Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 13:09

J'aime beaucoup les petites routes pour toutes les surprises et les charmes qu'elles recèlent comme cette jolie route qui mène à Saint-céré depuis mon petit village et que l'on appelle "la route du Pont du Bois", simplement parce qu'elle enjambe au milieu des bois le petit ruisseau du Mamoul. L'autre jour en flânant (rappelez-vous, c'est le jour où je n'étais pas pressée)  j'ai enfin pris le temps de m'arrêter: personne pour me demander médusé "Ben alors qu'est-ce que tu fabriques?", pas de gamin qui s'impatiente au bout de 30 secondes et qui supplie "Je peux descendre?! "...bref la PAIX, et en plus le beau temps (oui, car il y a des chances que je ne me sois pas permis cette halte sous la pluie, faut pas exagérer), idéal pour prendre quelques clichés.


Une petite route qui serpente au fond d'une gorge boisée du Ségala, creusée à travers le rocher pour monter vers l'Auvergne. Autrefois très fréquentée les jours de foires  elle est devenue plus paisible et il est rare d'y rencontrer beaucoup de voitures, sauf quelques habitués à qui l'étroitesse de la voie ne fait pas peur...et quelques touristes égarés!



Un petit ouvrage sur le cours du Mamoul, gentil petit ruisseau, jadis poissonneux, qui prend sa source à Sousceyrac et ondule au milieu des bois pour aller rejoindre la noble Dordogne près de Prudhomat.


Un simple tronc enjambe le ruisseau, comme un pont que la nature aurait jeté elle-même à côté du pont des hommes...

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 13:31

L'autre jour, après avoir déposé les garçons à l'école et en chemin pour aller amener ma fille chez sa nounou j'ai du emprunter une route secondaire, la principale étant coupée par un petit chantier. La route que je prends d'habitude est bien sûr plus rapide et directe mais sans aucun charme il faut bien le dire. N'étant pas pressée j'étais donc ravie de prendre ce chemin de traverse, que je connaissais déjà mais le long duquel je n'avais jamais pris le temps de flâner. Le long de cette route qui suit les déambulations de la Cère on trouve un petit barrage, une petite centrale abandonnée depuis bien longtemps et juste avant d'arriver au village de Gagnac il y a le cimetière avec ses tombes pelotonnées autour d'une vieille chapelle qui m'intriguait depuis bien longtemps: en effet il y a déjà une vieille église dans le bourg du village, alors je trouvais assez curieux qu'il y en ait une autre, surtout à cet endroit. Le portail du cimetière était ouvert, alors je suis allée voir ça de plus près et les explications placardées sur le monument m'ont éclairée.





C'est donc l'église Notre-Dame, encore appelée église de la Bessonnie ou tout logiquement Chapelle du cimetière. Il ne s'agit en fait que des restes d'une église qui daterait du XIVe ou XVe siècle et qui aurait servi au culte catholique pendant les Guerres de Religions, l'église Saint-Martin du bourg étant réservée aux Protestants. Le batiment semble coupé en deux, amputé de sa plus grande partie, la nef, dont on devine cependant encore les traces sur la façade, voûte grossièrement rebouchée on ne sait trop à quelle époque. Grâce aux quelques recherches que j'ai faites pour rédiger cet article (curiosité mais aussi respect pour mes lecteurs...)j'ai appris que Gagnac se trouvait au Moyen-Âge sur une importante route du sel, sur le chemin entre l'Aquitaine et l'Auvergne, itinéraire important si l'on en juge pas l'existence d'un port subsistant encore dans le nom du village de l'autre côté du pont:  "Port-de-Gagnac"...

J'aime bien visiter les cimetières, non pas que je sois nécrophile, ou que j'aie un penchant gothique ou quoique ce soit dans le genre mais simplement je trouve que les sentiments humains y sont bien représentés et restent toujours vivaces au-delà de la mort: ainsi la vanité est quelque chose qui est récurrent dans les cimetières, ne voit-on pas en effet des tas de tombes plus somptueuses les unes que les autres, pour ne pas dire pompeuses pour certaines, tout ça pour montrer aux vivants combien on aimait l'être disparu, alors que bien souvent ce n'est qu'hypocrisie et qu'il ne s'agit en fait que d'étaler encore ses richesses jusque dans la mort. Les cimetières anglo-saxons présentent cet avantage sur les nôtres que tous les morts y sont logés à la même enseigne: une simple pierre tombale à même le sol, sans fioritures, la pelouse comme simple dalle recouvrant les cerceuils.


Mais la vanité est chose bien futile et fugace, le temps se charge de lui régler son compte, c'est ainsi qu'au bout d'un moment les morts sombrent dans l'oubli, comme en témoignent ces deux clichés: tombe à l'abandon récent pour l'une , et oubli total pour l'autre, un panneau de la mairie invitant quiconque connaissant cette sépulture à bien vouloir prendre contact ...histoire de laisser la place à d'autres j'imagine... TEMPUS FUGIT comme dit l'autre.

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 14:27

Pour les amateurs de vieilles pierres, une prise de vue des tours de Saint-Laurent, à Saint-Céré, tout près de chez moi.



Les tours de Saint-Laurent sont les seuls vestiges de l'ancien château de Saint-Céré. Il est occupé du X au XIIe siècle par les seigneurs de Saint-Céré (Sainte-Spérie), puis devient le second château de la vicomté de Turenne.Sur sa colline les restes du chateau dominent et semblent veiller sur la ville; elles sont majestueuses les matins d'automne lorsqu'elle dépassent du brouillard qui enveloppe la ville, on dirait qu'elles flottent sur un nuage, c'est magnifique. Pour en savoir un peu plus, cliquez ici.

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 07:43

Quelques petites photos supplémentaires de Teyssieu pour vous mettre l'eau à la bouche: amateurs de vielles pierres, c'est par ici!




"Ce petit chemin, qui sent la noisette..." s'il ne sent pas forcément la noisette en tous cas il sent bon la fraîcheur puisqu'il mène à un petit point d'eau.


Encore une petite curiosité à découvrir au détour d'une ruelle: un escalier sculpté "dans son jus"!



Un élément de patrimoine de toute beauté: une souillarde sculptée, seul vestige d'une habitation malheureusement, enlaidi par quelques rapiéçages de ciment. Cela laisse imaginer la beauté de la maison qui devait l'abriter.


Un passage voûté au pied de la  tour médiévale, avec une jolie perspective sur les collines et la route qui descend vers Laval-de-Cère.

Evidemment Teyssieu n'est pas Versailles  (bienque le bois derrière chez nous porte curieusement ce nom!) mais il faut avouer que ce village a le don de replonger le promeneur dans le passé, de ramener ses pas sur ceux des anciens qui ont laissé leurs marques depuis le Moyen-Âge jusqu'au siècle dernier. Quel bonheur de pouvoir se déconnecter un peu!

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 22:34


Une trouée de ciel bleu au milieu de la frondaison des chataîgners, une invitation  à la douceur et à la flânerie...

un coin de fraîcheur dans la verdure et un petit chemin qui invite à la promenade dans le sous-bois naissant, hum ça fait du bien...bonne balade.

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2009 1 20 /07 /juillet /2009 08:19
 

Mes vieilles pierres

Voici une brève présentation de mon havre de paix,  petit village charmant et tranquille plein de vieilles pierres qui nous racontent à chaque détour de ruelle une histoire riche et tellement ancienne: en effet il reste même des vestiges gaulois !

 

 

 

 


Niché entre le Ségala et le Haut-Quercy, dans le nord du Lot, Teyssieu est un charmant village aux vestiges médiévaux, notamment sa tour du XIIIe siècle et son église. On retrouve un peu partout aux murs des maisons des pierres sculptées provenant du château disparu.

D'autres belles pierres plus récentes ornent de nombreuses façades que l'on aperçoit au détour des ruelles: il n'y a guère de maison qui ne présente une petite particularité architecturale.




Le village possède également tout un petit patrimoine qui s'offre au promeneur tout au long des balades: croix, puits, fontaines et même les vestiges d'un dolmen!


 

 

  linteau d'une ancienne fenêtre et croix de pierre aux sculptures presque effacées

 

 

 

 

   

La suite dans un prochain article!

 

Partager cet article
Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche