Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 11:34

Nouveau périple en Corrèze ce dimanche où nous nous sommes rendus sur le causse corrézien, car oui il existe un causse en Corrèze, j'ai découvert ça ce week-end. Connaissant le causse du Lot, et étant un peu chauvine, je l'avoue, je me disais "Pfff, du causse en Corrèze, les copieurs, sans doute un petit coin de cailloux, pas plus". He bien non, certes ça n'est pas comparable avec les paysages désertiques et parfois lunaires rencontrés du côté de Gramat, mais je dois dire que lorsqu'on arrive à Chasteaux et qu'on se trouve face à "la montagne pelée", la bien nommée, colline dénudée et rocheuse, comme surgie de nulle part, force est de constater que c'est quand même plus qu'un tas de cailloux: on dirait qu'un morceau de causse de Gramat est venu s'encastrer entre deux collines vertes et boisées de la vallée de la Dordogne, c'est très curieux.


En cherchant le Lac du Causse, ou étang de Chasteaux,sur la commune de Lissac (logique), nous nous sommes bien sûr égarés et nous sommes retrouvés en haut du village de Chasteaux, face à un groupe de randonneurs hilares devant ces deux voitures paumées ...dans un cul de sac! Certes la vue qu'on a depuis le village est superbe, mais ils devraient signaler que ça n'est absolument pas pratiquable en voiture (sauf en Mini ou Twingo mais certainement pas avec notre bétaillère!). Enfin c'est pas grave: comme on était là-haut on s'est garé tant bien que mal et on a profité du panorama!


Vue sur la vallée et un petit coin du lac depuis le porche de l'église de Chasteaux qui date  du XVe.


Le lac vu depuis l'église de Chasteaux

"Sept kilomètres à pieds, ça use ça use...": belle balade que ce tour du lac, mais on est quand même bien content quand on aperçoit la voiture! Lac ou étang, les deux appellations cohabitent pour cette étendue d'eau qui fait tout de même une centaine d'hectares et sur laquelle se déroulent des compétitions internationales (oui madame) d'aviron ainsi que des régates, en plus de toutes les activités de loisirs classiques comme la baignade ou le pédalo .



Le village de Chasteaux vu depuis le lac et  le moulin de Lissac.






Un petit bateau, des petites vagues...il n'y a plus qu'à remplacer les canards par des mouettes et on se croirait presque au bord de la mer!


Un dimanche au bord de l'eau...


Coucher de soleil sur le lac

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 14:27

 De son origine médiévale il ne reste guère du château de Sédières, sur la commune de Clergoux (entre Egletons et Tulle), que les tours à échauguettes et une entrée à pont-levis; il fut entièrement remanié au XV puis au fil des siècles jusqu'à présenter l'aspect Renaissance qui domine aujourd'hui. Après la Renaissance il connaît diverses phases d'abandons, et finalement en 1960 il est racheté par le Conseil Général de Corrèze qui procède alors à sa restauration. Aujourd'hui il accueille des congrès et diverses manifestations culturelles. Malheureusement il était assez tard lorsque nous y sommes arrivés, c'était notre dernière étape de la journée, nous nous sommes donc contentés de faire le tour du château mais c'est dommage car il est situé au cœur d'un grand parc jalonné de bois et de plusieurs étangs, il y a donc de quoi passer toute une journée à flâner, marcher, pique-niquer, rêvasser...il faut qu'on y retourne, c'est sûr!

Ce n'est pas spécialement le type de monument qui me ravit, car comme je l'ai dit précédemment, je préfère les ruines, ça me laisse davantage rêveuse, mais néanmoins ne boudons pas notre plaisir c'est quand même un très beau château. En fait j'ai une telle préférence pour le Moyen-Âge que tout ce qui date d'après le XVIe me semble trop...comment dire? ...beaucoup trop neuf !








Partager cet article

Repost0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 10:56

Situé entre Soursac et Lapleau, en Corrèze, le viaduc des Rochers Noirs, appelé aussi Roche Taillade a été inauguré par Poincaré en 1913. Sa construction  en 1911 a permis de placer un pont entre les deux escarpements rocheux bordant la Luzège une centaine de mètres plus bas. Long de 150 mètres on y accède côté Soursac par un tunnel long quant à lui de 123m . De sa construction jusqu'en 1959 il permet le passage du tramway , le "Transcorrésien", reliant Tulle à Ussel, ensuite il est transformé en départementale en 1960, puis en voie uniquement piétonne en 1983 et sera classé monument historique en 2000. Ses câbles ont été remplacés en 1985 mais d'autres travaux sont nécessaires à sa remise en état, d'ailleurs sa dangerosité fait qu'il est fermé par des grillages qui interdisent sa traversée à pied... viaduc fermé, Ventadour fermé, pas de bol!





Je précise que la photo est habilement prise entre les (grosses) mailles du grillage...je ne suis pas suicidaire!



La vallée de la Luzège vue du viaduc ...ho, c'est haut...









Je ne résite pas au plaisir de mettre ces cartes postales anciennes datant de la construction: au sommet des pylones on aperçoit les ouvriers, véritables héros qui travaillaient sans filets et pour un salaire de misère probablement, heureusement tout ça a bien changé (quoique?).











 Comme on le voit sur ce cliché il y avait mêmes des enfants qui travaillaient sur le chantier. Quand on pense que toute cette roche (123 mètres de tunnel!) a été creusée à la main, on peut dire que c'était de véritables bagnards!











Partager cet article

Repost0
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 20:43

Après un détour par l'Auvergne pour faire une halte au barrage de l'Aigle nous sommes redescendus de la montagne (pas à cheval) pour aller visiter les ruines du château de Ventadour, en Corrèze. Depuis la route on voit se dessiner, blanche, lumineuse et se découpant sur le ciel , la silouhette majestueuse de ce qui fut sans doute une assez grande construction si l'on en juge par les ruines qui subsistent. Personnellement je suis toujours plus impressionnée par des ruines que par un monument, si beau soit-il, lorsqu'il est entier: quand on est face à des vestiges on peut laisser libre cours à son imagination, écouter les pierres  raconter leur histoire et se mettre à reconstruire les châteaux à sa guise...





Cette place forte datant du XIe siècle a été prise par les Anglais pendant la Guerre de Cent Ans, puis le château fut dépecé à la Révolution Française, comme bien d'autres, et ses pierres servirent aux constructions alentour.

Ce site est lié au plus important troubadour limousin, Bernart de Ventadour, un fils de domestiques du château pour lequel le seigneur Elbles II se serait pris d'affection...les différentes versions romancées de la vie du poète laissent entendre qu'il serait plutôt son "bâtard", voire celui de Guillaume IX d'Aquitaine, un autre fameux troubadour...
Malheureusement nous n'avons pas pu aller nous promener parmi ces vieilles pierres pour entendre résonner au fond des ruines les échos lointains des fêtes médiévales et des ballades occitanes des troubadours et des ménestrels...car le site était fermé. Dommage.

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 13:49

Nouvelle promenade ce dimanche où nous avons voyagé sur pas moins de 3 départements (de l'avantage d'habiter aux frontières!): départ du Lot, passage en Corrèze pour aller boire le café chez nos amis, déjeuner dans le Cantal à Spontour, petite halte au barrage de l'Aigle, tours et détours (merci Riton : et la taxe carbone bon dieu!) du côté de Mauriac, retour vers la Corrèze pour aller voir les ruines du château de Ventadour et dernière visite au château de Sédières...ça s'appelle "optimiser ses déplacements"! On est casaniers, c'est vrai, mais quand on sort, même si on ne va pas loin au moins on en prend plein les mirettes.
















Le barrage de l'Aigle, dit "barrage de la résistance" car il abrita dès le début de la guerre parmi ses ouvriers des prisonniers évadés, des militants anti-fascistes venus d'Espagne et  d'Italie, puis l'équipe du barrage participa à un réseau clandestin.





Le rocher qui surplombe la construction et dont la légende dit qu'il abritait des aigles, d'où le nom donné au barrage: il ne s'agissait peut-être que de gros éperviers, mais "barrage de l'épervier" c'est sûr en ces temps troublés ça faisait moins guerrier, quoique...







D'autres photos en cliquant ICI.




La Dordogne en amont du barrage



La Dordogne en aval du barrage

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 08:24

Poursuivant notre petit périple après Curemonte, nous sommes allés nous promener dans les rues de Turenne, délaissées par les visiteurs et toutes à nous par cette belle journée de début septembre.


Cette très belle citadelle qui remonte au IXe siècle domine la vallée de la Tourmente et ouvre les portes du pays de Brive-la-Gaillarde. Depuis le château par temps clair on peut voir les monts d'Auvergne à l'est et les marches du midi toulousain au sud. Turenne est l'ancienne capitale de la vicomté du même nom qui jouissait jusqu'à son rattachement à la couronne en 1738 d'une quasi-souveraineté; cette situation privilégiée par rapport au reste du royaume a permis aux habitants de s'enrichir car ils étaient exonérés des taxes et impôts qui pesaient sur les autres régions. Notre village de Teyssieu a fait partie de cette vicomté, c'est à cette époque que le vicomte a fait remparer le village de  Teyssieu, avec la construction de notre fameuse tour, afin de pouvoir se défendre des barons de Castelnau avec qui les relations tournaient souvent à l'orage...mais on s'éloigne du sujet!
Du château de Turenne ne restent que deux tours de deux époques différentes, vestiges du démantèlement suite au rattachement à la couronne de France: la Tour de César (XIIIe) et la Tour du Trésor (XIV):

La Tour de César, XIIIe siècle, accolée aux restes des remparts de l'enceinte du défunt château.




La Tour du trésor, XIVe siècle, très différente de la précédente, carrée et massive.


Les maisons du villages sont installées tout autour du promontoire sur lequel a été bâti le château et les ruelles se déroulent en montant jusqu'aux ruines de la forteresse, irrégulièrement pavées et le long desquelles on découvre de riches demeures:




Voilà donc encore une très belle balade dans un des "Plus beaux villages de France" comme il y en a tant dans notre belle région, tous plus chargés d'histoire les uns que les autres, offrant aux promeneurs de belles surprises que ce soit du point de vue de l'architecture ou de la nature, avec de belles pierres et des paysages magnifiques.
Je sais que je me répète, mais vivement la prochaine balade!

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 07:21

Dans mon compte-rendu sur Curemonte j'ai malencontreusement oublié de parler de la petite grotte que l'on trouve à l'entrée du village: ce n'est  un chef-d'oeuvre ni de la nature ni de l'architecture mais c'est en tous cas une curiosité que cette grotte dite "des mécréants". C'est en fait une sorte de bâti de pierres calcaires telles qu'on en trouve sur le Causse abritant une statue de la Vierge Marie aux pieds de laquelle sont déposés des ex-voto dont les plus vieux remontent aux années 1930 .

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 10:48

Toujours sous la conduite de nos guides corréziens Muriel et Riton nous sommes repartis sur les routes de ce département voisin du notre afin de découvrir de plus près quelques sites remarquables enfin désertés par les touristes.Q'est-ce que c'est agréable de pouvoir se promener dans les ruelles de ces vieux villages comme Curemonte et Turenne sans se trouver emportés par des flots de promeneurs, et c'est formidable pour prendre des photos: pas besoin d'attendre qu'il n'y ait plus personne devant pour faire sa prise de vue...je n'ai rien contre les touristes, moi-même j'aime bien faire du tourisme...mais en dehors des périodes d'affluence, pour ça le mois de septembre est ideal car il fait encore très beau. Bref d'autres sorties sont déjà prévues pour les week-end qui viennent.

En attendant voici quelques photos de Curemonte : nos guides habitent à quelques kilomètres et Muriel nous a avoué qu'elle avait repondu plusieurs fois à des personnes qui lui avaient parlé de Curemonte "Ha oui, il faut y aller, c'est très beau!"...alors qu'elle n'y était jamais allée! Maintenant au moins elle n'aura plus besoin de mentir!

Curemonte est un tout petit village mais pas moins de trois églises et trois chateaux témoignent de sa grandeur passée. Deux chateaux d'époques différentes cohabitent au centre du village, l'un aux tours carrées (Saint-Hillaire, XIVe) et l'autre aux tours rondes (Plas, XVIe). Bien conservés ils restent imposants à la vue du promeneur qui pénètre
au coeur de l'ancienne cité médiévale.












En se promenant dans le village on découvre de magnifiques maisons qui semblent s'être mises sous la protection des chateaux, de belles maisons nobles  qui témoignent elles aussi de la richesse passée de Curemonte.




 

 




Fenêtres sculptées, quand les maisons des nobles se donnaient des airs de chateaux...











...ou fronton de portes si imposants  qu'ils rendent chaque entrée dans ces demeures des plus solennelles.


Ces promenades au milieu de ces vieilles pierres laissent rêveur sur la façon dont les choses évoluent: telle demeure si belle et vaste qui devait abriter des nobles et tous leurs serviteurs qui se retrouvent vides aujourd'hui peuplées seulement des fantômes du passé...











Cultivez-vous! Site de Curemonte
                       Office de tourisme du pays de Collonges-La-Rouge
                       corrèze.com


Partager cet article

Repost0
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 09:01

Comme je le  disais dans un article précédent (Balade en Corrèze: Aubazine et Cornil ), pas besoin d'aller bien loin pour se dépayser et passer une agréable journée, histoire de se sentir en vacances. Mon Ségala natal, au nord du Lot, présente cet avantage considérable d'être aux confins de plusieurs régions géographiques et géologiques ce qui permet de changer totalement de paysage sans parcourir une grande distance: ainsi le département du Cantal et l'Auvergne ne sont qu'à quelques kilomètres de chez nous. Avec Riton et Muriel, déjà nos complices pour la balade en Corrèze, nous avons fait une petite virée à Murat et au Lioran, à moins de deux heures d'ici. Si vous êtes des proches ou des habitués de mon blog (manifestez-vous!) vous connaissez mon amour immodéré pour tous les endroits bondés et surpeuplés, vous ne serez donc pas étonnés si je vous dis que j'adore la montagne en été: il y a vraiment beaucoup moins de monde sur les pistes!

Façade d'une maison ancienne à Murat


Clocher à Murat

Fenêtre sculptée à Murat


Musée de la sculpture à Murat


La statue de la vierge veille sur Murat depuis son promontoire
(petite grimpette pour les courageux!)


"Que la montagne est belle..." vue du Lioran

Vivement la prochaine sortie! Ceci dit vu le temps qu'il fait en ce moment, annonciateur de l'automne, la saison des pique-niques risque d'être terminée...he bien nous irons au restaurant, au diable la crise!

Partager cet article

Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 14:32

En rentrant du Coiroux, comme nous n'étions pas pressés, nous avons fait un petit détour par la vieille ville d'Aubazine, petite cité médiévale connue pour son abbaye cistercienne du XIIe. Pour ceux qui comme moi apprécient les vieilles pierres c'est un très beau village dans les rues duquel il fait bon se balader pour admirer les petites particularités architecturales qui ornent bon nombre de maisons.

Depuis la route on découvre Aubazine au-dessus de la vallée du Coiroux.

L'église et son imposant clocher

 La fontaine

En repartant d'Aubazine nous nous sommes dit "Tiens si on allait à Cornil, c'est tout près et il est indiqué qu'il y a un donjon du XVe" Et hop nous voilà partis pour quelques kimolètres de plus!

L'église de Cornil et le donjon du XVe, enfin ce qu'il en reste...

Tout autour de l'église se trouvent de beaux chapiteaux sculptés.


Les ruines du donjon de Cornil.

J'adore ces vieilles ruines qui malgré leur aspect témoignent d'une grandeur passée: quand on voit les nombreuses portes, les escaliers ou encore les traces de toitures accolées à ce donjon on se dit que l'édifice devait être imposant à son époque, on peut se mettre à imaginer toute la vie qui régnait à cet endroit, tous ces "ancêtres" qui ont foulé ce sol et vécu dans ces pierres.

Comme moi vous pourrez trouver plein de renseignements ici .

Le Coiroux, Aubazine, Cornil: à une cinquantaine de kilomètres à peine de chez nous on a passé une journée enrichissante qui nous a détendus , ouvert les yeux et l'esprit, c'est le tourisme comme je l'aime, rien à voir avec la bronzette sur une plage bondée de l'Atlantique, une autre balade d'il y a quelques jours dont je n'ai même pas envie de parler tellement il n'y a rien à en dire...

Partager cet article

Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche