Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 14:43

@ Yahoo! Video

Voici une vieille video de mon idole depuis 1988, John Mellencamp, chanteur américain aussi connu chez lui que Springsteen, très engagé politiquement et socialement, initiateur du farm Aid qui vient en aide aux agriculteurs acculés par les banques et dépouillés par le système financier capitaliste. Complètement hors du star-système il vit toujours dans la ville où il est né, n'a jamais cédé au sirènes du show-biz, n'a jamais pris la grosse tête malgré une popularité jamais démentie depuis les années 80. Bref un type qui gagne vraiement à être connu.
Pour les non anglophiles (voire les anglophobes!) le texte de cette chanson est à peu près celui-ci: "Je suis né dans une petite ville, et je vis dans un petite ville, je mourrais probablement dans cette petite ville; mes amis vivent dans cette petite ville, mon travail est dans cette petite ville" etc. Bref un hymne à son petit coin de campagne qui contraste avec l'image des Etats-Unis telle qu'on peut l'avoir ici. C'est un peu leur Francis Cabrel à eux, mais sur un air furieusement rock'n roll et militant.
Partager cet article
Repost0
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 13:45

Après Nicolas-Le-Petit, voici venir l'Enfant-Jean: un Sarkozy pouvant en cacher un autre, le fils-de brigue la présidence de l'Epad, histoire d'être lui aussi président de quelque chose!
Au nom du père, du  fils...et des pas-sains-d'esprit...

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 13:09

J'aime beaucoup les petites routes pour toutes les surprises et les charmes qu'elles recèlent comme cette jolie route qui mène à Saint-céré depuis mon petit village et que l'on appelle "la route du Pont du Bois", simplement parce qu'elle enjambe au milieu des bois le petit ruisseau du Mamoul. L'autre jour en flânant (rappelez-vous, c'est le jour où je n'étais pas pressée)  j'ai enfin pris le temps de m'arrêter: personne pour me demander médusé "Ben alors qu'est-ce que tu fabriques?", pas de gamin qui s'impatiente au bout de 30 secondes et qui supplie "Je peux descendre?! "...bref la PAIX, et en plus le beau temps (oui, car il y a des chances que je ne me sois pas permis cette halte sous la pluie, faut pas exagérer), idéal pour prendre quelques clichés.


Une petite route qui serpente au fond d'une gorge boisée du Ségala, creusée à travers le rocher pour monter vers l'Auvergne. Autrefois très fréquentée les jours de foires  elle est devenue plus paisible et il est rare d'y rencontrer beaucoup de voitures, sauf quelques habitués à qui l'étroitesse de la voie ne fait pas peur...et quelques touristes égarés!



Un petit ouvrage sur le cours du Mamoul, gentil petit ruisseau, jadis poissonneux, qui prend sa source à Sousceyrac et ondule au milieu des bois pour aller rejoindre la noble Dordogne près de Prudhomat.


Un simple tronc enjambe le ruisseau, comme un pont que la nature aurait jeté elle-même à côté du pont des hommes...

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 13:31

L'autre jour, après avoir déposé les garçons à l'école et en chemin pour aller amener ma fille chez sa nounou j'ai du emprunter une route secondaire, la principale étant coupée par un petit chantier. La route que je prends d'habitude est bien sûr plus rapide et directe mais sans aucun charme il faut bien le dire. N'étant pas pressée j'étais donc ravie de prendre ce chemin de traverse, que je connaissais déjà mais le long duquel je n'avais jamais pris le temps de flâner. Le long de cette route qui suit les déambulations de la Cère on trouve un petit barrage, une petite centrale abandonnée depuis bien longtemps et juste avant d'arriver au village de Gagnac il y a le cimetière avec ses tombes pelotonnées autour d'une vieille chapelle qui m'intriguait depuis bien longtemps: en effet il y a déjà une vieille église dans le bourg du village, alors je trouvais assez curieux qu'il y en ait une autre, surtout à cet endroit. Le portail du cimetière était ouvert, alors je suis allée voir ça de plus près et les explications placardées sur le monument m'ont éclairée.





C'est donc l'église Notre-Dame, encore appelée église de la Bessonnie ou tout logiquement Chapelle du cimetière. Il ne s'agit en fait que des restes d'une église qui daterait du XIVe ou XVe siècle et qui aurait servi au culte catholique pendant les Guerres de Religions, l'église Saint-Martin du bourg étant réservée aux Protestants. Le batiment semble coupé en deux, amputé de sa plus grande partie, la nef, dont on devine cependant encore les traces sur la façade, voûte grossièrement rebouchée on ne sait trop à quelle époque. Grâce aux quelques recherches que j'ai faites pour rédiger cet article (curiosité mais aussi respect pour mes lecteurs...)j'ai appris que Gagnac se trouvait au Moyen-Âge sur une importante route du sel, sur le chemin entre l'Aquitaine et l'Auvergne, itinéraire important si l'on en juge pas l'existence d'un port subsistant encore dans le nom du village de l'autre côté du pont:  "Port-de-Gagnac"...

J'aime bien visiter les cimetières, non pas que je sois nécrophile, ou que j'aie un penchant gothique ou quoique ce soit dans le genre mais simplement je trouve que les sentiments humains y sont bien représentés et restent toujours vivaces au-delà de la mort: ainsi la vanité est quelque chose qui est récurrent dans les cimetières, ne voit-on pas en effet des tas de tombes plus somptueuses les unes que les autres, pour ne pas dire pompeuses pour certaines, tout ça pour montrer aux vivants combien on aimait l'être disparu, alors que bien souvent ce n'est qu'hypocrisie et qu'il ne s'agit en fait que d'étaler encore ses richesses jusque dans la mort. Les cimetières anglo-saxons présentent cet avantage sur les nôtres que tous les morts y sont logés à la même enseigne: une simple pierre tombale à même le sol, sans fioritures, la pelouse comme simple dalle recouvrant les cerceuils.


Mais la vanité est chose bien futile et fugace, le temps se charge de lui régler son compte, c'est ainsi qu'au bout d'un moment les morts sombrent dans l'oubli, comme en témoignent ces deux clichés: tombe à l'abandon récent pour l'une , et oubli total pour l'autre, un panneau de la mairie invitant quiconque connaissant cette sépulture à bien vouloir prendre contact ...histoire de laisser la place à d'autres j'imagine... TEMPUS FUGIT comme dit l'autre.

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 14:08

Avant d'arriver au Lac du Causse, près de Chasteaux, on passe dans Le Soulier,  joli petit village dans lequel se rejoignent deux cours d'eau, le Sorpt et la Couze qui alimente le lac.


Le Sorpt gambade de cascades en cascades avant de rejoindre la Couze

A différents endroits de ce Causse corrézien on peut observer des grottes et autres cavités comme celle creusée dans la falaise calcaire qui surplombe le village du Soulier:




Le petit pont qu'on emprunte pour faire le tour du lac: si simple, si sobre, tellement charmant.


Depuis le chemin qui longe le Lac du Causse, en levant les yeux on voit le village de Chasteaux avec son clocher qui domine, mais un peu plus loin  se dresse une tour carrée entourée de ruines: ce sont celles du chateau de  Couzage, du XIII ou XIV siècle (querelle de spécialistes!) qui domine le lac:


Ruines du château de Couzage

Après cette nouvelle sortie en Corrèze on s'est dit qu'on allait un peu changer de département et essayer de trouver des balades sympas à faire "par chez nous", ça va nous changer d'air! Peu importe l'endroit de toutes façons l'important c'est d'être entre amis et de sortir de la maison pour profiter des dernièrs beaux jours.

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 11:34

Nouveau périple en Corrèze ce dimanche où nous nous sommes rendus sur le causse corrézien, car oui il existe un causse en Corrèze, j'ai découvert ça ce week-end. Connaissant le causse du Lot, et étant un peu chauvine, je l'avoue, je me disais "Pfff, du causse en Corrèze, les copieurs, sans doute un petit coin de cailloux, pas plus". He bien non, certes ça n'est pas comparable avec les paysages désertiques et parfois lunaires rencontrés du côté de Gramat, mais je dois dire que lorsqu'on arrive à Chasteaux et qu'on se trouve face à "la montagne pelée", la bien nommée, colline dénudée et rocheuse, comme surgie de nulle part, force est de constater que c'est quand même plus qu'un tas de cailloux: on dirait qu'un morceau de causse de Gramat est venu s'encastrer entre deux collines vertes et boisées de la vallée de la Dordogne, c'est très curieux.


En cherchant le Lac du Causse, ou étang de Chasteaux,sur la commune de Lissac (logique), nous nous sommes bien sûr égarés et nous sommes retrouvés en haut du village de Chasteaux, face à un groupe de randonneurs hilares devant ces deux voitures paumées ...dans un cul de sac! Certes la vue qu'on a depuis le village est superbe, mais ils devraient signaler que ça n'est absolument pas pratiquable en voiture (sauf en Mini ou Twingo mais certainement pas avec notre bétaillère!). Enfin c'est pas grave: comme on était là-haut on s'est garé tant bien que mal et on a profité du panorama!


Vue sur la vallée et un petit coin du lac depuis le porche de l'église de Chasteaux qui date  du XVe.


Le lac vu depuis l'église de Chasteaux

"Sept kilomètres à pieds, ça use ça use...": belle balade que ce tour du lac, mais on est quand même bien content quand on aperçoit la voiture! Lac ou étang, les deux appellations cohabitent pour cette étendue d'eau qui fait tout de même une centaine d'hectares et sur laquelle se déroulent des compétitions internationales (oui madame) d'aviron ainsi que des régates, en plus de toutes les activités de loisirs classiques comme la baignade ou le pédalo .



Le village de Chasteaux vu depuis le lac et  le moulin de Lissac.






Un petit bateau, des petites vagues...il n'y a plus qu'à remplacer les canards par des mouettes et on se croirait presque au bord de la mer!


Un dimanche au bord de l'eau...


Coucher de soleil sur le lac

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 14:38

Dessin de Jehanno
Facebook, Facebook, je n'entends plus parler que de ça: tout le monde est donc sur Facebook? Vous y êtes, vous? moi pas, et j'ai l'impression de passer pour une extra-terrestre... J'ai déjà une famille, c'est suffisamment dur à supporter parfois, je me suis volontairement flanqué d'une belle-famille (no comment), j'ai fondé le plus beau réseau social en me fendant (c'est le cas de le dire, merci les césariennes) de trois petits lardons...alors je ne vois pas pourquoi j'irai me laisser embrigader dans une immense communauté comme Facebook!
Non, en fait c'est beaucoup trop grand pour moi, ça n'est pas du tout à ma dimension, je suis limite agoraphobe, je l'ai déjà dit. Avoir des amis c'est super, choisis et fidèles c'est le mieux, éventuellement faire connaissance avec les amis de ses amis, d'accord. Maintenant, connaître les amis des amis des amis des amis des amis des amis des amis des amis de ses amis...bof, ça fait bien trop de monde pour moi.

En cherchant une image pour illustrer mon billet je sui tombée sur un article qui me donne encore une bonne raison de ne pas être sur "fesse-bouc"!

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 14:27

 De son origine médiévale il ne reste guère du château de Sédières, sur la commune de Clergoux (entre Egletons et Tulle), que les tours à échauguettes et une entrée à pont-levis; il fut entièrement remanié au XV puis au fil des siècles jusqu'à présenter l'aspect Renaissance qui domine aujourd'hui. Après la Renaissance il connaît diverses phases d'abandons, et finalement en 1960 il est racheté par le Conseil Général de Corrèze qui procède alors à sa restauration. Aujourd'hui il accueille des congrès et diverses manifestations culturelles. Malheureusement il était assez tard lorsque nous y sommes arrivés, c'était notre dernière étape de la journée, nous nous sommes donc contentés de faire le tour du château mais c'est dommage car il est situé au cœur d'un grand parc jalonné de bois et de plusieurs étangs, il y a donc de quoi passer toute une journée à flâner, marcher, pique-niquer, rêvasser...il faut qu'on y retourne, c'est sûr!

Ce n'est pas spécialement le type de monument qui me ravit, car comme je l'ai dit précédemment, je préfère les ruines, ça me laisse davantage rêveuse, mais néanmoins ne boudons pas notre plaisir c'est quand même un très beau château. En fait j'ai une telle préférence pour le Moyen-Âge que tout ce qui date d'après le XVIe me semble trop...comment dire? ...beaucoup trop neuf !








Partager cet article
Repost0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 10:56

Situé entre Soursac et Lapleau, en Corrèze, le viaduc des Rochers Noirs, appelé aussi Roche Taillade a été inauguré par Poincaré en 1913. Sa construction  en 1911 a permis de placer un pont entre les deux escarpements rocheux bordant la Luzège une centaine de mètres plus bas. Long de 150 mètres on y accède côté Soursac par un tunnel long quant à lui de 123m . De sa construction jusqu'en 1959 il permet le passage du tramway , le "Transcorrésien", reliant Tulle à Ussel, ensuite il est transformé en départementale en 1960, puis en voie uniquement piétonne en 1983 et sera classé monument historique en 2000. Ses câbles ont été remplacés en 1985 mais d'autres travaux sont nécessaires à sa remise en état, d'ailleurs sa dangerosité fait qu'il est fermé par des grillages qui interdisent sa traversée à pied... viaduc fermé, Ventadour fermé, pas de bol!





Je précise que la photo est habilement prise entre les (grosses) mailles du grillage...je ne suis pas suicidaire!



La vallée de la Luzège vue du viaduc ...ho, c'est haut...









Je ne résite pas au plaisir de mettre ces cartes postales anciennes datant de la construction: au sommet des pylones on aperçoit les ouvriers, véritables héros qui travaillaient sans filets et pour un salaire de misère probablement, heureusement tout ça a bien changé (quoique?).











 Comme on le voit sur ce cliché il y avait mêmes des enfants qui travaillaient sur le chantier. Quand on pense que toute cette roche (123 mètres de tunnel!) a été creusée à la main, on peut dire que c'était de véritables bagnards!











Partager cet article
Repost0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 09:43

J'ai vu hier aux infos un petit sujet sur la personnalité du président de la Guinée, personnalité à l'origine de la révolte  dans le pays, tout logiquement réprimée par un président militaire (qu'est-ce qu'on peut attendre d'autre?): donc j'ai appris que cet homme avide de pouvoir traitait ses ministres et autres sous-fifres comme des chiens et les tançait en public devant les caméras (son exercice favori) en les humiliant comme des gamins, on l'a même vu humilier et laisser sans voix un ambassadeur de je ne sais plus quel pays qui l'avait interpelé. Bref un type charmant totalement ivre de pouvoir, imbu de sa personne et méprisant envers à peu près tout le monde.
Et là revient en ma mémoire l'attitude de Sarkozy, un vrai démocrate lui, hein, après son interview à New-York qui dans les coulisses s'en est pris à Kouchner, puis à Arlette Chabot et la télévision publique en général à travers elle, l'humiliant telle une gamine pendant un quart d'heure, montrant au passage sa méconnaissance totale de ce à quoi il s'attaquait : de la même façon qu'il avait affirmé que l' Afrique n'avait pas d'Histoire, il a reproché à France-Télévision de ne pas avoir d'émissions politiques...quand l'ignorance et le pouvoir se cotoient en un seul homme. Bref un type charmant totalement ivre de pouvoir, imbu de sa personne et méprisant envers à peu près tout le monde.

Partager cet article
Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche