Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2020 6 31 /10 /octobre /2020 00:02

Encore une belle preuve de l'incohérence du moment. Les libraires libres et indépendants doivent fermer leurs portes, pendant que les grandes enseignes et les géants du net peuvent continuer à se gaver. Il y a quinze jours Macron n'avait que "éducation " et "liberté d'expression" à la bouche et aujourd'hui il ferme les endroits qui les diffusent. On est mal...

A lire ICI.

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2020 2 13 /10 /octobre /2020 05:31

... comme disaient jadis les punk. "No future", pour la planète on dirait bien que ça se confirme.

 

Le réchauffement climatique a en effet de beaux jours devant lui: alors que dans le Lot les hirondelles n'ayant pas vu venir l'hiver (y'a plus de saison ma pôv' dam) tombent comme des mouches , à Sydney des crétins désœuvrés prennent l'avion à destination de... Sydney, histoire de se faire plaisir en faisant comme si tout était comme avant. Et il paraît que ces vols à destination de nulle part font des petits dans plusieurs compagnies aériennes qui essaient de se déculpabiliser en prétendant que c'est pour maintenir l'activité du personnel. Ben voyons.

 

Sinon à part ça tout va bien, hein...

Partager cet article

Repost0
26 août 2020 3 26 /08 /août /2020 21:01
"Dix petites personnes de couleur", par Agatha Christie

Mais bon sang jusqu'où va-t-on nous infantiliser et nous croire incapables du moindre jugement? Je lis dans cet article que le roman d'Agatha Christie Dix Petits nègres va être renommé afin de faire disparaître le terme de "nègre", offensant pour la communauté Noire. Que l'on traite une personne de couleur de "nègre" ça oui c'est offensant, insultant et intolérable en 2020. Mais ce roman date de... 1938, époque à laquelle le mot n'avait pas la même connotation et où la notion de racisme était des plus floues! Il faut remettre les choses dans leur contexte et ne pas dénaturer les œuvres. Le titre du roman est une reflet de son époque et doit être considéré pour ce qu'il est, un roman de 1938 écrit par un auteur de cette époque dans une société particulière, un point c'est tout.

Il y en a marre de cette bienpensance qui veut tout lisser, tout aplanir au nom d'une pseudo lutte contre les discriminations. Il y a quelque temps c'était la ridicule écriture inclusive qui voulait à travers une langue artificielle essayer de faire fi des inégalités hommes-femmes: la belle jambe que ça nous fait de voir rajouter des -e- un peu partout si les femmes restent toujours sous-payées face à leurs collègues masculins!

On a déjà fait disparaître les têtes de nègres des pâtisseries, est-ce que la lutte contre le racisme y a gagné quelques chose? Je ne crois pas. Va-t-on devoir rebaptiser également les religieuses aux chocolat  et les pets de nonne au nom de la laïcité? 

Partager cet article

Repost0
23 août 2020 7 23 /08 /août /2020 06:42

C'est l'excellent titre d'un ouvrage que je n'ai pas encore lu mais sur lequel j'irai bien jeter un œil et dont parle un article fort intéressant du blog "Français de nos régions", véritable bible des parlers régionaux hexagonaux. 

Il y est question de nos accents qui sont source de discrimination, inconsciente de la part de leurs auteurs mais souvent mal vécue, et c'est bien légitime, de la part des victimes: s'entendre dire d'entrée lorsque l'on passe l'oral d'un concours que l'on a un accent "charmant et chantant" c'est un peu dur à avaler lorsque l'on a planché plusieurs heures sur le fond du sujet. Ce n'est qu'un exemple, il en va de même pour le sourire esquissé par un recruteur lors d'un entretien d'embauche  qui vous demande d'où vous vient ce si joli accent du Sud.

Bref quand on a un accent on peut bien réciter l'annuaire du Gers, plus personne ne fait attention à ce que vous dites. Le Gers c'est justement de là qu'est originaire le nouveau premier ministre et c'est son accent qui a d'abord été évoqué avant même qu'on ait commenté le fond de ses propos (propos que je me garderais bien de commenter car d'où que vienne son accent je ne lui accorde d'emblée pas plus de crédit qu'aux autres membres de la clique à Macron).

Alors oui moi aussi j'ai un accent, comme la totalité des Français car le pays n'est fait que de provinces, car Paris n'est pas la France et sa norme imposée ne fait qu'appauvrir notre "francitude", à l'image des médias si mornes et plats où la diversité, qu'elle soit ethnique ou linguistique, est bien inexistante. D'ailleurs, et je finirai là-dessus, avez-vous déjà remarqué que certains témoignages dans des reportages sont parfois sous-titrés lorsque le locuteur est alsacien, marseillais où d'ailleurs qui n'est pas l’Île-de-France? Si si je l'ai déjà vu et à chaque fois ça me met hors de moi: comme si Strasbourg était à l'étranger...

 

A lire sur le blog "Le français de nos régions"

Partager cet article

Repost0
20 août 2020 4 20 /08 /août /2020 06:14
La disparition des départements

Les départements sont voués à disparaître. Je ne parle pas là d'une décision politique, même si elle est évoquée régulièrement (si c'est pour faire des économies comme avec la fusion des régions c'est loupé, les coûts ont été en général multipliés au lieu d'être divisés).

Non je veux parler de la disparition des noms de départements. Ainsi j'ai entendu ce matin dans un reportage une touriste à Marseille disant qu'elle venait du... 54. Très joli comme nom ça, c'est tellement plus cool  que de dire qu'on descend de la Meurthe-et-Moselle. Tout cela a dû commencer avec le fameux 9-3 dont une partie des habitants n'étaient pas foutus de parler de Seine-Saint-Denis. Alors quoi, ça faisait trop trop réac comme appellation? Ça m'énerve!

A part les postiers (et encore ceux de la vieille école) qui se souvient encore des départements appris à l'école avec leurs préfectures et sous-préfectures (pour les plus studieux)? Les noms de ces petits bouts de France sont pourtant tellement évocateurs et pour peu qu'on ait une vague notion de géographie basique il est facile de situer la Seine-Maritime sur la carte, puisqu'on y évoque la Seine, donc vers Paris, et la mer donc vers la Manche. Allez donc ficher le 76 quelque part! 

 

Le prochain qui me dit que j'habite dans le 4-6 je lui fait avaler son calendrier des PTT. Non mais.

 

Partager cet article

Repost0
1 août 2020 6 01 /08 /août /2020 07:20

Voilà une petite vidéo sur une espèce invasive, parfois nuisible... On les aime bien quand même chez nous, mais à petites doses... Et surtout on aime bien se moquer.

Avec le son, le commentaire est excellent.

Petit reportage sur un phénomène migratoire bien connu... Mettez le son https://www.youtube.com/watch?v=JrWARkt515I

Posted by Stéphane Semper on Sunday, May 31, 2020

Partager cet article

Repost0
1 juin 2020 1 01 /06 /juin /2020 14:27

Eh bien ça n’a pas traîné. Il n’aura fallu que trois petites semaines de déconfinement et quelques jours à peine après avoir appris que les Français allaient pouvoir partir au bord de la mer, même si elle à plus de 100 km, pour que les magazines ne ressortent leur éternelle scie de la perte des kilos. Evidemment ces diktats ne concernent que les femmes, comme toujours. Le sempiternel « Sois belle et tais-toi » a décidément de beaux jours devant lui. Le magazine Elle s’est bien sûr fait le porte-parole de cette injonction faite aux femmes d’être comme ci ou comme ça, mais surtout pas autrement sous peine de voir nier sa féminité, j’aurais même tendance à dire son « humanité » tant il est vrai que la femme vue au travers de ces magazines est réduite à l’état d’objet qu’il faut polir, transformer, améliorer, bichonner, etc. Soit dit en passant c’est ce même magazine qui se fait fort de vouloir défendre les femmes, qui se prétend féministe et qui se fend de temps en temps d’un portrait d’une grande figure histoire de se donner bonne conscience, le tout tartiné entre deux pages de papier glacé pour des marques de maquillage, parfum ou sac à main et autres objets essentiels à toute féminité évidemment.

Défendre les femmes ? Mais contre quoi ? Sans doute contre elles-mêmes en premier lieu, car tant que les femmes continueront de donner du crédit à toutes ces fadaises dangereuses en achetant ces ramassis de conneries, l’image des femmes n’avancera pas d’un iota. Et avec elle l’Humanité car comme le disait Ferrat et avant lui Aragon « La femme est l’avenir de l’homme ».

 

A lire ICI.

Partager cet article

Repost0
31 mai 2020 7 31 /05 /mai /2020 07:53
Déconfinement phase 2

Ou des cons finement déconfinés?

 

Des joggers hyperconnectés en petites foulées dans les parcs rouverts, des autoroutes qui se remplissent à nouveau, des clients qui se ruent  aux Galeries Lafayette pour aller acheter le dernier sac Vuitton, une fusée privée qui décolle sous les yeux admiratifs de la planète entière...

 

Bienvenue dans le monde d'après...

Partager cet article

Repost0
15 mai 2020 5 15 /05 /mai /2020 06:59

Il n’y a pas très longtemps j’étais assez accro aux infos : un petit tour le matin au lever histoire de savoir comment la terre avait tourné pendant mon sommeil, puis un nouveau point à la mi-journée, le soir, et parfois dans la journée sur quelque chaîne info. Mais jamais de chaîne-info en boucle, aucun intérêt à moins d’aimer le matraquage, ce que je déteste.

Évidemment depuis deux mois il n’y a plus d’information mais une cacophonie de contradictions, un bilan permanent et un ressassement sans borne de la pandémie. Le déconfinement venu, c’est sans surprise que l’on a eu droit au même matraquage, il leur a suffi de changer de sujet, c’est enfantin. Bref on n’apprend rien de nouveau au fil des heures, voire des jours, aussi je crois que je vais entamer une période de sevrage à l’égard de cette actualité qui n’en est plus.

Mais preuve que le retour à la normale est amorcée, les grands sujets saisonniers reviennent : en effet ce matin ce qui ouvre les JT que j’ai pu voir c’est cette question lancinante dont on nous dit qu’elle est la préoccupation de TOUS les Français : va-t-on pouvoir partir en vacances, et où, à combien de kilomètres, etc ?

Il est vrai que pour toutes les personnes qui se retrouvent au chômage, partiel ou total, voire sans ressources, pour tous les artisans qui ont coulé leur entreprise, tous les commerçants en faillite, sans parler des malades, convalescents ou des familles qui ont perdu un des leurs, la question est essentielle et doit être au cœur de leurs préoccupations, cela va de soi. Je ne parle pas des soignants qui eux ont vraiment besoin de vacances.

On ne parle déjà plus du monde d’après, tellement content de pouvoir revenir à celui d’avant…

 

J’attends le retour imminent du traditionnel « Comment rentrer dans son maillot cet été ? (perdez les 2,5 kg du confinement) »... 

Partager cet article

Repost0
7 mai 2020 4 07 /05 /mai /2020 06:42

Je vous invite à la lecture de cet article du Huffington post qui nous révèle, ou plutôt qui nous rappelle, que la condition des femmes durant cette crise sanitaire n'a guère évolué. Sur le plan médiatique les femmes semblent être devenues invisibles alors même que nombre d'entre elles sont sur la ligne de front pour reprendre les termes martiaux de Macron: caissières, agents de service, soignantes nous les voyons tous les jours dans la vraie vie mais rarement elles occupent les médias. Le traitement du sujet semble exclusivement masculin, qu'il s'agisse de faire parler des représentants politiques, des économistes ou des experts médicaux. De cette façon le mérite de la sortie de crise sera encore une fois attribué à ces messieurs.

 

C'est un peu comme dans le domaine de la cuisine: les grands chefs que l'on voit dans les restaurants étoilés sont des hommes mais ce ne sont toujours les femmes qui font la popote dans les foyers de la vraie vie.

Partager cet article

Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche