Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 20:16

Intempéries, un temps pourri, c'est comme vous voulez, en tous cas les anciens disent qu'ils n'ont jamais vu autant d'eau: certes  il a plu et les terres n'ont pas eu le temps d'absorber toute cette eau, étant donné qu'elles étaient déjà pas mal détrempées par les pluies précédentes. Et ça ne devrait pas s'arranger: les mêmes anciens, toujours prêts à vous dégommer le moral,  prédisent déjà que ce devrait être le même type de temps exécrable pour tout le mois de juillet. Super. D'ailleurs je vous rappellerai le dicton célèbre: "S'il pleut à la St Médard, il pleut 40 jours plus tard, à moins que St Barnabé ne lui coupe l'herbe sous le pied": mardi, jour de St Médard il a plu tout le jour, et vendredi, pour la St Barnabé on annonce aussi de la pluie. Hé bien comme ça au moins on n'aura pas à se casser la tête pour s'habiller le matin, on est tranquille pour un moment...

 

Comme dans les autres pays pauvres nous aussi en Ségala on a droit à nos coulées de boue: évidemment ici pas de bidonville emporté par le flot, à peine un arbre déraciné et qui pourrait tout de même bien finir sur la route:

Teyssieu--coulee-de-boue.JPG

 

Mais dans la plaine c'est bien plus spectaculaire: le Mamoul, petit ruisseau si tranquille, est sorti de son lit bien plus vite que moi au réveil, inondant quelques prés depuis Cornac jusqu'aux environs de Bretenoux:

 

Le-Mamoul-en-crue-1.JPG

 

Le Mamoul en crue 2

 

 Le Mamoul en crue 3

 

Le Mamoul en crue 4

 

 

crue-du-Mamoul-pres-Bretenoux-1.JPG

 

crue Mamoul près bretenoux 2

 

crue Mamoul près bretenoux 3

 

crue Mamoul près bretenoux 4

 

 

Au Port de Gagnac la Cère n'est pas sortie de son lit, mais elle a pris une drôle de teinte chocolat...

 

La Cère au port de Gagnac

 

Vous vous souvenez peut-être du Pont du Bois, ce petit coin que j'affectionne et où coule paisiblement le Mamoul: aujourd'hui le ruisseau semblait un brin énervé, il ne lui avait pourtant rien fait cet arbre...

 

crue mamoul au Pont du Bois

 

Partager cet article
Repost0
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 19:58

J'aime à croire que c'est dans le but tout à fait louable de préserver la biodiversité sur notre modeste commune que notre cantonnier a fait l'effort de relever l'épareuse  et de lui faire faire un petit détour afin de sauver la jolie plante qui agrémente le panneau. On a beau raser les talus, on n'est pas des brutes, non?

 

Les amateurs sauront me confirmer s'il s'agit bien là d'un iris des marais.

 

IMAG1357

 

IMAG1358

Partager cet article
Repost0
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 06:54

Au début du mois à Teyssieu s'est déroulé le "Marché de printemps" annuel qui réunit des petits producteurs de produits régionaux, des horticulteurs, etc. Bref une petite manifestation sympathique un peu gâchée cette année par quelques averses. Néanmoins une nouveauté est venue agrémenter l'édition de cette année et a attiré un peu plus de monde: une petite exposition de véhicules anciens. Certes il ne s'agissait pas de concurrencer le Festival des Vieilles Mécaniques de Moncléra, néanmoins il y avait quelques jolis spécimens, certains semblant avoir été exhumés de quelque grange oubliée, et pourtant tous en état de rouler, je peux l'attester non pas de mes yeux vu mais de mes oreilles entendu, ayant ouï le bruit des moteurs pétaradant depuis l'autre bout du village lors de leur installation. 

 

100 1247

 

 

100 1250

 

100 1251

 

100 1252

 

100 1253

 

100 1254

 

100 1257

 

100 1258

 

Vous serez indulgents avec la qualité de ces clichés et notamment le cadrage car avec mon écran cassé je prenais des photos à l'aveugle! La seule voiture que je n'ai pas photographiée est une voiture de rallye qui appartient au président du club automobile qui organisait justement l'exposition, mais j'avouerai que, égoïstement, ma préférence va aux véhicules anciens.

Partager cet article
Repost0
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 13:32
 

Retour sur un petit coin tout près de chez moi que j'aime beaucoup: le Pont du Bois. A chaque fois que je peux m'y arrêter un instant et pousser un peu plus loin mes pas je fais de nouvelles découvertes. À cet endroit passe le Mamoul, un petit cours d'eau qui prend sa source vers 600 mètres d'altitude, sur la commune de Sousceyrac, et qui, au sortir de gorges à Cornac, et après une vingtaine de kilomètres de pérégrinations parmi des bois sauvages et quelques rares prairies se scinde dans la vallée en plusieurs bras dont un va rejoindre la Cère à Bretenoux alors que les autres se réunissent pour finir par confluer avec la Dordogne. 

Mamoul au Pont du Bois

Bref c'est un petit ruisseau bien tranquille, d'ailleurs souvent appelé simplement "le ruisseau" par les gens du coin. Mais pourtant tout petit qu'il est, ce ruisseau possède sur son parcours quelques ouvrages dont certains m'intriguent, comme ici  au pont du Bois:

Au Pont du Bois
Ce petit pont permet de traverser le ruisseau pour aller dans les prairies qui bordent le cours d'eau. On y voit aussi, de l'autre côté cette espèce de petit barrage dont je me demande bien à quoi il pouvait servir.

Installation-sur-le-Mamoul-au-Pont-du-Bois.jpg

Ce qui m'intrigue ce n'est pas tant l'utilité que pouvaient avoir ces ouvrages mais l'obstination des hommes à vouloir domestiquer, exploiter ou laisser une quelconque empreinte sur un ruisseau aussi insignifiant.
Après le pont qui mène aux prairies j'ai découvert, ensevelie sous la végétation et comme emprisonnée par des arbres qui ont repoussé, un petit bâtiment plein de gros tuyaux et de vannes qui montrent qu'il y avait bien une certaine activité, mais laquelle...?
Station du pont du BoisJ'aime bien cette image qui montre à quel point la nature peut parfois rendre vaine les tentatives des hommes de la soumettre; à peine l'homme tourne les talons que la nature reprend ses droits et se remet à coloniser le terrain: murs, toitures, pierre ou ciment rien ne lui résiste. Et voilà comment une petite maisonnette se retrouve enfermée derrière des troncs comme autant de barreaux. Au moins je trouve que comme ça elle s'intègre bien mieux au paysage...

Mais il y aussi de la vie dans le Mamoul, et j'ignore si c'est toujours le cas mais lorsque j'étais enfant mes voisins allaient souvent pêcher dans ce petit coin. J'ai d'ailleurs retrouvé un cadavre qui devait être exquis de son vivant, relief d'un déjeuner sur l'herbe:
Cadavre exquis

Partager cet article
Repost0
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 07:55

Qui a dit que notre village était perdu et sans intérêt? Certainement pas moi qui ai toujours été convaincue que le moindre bout de campagne possédait forcément un attrait quelconque. Et contrairement à un certain Nicolas S. dont nous ne révèlerons pas l'identité afin de ne pas insister une fois de plus sur la faiblesse de son niveau culturel et qui prétend que "l'Afrique n'a pas d'Histoire", il est évident que chaque village possède son histoire locale qui participe à une histoire régionale qui elle-même s'inscrit dans la grande Histoire.
Malheureusement cette histoire locale reste souvent méconnue, ignorée voire parfois méprisée. C'est ainsi que des trésors et des vestiges ont pu disparaître à cause de l'ignorance des populations, tels ces menhirs et dolmens qui dans notre village ont été dynamités au siècle dernier, "putains de cailloux" qu'ils étaient pour certains. Mais combien d'autres un peu partout: il n'y a pas si longtemps on s'insurgeait de ce que les talibans avaient fait sauter des statues monumentales de Bouddha, rien de bien différent à Teyssieu, à notre échelle évidemment. Mais s'il est vrai que la perte est irréversible il faut essayer de comprendre ce qui a pu amener à de tels actes: une ignorance complète et une absence totale de valorisation de l'histoire locale, parfois induite par un excès de centralisation qui n'a vu d'intérêt que dans une Histoire au seul niveau national, manière de niveler et unifier un peu mieux un pays. Passons.
Heureusement il y a toujours eu des passionnés: passionnés d'histoire et passionnés de leurs villages, ils ont contribué à remettre au jour une histoire locale qu'ils ont exhumée des archives poussiéreuses et oubliées et qu'ils ont très souvent enrichie de leurs propres découvertes. Considérés bien souvent comme des originaux désoeuvrés (voire des illuminés) par bon nombre de gens du cru ils ont pourtant par leurs travaux, souvent titanesques, contribué à faire mieux connaître aux autochtones leurs propres racines et surtout à redonner une fierté à toute une communauté, si petite soit-elle, autour d'un lieu, un village, un canton. Et si cet attrait pour l'histoire locale se développe de plus en plus depuis quelques années n'est-ce pas la traduction d'un besoin de se démarquer d'une histoire trop connue et située à un niveau trop éloignée de nos vies quotidiennes, en recherchant les particularités locales qui paradoxalement nous feront dire en fin de compte "Nous aussi nous partageons une histoire avec le reste du pays, voyons ce qui s'est passé chez nous et comparons." Chercher ses particularités pour mieux s'inscrire dans une globalité, voilà le paradoxe de la démarche.

Si je vous parle de tout cela c'est parce que, attention roulements de tambour, un musée va bientôt ouvrir ses portes  à Teyssieu, "le Musée de la Préhistoire du Ségala Quercynois" qui exposera divers objets ayant trait à cette période de l'histoire trouvés sur la commune ou sur des communes limitrophes. Ce musée sera présenté  avant son ouverture au public, en juin, lors de la Journée du livre de Teyssieu qui va avoir lieu le 4 avril prochain (et au cours de laquelle, soit dit en passant, j'occuperai un stand afin de présenter mon activité d'écrivain public). Il est peut-être dommage que ce musée ne soit consacré qu'à la seule préhistoire, mais c'est déjà tellement important qu'il faut rendre hommage à tous ceux qui ont oeuvré pour que ce projet voie le jour. Peut-être plus tard d'autres périodes de l'histoire locale seront exposées dans ce lieu. En attendant on ne va pas bouder notre plaisir, et j'espère que ce musée aura du succès. À suivre.

MUSEE

 

 

de la

PREHISTOIRE

Partager cet article
Repost0
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 14:03

 À l'occasion de la Modernisation de La Poste  La Poste la commune de mon enfance s'est enrichie de noms de rues et des numéros qui vont avec, histoire que les pauvres facteurs ne soient pas trop perdus et surtout que les nouveaux services privés qui ne manqueront pas d'arriver ne le soient pas trop non plus: uniformisation, modernisation, privatisation, appelez ça comme vous voulez. Mais tel n'est pas mon propos du jour. Donc des plaques sont apparues, qui souvent reprennent des éléments traditionnels de la toponymie locale qui font partie de la tradition orale ou renvoient à des lieux familiers pour les habitants. Parfois il s'agit de rappeler un élément d'histoire, c'est le cas pour le nom de l'artère principale du village d'Estal, comprenez par là la portion de départementale qui traverse vite fait bien fait le village: celle-ci s'est vue baptiser « Rue de Staals », l'occasion de faire un peu d'histoire locale, une histoire qui ne manque pas d'anecdotes que relatent les archives départementales. Staals est en fait l'ancien nom du village, qui apparaît encore sur une tombe du cimetière, celle d'un ancien curé « de Staals », probablement le dernier de la paroisse sous ce nom.


100 1038
À l'occasion du centenaire de la création de la commune un CDRom avait été réalisé sur lequel figurent quelques éléments d'histoire locale qui nous montrent qu'autrefois tout n'était pas si tranquille qu'aujourd'hui dans nos campagnes ...ha c'était le bon temps où on se tapait dessus entre voisins et frères ennemis de hameaux rivaux, bien plus drôle qu'Interville c'est sûr!

 

 

Les premiers éléments retrouvés aux Archives Départementales datent de 1893. Il s'agit d'un courrier des habitants de la section de Staals, (alors dans la commune de GAGNAC), au préfet du Lot. Dans celui-ci, ils font état de leurs difficultés rencontrées en raison de l'éloignement du chef-lieu et du découpage de la section, ils demandent la création d'une nouvelle commune.

On retrouve ultérieurement dans un courrier du maire et conseiller général de BRETENOUX au sous-préfet de FIGEAC, une argumentation sur le bien fondé de cette création :

« La rivalité qui existait depuis longtemps entre la commune de CORNAC et la commune de GAGNAC, portait son écho jusque dans les 2 sections du Verdié et de Staals, qui se jalousaient d'appartenir à l'une ou à l'autre commune. »

« A des époques plus éloignées, des rixes sanglantes se sont élevées entre les habitants des 2 sections avec leur commune réciproque, et entre les 2 sections entre-elles. »

«  Lors des audiences au tribunal correctionnel, nombre de visites des habitants des 2 sections étaient dues à des coups et blessures. »

« Aux élections du Conseil général en 1895, la commune de GAGNAC n'envoya pas la liste d'émargement à la section de Staals, et pour ne pas être en reste, la section du Verdié refusa de voter. »

 

Finalement, par une loi du 7 avril 1902, une partie de la commune de GAGNAC et une partie de la commune de CORNAC ont été regroupées pour former une commune distincte sous le nom d' ESTAL.

La superficie de la nouvelle ainsi commune ainsi créée était de 650 hectares, pour une population qui dépassait les 700 habitants.

Elle possédait une école de filles et une école de garçons qui avaient un effectif respectif de 70 élèves ; une école confessionnelle payante était également présente mais avec un effectif beaucoup plus réduit.

La population était à caractère agricole, seuls les commerces de proximité existaient, (épiceries ; cafés) ; pour ce qui est de l'artisanat, on retrouvait les métiers à usage courant, (forgeron maréchal-ferrant ; menuisier).

 

En ce qui concerne la paroisse d'ESTAL, celle-ci est antérieure à 1850, elle recouvrait une superficie plus grande que la commune d'ESTAL actuelle, en effet, les habitants du village de Soulhol de la commune de CORNAC étaient morts de la paroisse d'ESTAL.

L'église a été construite par les habitants, chacun fournissant ce qu'il pouvait, (matériaux ; journées de travail). La famille qui avait fourni le terrain sur lequel l'église a été construite, avait une place réservée au fond de l'église, " le banc de fabrique ", elle était dispensée de payer le denier du culte.

La construction d'une église étant soumise à autorisation de l'Evêché, une délégation des habitants apporta comme présent à l'Evêque de CAHORS une tête de sanglier, en retour celui-ci autorisa la construction de l'édifice.


  100 0386

L'église d'Estal avec un mur-clocher courant dans le Ségala

100 0384Une des fenêtres au-dessus de laquelle est sculpté le nom I. Vertande, probablement un des maçons ayant participé à la construction de l'église.

La guerre de 1914 / 1918 commence à marquer le déclin de la population ; viennent ensuite les difficultés économiques qui obligèrent les gens à quitter le pays pour la ville et notamment PARIS, on trouve même des départs pour l'Amérique du Sud.


Quand on connaît la commune dans son état actuel on mesure tous les changements qui se sont accomplis au niveau démographique et économique: seulement 110 habitants au dernier recensement et bien sûr plus aucun commerce ni artisan depuis des lustres. La désertification rurale ici c'est une réalité.

Avec le retour des beaux jours j'irai un de ces quatre faire quelques photos pour étayer cet article.

Partager cet article
Repost0
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 14:03
On nous dit souvent parfois que nous habitons dans un village ravitaillé par les corbeaux. Justement voici la dernière livraison:
100 1035
Ils ne sont  pas encore assez déprimés pour voler sur le dos afin de ne pas voir la misère, c'est déjà ça...
Partager cet article
Repost0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 22:31

Un peu de musique? Cliquez sur le lecteur!



La neige est de retour et on va donc à nouveau se mettre à râler contre tout et contre tous, même si cette fois ça n'a pas l'air bien méchant: il faut dire que comme ce petit épisode neigeux ne concerne pas la région parisienne, bien évidemment cela va passer assez inaperçu.
En tous cas vous ne me verrez pas râler après les services compétents, mon voisin que je salue me comprendra, car les agents de (feue) la DDE, comme les postiers ou les enseignants ne sont pas responsables des moyens qu'on ne leur donne pas. Point.

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 17:48

Bon he bien voilà, à force de l'annoncer elle a fini par arriver, enfin par revenir plutôt parce que ça ne fait pas longtemps qu'elle était partie.

100 0960
Les visiteurs du matin ont laissé des traces.

100 0962
Les arbres ont revêtu leur feuillage d'hiver, un peu lourd mais si joli.

100 0963

100 0977
Comme il est pâle ce soleil qui arrose timidement Teyssieu...

100 0986

Mais au moins il y en a que la neige réjouit!

Allez voir d'autres de mes photos ICI et laissez un commentaire après votre visite. Merci.
Partager cet article
Repost0
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 14:56

Chez nous aussi c'est les Resto du coeur, mais les seuls bénéficiaires qui viennent jusqu'ici sont nos charmants voisins des bois.

100_0833.jpg

Partager cet article
Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche