Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2020 4 29 /10 /octobre /2020 07:02

Dans le Berry sûrement, mais peu importe l'endroit car l'arrière-saison que chantent les Blankass c'est celle que nous avons tous au fond de nous, tout au fond. Cet arrière-pays qu'on aime retrouver quand on a été loin des siens, de ses racines, de tout ce et ceux qu'on aime. Cet arrière-pays c'est un lieu, celui de son enfance ou celui que l'on a choisi pour se retrouver, cela peut être aussi simplement les personnes qu'on aime, où qu'elles soient et qui nous font nous sentir bien tout simplement. Cette arrière-saison, elle est ce que chacun peut y voir.

La chanson était déjà belle mais les images ici ajoutent encore à la poésie et à la douceur de la mélodie et des mots. La lumière est tellement douce qu'on a envie de se laisser bercer, se laisser emporter par le courant... Moi ça me chavire.

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2020 5 23 /10 /octobre /2020 06:06

A l'heure où les Américains s'apprêtent à élire leur nouveau (on espère pas l'ancien) président, le chantre de l'Amérique qu'on disait "profonde", parfois avec une certains moquerie quand ce n'était pas franchement du mépris, Bruce Springsteen sort son 20e album. Le pays dont il parle dans ses chansons, c'est comme Mellencamp, celui du peuple avec tout ce que cela a de noble dans l'expression: les ouvriers, les agriculteurs, les petites gens et tous les oubliés du système, tous ceux qui ont  fait la nation. 

Mais cet album c'est aussi le retour de son groupe E-Street Band, et ça lui réussi pas mal: tous ces septuagénaires réunis dans l'amour de la musique et le plaisir de jouer en semble, ça file la patate et pour un peu ça donnerait presque confiance en l'avenir.

 

C'est dire si ça fait du bien.

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2020 5 16 /10 /octobre /2020 22:28

Sortie aujourd'hui d'une édition limitée du dernier album des Blankass avec un CD bonus de cinq inédits dont la version "électrifiée" de Manureva avec Chamfort, réalisée pendant le confinement. 

 

Et cette pépite qui s'incruste dans la tête et n'en sort plus. En boucle depuis que j'ai reçu le disque ce midi, de la voiture au bureau... 

 

Ah un bon weekend qui se profile!

Partager cet article

Repost0
15 octobre 2020 4 15 /10 /octobre /2020 09:40

Petite découverte, au fil de pérégrinations sur la toile. Comme quoi il est souvent bon de se perdre un peu.

Comme dit Guillaume Ledoux (oui je sais je ne peux pas m'en empêcher): "On a perdu le plan de la machine à perdre du temps..."

 

La chanson est belle et le petit prélude est à la fois drôle et très touchant.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2020 4 08 /10 /octobre /2020 05:00

Je ne suis pas très branchée "chanson française": les classiques Brel, Brassens, Ferré ou même des plus contemporains comme Thomas Fersen ou Gauvain Sers ne sont pas forcément ma tasse de thé même si j'apprécie la sensibilité de ces artistes et de tous ceux qu'on peut "ranger" dans le même tiroir. Il n'aura pas échappé aux quelques lecteurs qui me font l’amitié de me suivre par ici que je penche plutôt du côté du rock ou de la pop anglo-saxonne. Et pour ce qui est des chanteurs usant brillamment de la langue de Molière, avec Daran et Blankass ou Eiffel cela reste assez orienté pop-rock. 

 

Et pourtant... Grâce à Blankass justement j'ai découvert l'autre univers de son chanteur, révélant une très grande sensibilité et un certain sens de la poésie (même si c'était déjà présent avec le groupe). Il a commis il y a quelques années un mini album de six titres en acoustique, juste guitare, piano et voix, plus personnel. Il se produit de temps en temps avec le clavier du groupe pour des récitals intimistes dans des salles minuscules où il établit une vraie connivence avec le public car il adore cette proximité. Ce n'est vraiment pas du tout le genre de chose que j'aurais écouté a priori, mais les a priori c'est justement ce qu'il faut dépasser. En musique et de manière générale dans la vie.

 

Non ce n'est pas ce que j'aurais écouté au premier abord. Et pourtant. Je ne sais pas si c'est l'influence de la personnalité de Guillaume Ledoux qui me charme toujours plus à chaque fois que je découvre un peu de lui, mais depuis que j'ai découvert ce titre je l'écoute en boucle dès que je me mets à écrire. Tendre, mélancolique, douce, poétique et drôle à la fois, la chanson "Synovie" est une perle qui me donne des frissons à chaque écoute. Piano-voix, c'est simple mais c'est magique. Il faut quand même une sacrée dose de talent pour arriver à un tel degré de douceur et de poésie à partir d'un mot aussi incongru que "synovie"... Non?

Partager cet article

Repost0
5 octobre 2020 1 05 /10 /octobre /2020 14:37

Cinq minutes de pur bonheur. C'est cadeau!

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2020 6 26 /09 /septembre /2020 18:54

Depuis Mellencamp et les Blankass je savais que l’accordéon pouvait être drôlement rock’n roll et pas réservé aux bals trads. Il en va de même pour tous les instruments: ils sont ce qu’on en fait. C’est ainsi que je découvre qu’avec la cornemuse ça marche aussi. Voyez, ou plutôt oyez cette version de Shipping up to Boston un peu déjantée: ça secoue les tuyaux hein (allez directement à 0:45)?

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2020 7 20 /09 /septembre /2020 07:00

Les Blanklass ont fait jadis une apparition, furtive, dans un épisode de la série Capitaine Marleau avec l'inénarrable Corinne Masiero. Ils se sont retrouvés de nouveau il y a peu, l'actrice jouant dans leur dernier clip "Avec toi" sorti au tout début de l'année. Elle y incarne une entraîneuse de boxe, comme un clin d’œil au rôle farfelu et à hurler ("La bouchère de Béthune", comme une évidence!) qu'elle tenait dans l'excellent film "Les reines du ring" aux côtés de Marilou Berry ou et Nathalie Baye, entre autres. La petite vidéo que je vous propose est un bonus bien sympa dans lequel Corinne Masiero égale à elle-même fait son show. Tordant.

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2020 7 06 /09 /septembre /2020 10:43

Pour compléter un peu la découverte que certains auront fait de Daran grâce à l'article précédent, voici une petite interview de l'artiste tournée au Québec il y a quelques années. On y voit un artiste sincère, humble, travailleur et surtout libre et indépendant. Un artisan passionné. Comme les Blankass, j'y reviens toujours mais il n'y a pas de hasard  car c'est ainsi que je vois la musique (et l'art en général): un art réalisé par des artisans libres, indépendants, intellectuellement honnêtes et engagés. Je pourrais citer également le groupe Eiffel mais je vous réserve ça pour un peu plus tard... 

Partager cet article

Repost0
4 septembre 2020 5 04 /09 /septembre /2020 21:44

Tiré de ma compilation personnelle et sur-mesure qui me suit dans ma voiture, un morceau d'un chanteur français complètement et très injustement méconnu et qui gagnerait pourtant à être plus visible et audible tant est grand son talent. Jean-Jacques Daran a connu un certain succès au début des années 90 avec  des titres comme "Dormir dehors" ou "Aquarium" dans lequel il se moquait bien et à juste titre de la télévision. Un peu comme les Blankass il a toujours refusé de faire partie du système, c'est sans doute pour cela qu'il est parti exercer ses talents ailleurs, en l’occurrence au Québec où apparemment il se sent plus libre. Il a bien raison. 

Ses textes sont souvent empreints de poésie et d'une grande sensibilité, toujours pertinents et engagés, comme ce morceau sur la vanité et la vacuité d'une certaine partie de l'humanité. Ceux qui n'apprécient pas spécialement le rock pourront se contenter des paroles... Mais franchement vous auriez tort de vous priver de sa voix et de la musique...

Regarde la campagne vide,
J’ai aspergé mon champ d’un grand nuage de pesticides,
ça n’a pas pris longtemps oiseaux, insectes et asticots
J’ai buté toutes ces salop'ries d’un ptit tour d’hélico
Et ya plus qu’moi dans la prairie

Regarde la banquise vide,
Ya plus un ours la d’dans on f’ra pousser des arachides
Dès qu’y aura plus tout c’blanc et les indiens les esquimaux
Qui s’plaignent tout l’temps du réchauffement

Qu’ils s'achètent des frigos s’ils veulent tellement claquer des dents


Je peux tout, tout seul
Je veux tout, tout seul
Et si un jour la mort me cueille
J’veux pas de pleurs, j’veux pas de deuil

Je peux tout, tout seul
Je suis tout, tout seul
Et si je claque dans mon fauteuil
J’veux du wifi dans mon cercueil

Regarde les usines vides,
J’ai libéré l’humain d’la vieille activité stupide
Du travail à la main pour ça ya bien assez d’gamins

Qui rêvent d’assembler des smartphones dans des pays lointains
Pour qu’les miens chassent des pokémons

Regardent toutes ces têtes vides
Défoncées à l’info à chaque vague d’attentat suicide
On peut surfer plus haut, montrer des morts, monter des murs
Faut entretn’ir le stress et casser les rêves du futur
La peur c’est bon pour le bizness

Je peux tout, tout seul
Je veux tout, tout seul
Et si un jour la mort me cueille
J’veux pas de pleurs j’veux pas de deuil

Partager cet article

Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche