Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 21:05

tourisme à PREHISTOLOGIA, parc préhistorique à Lacave 

Après avoir satisfait nos estomacs (cf article précédent) nous sommes allés à Lacave. Non non non, je vous entends déjà dire « C'est normal, un bon petit breuvage pour faire descendre les cabécous... » Que nenni point du tout: Lacave est un charmant petit village à quelques kilomètres de Rocamadour, près duquel se situe un parc préhistorique présentant des reconstitutions de dinosaures ainsi que de nos ancêtres. Nos enfants étant en plein dans leur « période dinosaure » et après avoir vu un million de fois les DVD de L'Âge de glace (les 3!) on s'est dit qu'on allait leur en montrer en milieu naturel. Après avoir pris nos billets (8€ je trouve ça un peu cher pour aller voir des Cro-Magnons alors qu'il nous suffit d'aller dans nos familles, mais bon, c'était vraiment pour les enfants) on nous a précisé que c'était parfaitement praticable avec la poussette mais qu'il fallait absolument rester sur le sentier balisé car partout ailleurs , je cite, « le milieu a été préservé au maximum »: une fois bien avancés sur le sentier nous avons compris qu'il fallait  comprendre par là que « le milieu était entretenu au strict minimum »...tout est question de vocabulaire. De toute façon vu l'état de la végétation, une broussaille dense, véritable nid à serpents par une journée si chaude, il n'y a vraiment pas de quoi être tenté de sortir du sentier battu! En plus sur le Causse, à part les cailloux il ne pousse rien, même pas de risque d'aller trouver quelques champignons, alors...

 

IMAG1297.JPG

 

 Les Caussenards n'ont pas l'air très accueillants au premiers abord...

 

IMAG1298.JPG

 

IMAG1303.JPG

 

Beau specimen, voilà qui irait bien au barbecue géant de Rocamadour, n'est-ce pas?

 

IMAG1307.JPG

 

Je me suis fait ridiculiser par mon fils lorsque je me suis écriée "Oh le tricératops! "...Hé non, c'en était pas un, et on me l'a bien fait remarqué. La prochaine fois je fermerai ma bouche.

 

IMAG1315.JPG

Et voilà le terrible Rudy , le Tyranosaure tout droit sorti de L'Âge de glace 3. Si si, c'est lui.

 

IMAG1319.JPG

Celui-là, c'est pas le nuage de cendres qui l'a arrêté.

 

IMAG1322.JPG

 

IMAG1327.JPG

 

IMAG1329.JPG

 

IMAG1332.JPG

 

IMAG1330.JPG

 

IMAG1331.JPG

 

Je crois qu'il a eu peur du flash...

 

IMAG1336.JPG

 

Certes cela date de quelques millions d'années mais il y a ne serait-ce que 150 ans  bien des fermes en étaient presque encore là.

 

 

 Pour tous les férus d'histoire, les amoureux des tricératops, ptérodactyles et autres diplodocus, les mordus de mammouths et autres charmantes bestioles de l'époque, je vous conseille d'aller visiter le site de ce site (sic) en cliquant ICI.

Partager cet article

Repost0
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 09:48

 

Ce dimanche se tenait à Rocamadour la foire aux fromages annuelle: producteurs de fromages principalement mais aussi de produits régionaux divers (pain, vin, artisanat) viennent y présenter leur production, c'est ainsi l'occasion de faire des emplettes ...et de les déguster sur place! Certains viennent avec un pique-nique qu'ils complètent sur place avec le pain, le vin, le fromage, d'autres plus paresseux comme nous optent pour la formule plateau-repas préparé par les (nombreux) bénévoles de l'association organisatrice. Nous avons donc pu déguster des grillades d'agneau fermier du Quercy...humm, un délice, tendre à souhait, grillée juste ce qu'il faut...évidemment il ne faut pas aller voir les petits agneaux si mignons dans le petit enclos pour les enfants, sinon ça fait vraiment de la peine, mais que voulez-vous c'est ainsi, l'homme est cruel qui ne laisse même pas le temps aux animaux de grandir avant de les manger. Personnellement je suis moins cruelle, je suis prête à les laisser devenir adulte et j'apprécie tout autant le mouton que l'agneau, et je préfère le bœuf au veau (et mon porte-monnaie aussi d'ailleurs).

En tous cas nous dans le Lot on n'a pas besoin de FaceBook pour faire une apéro géant, enfin plutôt un barbecue géant: dans la file d'attente pour aller prendre les plateaux j'ai entendu que l'an dernier ils avaient servi 1000 repas, et un peu plus loin en approchant de la distribution des plateaux en question j'ai entendu un des bénévoles lancer fièrement qu'ils venaient de dépasser ce nombre...et il n'était que midi et demi. Après avoir mangé et fait un petit tour des stands, nous avons quitté les lieux, il était plus de 14h et il y avait toujours la queue pour les repas, je suppose donc qu'ils en ont servi un sacré nombre .

 

IMAG1276.JPG

 

Production de braise à la chaîne, pas de temps mort pour les cuistos!

 

IMAG1285.JPG

 

Ça ne se voit pas bien comme ça mais il y avait beaucoup de monde: les Champs Élysées se remplissaient de verdure pendant que les champs du Causse étaient noirs de monde...ce doit être ça le principe des vases communiquants.

 

IMAG1281.JPG

 

Cette sculpture d'un pâtre monumental , oeuvre de Maxime Hurgon, a été réalisée sur place, taillée dans un chêne de plus de 150 ans. vous noterez les détails: la chêvre à ses pieds...et la bouteille dans sa poche: quand je vous dis qu'il fait chaud sur le Causse.

Partager cet article

Repost0
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 06:32

En attendant que mon APN me revienne tout beau tout réparé, je fais le tri dans mes photos non exploitées et je viens de retrouver quelques clichés pris lors d'un de mes nombreux trajets vers Aurillac.

En empruntant la route qui passe par la Corrèze (si si, on peut) on passe par Le Teulet, un endroit d'apparence banal qui comporte néanmoins un excellent restaurant, le bien nommé Relais du Teulet, ainsi qu'une curieuse petite chapelle, plantée au milieu de nulle part, esseulée au bord de la route, entre quelques batiments agricoles. J'aime bien ces églises isolées, à l'image de la Chapelle du Bouniou ou celle d'Escalmels (toujours sur une autre route pour Aurillac): elles ont toujours une histoire à raconter que leur simplicité et leur aspect un peu perdu ne laisse pas soupçonner.

 

Le Teulet fait partie de la commune de Goulles, commune sur laquelle on trouve également les Tours de Carbonnières, des ruines comme je les aime. Étape du pèlerin sur le chemin de St Jacques de Compostelle, l’église St Pierre est une annexe de celle de Goulles et elle fut agrandie et restaurée en 1857. L’Auvergnat, qui en allant chercher fortune à Paris, trouvait cet oratoire sur sa route, y posait une offrande. Mais avec le chemin de fer, la « Capeloune de St Peyre » (en patois) l’intéressa bien moins.

Elle ne paye pas de mine cette petite chapelle mais j'y ai découvert de très beaux vitraux dont malheureusement je ne pourrais vous parler puisque n'ayant trouvé aucun renseignements, vous vous contenterez donc des photos!

100_1196.jpg

 

100_1202.jpg

 

100_1203.jpg

 

100_1204.jpg

 

100_1205.jpg

 

100_1206.jpg

 

100_1207.jpg

 

100_1208.jpg

 

Dommage que le retable (c'est bien ça?) soit flou, je l'ai trouvé très beau. Quant aux vitraux, j'espère que cela aura mis un peu de couleurs dans une journée bien grise.

Partager cet article

Repost0
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 08:44

 

La fontaine Saint-Cloud située à Nonards, près de Beaulieu/Dordogne en Corrèze, serait le lieu supposé d'un miracle, au IXe siècle, alors que les moines de Solignac (Haute-Vienne) venaient de s'y arrêter, transportant les reliques de Sainte Fauste d'Aquitaine afin de les mettre à l'abri des Normands qui dévastaient leur région. Saint Cloud est honoré, invoqué pour la guérison de certaines maladies, ce dernier est encore porté en procession jusqu'à la fontaine de son nom, chaque fin août et par les conscrits de l'année, et l'eau de cette fontaine, dont on vient encore régulièrement puiser l'eau, aurait la faculté de protéger des maladies.

Mais pourquoi est-ce que je vous raconte tout ça, me direz-vous? Hé bien parce que lors d'une petite promenade nous sommes passés auprès de la fontaine en question et que mon fils cadet a eu la mauvaise idée d'y tomber tout habillé (oui je sais je suis une abominable mauvaise mère qui ne surveille pas bien ses enfants, on me l'a déjà dit, merci), et que croyez-vous qu'il arriva? Non seulement il ne s'est pas noyé mais en plus, malgré un vent pas très chaud passant à travers les habits secs de fortune dont on l'avait affublé, il n'a même pas attrapé un rhume.

Si ça c'est pas un miracle....

 

 

Partager cet article

Repost0
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 16:26

Dans la série "C'était tout à côté mais on n'y avait jamais mis les pieds", dimanche dernier avec nos amis corréziens nous avons découvert un site tout près de chez eux, La Roche de Vic. Il faisait très beau mais il y avait un vent à décoiffer les cocus et autres bêtes à cornes et qui nous a glacés jusqu'aux os le peu de temps qu'on y est restés. Ceci dit la vue était belle mais aurait pu être encore plus splendide si le temps avait été un  peu plus clair, c'est pas grave, on y retournera peut-être.
 

À proximité des Quatres-Routes d'Albussac, en direction de Beaulieu-sur-Dordogne, cet escarpement rocheux domine le paysage à 636 m d'altitude. Il s'agirait, mais tout le monde ne semble pas être d'accord, d'un ancien oppidum gaulois qui était jadis entouré d'une enceinte ovale formée de murs ou de roches naturelles dont le diamètre atteignait 115 m... Les anciens fossés sont aujourd'hui recouverts de bruyères, deux petits sentiers serpentent au milieu d'une végétation quelque peu rabougrie pour mener jusqu'au sommet. La légende veut que Roland, neveu de Charlemagne ait lancé son épée, la Durandal, depuis le sommet jusqu'à Rocamadour... (trop fort ce Roland, ça doit bien être à une soixantaine de kilomètres...) Depuis 1880, Roche de Vic est consacrée à la Vierge. La chapelle érigée à son faîte, est encore surmontée d'une statue de Sainte Marie. Chaque année, le 15 août, un pèlerinage rassemble des centaines de personnes. La table d'orientation permet de jouir d'un large panorama sur 360 degrés
 

roche de vic

Bon évidemment là vous ne voyez pas grand chose, c'est normal, c'est un vieux cliché extrait  d'un bulletin d'une société d'études préhistoriques du siècle dernier  et sur lequel ne figure pas la petite chapelle en question. À voir à l'adresse http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1957_num_54_10_8078

 

 

 

100 1113
Pour arriver jusqu'à la chapelle on emprunte un petit sentier au milieu des bruyères et des rochers sur lesquels, ou plutôt entre lesquels essaye désespérément de s'accocher la végétation, comme ce petit arbre qui insiste pour pousser:

100 1105
100 1103

Des cailloux, toujours des cailloux, et ces arbres qui s'accrochent malgré tout, c'est têtu la nature quand même...

100 1126

100_1118.jpg
À 636m évidemment on a une jolie vue: depuis le belvédère panoramique sur le mont Gargan , les Monédières au nord , les monts d'Auvergne à l'est , le Quercy au sud et le bassin Aquitaine à l'ouest (ci-dessous l'Auvergne, cherchez bien) 
100_1120.jpg

 Voici donc à quoi ressemble ce site aujourd'hui:

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 14:06

Sur la commune de Roumégoux, pas très loin du Roc Roti se trouve une petite chapelle, toute seule au bord de la route,  une vieille maison inhabitée lui fait face et constitue sa seule compagnie. Enfin presque. Parce que juste à côté de cette petite chapelle du XVIIe il y a un petit monument couvert, un peu comme les lavoirs anciens, auquel je n'avais jamais prêté grande attention. Profitant de ma solitude et de ma liberté (ça va souvent de pair), je m'y suis arrêtée et j'ai découvert qu'il s'agissait d'une fontaine, la fontaine Saint-Géraud, saint patron et fondateur légendaire de la ville d'Aurillac. Le légende dit que lors du retour de son corps vers Aurillac (il serait mort à Saint-Cirgues dans le Lot ) de l'eau se mit à jaillir à l'endroit où les porteurs venaient de déposer le cercueil, leur permettant ainsi de se désaltérer.

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 08:03

Entre Sousceyrac et Saint-Saury se dresse une petite curiosité de la nature, le rocher dit "du Roc Roti": il s'agirait d'un mégalithe de type menhir, ancien monument druidique formé de grosses pierres dressées. Très peu de renseignements figurent sur ce gros caillou, juste une allusion à une légende qui veut qu'au temps des Gaulois un ermite vivait près de ce lieu et pratiquait des sacrifices d'animaux sur ces pierres. Comme quoi sur Internet on ne trouve pas toujours tout!
Ce que je peux constater cependant c'est que sur ce monument païen les Chrétiens se sont dépêchés d'y installer une croix, histoire d'abolir, symboliquement, l'ancienne religion des druides.


Par contre je ne m'explique pas le nom de "rôti"...aucune signification logique ne me semble venir d'un terme occitan, le mot doit donc être français, j'imagine que cela doit faire référence à un incendie dont le monument aurait été victime...mystère, mystère...

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 22:37
 

Chaque fois que nous nous rendons à Aurillac en passant par Sousceyrac je vois le panneau indiquant la chapelle et le moulin d'Esclamels, à la frontière du Lot: ce lieu m'a toujours intriguée car c'est un endroit complètement perdu au milieu des bois et de la nature et rien n'indique qu'il y ait un monument particulièrement remarquable. L'autre jour alors que je redescendais seule d' Aurillac, n'y tenant plus j'ai enfin pris le petite route qui descend vers cette fameuse chapelle et le moulin qui en est voisin. J'ai vite repéré le moulin, c'était facile il n'y avait qu'à suivre le petit ruisseau Escalmels qui s'élargit avant d'arriver au moulin. Quant à la chapelle j'ai failli ne pas la voir tant elle est minuscule, ce n'est qu'en faisant demi-tour dans ce hameau composé de deux maisons pour me garer prête à repartir que le monument m'est apparu. C'est une minuscule petite église, charmante au demeurant, de style gothique, formant un rectangle épaulé par des contreforts, deux croisées d'ogive forment la voûte et sa façade est ornée d'un petit clocheton. Bref un monument d'une simplicité et d'une austérité assez représentative des églises auvergnates, mais comme souvent pour des monuments si simples et qui paraissent anodins, il s'y cache des histoires intéressantes ainsi que je l'ai découvert en faisant des recherches dès mon retour à la maison. Je livre ici les grandes lignes de l'histoire de cette chapelle pour les visiteurs amateurs de vieilles pierres qui me font l'honneur de passer par chez moi de temps en temps.





Cette chapelle est dédié à Saint Eutrope, premier évêque de Saintes au IIIe siècle et dont j'ai lu auprès de sa statue située dans l'église qu'il était traditionnellement invoqué pour guérir les maux de têtes et les estropiés...bref un saint qui gagne à être connu et pour lequel on peut toujours garder une petite prière sous le coude, au cas où!. Le moine Bertrand de Griffeuille fonde à cet endroit vers 1150 un monastère, rien de moins, qui appartient à l'ordre des Cisterciens et fait donc édifier cette chapelle. Le monastère se développe puisqu'il comptera plusieurs dizaines de moines, mais en 1550 le prieur d'Escalmels se fait protestant, entraînant avec lui de nombreux moines qui finiront par incendier le monastère depuis jamais relevé de ses cendres. Au XVIIIe siècle l'abbé de la Vercantière fait restaurer la chapelle, qui le sera de nouveau en 1998.


Voilà pour l'histoire de ce lieu. Quand on se trouve sur le site où ne restent que cette chapelle et le moulin (encore en fonctionnement depuis le XIIe siècle, ça laisse rêveur), et deux maisons d'habitation, on a du mal à imaginer que des siècles auparavant vivait là une nombreuse communauté religieuse, dominée par un prieur dont la puissance était égale à celle des grands seigneurs du Quercy ou de l'Auvergne, et que des troubles ont eu lieu au bord de ce petit ruisseau si paisible aujourd'hui. C'est là magie des vieilles pierres que de témoigner et rappeler des temps et des histoires qui ne sont plus et qu'on ne soupçonne pas...

 

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 14:32

"Si Montal est capable de loger un roi, Loubressac possède une des plus belles vues du royaume", c'est en ces termes que Savinien d'Alquié parlait de ce joli petit village en 1670. Malheureusement vous n'aurez pas de photo de ce magnifique panorama car le temps était gris en ce dimanche où je suis allée faire un petit tour à la bourse aux jouets. Je n'ai rien trouvé pour mes enfants qui sont de toutes façons bien assez gâtés comme ça, mais comme j'étais seule j'ai pu faire un petit tour dans le village désert.

Dessus de porte sculpté

Le tympan de l'église est assez abimé (victime des marteaux des protestants) mais très travaillé, il représente la Crucifixion.
Je regrette de ne pas  être rentrée, tant pis ce sera pour une autre fois.
Cette église est en fait l'ancienne chapelle du
 castrum originel du XIIIe, elle est devenue l'église paroissiale après l'abandon de l'église Saint-Pierre du village primitif situé au lieu dit "l'Eglise Basse", 50m plus bas.

Maison à échauguette près du portail du château.

Le monumental portail qui ouvre sur le château, invisible depuis le village. Au XIVe le village est venu se réfugier autour du château contruit par Adhemar d'Aigrefeuille et il détient le titre de baronnie jusqu'en 1789 (tiens, mais que s'est-il donc passé cette année-là?...)

Une niche, abritant une statue, et un bas-relief ornent l'entrée du château.

Une gargouille un peu solitaire semble se moquer des visiteurs...vilaine, va!

Le château vu depuis la route qui va à l'Eglisse basse, le lieu-dit où se situait jadis le village primitif.

 

Au lieu-dit l'Eglise-Basse une croix rappelle que le village et son église étaient d'abord installés ici. Le piedestal est gravé sur tout son pourtour, c'est promis je reviendrai pour faire de meilleures photos et collecter plus d'infos car tout ça m'a bien intrigué...

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 14:08

Avant d'arriver au Lac du Causse, près de Chasteaux, on passe dans Le Soulier,  joli petit village dans lequel se rejoignent deux cours d'eau, le Sorpt et la Couze qui alimente le lac.


Le Sorpt gambade de cascades en cascades avant de rejoindre la Couze

A différents endroits de ce Causse corrézien on peut observer des grottes et autres cavités comme celle creusée dans la falaise calcaire qui surplombe le village du Soulier:




Le petit pont qu'on emprunte pour faire le tour du lac: si simple, si sobre, tellement charmant.


Depuis le chemin qui longe le Lac du Causse, en levant les yeux on voit le village de Chasteaux avec son clocher qui domine, mais un peu plus loin  se dresse une tour carrée entourée de ruines: ce sont celles du chateau de  Couzage, du XIII ou XIV siècle (querelle de spécialistes!) qui domine le lac:


Ruines du château de Couzage

Après cette nouvelle sortie en Corrèze on s'est dit qu'on allait un peu changer de département et essayer de trouver des balades sympas à faire "par chez nous", ça va nous changer d'air! Peu importe l'endroit de toutes façons l'important c'est d'être entre amis et de sortir de la maison pour profiter des dernièrs beaux jours.

Partager cet article

Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche