Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 20:14

Est-il utile de regarder à quand remonte mon dernier billet sur ce blog ? Je ne préfère pas, ça ne ferait qu’empirer l’impression que je ressens depuis des mois de ne faire que courir après le temps qui passe et qui me manque. À ma décharge j’ai quelques excuses : un boulot pour lequel ne suffisent pas les 24 heures allouées par jour, une vie de famille chargée (et sur laquelle il est inutile de s’étaler), des sollicitations diverses… bref la routine. Enfin ce qui devient une routine.

Auto, boulot, dodo, voilà à quoi se résume ma vie depuis septembre. Septembre où j’ai eu la mauvais idée, que dis-je la grande faiblesse, d’accepter un énième remplacement dans l’enseignement, après m’être répété une énième fois en juin après deux mois d’un petit tour en collège (après huit ans d’absence) qu’on ne m’y reprendrait plus. Mais vous avez ce que c’est : il ne faut jamais dire « fontaine, etc. ». Et surtout il faut bien vivre lorsqu’une tuile vous arrive qui ne vous laisse plus vraiment de choix. Une tuile qui touchant à la santé vous rappelle finalement où sont les vraies priorités de la vie.

Une liste aurait été bien utile sans doute pour ne rien oublier mais y a-t-il vraiment quoi que ce soit de mémorable survenu ces cerniers mois (excepté une maladie grave pour mon conjoint qui semble être désormais derrière nous. La maladie hein, le conjoint est toujours là !)

Je me contenterai de dire un mot sur ce remplacement que j’effectue depuis presque la rentrée. Deux ou trois semaines après la rentrée scolaire j’ai reçu un coup de téléphone du proviseur d’un lycée désespérément en recherche d’un prof de français. Il avait eu mes coordonnées par le rectorat. J’imagine que j’étais la dernière personne sur leur liste de contractuels à contacter et que je devais ce traitement de faveur à mon petit remplacement de la fin d’année scolaire précédente : comme pour le démarchage téléphonique, j’aurais dû prendre soin d’effacer cette trace de mon dernier passage dans cette belle et noble institution. Bref ils étaient désespérés s’ils en étaient rendus à faire appel à moi : il n’y avait plus personne, et après c’était les annonces sur Pôle-Emploi, c’est dire. J’ai appris dans le bureau du proviseur que l’enseignante qui avait demandé sa mutation ne la souhaitait finalement plus, suite à des problèmes personnels que je n’ai pas très bien compris (ni lui non plus je crois) mais comme il était trop tard pour faire marche arrière, elle commençait par accumuler les arrêts maladie, elle en était à son deuxième quand j’ai pris le poste. Depuis je suis renouvelée tous les mois à peu près, au fur et à mesure de ses arrêts de travail. Je ne m’étendrai pas sur la facilité qu’il y a apparemment à trouver un médecin bien indulgent, ni à la bienveillance de l’EN à l’égard de son personnel qui, s’il s’agissait d’une entreprise privée, aurait déjà eu au moins droit à un contrôle de la Sécu. Je me rappelle d’une fois où mon mari qui s’était fait opérer d’une épaule a été convoqué quelques jours après son retour de l’hôpital pour qu’un zélé médecin vérifie bien qu’en effet avec son bras en écharpe il ne pouvait conduire son camion : on a entendu des réflexions dans ce bureau dont on ne savait pas trop s’il fallait en rire ou en pleurer. Heureusement rien de tel dans la fonction publique… Bref j’enchaîne les contrats mais j’ai négocié d’être payée pendant les vacances, les dates de fin et de reprise coïncidant avec ces dernières : il faut dire que j’ai 105 copies dans mon cartable pour m’occuper pendant les fêtes, et je n’ai pas l’intention de les corriger à l’œil. Voilà donc comment je me suis retrouvée à enseigner en lycée, ce que je n’avais jamais fait, et cerise sur le gâteau devant une classe de Première que je suis censée amener jusqu’à l’Épreuve Anticipée de Français, un détail ! Accessoirement j’ai trois classes de Seconde à 35 élèves. Il m’arrive encore de me demander pourquoi j’ai été assez inconsciente pour accepter, mais nécessité faisant loi…

Et voilà donc les raisons de mon silence sur ce blog. Vous allez me dire que quand on est prof on a bien des vacances pour se livrer à ses loisirs. Hélas depuis septembre je passe mes vacances en corrections et/ou préparations, idem pour les week-ends et les soirées. Comble de l’ironie je n’ai même plus le temps de lire, c’est dire si c’est grave. À cela s’ajoutent les devoirs de mes propres enfants (trois niveaux différents forcément dont un collégien), mes devoirs d’élue à la mairie, et même quelques manuscrits à corriger de temps en temps… Heureusement mon mari va pouvoir profiter de sa convalescence, qui va être longue, pour se perfectionner en aspirateur et plumeau, ce sera toujours ça en moins pour moi. Je rêve parfois de ne faire que 35 heures à l’usine, je serais moins fatiguée et j’aurais plus de temps libre, je le sais je l’ai déjà fait j’étais moins crevée surtout nerveusement : certes j’étais aussi nettement plus jeune, il est vrai, et je n’avais pas d’enfants non plus !

Ceci expliquant cela, vous comprendrez mon silence radio de ces derniers temps. Vous comprendrez aussi qu’après m’être fendue d’un si long MEA CULPA je mette encore un peu de temps à repasser par ici ! Mais c’est promis je vais faire un effort !

Repost 0
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 15:37

Vous l'avez voulu, vous l'avez réclamé, eh bien tant pis pour vous! Voilà donc mon dernier article publié sur mon autre blog.

À lire ICI.

Repost 0
Commis par La Ségaline - dans Boulot boulot
commenter cet article
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 10:28

J’ai participé dernièrement à une « Fête du livre » : moins de la moitié des auteurs avaient finalement répondu à l’invitation, quant au public, il a visiblement préféré se prélasser dehors par cette belle journée ensoleillée. Mais qu’importe, que la journée soit réussie ou pas, pour moi qui n’ai rien à vendre c’est toujours une occasion de rencontrer des gens intéressants : des auteurs, illustrateurs, éditeurs, des associations et bien sûr du public. Les personnes qui viennent à ma rencontre ne sont pas toujours des clients potentiels, ce sont souvent des curieux intrigués par cette activité (et ma table où ne trône aucun livre), mais aussi parfois des personnes intéressés par mon activité et souhaitant devenir elles aussi écrivains publics.

N’importe, ce que je me plais à vérifier à chaque fois que je participe à ce genre de manifestation, c’est la vitalité intellectuelle qui peut animer nos campagnes. Que dans des petits coins aussi reculés que le Causse ou le Ségala, dans des petits villages de quelques dizaines d’âmes parfois, puissent se retrouver des esprits curieux, qu’on puisse s’y entretenir de la vie du livre ou de projets culturels très divers, je trouve ça très rafraîchissant et rassurant. Je parle d’ici mais partout les campagnes sont vivantes : loin des centres urbains et des lieux hautement culturels (pas toujours les mêmes d’ailleurs) il y a toute une vie intellectuelle foisonnante et trop souvent insoupçonnée. c’est notamment dans ces foires et fêtes du livre que l’on peut juger de son dynamisme et de ses multiples facettes : auteurs régionaux mais aussi auteurs de BD, presse engagée et associations diverses redynamisent les territoires en permanence. Ça fait du bien.

Repost 0
Commis par La Ségaline - dans Boulot boulot
commenter cet article
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 17:41

Si l’expression « contenu dupliqué », ou pire « duplicate content » ne vous dit rien, mais alors absolument rien, je vous invite à jeter un œil, voire deux pour les plus attentifs d’entre vous, sur l’article que je viens de publier sur mon site Écrivain public et rédactrice. Ce n’est qu’un aperçu de ce vaste sujet, mais vous pourrez tout de même briller en société lors de la prochaine cérémonie des vœux de votre commune ou au cours d’un déjeuner dominical laborieux, vous pourrez ainsi moucher un beau-frère pédant (si si, je suis sûre qu’il y a en a dans toutes les familles).

Pour faire simple (mais alors vraiment simple) il s’agit de copié-collé. Et ce terme est on ne peut plus de circonstance, car il y a bien des saisons propices au copié-collé, pardon au « duplicate content ». La période des vœux et celle des cartes postales de vacances sont tout particulièrement adaptées à cette pratique : qui n’a pas été en effet tenté d’adresser le même message à l’ensemble de ses destinataires ?

 

Personnellement je m’applique à ne pas me répéter, mais c’est un exercice qui peut devenir fastidieux si les destinataires sont trop nombreux. Cela dit, pour les destinataires les moins proches affectivement et auxquels on se sent quand même obligé d’adresser un petit mot (comme le beau-frère pédant), on peut bien dupliquer sans rougir. C’est l’intention qui compte !

Repost 0
Commis par La Ségaline - dans Boulot boulot
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 16:07

qu'est ce que le referencement naturel

 

Parce que les robots ont eux aussi droit à un peu de lecture, je viens de publier un petit article qui résume les grandes lignes d'un aspect essentiel à tout contenu publié sur le web. À lire sur mon site Écrivain public et rédactrice.

Repost 0
Commis par La Ségaline - dans Boulot boulot
commenter cet article
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 21:13

redacion-web-vs-ecrivain-public.jpg

 

Soyons un peu sérieux et parlons boulot. J'ai créé il y a quelques temps un deuxième site centré sur mon activité de rédactrice web. Ce site n'est pas encore référencé car pas assez étoffé à mon goût mais j'y travaille, j'y travaille... Aussi, pour ceux qui s'intéressent un peu à l'écriture et à une de ses formes modernes, voici un lien vers un article que je viens de publier. N'hésitez pas à aller jeter un oeil et à me laisser un commentaire!

Écrivain public vs rédacteur web

Repost 0
Commis par La Ségaline - dans Boulot boulot
commenter cet article
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 13:54

cddJe vis les dernières heures de mon CDD à La Poste, et les dernières semaines promettent d'être très difficiles: en effet il va falloir essayer de se mettre à peu près sérieusement au travail entre deux jours fériés, il va falloir supporter les collègues survoltées qui ne manqueront pas de me harceler gentiment avant de pleurer à chaudes larmes quand j'éteindrai pour la dernière fois mon micro en criant "Oh merde j'ai un excédent de 453.25€!"

Eh oui je m'en vais en laissant une équipe totalement désemparée, car j'avais su me rendre attachante et surtout indispensable puisque j'avais un poste à responsabilité: j'étais chargée de faire le café...

Repost 0
Commis par La Ségaline - dans Boulot boulot
commenter cet article
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 22:08

Aujourd'hui au boulot les clients (oui ce ne sont plus des usagers depuis longtemps) étaient plutôt détendus pour cette suppposée dernière journée sur cette terre.  C'est ainsi que j'ai eu droit à un compliment de la part d'une habituée qui ayant visiblement envie de discuter en est venue, je ne sais pas quel détour, à me demander mon âge. Comme elle était fort suprise de ma réponse elle m'a gratifié d'un "Oh mais vous faites vraiment beaucoup plus jeune!" toujours très agréable à entendre.

Mais pourquoi diable a-t-il fallu qu'elle rajoute aussitôt après: "C'est vrai que quand on est un peu ronde on a toujours moins de rides"?!...

Dommage, ça partait bien.

Repost 0
Commis par La Ségaline - dans Boulot boulot
commenter cet article
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 20:17

La période des fêtes c'est par excellence le moment de toutes les gourmandises. Et à La Poste on ne déroge pas à la tradition, aussi des collègues bien sympas ont mis sur le chemin de la machine à café quelques douceurs. Difficile de résisiter à la tentation...

100 1652

 

Et encore plus difficile pour certaines de résister à l'envie de faire un peu d'esprit:

100 1653

Repost 0
Commis par La Ségaline - dans Boulot boulot
commenter cet article
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 21:50

 

 

Lorsque j'ai 5 minutes, enfin 2 c'est déjà pas mal, je vais faire un tour sur les blogs avant d'aller faire dodo. Et je vois que pas mal de blogs sont en pause, ou ralentissent le rythme des publications, parce que c'est l'été et que les blogueurs, devinez quoi, ben ils sont en vacances aussi. 


 

 

  Alors j'en vois déjà qui se disent que si La Ségaline a levé le pied c'est qu'elle aussi elle est en vacances. Détrompez-vous, si je n'écris plus c'est que ... j'ai beaucup trop de travail! Oui La Ségaline cultive l'esprit de contradiction, et elle a décidé d'aller bosser pendant que tout le monde se la coule douce cet été: 7 h de travail au guichet de La Poste, suivi de diverses taches domestiques pour finir l'après-midi avant d'enfiler ma 3e casquette pour la rédaction web jusqu'à pas d'heure. Oui décidément, 24 heures, ça fait court pour une journée...

 

Repost 0
Commis par La Ségaline - dans Boulot boulot
commenter cet article

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche