscal. Et il semble renoncer à la taxe carbone qui avait tellement agacé les entreprises.

 

Bon alors quoi, c'est officiel, le Medef  a pris le pouvoir? On me dit jamais rien à moi...

Partager cet article

Repost0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 12:34

Petit problème mathématique:

Considèrant selon le rapport sur l'Assistance-Publique-Hôpitaux de Paris que le personnel est en surnombre de 40%  et sachant que partout ailleurs il y a une large pénurie de ce même personnel, calculez le chiffre réel des effectifs. Bonne chance.

 

 

Mais que fait la SPA?

La plus grande décharge à ciel ouvert européenne, près de Marseille, est définitivement fermée aujourd'hui. Mais qui va donner à manger aux milliers de goélands qui se régalaient sur les tas de sacs plastique?

 

 

L'hôpital qui se moque de la charité:

Besson aurait déclaré à propos de l'humoriste Stéphane Guillon  que ce dernier était un "lâche" et un "raciste". Le plus drôle des deux n'est peut-être pas celui qu'on croit.

Partager cet article

Repost0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 09:13

 

Il m'arrive extrêmement rarement de cliquer sur les messages qui atterrissent dans ma boîte à pré-ordures, c'est-à-dire celle des messages indésirables. Mais ça m'amuse parfois, c'est ainsi que j'en ai lu un ce matin dont le but est toujours le même évidemment: essayer d'extorquer d'une façon ou d'une autre des coordonnées personnelles, voire des identifiants et autres codes. Ce qui m'amuse dans ces missives c'est l'originalité dont font preuve leurs auteurs: on a déjà voulu faire appel à ma générosité en me faisant comprendre que je pouvais par ma participation contribuer à sauver une famille voire tout un pays (si si) et cette fois on fait appel à mon sens de la famille en prétendant qu'un  de ses membres est décédé il y a neuf mois et que bien sûr il me laisse un héritage considérable. Ce message émanant d'un correspondant malaisien et la diaspora de ma famille ne s'étendant guère au-delà des frontières de la région administrative ça m'a bien fait rire. Et quand je songe au caractère embryonnaire de ma fibre familiale c'est encore plus drôle je dois avouer.

Vraiment il y en a qui ne doutent de rien...

Partager cet article

Repost0
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 07:46

 femmedia.gif

"Surtout, je me suis demandé comment une jeune femme active et pas blanche pouvait bien lire les féminins d'aujourd'hui sans se sentir un peu exclue du jeu": ces propos sont extraits d'un article de Rue 89 dont l'auteur s'interrogeait sur la pertinence des magazines féminins et leur représentativité par rapport à certaines catégories de femmes.
Certes il est clair que pour ceux et celles qu'on appelle "les minorités" ces magazines ne sont pas des modèles de représentativité. Mais je dirais que c'est le cas pour le reste des femmes toutes origines confondues: les porte-manteaux présentés sur ces pages glacées n'ont rien à voir avec celle qu'on appelle "la femme de la rue" qui est partout et qu'on prend soin de n'exposer nulle part.
Personnellement je ne lis pas les magazines féminins (sauf chez la coiffeuse, histoire de connaître les derniers potins chez les people et de voir ce que je ne pourrai pas porter cette saison) car malgré le fait que je sois une femme (de la même race que celles du métro, voire d'une race encore plus ignorée vu que j'habite au fin fond de la campagne) je ne m'y reconnais absolument pas. Ces revues sont sensées exposer les préoccupations principales des femmes, or qu'y trouve-t-on: beauté, mode, cuisine, publicités envahissantes pour les cosmétiques et autres pièges à gogos, sans parler de ce matraquage saisonnier pour perdre tous ces kilos en trop, comme si c'était une obsession chez les femmes. J'ai bien le regret de dire à ces rédactrices qui se disent féministes qu'elles se fourrent le doigt dans l'oeil et font plus CONTRE les femmes que tous les machos réunis. Car si on doit déduire l'image de la femme de la presse qui lui est destinée, hé bien on ne peut pas faire plus réducteur: la femme selon Elle, Marie-Claire et Cie est perpétuellement au régime tout en cuisinant et se pomponnant comme une gentille bobonne qu'elle doit être.
Au lieu de s'insurger stupidement pour qu'on mette un -e ridicule au mot "auteur" ou de se mettre vainement la rate au court-bouillon pour savoir si l'allaitement maternel est une aliénation, ces pseudo-féministes feraient mieux de pointer du doigt toutes les potiches qui peuplent les plateaux de télévision, pseudo-chroniqueuses recrutées sur leur faciès afin de décorer un peu les émissions ou encore les "hôtesses" des salons automobiles et autres. Ce n'est qu'un exemple, le chantier est immense. Et utopique?

Partager cet article

Repost0
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 12:20
image001.jpg
Ma foi c'est vrai qu'il y a comme un ressemblance. Au moins Laurel et Hardy nous font rire, eux...
Merci à mon voisin pour cette image.

Partager cet article

Repost0
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 15:33
La vigne 

Il y a quelques jours en passant près de leur propriété je me suis arrêtée un instant pour saluer mes parents. Du haut de la vigne j'ai pu assister à ce que je redoutais et espérais en même temps: mon père était en train d'arracher sa vigne. Du moins le dernier lopin qui lui en restait.

Autrefois mes grands-parents, comme tous les petits paysans (je ne sais pas pourquoi je précise, car ils étaient en ce temps tous des « petits » paysans) possédaient pas mal de vigne, suffisamment pour leur consommation personnelle et ils arrivaient même à en vendre un peu, leur cru semblait même être apprécié d'après ce que j'ai entendu raconter. Toute mon enfance a été rythmée par les travaux agricoles qui revenaient avec les saisons, comme les moissons, la récolte des noix et donc aussi les vendanges. C'était toujours des moments de convivialité où la famille et les voisins venaient se donner un coup de main qui serait rendu en temps voulu. Bien sûr avec les années tout cela me semblait plus une contrainte qu'un moment privilégié de partage: disons-le carrément, adolescente tout cela me « gavait » allègrement.

Mais voir mon père arracher ce qui lui restait de vigne, l'autre jour, cela m'a fait quelque chose. Je sais que c'est une décision plus que mûrement réfléchie et qu'il n'a que trop retardée, car ils sont âgés et le plaisir et la satisfaction qu'il tirait de ce qui était devenu une des principales occupations de sa longue retraite allait de pair avec la fatigue supportée par ma mère qui était responsable de la taille et d'une grande partie des soins prodigués à cette culture qu'elle avait fini par maudire. Pour ce qui est de la perte du seul vin que buvait mon père, et encore en si petite quantité, ce n'en est pas vraiment une car les cuves étant devenues démesurément grandes pour le peu de vin qu'il y mettait celui-ci avait fini par devenir une infâme piquette qu'il était le seul à pouvoir ingurgiter et que ma mère faisait passer régulièrement dans le vinaigrier. Et il peut toujours compter sur ses voisins pour lui fournir le peu de vin qui suffit à ses repas. Du moins tant que ses voisins , bien âgés eux aussi, continueront de faire du vin, ce qui ne durera pas éternellement.

C'est donc une résolution qu'il devait finir par prendre un jour ou l'autre mais s'il l'avait tant retardée c'est qu'avec la fin de cette vigne c'est tout un pan de l'histoire de sa famille, aussi modestes soient-elles cette famille et cette histoire, qui prend fin, des années de labeur à soigner cette vigne, et Dieu sait si le raisin demande vraiment beaucoup de soins et d'attentions, pour voir finalement tout cela s'évanouir, disparaître sans bruit mais avec sans doute de gros pincements aux cœurs.

Avec cette génération disparaîtra également le droit de faire un peu d'alcool, à condition de trouver encore quelque bouilleur de cru, qui disparaîtront eux aussi dans peu de temps faute de pouvoir céder leurs droits, et je me demande avec quelle gnôle immonde ou insipide nous seront obligés de faire notre Ratafia maison bien bio et artisanal comme on l'aimait.

Partager cet article

Repost0
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 00:00
 

Parfois ça fait du bien un peu de vanité. Oui j'avoue je me la pète un peu: je viens de voir mon nom en dédicace sur un livre dont j'ai corrigé le manuscrit.

Ah ce que ça fait bizarre de voir son petit nom, à soi, avec tout ce qu'il trimballe d'ancêtres derrière lui, en page intérieure d'un ouvrage, juste après les dédicaces à la famille et aux êtres chers. Ah oui ça fait vraiment une drôle d'impression, d'autant plus que ce livre on n'y a participé que de très loin finalement, et qu'en plus on n'adhère pas forcément aux propos énoncés par l'auteur. Mais mon auteur à moi est très honnête et il m'a demandé la permission de citer mon nom, et j'aurais sans doute refusé s'il s'était agit d'être associé à une œuvre dont j'aurais désapprouvé le fond. D'ailleurs je pense que j'aurais refusé le travail dès le départ, par honnêteté intellectuelle. Si si ça existe encore. Alors oui c'est vrai ça fait du bien de temps en temps de voir son petit égo regonflé, ça donne du baume au cœur, ça vous conforte dans l'idée de poursuivre dans la voie qu'on s'est choisie.

Aussi loin que je me rappelle, ayant toujours aimé les livres et l'écriture, je me faisais souvent la promesse de publier un jour un ouvrage, fut-il un livre de cuisine, car je n'ai jamais rêvé (du moins pas au-delà de l'adolescence) de devenir une romancière célèbre: au fil du temps ma seule ambition se bornait à voir mon nom sur un ouvrage, pas plus. Devenue adulte ce rêve s'est doucement évanoui, sans aucun regret ni frustration, il s'en est allé sur la pointe des pieds comme une vague connaissance qu'on perd de vue petit à petit, insensiblement, et sans qu'on s'en aperçoive, puis un jour on se dit simplement « Tiens, il n'est plus là ».

Alors c'est vrai qu'aujourd'hui, voir mon nom dans une publication ça me fait plaisir et ça me permet de renouer d'une certaine façon avec ce petit rêve évanoui, je ne vais pas bouder mon plaisir.

Mais ce qui me procure surtout de la fierté c'est de savoir que mon client était très satisfait de mes services et de voir qu'il m'exprime ainsi sa profonde gratitude: la fierté d'avoir bien accompli son travail, pour moi c'est là l'essentiel.

Partager cet article

Repost0
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 15:23

Aujourd'hui nous fêtons les Larissa. Bonne fête à tous les couscous.

Partager cet article

Repost0
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 07:18


Lors de la séance intensive de zapping d'hier je me me suis arrêtée sur l'émission de M6 Capital Terre qui essayait de montrer à quel point notre façon moderne de nous alimenter avait un impact des plus désastreux sur l'environnement. C'était un peu enfoncer des portes ouvertes cependant ça fait toujours du bien une petite piqûre de rappel. J'ai pris l'émission en cours de route et j'ai vu la fin d'un reportage sur les élevages intensifs de boeufs aux États-Unis: des milliers des bêtes concentrées dans des enclos, pas la moindre trace du plus petit brin d'herbe (ni d'arbre ou quoi que ce soit de végétal d'ailleurs), un sol uniquement composé de déjections qui vont allègrement polluer les sols et les nappes phréatiques qui sont dessous (ces pauvres bêtes étant bien sûr bourrées d'hormones de croissance et d'antibiotiques). À la fin du reportage une petite visite au ministère de l'agriculture de l'Idaho montre à quel point le gouvernement protège les intérêts financiers de ces industriels de la viande plutôt que la protection de l'environnement, et encore moins celle du citoyen cela va de soi. Tout ceci est fort navrant mais hélas je ne fus pas surprise.
La suite de l'émission allait crecendo dans la dénonciation de l'absurdité de notre consommation. On essayait de nous montrer que nous consommateurs devions être très vigilants lorsque nous consommions, et que même en faisant attention et en croyant privilégier les produits n'ayant pas trop voyagé on pouvait se fourrer le doigt dans l'oeil: c'est ainsi que j'ai appris que des langoustines pêchées près des côtes d'Irlande étaient acheminées vers le Viêt-Nam pour y être décortiquées par une main d'oeuvre pas chère avant d'être réexpédiées en Europe jusque dans nos assiettes. Inutile de dire comment l'indice carbone doit flamber autant que les langoustines dans la poële. On marche sur la tête.
Mais c'est pas tout car dans un autre reportage j'ai découvert que les pays émergents comme la Chine et l'Inde n'ont pas assez de terres agricoles pour produire suffisamment, ils se sont donc mis à prospecter des terrains dans des pays étrangers: c'est ainsi qu'on nous montre dans le dernier reportage un grand industriel indien qui exploite des milliers d'hectares de terres cultivables...en Éthiopie. Oui, en Éthiopie! Comme vous peut-être ce pays pour moi c'était une gigantesque désert aride où rien ne pousse et où tout le monde meurt de faim. Que nenni point du tout: ce pays regorge de terres fertiles, boisées et bien vertes qui ressemblent par endroit à la Beauce...ne riez pas, je vous jure que c'est vrai. Alors les petits paysans qui exploitaient ces riches terres et vivaient convenablement de leur production en la vendant sur les marchés locaux ont bien sûr été expropriés, sans indemnisation cela va de soi, afin que l'état récupère les terres pour les louer aux investisseurs étrangers sous prétexte que cela donne du travail aux populations locales. Oui sauf que les Éthiopiens qui travaillent sur ces exploitations géantes sont payés une misère, vivent moins bien qu'avant et ne peuvent même pas s'acheter ce qu'ils produisent puisque c'est destiné à la consommation étrangère. Le gouvernement laisse donc mourir de faim sa population (la majorité ne survit que grâce à l'aide alimentaire internationale) pendant que les terres servent à nourrir les consommateurs à l'autre bout du monde. Quand je vous dis qu'on marche sur la tête.
Ce qui est totalement décourageant c'est de constater que même lorsque l'on essaye de faire attention en consommant pas exemple des produits qu'on peut croire relativement "locaux" on peut tout de même se tromper et être trompé dans notre démarche: ainsi un produit estampillé "produit en France" peut en fait avoir transité par d'autres pays pour son conditionnement par exemple.

Bon ce soir je vais faire mes courses, vu le temps qu'il va me falloir pour tenter de lire les étiquettes, je ne suis pas rendue...
Quand je vous dis qu'on marche sur la tête.

Partager cet article

Repost0
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 08:40

Comment appeler la police quand vous êtes vieux et que vous n'êtes plus très mobile... 

Georges DURANT, un homme d'un certain âge vivant à Aubervillers,  allait se coucher quand sa femme lui dit qu' il avait laissé la lumière dans l' abri de jardin qu' elle pouvait voir depuis la fenêtre de la chambre.
Georges ouvrit la porte arrière de sa maison pour aller éteindre, mais il vit qu' il y avait des personnes dans l'abri en train de voler du matériel. Il appela alors la police qui lui demanda : 
"Quelqu'un s'est-il introduit chez vous ?"
- Non, mais des gens sont en train de me voler après s'être introduits dans ma cabane de jardin  
- Toutes nos patrouilles sont occupées il faut vous enfermer, et un officier passera dès qu'il sera libre". 

Georges raccrocha, attendit 30 secondes et rappela la police :
"Bonjour, je viens de vous appeler pour des voleurs dans mon abri de jardin.... Ne vous inquiétez plus à ce propos... je les ai tués". 
  Puis il raccrocha.

Dans les cinq minutes qui suivirent, six voitures de police, une équipe de tireurs d'élite, un hélicoptère, deux camions de pompiers, une ambulance et le SAMU local se présentèrent devant son domicile, et les voleurs furent pris en flagrant délit.
 
 Un policier lui dit :

" Je croyais que vous les aviez tués ?...

- Et moi je croyais que vous n'aviez personne de disponible !!!..."  
 
 
Moralité : Faut pas emmerder les vieux !

PS: Je me demande ce que ce sera lorsque comme prévu un fonctionnaire sur deux partant à la retraite ne sera pas remplacé...

Partager cet article

Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche