Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 07:22

Quelle lassitude étreint mon inspiration en ce moment, c'en est navrant. Il y aurait pourtant des tas de choses à dire et à commenter sur l'actualité qui hélas ne laisse guère de répit à notre colère citoyenne. Je ne ferai pas la liste de toutes les magouilles, scandales et autres injustices méprisables (et méprisantes) de la part de nos gouvernants: d'autres l'ont déjà fait , sur les blogs ou ailleurs, et bien mieux que je ne l'aurais su. Inutile donc d'en rajouter en vaines causeries (ça aussi certains le font très bien...).

Bref mon envie d'écrire semble se mettre en vacances elle aussi, et je ne me sens pas le courage de me mettre la rate au court-bouillon, je préfère lire vos analyses et commentaires sur tous ces sujets qui n'en finissent pas de nous irriter.

 

Un article tous les jours...Pfff, mais comment vous faites?!

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 07:09

 

Il y a quelques jours je me suis rendue à Latronquière, capitale du Ségala. Sur le chemin du retour, par un soleil de plomb, ayant vu le panneau de Labastide du Haut-Mont j'ai eu envie d'aller y faire un petit détour, n'étant pas trop pressée par le temps et profitant d'un peu de solitude.

Je connaissais de nom le village puisqu'il y a là-haut un relai de télévision qui dessert une bonne partie du nord du département. Mais je n'avais jamais eu l'occasion de découvrir le village lui-même. A postériori je me rends compte que je n'ai pas loupé grand chose car à part sa situation élevée et ses magnifiques... pylônes, le village ne recèle rien de remarquable.

Je suis allée jusqu'à la table d'orientation qui certes offre un joli point de vue, cependant le panorama est un peu gâché par l'énorme pylône (60m je crois) du relais de télévision à gauche, un autre un peu plus petit d'EDF en face, et une grosse stabulation bien odorante à droite. Tout ça n'est guère folichon on en conviendra.

Néanmoins j'ai réussi à prendre quelques photos en me contorsionnant pour éviter les « intrus ». Depuis les presque 780m d'altitude on observe le plateau des Millevaches, les monts d'Auvergne, ceux de l'Aubrac, les collines du Quercy et jusqu'aux Pyrénées pourtant bien lointaines. Ne vous tuez pas les yeux à essayer de les distinguer sur ces clichés car le temps était bien trop fumeux, il faudrait revenir après la pluie lorsque le ciel est bien lavé. En attendant on devine tout de même que la vue s'étend assez loin. D'ailleurs ce point a été choisi au XVIIIe siècle comme station de la Méridienne de France dont il paraît qu'elle devait préciser la forme et les dimensions de la Terre.

 

Labastide, orientation

 

 

Labastide, vue 1

 

Labastide, vue 2

 

Labastide, vue 3

 

Labastide, vue 4

 

Le village possède outre sa jolie vue sur le paysage une petite église qui de loin a l'air intéressante. Je dis de loin parce que contrairement à toutes les petites églises que j'ai pu vous présenter et qui possédaient un intérieur digne d'intérêt que ne laissait souvent pas soupçonner l'extérieur, celle-ci n'a vraiment rien d'extraordinaire: la voûte a été banalement lambrissé en blanc, les murs sont insignifiants. Le seul élément qui mérite de sortir son APN c'est une vierge restaurée:

 

Labastide, église 6

 

Pour tout savoir sur cette statue et sa restauration, suivez le lien suivant: Patrimoine du Lot

 

De l'extérieur, l'église est pourtant charmante, mais la transformation de l'ancienne sacristie en atelier du cantonnier, et l'utilisation de ce qui était peut-être un ancien bénitier ou un pilier comme jardinière en dit long sur le peu de cas que le village, à une certaine époque au moins, faisait de ce petit édifice.

Labastide, église 1

 

Labastide, église 2

 

Labastide, église 4

 

Labastide, église 5

 

Labastide, église 3

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 06:17

Pour compléter mon article précédent et parce que mes pauvres petites photos ne rendent pas vraiment hommage à la beauté des toiles de Villatte que j'ai pu voir, voici un lien vers le site du peintre qui vous en dira un peu plus sur lui et qui vous montrera d'autres oeuvres.

 

Cliquez  ICI et mettez en mode plein écran...

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 08:57

Avant de repartir de Saint-Sozy, j'ai fait un petit détour dans le village voisin, de l'autre côté de la Dordogne, où se tenait l'exposition du peintre Jacques Villate, "peintre de l'eau" comme on me l'a souvent défini, tant il est vrai que c'est son sujet de prédilection, et qui exposait ses toiles dans un cadre dont on m'a vanté toute la journée la beauté: il n'en fallait pas plus pour que mon appareil photos en ressente des démangeaisons.

 C'est ainsi que je suis allée faire un petit tour à Meyronne, dans les anciens jardins du couvent, devenu aujourd'hui propriété privée qui accueillait donc l'exposition en question et qui en outre permettait de faire un jolie promenade ombragée, ce qui n'était pas du luxe par cette journée de presque canicule.

 

Meyronne, le pont sur la Dordogne

Le village de Meyronne vu depuis le pont sur la Dordogne.

 

 

 

Meyronne,l'ancien couvent vu du pont

L'ancien couvent vu depuis le pont.

 

Meyronne, la Dordogne

La Dordogne qui sépare Saint-Sozy à gauche et Meyronne à droite.

 

 

Quelques vues du jardin:

Meyronne, jardin du couvent 1

 

Meyronne, jardin du couvent 2

 

Meyronne, jardin du couvent 3

 

Meyronne, jardin du couvent 4

 

Meyronne, jardin du couvent 5

 

Meyronne, jardin du couvent 6

 

Meyronne, jardin du couvent 7

 

Meyronne, jardin du couvent 8

 

Meyronne, jardin du couvent 9

 

 

Les toiles du peintre semblaient s'être fondues dans ce cadre, le lieu et les oeuvres se mettant mutuellement en valeur.

 

Meyronne, expo Jacques Villate 1

 

Meyronne, expo Jacques Villate 2

 

 

 

Meyronne, expo Jacques Villate 4

 

Meyronne, expo Jacques Villate 5

 

Meyronne, expo Jacques Villate 6

 

Meyronne, expo Jacques Villate 7

 

Personnellement je ne comprends pas grand chose à l'art contemporain, néanmoins je dois dire que j'ai été assez sensible à ces peintures de Villate, peut-être à cause du sujet car j'aime l'eau moi aussi, ou peut-être à cause du cadre de l'exposition, ou peut-être de la symbiose entre les deux, qui sait...

 

Partager cet article

Repost0
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 13:07

Roselyne qui vient tancer l'équipe de France de foot avant leur retour au bercail, Thierry Henry reçu en urgence à l'Élysée par le président de la république himself, et aujourd'hui Domenech (qui croyait profiter pleinement du pactole amassé malgré tout  de sa toute fraîche retraite) qui est convoqué à huis clos avec les députés pour s'expliquer...

 

Non mais on va où, c'est quoi la prochaine étape, une cour martiale?

Partager cet article

Repost0
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 07:16

Lors de ma journée dans le charmant village de Saint-Sozy je n'ai pas eu le temps de faire du tourisme puisque je devais rester à mon stand...des fois qu'un client se pointe. A postériori je me rends compte que j'aurais bien eu le temps d'aller flâner! Mais ce n'est que partie remise et nous aurons bien d'autres occasions d'y retourner, d'autant plus que ce n'est pas vraiment loin. Bien sûr on attendra peut-être que les touristes soient repartis. Et les chaleurs aussi, parce que bien que ce soit sur les bords de la Dordogne, on est encore un peu dans le Causse de Martel, et là l'été il y fait un peu chaud.

Néanmoins j'ai pu prendre des photos depuis la place où se trouvaient certains stands, dont le mien.

 

Saint-Sozy, l'église

 L'église de Saint-Sozy n'a vraiment rien à voir avec celles que j'ai pu vous présenter précédemment lors de différentes petites balades: celle-ci est imposante dans ses dimensions, et un peu prétentieuse à mon goût pour un village qui reste bien modeste. En fait celle-ci date du début du XXe siècle, elle a été construite pour remplacer l'ancienne église trop dégradée, qui en outre gênait l'agrandissement de la place du village. La nouvelle a donc été bâtie en retrait de la place, de l'autre côté de la route qui traverse le village. Imposante, de style néo-roman, trois de ses grandes arcades ont du être étayées car elle est sur un zone marécageuse. J'avoue qua lorsqu'on connaît le climat et la géologie du coin on a du mal à croire qu'il puissent y avoir des marécages!

 

 

Saint-Sozy,la vue depuis la place

 Voici la vue dont je pouvais jouir depuis la table où j'étais installée, pas mal hein?

 

 

Saint-Sozy,atelier de reliure

 À ma droite l'atelier de reliure de Brigitte Le Rallic-Tramond.

 

 

Saint-Sozy, papèterie de Vaux

Le stand de la papèterie de Vaux, artisanale comme il se doit et qui est aussi une résidence d'artiste ainsi que me l'a indiqué la charmante jeune femme qui a fabriqué de jolis papiers toute la jourée.

 

 

Juste à côté de moi, partageant le même platane, l'atelier d'Arnaud Vitet, enlumineur à Figeac:

Saint-Sozy, enlumineur 1

 

Saint-Sozy, enlumineur 2

 

Saint-Sozy, enlumineur 3

 

 

Et enfin voici une vue de mon modeste stand:

Saint-Sozy, mon stand

Partager cet article

Repost0
29 juin 2010 2 29 /06 /juin /2010 05:51

Certaines choses vieillissent fort bien et se bonifient même avec le temps, comme le vin, certains fromages. Et puis il est des choses qui vieillissent très mal et qui ont tendance à entrer en putréfaction avec les années. Il en va de même avec certaines personnes.

Prenez le cas de Philippe Val le désormais très contreversé et impopulaire patron de France-Inter: un article de l'excellent blog de Plumacide vient de me rappeler qu'à ses débuts celui qui allait devenir le patron de Charlie Hebdo, journal satirique s'il en est, avant de prendre les rênes de la radio publique (déjà une curieuse évolution) avait été comédien et consituait la moitié du duo Font et Val qui ne faisait pas dans la dentelle , pratiquant un humour qui ferait passer Guillon et Porte pour de subtils intellectuels et philosophes.

Comme quoi on change.

C'est quand même une drôle (pas tant que ça hélas) d'évolution de passer de la satire et de la critique féroce du pouvoir à la soumission totale et au cirage de pompe quelques années plus tard.

 

Un ancien humoriste qui vire ses humoristes: si ça continue Bigard va devenir directeur du Monde et licencier Plantu...

Partager cet article

Repost0
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 21:09

 

Il fait très beau, ce dimanche promet d'être chaud mais on m'a installée sous les grands platanes de la place du village : à part quelques feuilles qui pourraient malencontreusement tomber, cela ne risque guère de gâcher ma journée. Après avoir réalisé un travail pour l'association La Vallée des Rocs celle-ci m'a invitée à participer à leur dernière édition de « Livres en rocs » qui rassemble quelques auteurs mais surtout des artisans, voire des artistes, du livre: papeterie artisanale, atelier de reliure, d'enluminure, auxquels il faut ajouter quelques bouquinistes. Autant dire que je me sens un peu isolée, mais je suis bien dans mon petit coin, au frais sous les arbres, et je discute avec des personnes bien sympathiques. Le seul point noir c'est qu'il est 11h30 et que je sens le doux fumet des cuisines de l'hôtel tout proche...et ça n'est rien de dire que ça m'ouvre l'appétit!

Évidemment ça n'a rien à voir avec la journée du livre de Teyssieu durant laquelle j'avais pu discuter et plaisanter sans arrêt avec mon voisin de stand: ici je suis toute seule vers le milieu de la place mais du coup je suis bien exposée à la vue des passants qui sont moins nombreux qu'à Teyssieu: il faut dire qu'en face, à la mairie, sont rassemblés les auteurs, ainsi que des expositions sur la rivière Dordogne, donc je pense que c'est surtout là-bas que se rendent les visiteurs.

Bah, je ne me plains pas : je suis à l'ombre pour toute la journée, on m'a gentiment fourni une rallonge de chantier pour mon ordinateur, et le paysage entre les branches et l'église est superbe avec cet éperon rocheux qui doit surplomber la Dordogne à quelques kilomètres. Évidemment ici pas grande chance de voir passer des gens de connaissance, tant pis. Je crois que ce que je regrette c'est que personne ce matin n'ait encore été tenté par l'atelier d'écriture que j'ai honteusement importé de Teyssieu : c'est vrai que j'aurais sans doute dû adapter les photos au lieu, ainsi quelques vues de la Dordogne auraient-elles peut-être pu inspirer davantage des passants malgré tout curieux.


 

Une chose tout de même m'interpelle c'est qu'en discutant avec mes voisins de stand (un enlumineur fort sympathique et la « papetière » de Vaux, et en écoutant parler les autres je me rend compte qu'aucun d'entre ne possède l'accent du coin : tous parlent « pointu » et j'en conclus donc que ce sont des artistes tombés amoureux un jour de la région (ou du département tout proche de la Dordogne) et qui se sont installés là. Je remarque de même que les passants qui discutent avec eux parlent aussi avec le même accent. Alors qu'est-ce à dire? Les gens du cru ne seraient pas des curieux intéressés par l'art et les livres ? Les gens de la campagne seraient-ils, ainsi que le véhicule trop souvent cette image éculée, des rustres incultes et étroits d'esprit ? Comme il faut peu de chose pour susciter une fausse impression...


 

Je dois dire que je m'amuse assez à regarder certains spécimens d'artistes qui font vraiment beaucoup d'efforts pour se donner un look de circonstance : cheveux longs noués en catogan, petite barbiche à la mousquetaire (ou à la Stephan Eicher ), chemise négligemment ouverte sur un torse imberbe, et indispensable chapeau de paille blanc, bref le total look peintre. Ah oui car j'ai oublié de préciser qu'à quelques kilomètres d'ici, à Meyronne, a lieu une autre exposition consacrée à la Dordogne, doublée d'une exposition autour des « Peintres sur l'eau », enfin disons des « peintres de l'eau », parce que peintre sur l'eau faut avouer, c'est pas facile!


 

Bon c'est pas tout ça mais moi j'ai drôlement faim, quand est-ce qu'on mange ?

Partager cet article

Repost0
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 05:33

Notre président est un homme très occupé, on s'en doute. Ainsi il n'a que très peu de place dans son agenda de ministre de président pour recevoir les partenaires sociaux, les syndicats, les doléances des uns et des autres, etc.

Ce jeudi 24 juin par exemple il était complètement débordé, il n'a donc pas pu recevoir pour les entendre les représentants syndicaux qui manifestaient pour s'opposer à sa réforme des retraites. Il n'a pas non plus pu recevoir les différentes ONG avec qui il était sensé préparer les futurs sommets G8 et G20 afin de se pencher sur le problème de la pauvreté dans le monde (une broutille).

Ben non, il n'a pas pu. Il faut dire qu'il a eu un fâcheux contretemps: il a du recevoir dans son bureau en urgence le capitaine d'une équipe de football amateur qui s'était malencontreusement égarée dans une compétition mondiale dont le niveau la dépassait totalement, vous comprendrez que ça fait désordre tout de même, il fallait bien au moins l'intervention du chef de l'état pour leur tirer les oreilles. Il en a profité pour s'entretenir avec d'autres amateurs: deux dames fort pimpantes que l'on voit régulièrement à la télé et qui siègent, en dilettantes, au gouvernement sans qu'on sache trop bien à quoi elles servent.

Ah le métier de président est parfois difficile, surtout quand on doit sermonner les uns et annoncer de mauvaise nouvelles aux autres: entre deux tasses de thé il a du tristement annoncer à ses hôtes du jour qu'ils ne pourraient pas venir se rincer le gosier aux frais du contribuable lors de la traditionnelle garden-party de l'Élysée qu'il s'était vu contraint d'annuler.

 

Ce que ça peut être dur la vie parfois. Enfin heureusement il faisait beau et de ses fenêtres le président a pu voir passer les Parisiens dans les rues de la ville, chantant joyeusement. Nul doute qu'à cet instant il a du penser "Comme ils en ont de la chance de se promener pendant leur RTT"

Partager cet article

Repost0
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 06:17

 

Par une après-midi à la météo incertaine on s'est décidé à sortir entre deux averses pour aller faire une petite ballade qu'on voulait faire avant l'été: oui car on aime bien aller visiter les sites pas loin de chez nous tant que les touristes ne sont pas arrivés, c'est tellement plus reposant et idéal pour prendre des photos. Et puis la foule ce n'est vraiment pas mon truc.

Nous voilà donc partis pour aller visiter un site baptisé « Les fermes du Moyen-âge en Xaintrie »: pendant tout le trajet nous avons eu droit à une petite pluie toutes les dix minutes environ, on s'est dit que c'était pas gagné, et puis arrivés sur le site ne voilà-t-il pas qu'arrive en même temps un car de touristes! Décidément ça commençait mal. Mais tout s'est bien goupillé finalement puisque les touristes avaient réservé leur visite et ont eu droit à la petite vidéo d'introduction que nous nous sommes gardés pour la fin.


 

Mais d'abord c'est quoi la Xaintrie? C'est une région située aux confins du Bas-Limousin, de l'Auvergne et du Quercy, autour de la ville de Saint-Privat, au sud et à l'est d'Argentat. La Xaintrie est un plateau granitique entaillé de gorges profondes formées par la Maronne, la Cère et la Dordogne.

Et la Xaintrie du Moyen-âge me direz-vous (car il na pas échappé à votre sagacité que c'est bien de cette époque qu'il s'agit)? Hé bien à cette période ce plateau est rattaché au pays de Pleaux et de Salers en Haute-Auvergne, mais comme il est sous domination de la vicomté de Turenne, la région reste malgré tout limousine. La Dordogne constituait un obstacle naturel pour les habitants de la Xaintrie, surtout en période de crues et dans la mesure où il n'y avait pas de ponts à cette époque, c'est donc tout naturellement sur les foires Pleaux que les paysans et les marchands de Xaintrie allaient apporter leurs produits (châtaignes, seigle...). Encore aujourd'hui la région semble davantage tournée vers l'Auvergne plus proche que vers le Limousin.


 

En quoi consiste donc ce site? Il s'agit de la reconstitution minutieuse et très réaliste d'un village de paysans au XVe siècle imaginée et réalisée par un passionné d'histoire médiévale et de patrimoine local, appuyée sur des documents d'archives: vous l'aurez compris, rien à voir avec le parc Astérix!

 

 

Entrée en Xaintrie du moyen-âgge


 

Après nous être acquitté de notre modeste entrée (5€) on pénètre dans un petit bois et au bout de quelques pas on découvre le village avec ses toits de chaumes. Certaines possèdent également des toits en bardeaux de châtaigner, généralement le toit descend assez bas afin de protéger les murs.

 

Le mas, ou borie (de l'occitan boria) désigne une propriété agricole comprenant les maisons des cultivateurs, les bâtiments agricoles ainsi que les jardins, terres et bois d'où les paysans tirent leur subsistance. Le mas relève d'un seigneur ou d'un clerc, les pagès (paysans) payent un impôt en argent (cens) sur les bâtiments et jardins et un impôt en nature pour les terres.

En général un mas constitue un village mais il arrive que plusieurs mas forment un village qui appartient alors à plusieurs seigneurs.

Le nom du mas sert à identifier les individus car les noms de famille n'existent pas encore à cete époque, par exemple Astorg d'Estavel désigne l'individu prénommé Astorg et qui vient du mas d'Estavel.

 

ferme du M-A 1

 

ferme du M-A 2

 

ferme du M-A 3

 

ferme du M-A 5

 

ferme du M-A 6

 

ferme du M-A le hangar

 

ferme du M-A le bûcher

 

Les intérieurs des maisons sont fidèlement reconstitués et un feu est entretenu dans chaque habitation, ce qui fait que l'on s'attend presque à voir rentrer à tout moment les paysans dans leur maison! L'aménagement est plus ou moins riche et sommaire selon qu'il s'agit de simples paysans ou de métayers

 

ferme du M-A intérieur 9

 

ferme du M-A intérieur 2

 

ferme du M-A intérieur 1

 

ferme du M-A intérieur 10

 

ferme du M-A, le foyer

 

ferme du M-A intérieur 5

 

ferme du M-A intérieur 3

 

ferme du M-A intérieur 4

 

ferme du M-A intérieur 3

 

ferme du M-A intérieur 6

 

ferme du M-A intérieur 7

 

ferme du M-A intérieur 8

 

 

La reconstitution du mas présente une petite vigne, cependant on apprend qu'à la fin du XVe la vigne disparaît peu à peu à cause d'un refroidissement du climat depuis la fin du XIVe: la vigne gèle et les fruits pourrissent avant leur maturité; ainsi la vigne en Xaintrie ne sera plus cultivée que sous forme de treille adossée à des murs bien ensoleillés. Presque tous les fermiers sont chargés de "vinade" pour le seigneur, c'est-à-dire le transport à dos de mulet ou de boeuf depuis le bas pays. À cette époque le vin est largement consommé par toutes les classes de la population, on en boit en moyenne un litre par jour et par personne.

 

ferme du M-A la vigne

 

 

La fontaine est commune à toutes les habitations, elle sert à approvisionner les hommes comme les animaux. La corvée d'eau revient le plus souvent aux enfants qui viennent puiser l'eau avec une "couade" (sorte de seau) en bois. À la sortie de la fontaine un premier bac permet de retenir l'eau afin de faire boire les animaux, puis un second, aménagé avec des pierres plates pour taper le linge, sert de lavoir. En outre le réservoir peut servir de vivier à poissons, et le trop plein permet d'irriguer les pacages. À cette époque l'eau est un bien précieux et elle n'est jamais gaspillée.

 

 

ferme du M-A fontaine 1

 

ferme du M-A fontaine 2

 

 

 

Le four à pain est parfois financé par le seigneur qui alors prélève une taxe, cependant beaucoup de mas possèdent leur propre four. On l'allume deux fois par mois environ pour faire cuire la pâte que chaque maison a fait lever, on en profite également pour y faire cuire d'autres aliments, comme des volailles par exemple; une fois tiédi on y met à sécher des fruits afin de les conserver. Les femmes récupèrent les cendres refroidies pour faire la lessive.

 

ferme du M-A le four à pain

 

 

On trouve dans le village la reconsitution d'un chantier d'une maison plus riche, celle d'un notaire: avant tout il est un paysan propriétaire qui fait exploiter une partie de ses terre par des journaliers ou des domestiques et qui loue l'autre partie à un métayer. Ces petits notaires de village officient sur les chemins, dans les auberges ou chez les clients, et parfois ils ne sont que simples scribes.

 

ferme du M-A chantier

 

 

 

Les croix en Xaintrie servent au bornage des propriétés seigneuriales ou ecclésiastiques, ainsi qu'à délimiter les différentes sections dans un même village. Aux carrefours des chemins elles jouent un rôle protecteur.

En outre certaines de ces croix servent parfois de sépulture pour les non-baptisés comme les enfants mort-nés ou encore les foetus de fausse couche (en secret).

Lors de processions on y déposait des offrandes et on priait parfois pour favoriser les récoltes .

On recense 380 criox sur le seul canton de Saint-Privat, ce qui est considéré comme une densité exceptionnelle pour le Limousin et la Haute-Auvergne.

 

 

Ferme du M-A croix de Xaintrie

 

 

Voilà pour ce petit retour vers le passé.

Pour nous rendre à Saint-Julien-aux-Bois, où se trouve ce site, on est passé à côté des Tours de Merle, un site magnifique que nous n'avons pas pu visiter faute de temps mais où l'on ira bientôt c'est sûr. Je vous laisse une photo pour vous mettre l'eau à la bouche.

 

100 1472

Partager cet article

Repost0

Quezaco?

  • : Le blog de La Ségaline
  • : Billets d'humeur ou d'humour, réactions sur l'actu mais aussi grands et petits événements de ma vie
  • Contact

Me, Myself And I

  • La Ségaline
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.
  • Ecrivain public, profondément rurale je revendique mon amour des bonheurs simples ainsi que mon droit à pousser des coups de gueule et des coups de coeur.

Recherche