Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 07:41

(JPEG)

 

Quand je regardais les jardins des autres, et que je voyais le mien...enfin pas tout à fait, parce qu'en fait le mien je ne le voyais plus, voilà bien le problème: enfoui sous les herbes folles celui-ci ne ressemblait plus qu'à une épaisse et luxuriante jungle où poussaient à foison mauvaises herbes et où évoluaient de gentils monstres cornus et baveux.

 

Bref hier soir, n'écoutant que mon courage (il fallait vraiment qu'il parle très très fort), après une journée harassante à glander dans la belle-famille je me suis décidée à abandonner mes enfants à leur cher père, (et si vous me lisez régulièrement vous pouvez aisément mesurer toute l'étendue de mon sacrifice), pour tenter de remettre un peu d'ordre dans ce fouillis. Il m'a fallu trancher dans le vif des pieds de tomates afin de les retrouver et de les attacher, et ô miracle j'ai découvert qu'il y en avait, des tomates, il n'y avait donc pas que des feuilles, quelle merveille! Puis j'ai dû ramasser des haricots verts avant qu'ils ne deviennent suffisamment gros pour rivaliser avec leurs cousins les fayots du cassoulet. C'est ainsi que j'ai ramené un demi-seau de haricots, un bon mal de dos ainsi qu'une brouettée d'herbes et de végétaux de toutes sortes accrochés à mon peignoir en poil de synthétique véritable... Hé oui j'avais un instant caressé le fol espoir de passer une soirée tranquille dans le canapé, d'où ma tenue peu adéquate.

 

Conclusion, jardinage et procrastination ne font pas bon ménage.

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 06:36

     Je crois que le mystère des origines de notre cher Kiki est enfin percé: épagneul breton paraît-il  du côté de sa mère (franchement il n'a donc rien de sa génitrice), le père restait un illustre inconnu, mais au vu de toutes les saletés qu'il nous ramène régulièrement il est sûr qu'il doit y avoir du charognard là-dedans. Rats crevés, ossements divers et variés, vestiges animaux aux relents putrides, voilà tout ce que nous ramène cette brave bête qui néanmoins sait aussi chasser les animaux vivants puisqu'il écrase régulièrement les quelques pauvres fleurs que je réussis à maintenir en vie en poursuivant de manière effrénée les pauvres petits lézards gris autour de la maison.

C'est donc pour répondre à ses instincts de charognard que ce matin ce bon toutou nous a gratifiés, alors que nous prenions le café à la fraîcheur du matin sur la terrasse, d'un lièvre à l'état de décomposition déjà fortement avancée accompagné d'une bonne poignée d'asticots qui y avaient élu domicile. N'ayant plus vraiment goût à finir mon déjeuner c'est armée d'une pelle que je me suis dévouée pour aller jeter l'intrus au fond du bois, chez les voisins (enfin futurs voisins car on n'a pas encore vu les nouveaux propriétaires de la maison), en perdant néanmoins sur le trajet une patte, une oreille et la moitié de la tête.

 

La prochaine fois je prendrai une pelle plus grande. Bon appétit quand même.

 

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 12:43

L'autre soir avec des amis, chacun discutait de ses problèmes de boulot. Oui car il faut dire qu'ils font partie des petits veinards qui en ont un de boulot, et pour certains même ce qu'on appelle "une très belle situation", pas un petit contrat kleenex comme le mien, mais  là n'est pas la question. Lorsque ce fut au tour de ma douce moitié, celui-ci se plaignit comme d'habitude de ses conditions de travail pas vraiment faciles il est vrai, mais ce n'est pas tant les conditions proprement dites qui le gênent (chaleur, odeurs et vapeurs de goudron...) mais plutôt l'ambiance délétère qui règne parfois lorsqu'ils ont le malheur de devoir faire un détour par le bureau. Petites guéguerres de petits chefs, ignorance voire mépris des desiderata légitimes des ouvriers, favoritisme et fayotage éhontés, etc.

Quand on lui a demandé si ce n'était tout de même pas mieux depuis qu'ils avaient été rachetés, la réponse négative n'a pas traîné. Il y a quelques années lorsqu'il est arrivé ici la boîte était une petite entreprise familiale, avec à peu près le même petit effectif mais avec une ambiance bien différente. Certes le patron était un peu soupe au lait et vif, la faute à ses origines méditerranéennes sans doute! Mais au moins il connaissait ses employés et avait du respect pour eux. Et pour ce qui est de l'aspect commercial les marchés se concluaient souvent après force ratafia, le patron ne négligeant aucune foire, aucune manifestation dans les villages pour se rappeler au bon souvenir des élus comme des particuliers, sponsorisant une équipe de foot par-ci, une fête votive par-là, n'arrêtant pas ses tractations aux samedis et aux dimanches. Bref un patron à l'ancienne et un carnet de commandes plein à craquer. Mais à l'heure de la retraite il a du vendre cette petite entreprise qui a été rachetée par une grosse boîte dont la succursale était basée à Aurillac et qui voulait s'implanter dans la région, bien sûr cette succursale appartenait à une division encore plus grande, d'une très grosse entreprise, elle-même faisant partie de l'énormissime groupe  à la tête duquel trône l'ami Martin, Bouygues le grand copain de Nicolas qui vient de lui refiler la légion d'honneur pour agrémenter un peu son costume-cravate. Au début bien sûr tout nouveau tout beau tout allait très bien dans le meilleur des mondes, mais rapidement les failles sont apparues et tout ce qui semblait si merveilleux s'est dégonflé comme une baudruche : comité d'entreprise inexistant ou inefficace, délégués du personnel "fictifs" et surtout dialogue inexistant avec les différentes hiérarchies. Avant quand le patron avait quelque chose à dire à un ouvrier ça ne traînait pas, il le prenait entre quat'z-yeux, ça criait un peu et c'était réglé, et pareil dans l'autre sens, on pouvait toujours discuter avec le patron. Maintenant ce ne sont plus que regards fuyants, chacun dans son coin et Dieu pour tous et s'il y quelque chose à dire il n'y a qu'à envoyer un courrier à Aurillac, voire plus haut selon la gravité de la chose tout en sachant pertinemment que cela restera lettre morte.

 

Bref les temps changent et si avant ils étaient considérés, aujourd'hui ils sont plutôt sidérés d'être pris pour des cons.

Partager cet article
Repost0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 07:54

Prenez quelques jours bien pluvieux, mais choisissez bien votre pluie: une bruine fine et persistante qui mouille absolument tout, jusqu'à votre terrasse pourtant couverte et votre porte abritée. Ajoutez-y d'un seul coup (n'ayez pas peur d'être brutal) deux ou trois jours de grosse chaleur bien lourde. Laissez poser et allez faire un tour dans les bois, vous obtiendrez ceci:

 

IMAG1521.JPG

Partager cet article
Repost0
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 07:15

 J'ai bien l'honneur... de vous buter

 

 

Elles ne croyaient tout de même pas qu'elles allaient rester comme ça tranquilles, à me narguer! Ah elles faisaient les fières, elles s'étaient mises à pousser, à se croire plus grandes qu'elles ne l'étaient.

 

Ah comment je leur ai rabattu leur caquet...à ces patates: à grands coups de bêche que je les ai butées. Non mais.

Partager cet article
Repost0
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 08:56

 

Quel beau jour que celui de la fête des mères, ce jour-là la famille se met en quatre pour être à nos petits soins. C'est ainsi que ce matin mon mari m'a laissée dormir pendant qu'il s'occupait du petit-déjeuner des enfants: lorsque je me suis levée mon café tout chaud était servi avec quelques tranches de brioche toute fraîche (enfin celle-là c'est quand même moi qui l'avait faite la veille, faut pas exagérer non plus!), les enfants avaient déjeuné sans crier et les traces de chocolat et autres joyeusetés auxquelles j'ai droit tous les matins avaient été soigneusement effacées, la cuisine était propre et tout le monde était sage...Bref un matin de rêve.


 

Évidemment c'est là que je me suis réveillée. En guise de cadeau j'ai eu droit à deux bisous bien baveux et pas franchement spontanés (mais fortement recommandés par un tonitruant "Faites un bisous à votre mère sinon vous retournez au lit!" du papa) et la promesse d'une journée à peu près comme les autres.

 

Partager cet article
Repost0
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 20:17

 

Me voilà bien embêtée ce soir devant le choix qui s'offre à moi pour ma soirée télé.

Vais-je prendre une louche de réchauffé des Enfants de la Télé? Non bien sûr car d'une part c'est sur TF1 et d'autre part à ce niveau de multi-rediffusion, c'est tellement réchauffé que ça a carrément accroché à la casserole et qu'il n'en reste plus rien: ils sont forts sur la Une après le concept du réchauffé voici celui de l'évaporé... à l'image des blondes qui peuplent leurs plateaux.

Vais-je regarder la finale du Top14 opposant Perpignan et Clermont-Ferrand? Non car voir une trentaine de bonhommes se rouler dans la boue ( pour ça il y aussi la soirée catch sur NT1) en essayant désespérément de rattraper un ballon qui doit glisser comme un savonnette vu le temps qu'il fait ne m'emballe pas plus que ça. Pas plus que n'importe quelle compétition sportive où à travers deux équipes qui s'affrontent on a vite fait de rallumer dans les gradins des guéguerres régionales ou locales, même si c'est surtout vrai pour le foot et pas vraiment le rugby, je vous l'accorde.

Vais-je tendre l'oreille vers le concours de l'Eurovision? Non car j'ai malheureusement entendu un extrait de la chanson qui doit représenter la France et je dois dire que cette année ils ont l'air d'avoir pris des leçons des précédents vainqueurs et j'ai bien peur que cette fois on ait des chances de gagner, je ne crois pas que je pourrai le supporter...


 

Alors que nous reste-t-il, voyons voir...une émission sur M6 dont on ne sait s'il s'agit de cuisine ou de divertissement...rien de bien alléchant en tous cas. Un peu de politique sur la Chaîne Parlementaire? Noooooon merci. Quelque documentaire bien déprimant qui va me bousiller ma soirée en me rappelant que nous n'avons plus que quelques dizaines d'années avant la fin des haricots? Noooooon, au secours!


 

Heureusement j'ai la solution qui marche toujours pour ce genre de problème: éteindre la télé et prendre un bon bouquin. Sauvée.

Partager cet article
Repost0
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 09:32

Vous vous souvenez peut-être que dans un précédent article j'évoquais mes aléas de désastreuse jardinière du dimanche, hé bien figurez-vous que malgré tous mes handicaps en la matière j'ai quand même trouvé le moyen de faire pousser des fleurs sur mon balcon:

 

IMAG1503

 

Celles-là au moins je ne suis pas prête de les faire crever.

Partager cet article
Repost0
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 07:17

 

C'est reparti pour une nouvelle fête des mères. Tout comme la fête des pères ou celle des amoureux, celle-ci n'est pas vraiment ma tasse de thé: j'ai un peu de mal à me sentir fêtée un jour par an alors que mes enfants me torturent le reste de l'année. Et puis il faut être réaliste: cette fête n'a été instituée officiellement que sous le régime de Vichy pour de simples motifs de politique nataliste. Cependant, même si je me la joue un peu blasée et rabat-joie, je me souviens avoir eu un petit pincement au cœur lorsqu'est venu le jour de ma première fête des mères, même si ce fut un jour tout à fait comme les autres, mais cela m'a permis de prendre conscience que j'avais franchi une étape de plus dans ma vie. Et que j'avais pris un sacré coup de vieux aussi. Mais pour moi la fête des mères c'est un peu comme la journée de la femme: ça donne bonne conscience à ceux qui s'en fichent le reste du temps: on en profite pour appeler sa vieille mère qui habite à l'autre bout de la France, et lui souhaiter une bonne fête tout en se disant dans son for intérieur qu'il n'est pas question de la prendre chez soi le temps qu'on dératise sa maison de retraite. Le bon côté des choses c'est que ça permet aux enfants de faire quelques travaux manuels bien que passé un certain âge ce ne soit plus vraiment de mise: à nous les magnifiques colliers de nouilles et les dessins ou objets aux formes improbables qui garderont leur mystère à tout jamais!


 

Bon allez, ce n'est qu'un mauvais moment à passer. Remarquez il y a pire: je viens de songer que la prochaine fête que j'inaugurerai sera celle... des grands-mères.


 

 P.S: Tant que j'y pense au lieu de fêter les mères et les pères on ferait mieux de faire en sorte qu'il n'y ait pas ces lois si absurdes qui permettent aux enfants d'envoyer leurs parents au tribunal pour leur extorquer des pensions alimentaires.

 

fetedes_meres1

Partager cet article
Repost0
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 21:40

 

La nature a essayé d'être généreuse avec moi, hélas elle n'a pas été en veine aussi m'a-t-elle affublée de deux mains gauches, qu'elle a en outre oublié de doter de doigts verts. Ce qui fait que je suis relativement nulle en bricolage, je jardine comme un pied et je suis une vraie menace pour la plupart des espèces végétales: il suffit que j'essaye de prendre en main une fleur pour qu'il lui vienne des idées de suicide, et mes plantes vertes ont le bourdon. C'est ainsi que l'année dernière j'ai contribué à l'extinction de plusieurs géraniums, ce qui relève de l'exploit car le géranium est en général assez rustique pour peu qu'on n'oublie pas de l'arroser . Oui mais voilà, si j'ai deux mains gauches par contre je n'ai pas de tête, j'ai même réussi à faire trépasser des cactus, il faut le faire. En plus comme je suis du genre obstinée, je récidive à chaque printemps. Aussi cette année j'ai fait main basse, pour changer, sur des potées de bégonias. Ah qu'ils m'ont parus beaux et si sympathiques à la jardinerie, pleins de santé et de vigueur, sûr qu'ils devraient pouvoir résister à mes penchants de serial killeuse spécialisée verdure! Je vais donc à nouveau me jeter à corps perdu dans une partie de bras de fer qui va comme chaque année m'opposer à Dame Nature: bravant les parasites, les maladies, les aléas du climat, les oublis d'arrosage ou au contraire les gouttes qui vont faire déborder la jardinière, je vais y aller de bon cœur, sans baisser les bras, pour bichonner ces belles capricieuses.

Hélas il se pourrait bien qu'avant la fin de l'été, de mes belles potées il ne me reste plus que les yeux pour pleurer. Je n'aurais plus alors qu'à changer mon fusil d'épaule et me lancer dans la fabrication d'humus: là au moins je devrais m'en sortir...

Partager cet article
Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche