Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 20:51

 

La Borne en fêteDécidément La Borne est toujours à la pointe de l'actualité. D'accord, de l'actualité locale seulement mais c'est déjà pas mal. Après avoir bien anticipé les frimas rigoureux du Ségala la voilà qui s'est parée de ses plus beaux atours afin d'être la plus belle pour aller danser. Enfin façon de parler car ce n'est qu'après moult boissons diverses et variées que certains pourront la voir danser, et là ils sauront qu'il est probablement l'heure d'aller se coucher. « Mais où va donc aller danser La Borne ?» me demanderez-vous. Eh bien au bal masqué organisé par l'association Anim'Laval à Laval de Cère le 12 février prochain.

 

Vous ne pourrez pas dire qu'elle ne vous a pas mis au courant...

Partager cet article
Repost0
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 20:38

Je ne suis pas particulièrement fan de Madonna mais elle m'accompagne depuis mon adolescence, alors forcément ça crée des liens, des souvenirs. Et même si je n'ai pas toujours réussi à suivre ses divagations musicales il y a des titres que je trouve suffisamment consensuels pour faire oublier les frasques de l'artiste ou ses égarements musicaux.

Lorsque j'étais enceinte de ma petite dernière j'entendais pas mal cette chanson et à chaque fois elle me remplissait d'émotion... les hormones sans doute. «I got you under my skin» il faut dire que ça collait parfaitement à la situation, et je trouvais que les paroles reflétaient bien ce que j'étais en train de vivre.

 Love Profusion, de l'amour à profusion ou quelque chose comme ça, c'est tout ce que je vous souhaite, il n'y a que cela qui vaille la peine.

 

 


 
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 20:27

L'autre jour en consultant les mails de l'école j'en ai trouvé un qui s'est avéré une petite récréation au milieu des mails publicitaires, des énièmes notes de service de l'Inspection et autres tracasseries administratives. Il émanait d'une école du département dont l'enseignant tenait à relayer la prise de position d'un proviseur dans un courrier adressé au ministre de l'EN et  que je vous donne à lire à mon tour. Je n'ai pas éprouvé le besoin de commenter cette lettre tant tout me semble dit et fort bien dit, M. Ascher dresse un tableau lucide de ce secteur de la fonction publique complètement miné, saboté, torpillé par ses propres têtes pensantes.

 

 

 

Michel ASCHER

Proviseur honoraire

xxxxxxxxxx

xxxxxxxxxLILLE

Lille le 22 décembre 2010.

Monsieur le Ministre,

Le 25 juillet 1996, M. François Bayrou, ministre de l'Education Nationale de l'époque, a signé mon diplôme d'accès au grade de Chevalier dans l'ordre des Palmes Académiques. Le 1er octobre 2004, M. François Fillon, ministre de l'Education Nationale de l'époque, a signé mon diplôme d'élévation au grade d'officier dans l'ordre des Palmes Académiques.

Je reçus cette distinction comme un honneur et comme la reconnaissance d'un travail accompli dans des secteurs géographiques variés, souvent défavorisés (Roubaix, Louvroil, Tourcoing, Seclin).

Dans ces différents postes, d'abord comme principal, puis comme proviseur je me suis toujours attaché à tout mettre en oeuvre pour offrir aux élèves accueillis la meilleure formation possible.

Pour ce faire, j'ai travaillé en lien étroit avec les différentes équipes pédagogiques pour que la prise en compte des élèves en difficulté soit une réalité et que des conditions décentes d'encadrement soient respectées.

Aujourd'hui quand je découvre que les Recteurs des Académies se verront attribués une prime allant de 15000 à 22000€ par an s'ils parviennent à supprimer le plus de postes possible ou, mieux encore, s'ils osent fermer purement et simplement une dizaine d'établissements par Académie je ne peux rester sans réaction devant un tel cynisme.

C'est pourquoi, mon indignation étant à son comble, je ne souhaite plus que mon nom reste lié plus longtemps à cette distinction dans l'ordre des Palmes Académiques.

Tout au long de ma carrière passée à l'Education Nationale il m'est arrivé de ne pas être en accord avec telle ou telle orientation générale de l'institution, mais le débat existait encore et des solutions pouvaient parfois être trouvées. Aujourd'hui, seule

la logique comptable  a droit de cité et le passage en force est la règle de conduite qui, seule, semble pouvoir être retenue.

Nos concitoyens, à qui de plus en plus d'efforts sont demandés, ne pourront que se sentir une fois de plus humiliés par ce geste scandaleux et hautement symbolique d'un pouvoir qui met l'argent au dessus de tout. Rétribuer un représentant de l'Etat sur sa capacité à détruire encore plus le service public d'Education est un acte qui vous déshonore totalement. Voilà pourquoi j'ai décidé de vous renvoyer mes diplômes de Chevalier et d'Officier des Palmes Académiques.

Par votre mépris et votre cynisme vous humiliez

tous les personnels de l'Education Nationale qui n'en peuvent plus de devoir accomplir leur mission dans des conditions que votre politique à très court terme rend de plus en plus déplorables.

 

Je ne peux, Monsieur le Ministre que vous transmettre l'expression de ma très profonde tristesse.

 
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 20:16

Depuis que j'ai commencé la campagne de recensement sur ma commune je dois dire que je ne suis tombée que sur des gens charmants, très accueillants...et souvent très bavards. Bon il y a bien quelques maisons où si on est resté poli avec moi j'ai bien compris que toutes ces questions agaçaient un tantinet, j'ai même eu droit à un laïus sur la confidentialité, les fichiers des différents services administratifs, la toute-puissance de l'État, à quoi s'est ajouté une réflexion sur les murs qui parlent. Si si. Mais dans l'ensemble je n'ai fait que de très agréables connaissances avec des gens que je ne connaissais pas, j'ai pu ainsi mettre des visages sur des noms et inversement. Et cet après-midi j'ai fait la connaissance d'une charmante dame de 88 printemps, qui m'a dit, une fois qu'elle a réalisé qui j'étais, que sa nièce était une lectrice de mon blog. Alors si cette lectrice vient à passer par ici je la salue et la remercie de ses visites.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 13:58

En ouvrant les pages de Libération.fr je furète et je vois un titre qui m'accroche : Alain Minc se serait insurgé contre des révélations faites sur l'état de santé de Chirac par Le Journal du Dimanche. Vous vous souvenez d'Alain Minc, ce monsieur fort sympathique, ami de Sarkozy (c'est vous dire s'il est aimable) qui trouvait que son père de 102 ans coûtait trop cher à la société (sinon allez faire un tour ICI) ? Connaissant le bonhomme je me suis dit que s'il avait encore des choses du même acabit à nous asséner, ça promettait une bonne lecture.

Grosso modo M. Minc trouve que c'est choquant de parler de l'état de santé de Chirac car c'est manquer de respect à la personne privée, et pour ce qui est de l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris dont le procès doit bientôt débuter Alain Minc est d'avis qu'il y a des cas, comme celui-ci, où l'oubli devrait être de mise, surtout pour des choses « qui ne relèvent pas du crime ou du délit majeur ».

Certes Chirac n'a tué personne mais on ne peut pas dire que cette énorme magouille soit quelque chose d'anodin il me semble. C'est dommage que Chirac ne soit pas assez vieux sinon on aurait pu appliquer les principes de Minc et envisager l'euthanasie, on aurait ainsi fait d'une pierre, enfin d'un Jacques, deux coups: des économies pour la Sécu et aussi pour la justice puisque le procès aurait tourné court, un simple lampiste ayant été sans doute trouvé pour porter le chapeau.

 

Je sais que je ne devrais pas en rire mais il y a quand même quelque chose d'assez cocasse dans les soucis de santé de cet ancien président: figurez-vous que selon des proches la maladie d'Alzheimer aurait été évoquée. Il faut avouer que ça tombe bien à l'approche du procès, une petite perte de mémoire et hop!

 

Pour une franche rigolade, lisez l'article de Libération.fr.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 13:12

Heureusement qu'il m'arrive d'aller parfois chez ma coiffeuse, sinon comment pourrais-je me tenir au courant des derniers potins de nos amis les people ? J'étais donc hier plongée dans un numéro plus très frais de Paris-Match lorsque je m'attarde sur les photos d'une soirée mondaine quelconque. Parmi les heureux élus de ce gratin je vois Anne Lauvergeon, présidente d'Areva, tenant à son bras un charmant cavalier dont la légende m'apprend qu'il s'agit de son mari... Un certain Olivier FRIC.

 

Je vous assure que c'est vrai, je n'aurais jamais songé à inventer un truc pareil...

 

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 21:10

N'étant pas au mieux de ma forme ces jours-ci j'ai hésité à poster une chanson qui reflète mon humeur...Je ne voudrais pas mettre le bourdon à mes lecteurs, vous ne méritez pas ça. J'ai donc un peu fouillé dans les quelques neurones qui me restent pour vous dégotter une chanson qui donne la pêche, et j'ai trouvé ce vieux tube de Bryan Adams, le sous-Springsteen canadien qui a eu son heure de gloire dans les années 90. Non non non, rassurez-vous je ne vais pas vous servir cette bluette fadasse qui a servi de B.O pour le navet Robin des Bois.

«Can't stop this thing we started» est un modèle du genre en matière de bon gros rock qui tache et fait du bien: batterie, guitare, basse, pas de fioritures et une voix râpeuse pour emballer le tout, le type même de la chanson efficace.

 

Tiens voilà que j'ai déjà un peu plus d'entrain, j'espère qu'il en sera de même pour vous après CE MORCEAU.

 

 

 

Oui je sais il faut cliquer, je n'ai pas été fichue d'insérer la vidéo... quand je vous dis que je suis fatiguée... 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 20:55

Mes oreilles traînaient paresseusement sur France-Inter qui diffusait une émission scientifique lorsque tout à coup ces mêmes oreilles ont été interpellées, que dis-je, carrément happées, par le terme de sarcosine. Évidemment je n'avais rien  suivi de l'émission et du coup je ne savais pas vraiment de quoi il s'agissait. De retour à la maison et afin de ne pas mourir idiote je me suis précipitée sur un dictionnaire qui m'a permis d'apprendre que la sarcosine, je résume, est une molécule dont on a découvert qu'elle aggraverait le cancer de la prostate.

 

Pourquoi je vous dis tout ça? Hé bien parce que dans la même famille on trouve le terme de sarcome qui désigne une tumeur maligne, bref un cancer.

De là à conclure que Sarkozy est une gangrène...J'en connais qui franchiront le pas...

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 21:42

 

J'ai entamé il y a quelques jours une nouvelle carrière, éphémère encore, celle d'agent recenseur : en effet la population teyssiolaise(car c'est ainsi qu'on appelle les habitants de Teyssieu) doit être recensée cette année, et j'ai été contactée par la mairie pour effectuer cette très officielle et néanmoins intéressante tâche. Avant d'effectuer le recensement de la population elle-même il a d'abord fallu faire une enquête préliminaire afin de relever toutes les adresses de la commune pour n'oublier personne. C'est ainsi que je me suis trouvée jetée sur les routes avec mes cartes de secteurs, mes copies de cadastre et mes listes de lieux-dits, certains dont je n'avais jamais entendu parler, ou bien que je connaissais sous un autre nom. J'ai commencé par un mercredi pluvieux : j'ai mouillé tous mes papiers, mais ils sont restés lisibles, j'ai ruiné une paire de bottes (pas prévoyante du tout l'agent recenseur : j'aurais dû opter pour des bottes en caoutchouc, bien plus adéquates en milieu rural humide) et ma voiture à la fin de la journée avait changé de couleur, du bas de caisse jusqu'aux rétroviseurs. Enfin j'ai tout de même découvert des coins de la commune dans lesquels je ne me serais jamais aventurée de ma vie sans ce prétexte, d'ailleurs j'en ai fait la remarque à la secrétaire de mairie qui se trouve être ma coordonnatrice communale (elle me chapeaute quoi, elle-même étant coiffée par son superviseur) dans un mail que je lui ai adressé et dans lequel je lui disais que j'avais survécu à un voyage au bout du monde, c'est-à-dire à La Sole et au Moulin de Paillargue, ce à quoi elle m'a répondu non sans humour que je serai dédommagée de mes frais de carburant mais qu'en aucun cas les billets d'avion pour le bout du monde n'étaient pris en charge par la commune...

Et pourtant, c'est peu dire que je suis allée dans des coins paumés. Mais il y a paumé et paumé. Vivre isolé sans voisins au milieu des châtaigniers ou au sommet d'une colline d'où le regard embrasse les collines avoisinantes et se perd à l'horizon, ça a de quoi combler les amateurs de solitude et de contemplation. Mais vivre en reclus au fond d'une vallée qui ne voit presque jamais le soleil, être obligé lorsque on veut rejoindre la civilisation de faire des kilomètres d'une route incertaine, franchement, ça fait réfléchir. Bon ne noircissons pas le tableau, ce n'est quand même pas l'enfer. N'empêche qu'il y a des moments où je me suis demandée quand j'allais arriver, si j'allais même finir par arriver d'ailleurs, et surtout si la route était carrossable jusqu'au bout. Imaginez-vous prendre une route s'enfonçant sous les arbres et qui descend inexorablement, tournant et virant sans cesse, vers le fond de la vallée, au fur et à mesure de votre voyage vous voyez le goudron céder insensiblement sa place aux cailloux, la route qui devient de plus en plus un chemin laisse deviner ça et là des plaques de terre d'où même les cailloux finissent par disparaître, et comme la nature est la plus forte elle réussit à imposer un peu de végétation entre les traces du passage de la dernière voiture (il y a deux, trois mois ?). Le côté rassurant de la chose c'est que vous êtes sûrs d'être sur la bonne route... car il n'y en a aucune autre. Là où l'agent recenseur commence à avoir des sueurs c'est quand elle aperçoit enfin la maison qui est marquée sur le plan, mais qu'elle s'aperçoit aussi que c'est tellement étroit qu'elle ne pourra jamais faire demi-tour avec sa voiture : hé oui car gourde comme elle est, au lieu de prendre le 4x4 de son mari elle a préféré prendre la grosse bétaillère à 7 places, tout ça parce qu'elle n'aime pas les CD qui sont dans le 4x4 ! La perspective de refaire deux kilomètres, qui en ont paru dix, en marche arrière n'est pas franchement réjouissante à ce moment-là du périple, je vous l'accorde, même pour les plus tordus.

Évidemment ces maisons ne sont en général que des résidences secondaires, et elles m'ont paru d'autant plus tristes pour certaines, que je les ai découvertes sous la pluie. Les gens du coin vous diront qu'il faut y être né pour pouvoir y vivre...Mais même ceux qui y sont né sont partis ! Ne restent que les Anglais et les Hollandais, visiblement de grands solitaires quoique forts sympathiques et pas du tout asociaux. Ceci dit j'ai découvert une résidence secondaire magnifique, pourtant au fond d'une vallée noyée dans la forêt elle aussi puisqu'il s'agit d'un moulin, une belle demeure qui malgré le temps des plus chagrins m'a parue très plaisante, avec son petit parc et son étang ; c'était mon jour de chance car le propriétaire des lieux était là, lui qui m'a dit n'y passer que quelques jours par an, et il a semblé très étonné lorsque je lui ai demandé pourquoi... Ces Parisiens alors, jamais contents...

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 07:51

Ce n'est pas tous les jours que les politiques montrent l'exemple alors le cas est suffisamment rare pour être noté. Oui en ces temps de crise, d'austérité et de réduction des budgets il y a un parti qui sait faire des économies, c'est le FN : ben oui en élisant une autre Le Pen pour succéder à Le Pen ils n'auront pas besoin de changer les affiches. Y'a pas de petites économies.

Partager cet article
Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche