Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 07:12

Alors là chapeau: la direction de l'entreprise qui a lancé la "mode du suicide" dixit son propre directeur, Didier Lombard, a trouvé la parade pour que le 24e suicide d'un de ses employés soit le dernier, comme relaté dans cet article du Nouvel Obs. Pas plus tard qu'hier j'entendais dire qu'ils allaient trouver une façon plus humaine de manager leurs salariés, et voilà leur réponse: pas de fenêtres qui s'ouvrent ou de passerelles accessibles...il fallait y penser! Sûr que de rester enfermer physiquement dans un bureau où on exerce un boulot où on se sent déjà enfermé mentalement ça va les aider à aller beaucoup mieux! Finalement c'est un placard géant, non? cependant je voudrais alerter la direction sur une faille dans leur système: quid des techniciens qui s'occupent de la maintenance des lignes? Parce que c'est haut un poteau, en se débrouillant bien on peut facilement se tuer...Ah oui mais j'oubliais qu'ils avaient déjà trouvé la parade il y a longtemps puisque ce sont des sous-traitants privés qui s'occupent de ça.
Qu'est-ce qu'ils sont malins chez France-Télécom, un exemple à suivre pour tous les dirigeants d'entreprises...

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 20:43

Après un détour par l'Auvergne pour faire une halte au barrage de l'Aigle nous sommes redescendus de la montagne (pas à cheval) pour aller visiter les ruines du château de Ventadour, en Corrèze. Depuis la route on voit se dessiner, blanche, lumineuse et se découpant sur le ciel , la silouhette majestueuse de ce qui fut sans doute une assez grande construction si l'on en juge par les ruines qui subsistent. Personnellement je suis toujours plus impressionnée par des ruines que par un monument, si beau soit-il, lorsqu'il est entier: quand on est face à des vestiges on peut laisser libre cours à son imagination, écouter les pierres  raconter leur histoire et se mettre à reconstruire les châteaux à sa guise...





Cette place forte datant du XIe siècle a été prise par les Anglais pendant la Guerre de Cent Ans, puis le château fut dépecé à la Révolution Française, comme bien d'autres, et ses pierres servirent aux constructions alentour.

Ce site est lié au plus important troubadour limousin, Bernart de Ventadour, un fils de domestiques du château pour lequel le seigneur Elbles II se serait pris d'affection...les différentes versions romancées de la vie du poète laissent entendre qu'il serait plutôt son "bâtard", voire celui de Guillaume IX d'Aquitaine, un autre fameux troubadour...
Malheureusement nous n'avons pas pu aller nous promener parmi ces vieilles pierres pour entendre résonner au fond des ruines les échos lointains des fêtes médiévales et des ballades occitanes des troubadours et des ménestrels...car le site était fermé. Dommage.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 19:56

Il paraît que Sarkozy vient de nouveau de recevoir une balle...dommage que ce ne soit encore que par voie postale.

BALLE PAR COURRIER.jpg

Dessin honteusement piqué sur le blog de Chimulus, allez donc y jeter un oeil...

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 13:49

Nouvelle promenade ce dimanche où nous avons voyagé sur pas moins de 3 départements (de l'avantage d'habiter aux frontières!): départ du Lot, passage en Corrèze pour aller boire le café chez nos amis, déjeuner dans le Cantal à Spontour, petite halte au barrage de l'Aigle, tours et détours (merci Riton : et la taxe carbone bon dieu!) du côté de Mauriac, retour vers la Corrèze pour aller voir les ruines du château de Ventadour et dernière visite au château de Sédières...ça s'appelle "optimiser ses déplacements"! On est casaniers, c'est vrai, mais quand on sort, même si on ne va pas loin au moins on en prend plein les mirettes.
















Le barrage de l'Aigle, dit "barrage de la résistance" car il abrita dès le début de la guerre parmi ses ouvriers des prisonniers évadés, des militants anti-fascistes venus d'Espagne et  d'Italie, puis l'équipe du barrage participa à un réseau clandestin.





Le rocher qui surplombe la construction et dont la légende dit qu'il abritait des aigles, d'où le nom donné au barrage: il ne s'agissait peut-être que de gros éperviers, mais "barrage de l'épervier" c'est sûr en ces temps troublés ça faisait moins guerrier, quoique...







D'autres photos en cliquant ICI.




La Dordogne en amont du barrage



La Dordogne en aval du barrage

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 12:28
 

Il y a quelques jours je suis allée rencontrer un homme qui m'avait contacté afin de corriger un manuscrit dans le cadre de mon activité d'écrivain public. Je vais donc rencontrer cet homme et je découvre que son livre est parfaitement abouti et prêt à être édité, néanmoins comme il s'agit d'un travail de près de 14 ans retraçant l'histoire de toute sa famille depuis la déportation pour esclavge des côtes africaines ( et aussi bien au-delà puisqu'il retrace l'histoire de toute une partie de l'Afrique depuis l'Antiquité) à l'arrivée, en hommes libérés, dans ce qui deviendra la Guyane française, puis jusqu'à aujourd'hui, il désire le faire relire par un oeil extérieur. Evidemment j'ai été très impressionnée par le sujet, auquel je ne m'attendais pas tant nous sommes, nous pauvres occidentaux, ignorants de l'histoire des autres continents, notamment l'Afrique pour laquelle nous avons bien trop souvent un regard condescendant et paternaliste (vieux restes du passé colonisateur de la France), mais surtout par l'ampleur du travail que cet ouvrage avait demandé à son auteur.

Mais ce que j'ai appris par la suite m'a impressionné d'une toute autre manière. Noel Némouthé, c'est le nom de cet auteur, m'a montré son projet de livre suivant, dont il a écrit une bonne moitié, et qui se présente comme un ouvrage bien plus politique: il y raconte en effet comment il a été passé à tabac par des personnes du service d'ordre de Sarkozy lors d'une visite en Guyane, comment toutes ces péripéties (il risque aujourd'hui de terminer tétraplégique) ont été étouffées, son combat pour faire reconnaître cette agression dont il a été victime. Les faits remontent à 2008 après les élections législatives qui ont vu en Guyane la défaite d'un candidat UMP opposé à Némouthé, c'est là l'origine de son agression. Son interpellation plus que musclée (écrasement de la colonne, genou brisé, sans compter les multiples contusions , un arrêt cardiaque et l'absence volontaire de soins) a eu lieu alors qu'il n'y avait aucune manifestation d'hostilité ni de la part du public ni de la part de Némouthé, tous simplement venus regarder le président pour sa première visite en tant que tel en Guyane. Rapatrié sanitaire en France et examiné par plusieurs médecins qui ont attesté de la gravité de son cas Noel Némouthé a pourtant été mis à la porte de l'Hôpital Européen Pompidou alors que les pompiers, sur l'ordre de pas moins de 3 médecins l'avaient amené en urgence. S'en est suivi toute une suite de péripéties plus consternantes les unes que les autres et qui montrent toutes à quel point cet homme est une double victime: victime d'une agression parfaitement abjecte et inadmissible d'autant plus qu'elle implique le plus haut personnage de l'Etat, et victime de toutes les bassesses de différents acteurs politiques, en France comme en Guyane, afin d'étouffer toute cette affaire qui lorsqu'elle sera révélée, car il FAUT qu'elle le soit, ne manquera pas de déranger en très très haut lieu.
Noël Némouthé a pu récupérer une vidéo de son interpellation prise par un passant, visible ICI.


Cette rencontre avec Noel Némouthé m'a fait connaître un homme très cultivé et chaleureux, passionné autant que passionnant, plein d'amour pour son pays (la France puisque la Guyane est un département français au même titre que le Lot),ses racines africaines, plein d'espoir et de confiance en la justice malgré tous ces malheurs, mais surtout m'a permis de prendre conscience de la gravité de certaines choses que l'on nous cache et du caractère digne d'une dictature que prend parfois le fonctionnement d'un pays que je croyais pourtant être une belle démocratie. Noel Nemouthé a rencontré des journalistes récemment et j'attends avec impatience que l'on se mette à parler enfin de son affaire. Comme je suis d'un naturel sceptique je ne redoute qu'une chose c'est que tous ses efforts soient vains et que tout finisse par être définitivement étouffé, auquel cas j'aurais définitivement perdu toute confiance en la justice et en la démocratie.

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 07:18


3ATHEESAprès la Jungle de Calais les amis de Besson semblent vouloir s'attaquer à la Grotte de Lourdes: au moins, maintenant qu'ils sont prévenus, les pèlerins en provenance de certains pays (rien à voir avec le délit de faciès, hein) sauront quoi faire comme prière...

L'évêque tel Ponce Pilate s'en lave les mains et aurait déclaré qu'il ne voulait pas mélanger la religion et la politique...la charité chrétienne, décidément, ça n'est plus ce que c'était.

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 19:55

Diantre, tout n'est donc pas tout rose dans les ministères, même le plus vert d'entre eux! Jetez-donc un oeil sur cet article et vous verrez qu'à France-Télécom ils n'ont rien inventé!
Toujours à propos de France-Télécom, à voir aussi cet excellent dessin de Karak.
Et comme on n'est jamais au bout de nos (mauvaises) surprises avec des zigues commes les comiques de chez France-Télécom, dans un autre article trouvé sur Rue 89 on apprend que les salariés de la susnommée entreprise ne peuvent pas accéder par l'intranet au site de l'Observatoire du stress et des mobilités forcées...tiens c'est curieux, ils ont peut-être peur que ça leur donne encore plus envie de se passer à l'acte!

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 15:27

  La Métamorphose des cloportes, hier soir à la télé: ça faisait un bail que je n'avais pas vraiment regardé la télé, je veux dire sans faire autre chose à côté avec la télé en simple fond sonore.
Mais le cinéma d'Audiard c'est pas n'importe quoi, il y a un côté sacré, bon sang c'est du sérieux!
Le cinéma d'Audiard, celui qui se regarde aussi avec les oreilles...
Ça swingue moins que les mythiques Tontons flingueurs, c'est vrai, mais les répliques sont tout aussi savoureuses. Ce cinéma-là c'est vraiment la classe, comme tout le cinéma de cette époque: les acteurs ont de l'allure, les femmes, même de petite vertu, n'y sont jamais vulgaires, pas de déluge d'hémoglobine et de scène de fesses à tous les plans, une jolie réalisation et une belle photographie que seul le noir et blanc peut restituer. Il y a les voyous, certes mais leur vocabulaire traîne tantôt du côté de Pigalle, tantôt du côté  de Saint-Coud, l'argot dans leur bouche y cotoie la langue la plus chatiée que j'aie jamais entendue.
  Je crois bien que mon amour de la langue et du vocabulaire est né de  la fréquentation assidue dans ma jeunesse de deux grands maîtres: Emile Zola et Jacques Audiard, tous les deux d'ailleurs tellement proches du "peuple" dans ce qu'il a de noble et qui ont chacun en son temps su si bien rendre sa gouaille.
Enfin une bonne soirée télé, ça faisait longtemps...

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 11:13

petit-robert-20009.jpgQuand j'ai voulu lancer mon activité d'écrivain public je me suis posée la question de savoir s'il était bien judicieux de proposer un service de correction alors qu'il s'est développé sur le marché des tas de correcteurs orthographiques. Certes tous ceux qui ont un ordinateur possèdent un logiciel de correction d'orthographe, aussi basique soit-il, et les plus sophistiqués vont même jusqu'à rectifier certaines erreurs grammaticales. Certes. Mais rien ne remplacera l'œil exercé pour scruter la faute d'accord, l'homonymie, le lapsus, les maladresses voire les balourdises. Aussi mon plus fidèle compagnon est-il mon ami Robert, dit « Le Petit »: petit par sa taille, quoique, mais tellement grand par ses connaissances. Je n'envisage pas de commencer un article, un mail, même personnel, sans lui demander conseil, question de respect pour mes correspondants. Plus qu'un outil c'est souvent un lieu de flânerie pour moi: je pars vérifier une orthographe ou une étymologie et voilà que je laisse embarquer dans le reste de l'article où je découvre des expressions qui m'étaient inconnues, un sens rare ou ancien...bref c'est une mine pour tous les amoureux de la langue.

Et dire que tout a commencé lorsque toute petite j'ai découvert les mots grâce à un « petit rouquin », mais c'est une autre histoire...

Pour un bel hommage à cet ouvrage, cliquez ici.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 21:08

Combien de temps est-ce qu'on va pouvoir encore supporter ces pédants plein de suffisance qui nous gouvernent? Passe encore de s'engraisser sur notre dos et nous pomper pire que des vaches à lait, voilà que depuis un certain temps les édiles du gouvernement font montre d'un mépris et d'un dégoût à l'égard de "la France d'en bas" (tiens ça ne date pas d'hier ça non plus): la dernière démonstration en date est celle du ministre de la culture, ce pédant qui pour les socialistes déshonore le nom qu'il porte (quoique François Mitterand n'ait jamais été très socialiste au fond...), et qui a ironisé sur les prolétaires en colère qui manifestaient  pendant son discours en les qualifiant simplement de "gens qui râlent"! Voilà donc à quoi se réduit selon lui les travailleurs malmenés: des rouspéteurs, des ronchons, des braillards, des nuisibles tant qu'à faire?J'invite ce bon ministre de l'inculture à prendre son dictionnaire et  lui  rapellerai qu'on parle aussi du râle pour le moribond qui ne peut plus respirer et c'est bien de cela qu'il s'agit ici: nombre de salariés, dont certains qui dépendent du ministère de ce cher Mittérand, sont au bout du rouleau et au pied du mur, seule perspective de leur avenir. INTIMIDES SOCIAUX.jpg
Comble de l'arrogance le ministre a parlé des "intimidés sociaux" qui n'osent pas aller visiter les monuments hors ces journées du patrimoine: il faut dire que quand on est à découvert au 15 du mois, forcément on doit se sentir un peu court pour rentrer au  musée...mais on ne peut pas demander à quelqu'un qui n'a jamais vécu que sur les deniers d'autrui de comprendre ça, évidemment.Plus qu'un long discours voici un dessin de Chimulus qui se passe de commentaires...

Partager cet article
Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche